Tag Archives: Laurence

Rapport Langreney : lutter contre le désengagement des assureurs dans la couverture des risques climatiques

Le rapport « Adapter le système assurantiel français face à l’évolution des risques climatiques », co-écrit par Thierry Langreney, Gonéri Le Cozannet et Myriam Mérad a été rendu public le 2 avril 2024. Il contient trente-sept propositions organisées en neuf objectifs, dont le but est de réagencer la responsabilité des différents acteurs que sont les pouvoirs publics, les assureurs, les collectivités locales et les assurés eux-mêmes dans l’assurance, l’adaptation, la prévention et l’atténuation des risques climatiques.

Le régime CatNat : une spécificité française

Le régime de protection contre les catastrophes naturelles (CatNat) a été fondé en 1982 avec pour principes la solidarité nationale (couverture et participation universelle, avec une prime non-indexée sur le risque) et la responsabilité de tous (Loi n° 82-600 du 13 juill. 1982 relative à l’indemnisation des victimes de catastrophes naturelles). Cette responsabilité devait s’exprimer notamment dans l’élaboration d’une cartographie des risques – ou Plans d’exposition aux risques (PER devenus PPR), intégrés aux plans d’occupation des sols (devenus plans locaux d’urbanisme). Pour des raisons de facilité opérationnelle, les assureurs furent immédiatement partie prenante : ce sont eux qui collectent les primes (une surprime sur la prime des contrats multirisques habitation), gèrent les sinistres et peuvent se réassurer auprès de la Caisse centrale de réassurance (CCR), réassureur public, lui-même adossé à la garantie de l’État. La CCR finance ainsi un peu plus de 50 % des sinistres du marché français.

En comparaison à d’autres systèmes nationaux, le régime CatNat est une réussite : il a permis la couverture de la presque totalité du territoire national (hors DOM), pour une prime annuelle modique – de l’ordre de 22 € en moyenne en 2023. Il est aujourd’hui menacé, directement et indirectement, par le réchauffement climatique.

Volet assurantiel

Le rapport commence par le constat d’une aggravation soutenue depuis 2016 des différents périls, portée par les inondations et, plus récemment, le risque de retrait-gonflement des argiles (RGA). En conséquence, le régime CatNat est aujourd’hui déséquilibré. Pour y remédier, une première recommandation consiste à augmenter la surprime de 12 % à 20 % (soit une augmentation moyenne de 15 € par an par contrat), recommandation déjà adoptée en fin d’année et qui entrera en vigueur au renouvellement 2025. De plus, attendu que le réchauffement climatique devrait se poursuivre à horizon 2050, le rapport recommande également une indexation annuelle de 1 % des primes ainsi qu’une indexation des [la suite chez Dalloz Actualité…]

Workshop on fairness and discrimination in insurance (registration is open)

Almost two years ago, on May 13th 2022, we organized a Workshop on fairness and discrimination in insurance, JEDA’22, at Laval University (in Québec city), with Marie-Pier Côté.

It was a beautiful sucess, with a lot of persons in person, for one of the first event post-pandemic. The second workshop (JEDA’24) will be organized in less than a month, on May 16th.

Registrations are open ! We will have in the room Fei Huang (UNSW Sidney), David Schraub (Chicago Actuarial Association), Marie-Ève Lainez, Autorité des marchés financiers), Laurence Barry (Chaire PARI), Agathe Fernandes Machado (UQÀM) Mallika Bender (Casualty Actuarial Society), Christopher Cooney (TD Insurance) and Olivier Côté (Université Laval).

L’assurance au défi des ruptures, colloque, mi-septembre prochain, à Cerisy

Dans six mois (jour pour jour) Jean-Louis Bancel, Laurence Barry et Pierre François organise une conférence d’une semaine, sur le thème de l’assurance au défi des ruptures. La conférence se tiendra au Centre Culturel International de Cerisy.

Depuis la fin du XVIIIe siècle, l’assurance s’est imposée comme un dispositif qui confère de la résilience aux activités humaines, en proposant une compensation lorsque se réalise le risque qui les pénalise. La place de cette activité s’est accrue, pour s’incarner, à la fin du XXe siècle, dans une “société du risque”(1). Elle est devenue un rouage essentiel de l’industrialisation et de l’extension d’un progrès qui se retourne, parfois, contre nous.

La notion de risque évolue et est associée à la finance dont l’assurance n’est devenue qu’une des composantes. La crise de 2008, l’accélération des risques naturels extrêmes (cyclones, sécheresses, etc…) et la pandémie de Covid ont bousculé les certitudes sur la capacité du couple assurance/finance à apporter des solutions pour faire face aux risques du monde de demain.

Le choc de plusieurs ruptures, technologiques (mobilisation des données massives), sociales et économiques (propension des parties prenantes, offreurs comme demandeurs, à faire en sorte que chacun “paie son propre risque”), invite à repenser les fondements de l’assurance, ses objectifs et les techniques mises en œuvre pour les atteindre.

Face à la montée de périls globaux (dépassement des capacités de la Terre, évolutions climatiques…) mais aussi de nouvelles opportunités (médecine personnalisée…) les ressorts traditionnels de l’assurance (aléa, mutualisation, solidarité) sont-ils encore pertinents et opératoires ?

Les participants au colloque s’interrogeront sur les limites et les perspectives d’évolution de l’assurance. Ils tenteront d’esquisser des pistes “d’atterrissage”(2) pour l’assurance.

Les échanges dans l’enceinte du château se combineront avec des visites, en Normandie, permettant d’appréhender des situations, de risques (montée des eaux marines ou confrontation entre des risques industriels et préservation de sites naturels), où l’Assurance/Finance est mise à l’épreuve.

(1) “La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité”, Ulrich Beck, Champs, n°822, Champs essais, 2008.
(2) Où atterrir ? Comment s’orienter en politique, Bruno Latour, La découverte, 2017.

Who benefits from data sharing?

This post was co-written with Laurence Barry, originally in French.

Recently, the European Commission has laid the groundwork for a new framework for accessing financial data (FIDA, or Financial Data Access), allowing consumers and businesses to authorize third parties to access their data held by financial institutions, including insurers.

One of the main arguments in favor of this regulation is transparency, or as the texts put it, ‘promoting financial transparency.’ However, it is difficult to argue against transparency unless one has something to hide. This is the famous ‘nothing to hide’ argument! As Solove (2011) reminds us, the British government used it as an argument to install surveillance cameras: ‘if you’ve got nothing to hide, you’ve got nothing to fear.’ Academic Shoshana Zuboff is much more reserved, stating, ‘if you have nothing to hide, then you are nothing…’ Sharing personal data without limits or accountability for how this information is used is dangerous, both for the individual doing so and collectively. We focus here on how insurers could potentially use more information: this opening of data access significantly compromises the very idea of risk pooling and sharing.

Continue reading Who benefits from data sharing?

Partage des données, à qui profite le crime ?

Ce billet a été co-écrit avec Laurence Barry.

Récemment, la Commission Européenne a posé les bases d’un nouveau cadre d’accès aux données financières (FIDA, ou Financial Data Access), permettant aux consommateurs et aux entreprises d’autoriser des tiers à accéder à leurs données détenues par des institutions financières, y compris les assurances.

Un des principaux arguments en faveur de cette réglementation est la transparence, ou comme le disent les textes « promoting financial transparency ». Or il est difficile d’être contre la transparence, à moins d’avoir quelque chose à cacher. C’est le fameux argument “nothing to hide” ! Comme le rappelle Solove (2011), le gouvernement britannique l’avait utilisé comme argument, pour installer des caméras de surveillance: « if you’ve got nothing to hide, you’ve got nothing to fear. » L’universitaire Shoshana Zuboff est beaucoup plus réservée, « if you have nothing to hide, then you are nothing... » Partager des données personnelles sans limites, ni responsabilité quant à la manière dont ces informations sont utilisées, est dangereux, pour la personne qui le fait, mais aussi collectivement: Nous nous concentrons ici sur l’utilisation que pourraient faire les assureurs de davantage d’informations : cette  ouverture de l’accès aux données compromet largement l’idée même de mutualisation et de partage des risques.

Continue reading Partage des données, à qui profite le crime ?

Melting contestation: insurance fairness and machine learning

Nice review of our paper , with Laurence Barry, on montrealethics.ai,

Machine learning tends to replace the actuary in the selection of features and the building of pricing models. However, avoiding subjective judgments thanks to automation does not necessarily mean that biases are removed. Nor does the absence of bias warrant fairness. This paper critically analyzes discrimination and insurance fairness with machine learning.

Melting contestation: insurance fairness and machine learning

Insurance against Natural Catastrophes: Balancing Actuarial Fairness and Social Solidarity

Our research paper, Insurance against Natural Catastrophes: Balancing Actuarial Fairness and Social Solidarity, with Molly James and Laurence Barry, is now available.

Natural disasters offer a special case for the study of private and public insurance mix. Indeed, the experience accumulated over the past decades has made it possible to transform poorly known hazards, long considered uninsurable, into risks that can be assessed with some precision. They exemplify however the limits of the risk-based premiums method, as it might imply unaffordability for some. The French scheme reflects such ideas and offers a wide coverage for moderate premiums to all, but is shaken by climate change: we show that some wealthier areas, that were not perceived as “at risk” in the past, have become exposed to submersion risk in the future. This singularly makes some well-off properties the potential main beneficiaries of a scheme that was historically thought to protect the worst-off. Acknowledging that some segmentation might become desirable, we examine several models for flood risk and the disparity in premiums they entail.

Personalization as a promise: Can Big Data change the practice of insurance?

Our recent article, “Personalization as a Promise: Can Big Data Change the Practice of Insurance?” with Larence Barry just got published in “Big Data & Society” (but a working paper version is still available online)

The purpose of this paper is to measure the impact of technologies from the Big Bang. data on thehe pricing ofhe products car insurance. The first part describes how the aggregated view buildsuit by statistics enables highlighting invisible regularities at the individual level. Despite a very granular segmentations in automobile insurance, the approach remained classificatory, hypothesizing the risk identity of individuals from the same class. The second part highlights the reversal of big data-induced perspective in the’analysis ofgiven ; awith theur volume and the new algorithms, the aggregate viewpoint is questioned.. The hypothesis of class homogeneity is becoming increasingly difficult to test. maintain, especially since predictive analysis boasts the ability to predict the rs results at the individual level. The third part is studying the’influence of telematics boxes able to import the new pinsurance aradigm automobile. However, a reading of the most recent research articles on a pricing automobile including this new monter that the epistemological leap, at least for now, has not taken place.