On Hoeffding’s identity

In 1940, Wassily Hoeffding published Masstabinvariante Korrelationstheorie, which was an impressive paper. For those (like me) who unfortunately barely speak German, an English translation could be found in The Collected Works of Wassily Hoeffding, published a few years ago. As I keep saying in my courses about copulas, almost everything was in that paper, by Wassily Hoeffding. For instance, we can see the following graph, of a cumulative distribution function,

What is the difference with a copula? A copula (in dimension 2) is the cumulative distribution function of a random pair with uniform on , as defined by Abe Sklar

But Wassily Hoeffding considered a random pair with uniform on . But everything else is the same. He can even derive the level curves of the density of the Gaussian copula,

> library(mnormt)
> r=.6
> dc=function(u,v) return(
+ as.numeric(dmnorm(cbind(qnorm(u),qnorm(v)),varcov=
+ matrix(c(1,r,r,1),2,2))/dnorm(qnorm(u))/dnorm(qnorm(v))))
> n=500
> vectu=seq(1/n,1-1/n,length=n-1)
> matdc=outer(vectu,vectu,dc)
> contour(vectu,vectu,matdc,levels=
+ c(.325,.944,1.212,1.250,1.290,1.656,3.85),lwd=2)

 

But another interesting point is that there is the so-called Hoeffding’s equality

which is interesting, and quite important, actually, to understand that the covariance (or the correlation) can be seen as some ‘distance‘ to the independence. More precisely, observe that

where  would be the joint cumulative distribution function of some independent variables, with the same marginal distributions.

Of course, it is not exactly a distance, since it can be negative. But still. Now, the thing is that the proof is not trivial. But it is using interesting identities. For instance, in 1885, Franklin wrote a nice paper, Proof of a Theorem of Tchebycheff’s on Definite Integrals, in the American Journal of Mathematics. To get some heuristics about the identity, consider some (finite) sequences  and , then one can prove that

And there is a continuous version of that identity. Consider two bounded functions  and , on some interval,  then

is equal to

In 1979, in Monotone Regression and Covariance Structure, Gerald Shea gave a more probabilistic interpretation of that results, using the fact that

and using a different measure. More precisely, assume now that  functions  and  are integrable, with respect to some measure , on some set . Then

is equal to

In the case where  is a probability measure of , i.e. , this equality is the one used by Wassily Hoeffding, in 1940. The interpretation in terms of random variable is simple that

(with standard assuptions of existence of those quantitites) where  and  are two independent vectors, with identical distribution, . Actually, this relationship can also be found in Some Concepts of Dependence, by E. L. Lehmann, published in 1966. Oh, and by the way, the connection with Chebyshev inequality (claimed in the title of seminal paper by Franklin) come from the fact that if  and  are monotonic, then the left part of the identity is positive, and thus,

But let’s get back to Hoeffiding’s result. How do we get it from that lemma. The idea is to write

as

i.e.

We can then intervert the integral and the expectation, use the fact that

and then, and some integral calculus can be used to rewrite that expression as

So we get here Hoeffding’s identity. Actually, as mentioned by Ben Derrett about the equality above, it can be observed (see http://math.stackexchange.com/105713) that

can also be written

where again,  and  are two independent vectors, with identical distribution, . The later can be writen

Blogues de Sciences Francophones ?

Allez, je me lance… je vais rompre avec la règle d’or que connaît tout chercheur vivant dans le monde académique : ne jamais parler de ses échecs. Il est en effet de bon ton de dire “j’ai un financement du NSERC” mais pas de dire “sur mes cinq demandes de financement, toutes ont été rejetées. Sauf Une.” On peut raconter une anecdote sur les papiers rejetés, autour d’un café, mais mieux vaut éviter de dire qu’on a eu plus de lettres de rejet que de lettres d’acceptation dans sa boîte de messagerie. Et surtout, ne jamais l’écrire à l’encre indélébile. Oups.

A deux reprises la semaine passée, je discutais avec des blogueurs, chercheurs comme moi pendant leur temps libre (ou le contraire, je finis par me perdre), et les deux m’ont dit “tiens, on ne t’a pas vu dans la compilation des blogues de sciences francophones“. Eh oui, je crois que je ne suis pas dedans, effectivement. Cela dit, comme tout bon chercheur, j’ai bien entendu une explication ! Voire plusieurs !

☐ “mon travail est trop avant-gardiste pour être comparé aux autres
☐ “c’est un complot, les gens derrières ce classement ne m’aiment pas
☐ “ce que je fais, c’est plus que de la science, c’est de l’art, tu sais
☑ “c’est nul de mettre les gens dans des cases, et je ne suis pas exclusivement francophone

On l’occurrence, j’aime effectivement prendre comme (piètre) excuse la langue. Car je suis militant – voire activiste – en faveur des blogs de sciences. Ce qui rend vexant de ne pas être retenu comme blogueur de sciences. En revanche, la langue m’indiffère! Comme mon blog est professionnel, j’ai tendance à bloguer en anglais, mais quand il faut écrire de manière un peu plus subtile, pour éviter les malentendus, je recours à ma langue maternelle. Si je blogue à l’occasion en anglais, c’est que c’est plus simple: tout ce que je lis ou presque est en anglais.

Maintenant, comme tous les chercheurs, j’ai aussi un amour propre (et un égo) démesuré, et comme toujours les échecs, ça touche un peu. Car, ami lecteur, derrière ce blog que tu consultes régulièrement (si ce n’est pas encore le cas, il va falloir changer tes habitudes !) il y a du travail (mine de rien). Et sentir son travail un peu valorisé, ça fait toujours plaisir. Il y a quelques semaines, j’avais invité Pascal Lapointe (a.k.a. @paslap, qui a justement dirigé la publication du livre compilant les blogs) pour un café, car je voulais discuter de vulgarisation et de blogs de sciences justement. Et il m’expliquait qu’il ne comprenait pas le sens academic blogging, que j’avais pris l’habitude d’utiliser (par exemple en mettant en avant le blog de Paul Krugman : sous prétexte qu’il est académique, peut-on dire que son blog est un blog académique ? et je pense qu’il a raison, ce qui m’a fait reprendre le terme utilisé par hypotheses.org, carnet de sciences ouvert). Mais je persiste sur l’importance de donner un nom à cet activité que nous exerçons, pour savoir comment la positionner. Puis-je parler de mon blog dans mes demandes de subventions (mon blog peut donner une forte exposition à mes travaux) ? Puis-je financer avec mes fonds de recherche des livres que j’achète pour faire un billet sur mon blog, et pas un article de recherche (pour l’instant je finance avec mes sous personnels, ce sont des cadeaux en moins pour mes enfants à Noël) ? Puis-je héberger des travaux de mes élèves sur mon blog, comme billets invités ? On avait lancé le débat dans les commentaires d’un vieux billet, et je pense que j’essayerais de le poursuivre car je pense qu’il est important.

Maintenant, pour revenir à cette compilation, la petite histoire est que l’an passé, plusieurs personnes m’avaient sollicité. Des gens qui lançaient la compilation, mais aussi les éditeurs de mon blog. Pour le premier, la logique est simple : un recensement n’a de sens que si l’éventail est large; pour les second, être présent dans ces compilations donne une grande visibilité. Les démarches étaient simples (de mémoire) : il fallait envoyer deux posts qui pourraient être les ambassadeurs du blog. J’avoue ne plus trop savoir ce que j’ai retenu, et ne pas avoir compris non plus ce à quoi je participais… Si je l’ai fait, c’est parce que j’avais cru comprendre qu’il s’agirait d’une espèce de recensement, avec une liste aussi complète que possible (plusieurs personnes le font, et c’est probablement très intéressant, je pense au particulier à l’initiative visant à recenser des blogs de sciences féminins). Mais ex-post, j’ai l’impression qu’il s’agissait d’une espèce de concours (car il semble qu’il y ait un jury qui a fait une sélection). Dans ce cas, autant mettre les choses au clair : je veux bien que mon blog se retrouve cité dans des listes diverses et variées, mais je ne vais pas l’inscrire à des concours de beauté ! La raison est simple : je passe mon temps à me faire évaluer, et à évaluer les autres1 . J’ai toujours revendiqué mon blog comme un espace de liberté au sein du monde académique. L’humiliation, je garde ça pour mon travail d’enseignant et de chercheur (ça fait partie de la vie de touts les jours) par contre, je ne garde que les bons côtés du monde académique pour mon blog. J’écris sur les sujets que je veux, je me fais plaisir en essayant de répondre à des questions que je me pose, ou dans le meilleur des cas, qu’on me pose… Mais ne me demandez plus, s’il vous plait, de l’inscrire de nouveau à un concours de beauté !

Voilà, c’est dit.

1 rédaction de dossier pour des demandes de financement (où je dois faire croire que je suis le meilleur et que ma recherche va sauver l’humanité), lecture des évaluations des cours par mes élèves (qui adorent les profs sympas qui font des blagues et qui mettent des bonnes notes), réception de rapports de relecture par des pairs (qui n’ont pas aimé mon papier et qui me demande au moins de citer 3 papiers écrits par la même personne sans grand rapport avec mes travaux), évaluation de rapports de collègues (qui veulent des financements que je me suis fait refuser l’an passé), élaboration d’un projet de demande de financement pour un étudiant de maîtrise, etc.

2 les images sont tirées de l’excellent Little Miss Sunshine.