Somewhere else, part 113

Some writings worth reading, here and there

A good rule of thumb, though not always true, is this: Modern (“neoclassical”) economic theory has been pretty successful at describing people’s decision-making patterns in static settings, but not so good at describing how people make decisions in dynamic settings. When people have to peer into the future to make their decisions, they do stuff that we don’t really understand yet. The key way that economists model behavior is by assuming that people have preferences about things. Often, but not always, these preferences are expressed in the form of a utility function. But there are some things that could happen that could seriously mess with this model. Most frightening are “framing effects”. This is when what you want depends on how it’s presented to you. For example, suppose I asked you to choose between Skippy and Peter Pan peanut butter, and you chose Skippy. But suppose I instead asked you to choose between Skippy, Peter Pan, and Jif, and you chose Peter Pan! This is really weird, since the first choice would imply that you preferred Skippy over Peter Pan, and the second choice would imply that you preferred Peter Pan over Skippy. The only thing that changed was the fact that there was Jif sitting nearby. If this kind of thing happens often, then modeling human preferences is probably hopeless, because there’s no way we can predict all the little factors that could affect a given decision. In other words, with framing effects, preferences will tend to be unstable.” [to be continued…]

et un peu de lecture en français (en plus de plusieurs billets mentionnés par ailleurs sur mon blog)

Did I miss something interesting?

Valeur, Prix et Gratuité

Pour narrer proprement l’histoire qui m’est arrivée vendredi après-midi, je dois revenir plusieurs mois en arrière. A l’époque, je m’apprêtais à accueillir une stagiaire d’été, pour un “stage de recherche“. L’idée était d’offrir une initiation à la recherche, en faisant lire des articles – pour aller un peu plus loin que ce qui a été vu dans les cours suivis – et d’appliquer une méthodologie un peu nouvelle sur un problème concret (en tous les cas, c’est ce que je proposais). J’ai trouvé un joli problème, sur lequel je souhaitais travailler, mais faute de temps, je ne m’y étais pas investi jusqu’alors. Et j’ai contacté une entreprise qui avait ces données (ou disons qui auraient du avoir des données parfaites pour ce genre de problème), pour essayer d’avoir un échantillon de données. Après six mois de discussions (j’essaye d’entreprendre des discussions tôt, histoire d’avoir des données aussi propres que possible lorsque le stage commence), j’avais l’impression que je m’étais engagé dans une voie sans issue: mon interlocuteur était intéressé, mais il avait peur de ce qui arriverait à ses données si elles tombaient entre de mauvaises mains (disons la concurrence, pas les autorités fiscales, rassurez-vous). Et de mon côté, je me rendais compte aussi que les données ne seraient pas aussi propres que je pouvais l’espérer, et un gros travail serait nécessaire en amont. Nous en étions resté là, c’est à dire presque nulle part (et ma stagiaire a finalement travaillé sur un tout autre sujet).

J’avais un peu oublié cette histoire, jusqu’à vendredi. Par un coup de téléphone (c’est pourtant rare que je décroche), mon ancien interlocuteur me rappelait, pour m’annoncer qu’il était toujours intéressé par une collaboration, et que sa direction avait donné son accord, mais qu’il faudrait un contrat en bonne et due forme. Sauf que là, de mon point de vue, la situation avait changé. Dans mon argumentaire utilisé quelques mois auparavant, je lui disais qu’un des avantages était qu’en contrepartie d’un peu de son temps, il aurait une étude gratuite sur un sujet qui pouvait l’intéresser. Et j’estime que dans ce genre de deal, on en sort tous gagnant : mon étudiante a appris des choses, tout en se confrontant à un vrai problème (rares sont les étudiants à vouloir poursuivre une carrière académique par la suite), et l’entreprise a un rapport d’étude sur ses données à elle. Et moi, ben j’ai fait ma job d’encadrement, tout en ayant la possibilité de confronter un problème théorique à de vraies données (qui pourrait, dans le meilleur des cas, donner lieu à une éventuelle publication). Sauf que là, je ne suis plus demandeur, et l’entreprise, elle, l’est. J’ai essayé de lui expliquer que maintenant, l’étude se ferait dans le cadre d’un contrat de consultation. Et au vu de ce que j’avais pu entrevoir, il y avait beaucoup de travail sur les données. Bref, l’étude coûterait cher, et je n’étais même pas certain d’avoir assez de temps – en ce début de cession – pour la mener à bien. J’ai senti un certain désarroi dans sa voix, mais en ce moment, je n’ai pas de stagiaire, et comme je renoue avec les conférences, cette année, j’ai préféré ne pas prendre de stagiaire d’été cette année.

Ce genre de malentendu (je ne sais pas si le mot est bien choisi) me met toujours mal à l’aise. Mais mes journées sont courtes, je consacre une partie (non négligeable) de mon temps à mon travail, à savoir enseigner, et mener des activités de recherche (et aussi vaquer à diverses tâches administratives, de comités et autres). A côté, il m’arrive de faire de la consultation si j’ai suffisamment de temps libre (et pas de papier de recherche à terminer) moyennant rétribution; ou de travailler sur mon blog, ce que je fais bénévolement car c’est par plaisir. Je ne reviendrais pas sur la discussion qui a animé la blogosphère ces derniers jours (sur l’opposition entre journalistes ‘scientifiques’ et blogueurs de sciences, que je qualifierais d’universitaires bloggeurs, TomRoud ayant clôturé le sujet, mais il y a effectivement un aspect important dans ce débat dont personne ne parle trop, à savoir que les universitaires font gratuitement une activité contre laquelle les journalistes sont, eux, rémunérés… ce qui sera toujours source de tension), mais le fait que les universitaires blogguent pour leur plaisir (et gratuitement) est un élément important. C’est en tous les cas ce que je me dis à chaque fois qu’on me propose de rentabiliser la forte fréquentation de mon blog, en mettant des bannières publicitaires. Chaque fois, je me sens agressé. Je veux dire que ce blog est un élément important de ma vie, de part le temps que je passe dessus, et de part la (vague) notoriété qu’il me donne (je suis convaincu d’être plus connu pour mon blog que pour mes publications académiques). Je pense que je vivrais ça comme un acte de prostitution, car il s’agit d’une vente de service, sans vraiment être consentant, pour des raisons (uniquement) financières, et qui laisse un arrière goût désagréable (je renvois à l’article de Francis Cabellero sur le sujet). Ce qui n’est pas le cas avec de la consultation. Un de mes derniers travaux, pour un cabinet d’avocat, a été l’occasion (en plus de payer des vacances à toute la famille) de m’amuser, en appliquant des méthodes que je pensais, jusqu’alors purement théoriques ! Bref, je refuse de vendre des espaces publicitaires sur mon blog. En revanche, c’est toujours avec plaisir que je fais (gratuitement) de la publicité lorsque j’ai aimé une activité. Ça peut être des livres que j’ai lu (en lien avec mon travail, ou pour faire partager un morceaux du patrimoine de la Nouvelle France), des expositions ou des conférences que j’ai pu voir.

Et cette semaine, je vais faire de la publicité pour des artistes que j’ai découvert ce matin, en faisant le marché1. Il va falloir que je prenne quelques précautions, car l’hébergeur de mon blog m’avait dit que le blog était soumis au droit français. Et connaissant peu (voire mal) le droit sur la publicité sur les alcools, je ne voudrais pas faire de l’incitation à la consommation ! Je voudrais avant tout rappeler que si le Québec est rarement est territoire que l’on visite pour sa production viticole, il y a en revanche un grand nombre de microbrasseries dans la région (ainsi qu’en Nouvelle Angleterre). Et ce matin, au marché, j’ai découvert qu’on pouvait se procurer la musique qui jouait dans le magasin (de bières locales justement), en l’occurrence une édition spéciale du groupe quimorucru, originaire de Gaspésie (qui est un mélange des Pogues, de la Bottine Souriante, avec en plus du cajun dedans, par moments). Pour tourner les choses de manière la plus neutre qui soit, disons qu’en achetant un CD (pour le prix d’une bière), on vous offre une bière ! La pit caribou spéciale quimorucru ! Je ne parlerais pas de la bière, mais la musique joue depuis ce matin dans la maison, et les enfants qui – comme moi – aiment beaucoup (à l’occasion) la musique traditionnelle sont ravis ! Tout ça pour le prix d’une bière ! Ça m’a réenchanté de voir que ce qui est offert de bon cœur (et gratuitement) peut avoir une grande valeur !

1. Après ma visite du musée des Beaux Arts la semaine passée, et de la dernière bande dessinée de Jimmy Beaulieu, je vais continuer à écrire quelques billets pour faire découvrir aux Français de France ce qui existe de l’autre côté de l’Atlantique. J’en profite à l’occasion pour comparer les systèmes éducatifs, mais c’est tout de suite plus technique (et biaisé car je n’ai connu – de l’intérieur – que deux universités au Québec, et le fonctionnement dans les autres provinces me dépasse encore un peu).