Métadonnées et vie privée, l’équation insoluble?

Dans le cadre de la série d’articles (sur le thème des données) que j’édite sur variances.eu (le blog d’ENSAE Alumni), Yves-Alexandre de Montjoye –  @yvesalexandre – revient sur le thème métadonnées et vie privée, l’équation insoluble?

À l’image du texto, les comptes-rendus d’appels ou CRA, autrefois uniquement destinés à des fins de facturation, ont de loin dépassé leur but premier. Il est devenu clair au cours des derniers cinq ans, que ces métadonnées, littéralement “données à propos des données”, étaient utiles pour bien plus que juste la facturation. Connaître, même de manière anonyme, qui téléphone ou qui envoie un texto, à quel moment, et de quel endroit est une source d’information exceptionnelle sur nous-même et la société dans laquelle nous vivons.

Les comptes-rendus d’appels (CRA ou CDR en anglais) ont déjà été utilisés par des chercheurs pour étudier les vecteurs de propagation d’épidémies comme la malaria [1] ou de réaliser des recensements de population en temps réel [2]. Au-delà du monde de la recherche, l’utilisation commerciale de ces données est déjà en plein essor aux États-Unis et ailleurs, comme en témoigne le programme “precision insight” de Verizon ou FluxVision d’Orange.

Le potentiel de ces données ne doit cependant pas nous faire oublier que chacune d’entre elles est produite par une personne passant un appel, recevant un texto d’un ami ou effectuant un déplacement. Les CRA contiennent des informations détaillées et potentiellement sensibles sur le comportement, les habitudes de déplacement, ou encore le style de vie d’une personne.

Permettre la collecte et l’utilisation des données en respectant la vie privée des utilisateurs passe souvent, d’un point de vue pratique mais aussi légal, par leur “anonymisation”. L’idée est en effet que si les données ne sont pas associées à un individu, les informations qu’elles contiennent ne peuvent pas lui nuire.

[à suivre…]

Retour sur 20 ans de numérique et d’Internet

Ce mois-ci, je vais être éditeur d’une série d’articles sur le thème des données, qui seront publiés sur variances.eu, le blog d’ENSAE Alumni. Pour le premier article, Philippe Tassi propose un retour sur 20 ans de numérique et d’Internet.

Depuis le bouleversement apporté, à la fin du XIXème siècle et varile début du XXème, par l’accès du grand public à l’électricité, aucune autre révolution de même nature n’a eu lieu jusqu’à la mise à disposition commerciale d’Internet, au milieu des années 90, et donc l’entrée de nos civilisations dans le monde numérique.

D’abord, des faits : même si certaines données chiffrées actuelles seront rapidement caduques, elles décrivent aisément la vitesse de diffusion d’internet à la fois en termes d’accession et d’usage. A l’automne 1997, moins de 1 % des foyers vivant sur le territoire français sont connectés à Internet. Cette proportion passe à 4,7 % en 1999, 27,4 % en 2003, 35,5 % en 2005. Dix ans plus tard, en septembre-octobre 2015, 85 % des ménages y ont accès. Et au-delà de l’accès au réseau, sa pratique est devenue massive : 45 millions de français se connectent à Internet au moins une fois par mois, tout écran.

Internet ne s’est pas construit en un jour

La conception d’Internet n’est pas récente. Il a fallu du temps entre l’apparition du socle technologique – Ray Tomlinson, décédé en mars 2016, a inventé l’e-mail en 1971 – et la mise en œuvre de services adaptés au public. Par comparaison, on a su transporter du son via les ondes hertziennes dès les années 1890, alors que la radio, en tant que média, n’existera qu’à partir de 1922-1923. Le transfert d’une image mobile par ces mêmes ondes date des années 30, le média télévision étant officiellement créé en France en 1949.

Internet n’échappe pas à cette règle. Son point de départ est la crise des missiles de Cuba, en octobre 1962, en pleine guerre froide entre Etats-Unis et URSS. Elle révèle au président Kennedy la faiblesse d’un système centralisé. En 1964 apparaît l’idée de réseau décentralisé, moins vulnérable. Une première ébauche est conçue en 1969, dénommé Arpanet (Advanced Research Projects Agency) ; elle relie les universités de Stanford, UCLA, Santa Barbara et Utah. Le courrier électronique existe dès 1971. Les bases techniques des protocoles TCP et TCP/IP datent des années 70. Dans cette même décennie naissent Microsoft (1975) et Apple (1976). En 1983, Arpanet est scindé en Milnet, intégré au réseau militaire américain, et un nouvel Arpanet universitaire, renommé Internet en 1986. 1990 voit l’émergence du protocole http et du langage html, du concept de www. Les créations des futurs acteurs majeurs se multiplient : Yahoo! et Amazon en 1994, Google en 1998, FaceBook en 2004, Twitter en 2006. Fin des années 2000, les voies menant au monde digital se sont diversifiées : à l’historique micro-ordinateur se sont ajoutés les nouveaux écrans : smartphone depuis 2007, tablette depuis 2010, favorisant la mobilité. L’individu devient ATAWAD : Any Time, Any Where, Any Device. En 2015, le ménage français moyen dispose de 6,4 écrans.

[à suivre..]