Khi de la poule ou de l’oeuf…

Samedi soir, Djalil et Florent se demandaient ce que Karl Pearson avait inventé en premier, la loi du khi (ou du chi), ou la loi du khi-deux (pensant que la loi du chi-deux était relativement naturelle, et que la loi du khi découlait de la loi du khi-deux). La loi du khi admet pour densité

https://perso.univ-rennes1.fr/arthur.charpentier/latex/densite-chi.png

et est aussi parfois définie à partir de la fonction Gamma incomplète, i.e. sa fonction de répartition est

https://perso.univ-rennes1.fr/arthur.charpentier/latex/chi-fdr2.png

https://perso.univ-rennes1.fr/arthur.charpentier/latex/gamma-reg-1.png

avec

https://perso.univ-rennes1.fr/arthur.charpentier/latex/gamma-reg-2.png
et classiquement,

https://perso.univ-rennes1.fr/arthur.charpentier/latex/gamma-reg-3.png

Pour la loi du khi-deux, sa densité est

https://perso.univ-rennes1.fr/arthur.charpentier/latex/chi2-densite.png

dont la fonction de répartition est

https://perso.univ-rennes1.fr/arthur.charpentier/latex/chi2-fdr.png

Bref, on peut définir ces deux lois complètement indépendamment de leurs applications: si on considère des variables indépendantes https://perso.univ-rennes1.fr/arthur.charpentier/latex/Xi-normaux.png, alors

https://perso.univ-rennes1.fr/arthur.charpentier/latex/chi2-somme.png

suit une loi du khi-deux, alors que

https://perso.univ-rennes1.fr/arthur.charpentier/latex/chi-somme.png

suit une loi du khi. Bref, intuitivement, on définit d’abord la loi du chi-deux avant d’introduire la loi du khi, si l’on part de l’interprétation. Et si l’on reprend le texte fondamental de Fisher, ici, datant de 1922, on ne retrouve que le khi-deux

Mais dans “The lady drinking tea“, David Salsburg suggère que Karl Pearson avait introduit le khi avant le khi-deux… Si l’on y regarde de plus près, Karl Pearson a proposé le “test du chi-deux” en 1900 (ici), avec l’idée que l’exposant qui apparait dans la loi normale pouvait être noté, comme on le retrouve ci-dessous

On voit aussi interprété dans ce texte le khi, et pas seulement le khi-carré.

Effectivement, si l’on regarde ici par exemple, la loi du chi-deux est reliée à l’étude du volume d’un ellipsoïde. Mais ce n’est pas la première apparition de cette variation dite du khi-deux. Si on y regarde de plus près, par exemple ici, ou , on notera que Karl Pearson avait défini, dès 1896 aussi bien la loi du khi que la loi du khi-deux, dans le cadre de ce qui s’appelle les distribution de Pearson de type III,

Autrement dit, Karl Pearson a commencé par définir les deux lois simultanément, via les fonction gamma incomplète, et autres équations d’analyse fonctionnelle, et c’est seulement plus tard que l’utilisation de la loi du khi-deux l’a emporté, de part son interprétation relativement élégante (somme de carrés de lois normales centrées réduites) et le test d’indépendance (ou d’adéquation) du khi-deux.
Mais en 1931, Karl Pearson renvoie à un papier plus ancien où l’on trouve pour la première fois la loi du khi-deux, suggérant d’ailleurs d’appeler cette loi la loi de Helmert, en mémoire à Friedrich Robert Helmert, qui avait également beaucoup travailler sur les moindres carrés (dont il est naturel d’arriver à des sommes de carrés de lois normales, ici), qui aurait trouvé cette loi en 1875. Mais on peut également remonter aux travaux d’Ernst Karl Abbe en 1863 qui avait également mentionné la loi.

Mais c’est de Karl Pearson que l’on a hérité la notation et le nom du khi-deux.