Tag Archives: éthnique

Qui veut des statistiques ethniques ?

ETHNIQUE, adj.

A.− Vx, RELIG. CATH. Qui appartient au paganisme. Nations, croyances, superstitions ethniques. Attesté ds Ac. 1798-1878, Littré, DG, Rob., Lar. Lang. fr.

B.− Spécifique d’une ethnie et, par extension, d’une race. Caractère, coutume, type, unité ethnique; origines ethniques. L’impossibilité vingt fois démontrée par de cruelles expériences de dissocier par des transferts de population des éléments ethniques étroitement imbriqués (Philos., Relig., 1957, p. 4616). −Spéc., LING., empl. adj. et subst. (p. ell. du déterminé). (Mot) ethnique.Mot dérivé d’un nom de pays ou de région et indiquant l’appartenance à ce pays, à cette région. Israël, du moins c’est le nom que portent ces gens, qui me semble un terme générique, ethnique, plutôt qu’un nom propre (Proust, J. filles en fleurs,1918, p. 764). Le nom, avec le patronyme et l’ethnique, du personnage honoré par un décret (L’Hist. et ses méth., 1961, p. 480).
Prononc. et Orth. : [εtnik]. Ds Ac. 1762-1932. Étymol. et Hist. 1. a) Subst. xiiie s. [ms.] etnique « païen » (Bible, Maz. 684, fo 235e ds Gdf.); de nouv. 1541ethnique (Cl. Marot, Psaume de David, 14 ds Œuvres, éd. P. Jannet, t. 4, p. 88);b) adj. 1549 ethnicque « païen » (Id., Deux Colloques d’Erasme traduits en françois, II, ibid., p. 38); 2. a) adj. 1752 mot ethnique » (mot) qui sert à désigner une population » (Trév.) ; b) subst. 1864 « dénomination d’un peuple » (Littré); 3.adj. 1871 « relatif à la race ou à l’ethnie » (Renan, Réf. intellect., p. 140). Empr. au gr.ἐθνικός proprement « de la nation, de la race », d’où « ethnique » terme de gramm. (d’où 2, 3); ayant servi dans la lang. néotestamentaire à désigner les Gentils [groupe d’hommes ayant les mêmes coutumes (païennes)] par opposition aux Hébreux, est passé dans cet emploi au lat. chrét. ethnicus, d’où 1. Fréq. abs. littér. : 71. Bbg. Cassagnau (M.). Considérations sur les ethniques. Vie Lang.1967, pp. 281-286.

Je tenais à faire un billet sur les statistiques “éthniques“, puisqu’il s’agissait d’un sujet d’actualité. Non pas pour apporter une contribution personnelle et innovante (je n’ai toujours pas compris ce que signifait “éthnique“), mais juste pour revenir sur le premier paragraphe d’un billet sur un blog de Libé (mentionné sur la page d’ouverture de Libé).

Cette première phrase a retenu mon attention pendant de longues minutes….1. tout d’abord la déclaration  “55% des Français” (puis par la suite “96% des Français”) montre que le questionnaire devait inclure une question sur la nationalité, ou au moins “êtes-vous Français(e) ?”. Selon la définition du dictionnaire, ce genre de question semble bien être une question “éthnique“. Peut-on d’ailleurs savoir ce qu’ont répondu les “non-Français” ? Pour revenir d’ailleurs sur ce qu’est un “Français”, je renvoie à un papier d’un collègue rennais,ici.

2. les “statistiques” ont-elles pour finalité de lutter contre le racisme (de manière “efficace“) ? La semaine dernière, Alain Desrosières était sur Rennes pour faire une exposé (Gouverner par les nombres), où il expliquait que bien que les statistiques soient étroitement liées à une gouvernance (pour reprendre mon dicitonnaire “statistique” fut emprunté à l’allemand Statistik, forgé par l’économiste allemand G. Achenwall (1719-1772), qui l’a dérobé de l’italienstatista « homme d’État », la statistique représentant pour lui l’ensemble des connaissances que doit posséder un homme d’État (Brockhaus Enzykl.)), il convient de distinger les statistiques collectées de l’utilisation qui en est faite.

3. il faudrait rapeler que certaines statistiques éthniques sont autorisées. La loi de 1978 (qui a fondé la CNIL) dit qu’on ne peut pas conserver ce type de données dans les fichiers de façon générale, sauf s’il y a des travaux de recherche menés par la statistique publique, c’est-à-dire l’Insee, certains ministères et des organismes de recherche comme l’INED. Cette loi a d’ailleurs été allégée par des directives européennes. Par exemple, l’INED pose des questions sur les lieux de naissance des personnes, les lieux de naissance de leurs parents, les changements de nationalité. Elle peut également poser des questions sur la couleur de la peau, à condition que les personnes donnent le “consentement exprès“, c’est-à-dire écrit (et encore, selon une directive européenne, le consentement exprès n’est plus nécessaire quand on pose ce genre de questions si le questionnaire a été au préalable soumis à un examen spécial de la CNIL). Il est possible d’aller voir ici par exemple pour plus d’information sur les données personnelles. Bref, il me semble qu’il y a une belle hypocrisie sur le sujet…

4. enfin, le point qui m’a le plus choqué est qu’on demande par sondage aux “Français” de trancher. Cela me fait constament penser à ce mémorable épisode de Qui veut gagner des millions,

Sous prétexte que 56% des “Français” pensent que le soleil tourne autour de la terre, ne faudrait-il pas déposer un recours à l’Académie des Sciences pour changer les livres de physique de 3ème ? Bref, j’ai toujours été sceptique sur cette utilisation des sondages*. Je renvoie d’ailleurs au chapitre de Questions de sociologie de Pierre Bourdieu, L’opinion publique n’existe pas (exposé fait en janvier 1972 et paru dans Les temps modernes, 318, janvier 1973, pp. 1292-1309, lisible ici).
“Toute enquête d’opinion suppose que tout le monde peut avoir une opinion ; ou, autrement dit, que la production d’une opinion est à la portée de tous. Quitte à heurter un sentiment naïvement démocratique, je contesterai ce premier postulat  […]  On sait que tout exercice de la force s’accompagne d’un discours visant à légitimer la force de celui qui l’exerce ; on peut même dire que le propre de tout rapport de force, c’est de n’avoir toute sa force que dans la mesure où il se dissimule comme tel. Bref, pour parler simplement, l’homme politique est celui qui dit : « Dieu est avec nous ». L’équivalent de « Dieu est avec nous », c’est aujourd’hui « l’opinion publique est avec nous ». Tel est l’effet fondamental de l’enquête d’opinion : constituer l’idée qu’il existe une opinion publique unanime, donc légitimer une politique et renforcer les rapports de force qui la fondent ou la rendent possible.  Ayant dit au commencement ce que je voulais dire à la fin, je vais essayer d’indiquer très rapidement quelles sont les opérations par lesquelles on produit cet effet de consensus. La première opération, qui a pour point de départ le postulat selon lequel tout le monde doit avoir une opinion, consiste à ignorer les non-réponses.[…] Deuxième principe à partir duquel les gens peuvent produire une opinion, ce que j’appelle l’« ethos de classe » (pour ne pas dire « éthique de classe »), c’est-à-dire un système de valeurs implicites que les gens ont intériorisées depuis l’enfance et à partir duquel ils engendrent des réponses à des problèmes extrêmement différents. […]  L’effet d’imposition de problématique, effet exercé par toute enquête d’opinion et par toute interrogation politique (à commencer par l’électorale), résulte du fait que les questions posées dans une enquête d’opinion ne sont pas des questions qui se posent réellement à toutes les personnes interrogées et que les réponses ne sont pas interprétées en fonction de la problématique par rapport à laquelle les différentes catégories de répondants ont effectivement répondu.”
En fait, on peut voir que ce que je critique, c’est surtout le résumé du sondage, à mon avis mal interprété. Quand on voit la question précise, et conclure comme titre que “les statistiques éthniques n’ont pas la côte” car une majorité de français les jugent “non-efficace“. Voici le résumé proposé dans Le Parisien, qui est à mon avis nettement plus mitigé,
Bref, je n’ai aucun avis sur les statistiques ethniques, mais je suis ravi de voir qu’une seule phrase ait pu me faire m’interroger autant !* Afin de légitimer ma critique, j’ai fait passer dans ma jeunesse (en 1996) des questionnaires dans la rue, sur une étude sur la perception qu’avaient les jeunes du système de retraite. Le questionnaire comportait des questions comme “En France, le système de retraite est un système (1) par répartition ou (2) par capitalisation“. J’ai alors découvert la méconnaissance totale qu’avaient “les Français” (ou plutôt “les gens” car je n’ai jamais demandé de nationalité) sur des aspects de base du système économique français, mais surtout le regard inquiet qu’ils me posaient après avoir répondu, du genre “j’ai bien répondu ?” Je me suis aussi rendu compte que beaucoup de monde n’osaient pas admettre qu’elles ne savaient pas, et étaient “sans opinion“, et préfèraient répondre n’importe quoi. Je pense que toute personne qui utilise des sondages devraient prendre 2 ou 3 jours pour en faire passer, dans la rue, pour comprendre comment les gens répondent avant de tirer des plans sur la comète…

[25/03/2009] Pour compléter ma critique des sondages, je voulais aussi rappeler un sondage intéressant, commandé en 2000 (aux Etats-Unis) par le magazine Time et CNN, lorsqu’il était demandé aux “gens” s’ils pensaient faire partie du 1% des Américains les plus riches: 19% répondaient que “oui“, et 20% affirmaient que “ça ne saurait tarder“. On peut retrouver une analyse plus complète par Andrew Eggers dans un  papier intitulé not so deluded after all (ici) ou dans un papier de David Brooks, superiority complex paru dans Monthly Atlantics en 2002 (ici). Sur le sondage original, Andrew Eggers explique qu’il a été mené par Yankelovich Partners fin octobre 2000 sur 2060 personnes interrogées au téléphone. Ces ordres de grandeurs ont été observés par la suite.