Tag Archives: topology

Who wants to be a millionnaire ?

Le vrai moyen de gagner beaucoup est de ne vouloir jamais trop gagner et de savoir perdre à  propos.” (Fénélon – Les aventures de Télémaque)

Bon, pour ma part, j’avais tenté une autre solution vendredi dernier: tenter de gagner les 126 millions d’euros de l’Euromillion. Et comme je suis toujours en train de poster des billets sur mon blog, on peut en déduire que je ne suis pas l’heureux vainqueur (car oui, il parait qu’il y en a un… un très bon ami ami à moi… enfin… s’il le souhaite!).

Quelle ne fut pas me surprise de voir des collègues (on peut dire copains) matheux indignés par mon comportement, et me reprocher mon irrationalité*

Sur l’irrationalité des joueurs, je renvoie à de nombreux papiers de la littérature économique, en particulier le papier de Maurice Allais (ici), précisément intitulé Le comportement de l’homme rationnel devant le risque. Je dois avouer que, selon moi, la critique de Maurice Allais est très proche de ce que notent Daniel Kahneman et Amos Tversky (ici) sur la distinction fondamentale (et non symétrique) entre gains et pertes.

Bref, toute cette discussion est un prétexte pour parler d’un très joli papier que m’a fait découvrir Charles Figuières lors de mon exposé à Montpellier voilà deux semaines, de Graciela Chichilnisky sur Topology of Fear. Un preprint peut se télécharger ici, sa page internet (ici) regorge d’informations passionnantes, mais je ne sais toujours pas où ce brillant papier sera publié…. à suivre donc.

* pour aller un peu plus loin, je pourrais avouer ici que ma stratégie a été de jouer “1-2-3-4-5” puis “6-7”  (j’ai découvert que ce type de loto était un peu différent de celui que j’utilise dans mes exemples de probas, avec des étoiles). Tout d’abord, cette stratégie est aussi probable que n’importe quelle autre. Mais pour information, lors du 3ème tirage du Loto en France (en 1976), les numéros “1-2-3” sont sortis. Historiquement (voir ici), sur plus de 4850 tirages, on a eu deux numéros consécutifs (au moins) dans 2/3 des tirages (63%), et trois consécutifs dans 8% des tirages. On a vu 39 fois (0,8% des tirages), quatre numéros consécutifs. Mais jamais 5 numéros consécutifs, en presque 35 ans. Je laisse les plus motivés faire les calculs théoriques. Ma stratégie devrait être payante (si je jouais plus d’une fois tous les 5 ans) car peu de monde joue des numéros consécutifs. Si on compte le nombre de gagnants du 1er rang, il y a – en moyenne – 2,90 gagnants les tirages comprenant deux numéros consécutifs et sinon 4,03 gagnants. Si on va plus loin, il y a 2,48 gagnants les tirages comprenant trois numéros consécutifs et 3,39 sinon. Par contre, si on regarde avec 4 nombres consécutifs, un tombe sur un point aberrant: d’ordinaire, on a 3 gagnants du 1er rang, mais en septembre 1984, avec comme tirage “26-27-28-29-35-36-37” (4 et 3 consécutifs), il y a eu 64 gagnants du 1er rang, ce qui est presque le record…
D’ailleurs si on regarde les records (promis après j’arrête), le record fut en juin 1993, avec 103 vainqueurs, où 31 fut le plus grand chiffre, et le 13 sortit. Ensuite, en 1979, on a eu 96 vainqueurs avec des numéros pairs consécutifs, à savoir le tirage “2-8-10-12-14-16-18” (soit 6 chiffres pairs successifs). Ensuite arrive le tirage que je mentionnais… En fait, tous les tirages qui ont eu des très gros nombres de vainqueurs du 1er rang présentaient une régularité impressionnante. On retrouvera ainsi le tirage “4-5-7-14-15-17-20” par exemple, avec 63 vainqueurs… Bref, ma stratégie n’est peut être pas géniale finalement….