Tag Archives: morts

Estimer la surmortalité

Ce matin, Baptiste Coulmont m’envoyait un tweet avec un joli graphique, présentant le nombre quotidien de décès en France.

Comme les données sont en ligne, je me suis dit que je pourrais jouer un peu avec. Pour les plus curieux, on a la liste de tous les décès depuis… longtemps ! (on a plus de 25 millions de décès). La seule chose qui nous intéresse, c’est la date, alors on la récupère. Puis on compte, par jour, combien de décès on a eu,

D = read.csv("insee_deces.csv",header=TRUE)
Vecteur_Dates = as.character(D[,8])
TV = table(Vecteur_Dates)
B = data.frame(dateC=names(TV),nb=as.numeric(TV))
B$date=as.Date(B$dateC,"%Y-%m-%d")
B$year = format(B$date,"%Y")
B$month = format(B$date,"%m")
B$day = format(B$date,"%d")
B$deb=as.Date(paste(B$year,"01-01",sep="-"),"%Y-%m-%d")
B$fin=as.Date(paste(B$year,"12-31",sep="-"),"%Y-%m-%d")
B$dif=as.numeric(B$date-B$deb)/as.numeric(B$fin-B$deb)

Je crée ici une une variable qui me dit où je suis dans l’année en cours (0 pour le 1er janvier, et 1 pour pour 31 décembre). Ça me permet de contourner un petit problème technique : les années bissextiles. On peut ensuite représenter toutes les années,

plot(B2$dif[B2$year == "2020"],B2$NormCpte[B2$year == "2020"],type="l",xlim=0:1,ylim=c(1200,4000),col="white")
for(i in as.character(2000:2019)) lines(B2$dif[B2$year == i],B2$NormCpte[B2$year == i],col="light blue")

On veut ensuite avoir la tendance moyenne. Baptiste prenait la moyenne par jour (la courbe noire). Ici, on va lisser avec des splines

library(gam)
reg = gam(NormCpte~bs(dif,40),data=B2[B2$year != "2020",])
vx = seq(0,1,length=501)
vy = predict(reg,newdata=data.frame(dif=vx))
lines(vx,vy,col="blue",lwd=3)

ce qui donne la courbe bleue. C’est l’écart à cette courbe qui donne la surmortalité. Par exemple (prenons un exemple bien connu, et largement visible sur le graphique précédant) l’année 2003, et les quinze premiers jours d’août, correspondant (plus ou moins) à la période de canicule.

i = 2003
x = B2$dif[(B2$year == i)&((B2$month == "08"))&(B2$day %in% c(paste("0",1:9,sep=""),10:15))]
y = B2$NormCpte[(B2$year == i)&((B2$month == "08"))&(B2$day %in% c(paste("0",1:9,sep=""),10:15))]
yp = predict(reg,newdata=data.frame(dif=x))
e = y-yp
sum(e)
[1] 14294.39

Plusieurs chiffres sont mentionnés sur wikipédia, dont le rapport de l’INSERM qui annonçait 14,802 morts. On n’est pas trop loin… On peut visualiser cette surmortalité sur le graphique ci-dessous

plot(B2$dif[B2$year == "2020"],B2$NormCpte[B2$year == "2020"],type="l",col="white",xlim=0:1,ylim=c(1200,4000))
for(i in as.character(2000:2019)) lines(B2$dif[B2$year == i],B2$NormCpte[B2$year == i],col="light blue")
lines(vx,vy,col="blue")
lines(B2$dif[B2$year == 2003],B2$NormCpte[B2$year == 2003],col="red")
for(u in 1:length(x)) segments(x[u],y[u],x[u],yp[u],lwd=3,col="red")

Prenons un autre exemple qu’on voit bien sur le graphique de Baptiste, la grippe de 2017 (dite de 2016-2017). Si on prend les 45 premiers jours de 2017, on obtient les chiffres suivants

i = 2003
x=B2$dif[(B2$year == i)&((B2$month == "01")|
  ((B2$month == "02")&(B2$day %in% c(paste("0",1:9,sep=""),10:15))))]
y=B2$NormCpte[(B2$year == i)&((B2$month == "01")|
  ((B2$month == "02")&(B2$day %in% c(paste("0",1:9,sep=""),10:15))))]
yp=predict(reg,newdata=data.frame(dif=x))
yp = predict(reg,newdata=data.frame(dif=x))
e = y-yp
sum(e)
[1] 21177.33

Le rapport de Santé Publique France parle de 21,200 décès (pour la “surmortalité toute cause”) ce qui est là aussi comparable…

Maintenant, avant de conclure, et avant de me faire troller pendant quelques jours, je tiens à préciser que c’est juste un exercice de modélisation, et oui, j’ai exclu 2020. Je ne tiens pas à faire de comparaison avec la Covid-19, à qui 21,000 morts sont attribués, en France, ce soir. Si l’ordre de grandeur est le même, qu’on en me fasse pas dire qu’on est dans une situation comparable, et que la Covid-19 est finalement une simple grippe. Je ne me prononcerais pas sur ce point car je ne suis pas virologue. Mais surtout, on a 21,000 morts malgré des mesures incroyables de confinement. Je reviendrais probablement dans les jours qui viennent sur l’impact du contrôle par confinement, mais l’objet du court billet de ce soir était de voir comment on pouvait rapidement quantifier une surmortalité.

  • petite note technique : pour les 3 graphiques (mais pas pour les codes et les calculs) j’avais initialement normalisé les données. En effet, la population française a relativement pas mal changé en 20 ans, augmentant de 10%… Aussi, 1000 morts en 2003, ça n’est pas autant (relativement à la taille de la population) qu’en 2020.