Category Archives: Research

Rencontres Mutualistes

Lundi et mardi, je serais a Beaune, en Bourgogne, pour les premières rencontres mutualistes. On m’a demande d’intervenir en ouverture de la seconde journée, sur le thème “segmentation et mutualisation”.

Les slides sont dès à  présent en ligne. Comme j’ai peu de temps, je reviendrais sur les grands principes de la tarification et du rôle de l’actuaire. J’ai ensuite pense qu’une discussion autour du graphique suivant pourrait être intéressante, en particulier sur les deux bornes, inférieure (‘average pricing‘) et supérieure (‘perfect pricing‘)

On finira avec un rapide retour sur les pricing games, pour conclure.

Big Data and Artificial Intelligence

New week, I will be in France for a few days. On Monday and Tuesday, I will be in Beaune, in Burgundy, at the first “Rencontres Mutualistes” (I will upload the slides of my talk soon). And on Wednesday, I will be in Paris, at ESCP Europe Business School. I will be giving a two hour lecture on “Big Data and Artificial Intelligence”, to use some buzzwords, as asked. More honestly, it will be on (new) data and (new) algorithms for predictive modeling. Slides are now online.

Mapping cities

a French version of this article is online at http://variances.eu/

Issue 53 of Insee Analyses Ile-de-France provides an analysis of “a social mosaic specific to Paris“, with the map in Figure 1.

Figure 1 : INSEE, Insee Analyses 53, 2017

This map is a priori familiar to many people, in the sense that we quickly recognize the city represented, we know how to quickly find different elements, and we know how to read the information presented, almost instinctively. In urban history, the way we saw, and how we represented the maps, has often been the basis of urban planning. Changing representation has made it possible to change the structure of cities. We will take up here the two major historical turning points, mentioned in Söderström (1996), based on two recent works: the representation of Rome at the beginning of the Renaissance, and the first iconographic plans, described in Maier (2015), and the “social” or “health” maps of London of Victorian civil servants, described in Vaughan (2018). In particular, the latter are the ancestors of zoning maps, which are widely used in urban planning, but also correspond to the majority of maps produced by statisticians and economists (the INSEE map is an example). And some maps from the last century have nothing to envy to the maps produced today, in the era of big data.

Rome, Leon Battista Alberti and Leonardo Bufalini, and the unchanging motives

Choay (1980) emphasizes the fundamental role in the history of urban planning of Alberti’s De Re Aedificatoria (presented in manuscript form to Pope Nicholas V in 1452, but published only in 1485). The Alberti Treaty is indeed the first text to consider construction (Alberti prefers the term “construction” – ædificatoria – to cover both architecture and urban planning) in terms of an autonomous domain to which the rational method must be applied. The history of representation sees a turning point with the Renaissance, with figurative forms to represent urban space. We will leave the medieval aesthetic with the rediscovery of perspective, which will produce a rationalization of what can be seen, even if it often induces a partial vision of the object. In his treatise, Leon Battista Alberti proposes a scientific method governing the art of building the house, but also the entire city. But it is in Descriptio urbis Romae, probably written at the same time, that he deepened the idea of urban planning, taking the particular example of Rome.

In his book, Alberti does not propose any map of Rome, but a list of instructions to be followed to create one, with the coordinate tables of several important elements of the city, natural, but also artificial. The list includes the ramparts, the river (the Tiber), the city gates, more than thirty public buildings, including the Capitol, which for Alberti is the reference point of the urban plan. He proposed to represent the city by using a disc divided into 48 portions, and by using the distance to the Capitol (in addition to a compass) to place any building. All calculations are detailed in Ludi Matematici Descriptio, using triangulation techniques. In 1450, Alberti invented the geometric plan, corresponding to what we would today call the plan of a city, even if the circular shape may surprise at first sight (see Figure 2), and does not correspond to the ichnographic plan that we all use today (obtained by horizontal and geometrical projection on a plan).

Figure 2 : reconstruction of Alberti’s map in Descriptio urbis Romae, by Luigi Vagnetti in Lo studio di Roma negli scritti albertiani (1974). Source: Maier (2015).

Its plan corresponds to the emergence of a new mode of representation, very geometric. But it was not until Leonardo Bufalini’s plan in 1531 that the first ichnographic plan arrived (it would be unfair to forget Imola’s plan drawn in 1503 by Leonardo da Vinci). If Alberti’s plan indicated the coordinates of a building, Bufalini decided to incorporate the ground plan of the buildings into his city plan.

Figure 3 : carte de Bufalini, Roma, 1551, British Library Londres. Source : Maier (2015).

But if Alberti’s plan has had such an impact, it is also because it came at the time when Pope Nicholas V launched a plan to rebuild Rome, covering an entire district, from Castel Sant’Angelo to the Vatican. This is probably the first urban planning on this scale, proposing to use the urban form as an instrument of social engineering. Alberti’s representation helped this project, with a scientific vision of the map, no longer depending on the artist’s artistic skills, or to inscribe the map in a story that would give it meaning. This urban map is self-sufficient, containing the terms of its own meaning. In Latour’s (1989) terminology, these representations that can be detached from the place (or object) they represent, “while remaining immutable so that they can be moved in all directions without further distortion, loss or corruption” correspond to immutable motives. Alberti’s map is one of the first examples of these immutable mobiles. It juxtaposes the natural and the human construction, the profane and the sacred, placing measurement and position as the only values.

These plans see the urban space as a whole, not offering a single point of view, such as Jacopo Filippo Foresti’s more classic maps (for the time), for example (see Figure 4). It is possible to take Foresti’s point of view to see his map. Alberti’s map exists only as an abstract object.

Figure 4 : view of Rome by Jacopo Filippo Foresti, 1490. Source: Maier (2015).

If Leonardo Bufalini’s map revolutionized urban mapping, and if the iconographic plan is the dominant representation today, these maps have long remained marginal, because they were exclusively reserved for administrative, military or administrative purposes. The map of Foresti has not completely disappeared: it can be found in tourist maps, for example, which are not very concerned about proportions, simply seeking to stage monuments or to indicate itineraries. We then contrast an often local, horizontal vision (on a human scale) with a vision sometimes called zenithal which proposes to conceive objects in abstract terms. It is the latter that makes it possible to represent the city in the form of different neighbourhoods, with different levels of wealth for example, resulting in geometric plans for social statistics in Victorian times, making it possible to be the subject of census, measurement and comparison.

Also noteworthy is the 1748 map of Rome created by Giambattista Nolli. Previously, Leonardo Bufalini proposed to take the point of view of an eagle, flying over the city. Nolli established the now common practice of representing entire cities from above without a single focal point, each block being considered as if the cartographer were directly above it.

Figure 5 : Giambattista Nolli’s map of Rome, 1748. Source: Sylvain Mottet.

London, Thomas More and Charles Booth, and the zoning maps

At the end of the 19th century (from 1870 onwards) Germany saw the first “social maps”, born in the context of an increasingly dense urban population, high social tensions and deteriorating health conditions. German planners proposed a vision of the innovative city as a living organism that needed to be made to function more efficiently. In 1876, Reinhard Baumeister in Stadterweiterungen in technischer, baupolizeilicher und wirtschaftlicher Beziehung and especially Josef Stübben in Der Städtebau, in 1890, proposed the first urban planning manuals. Thus, towards the end of the first chapter, Baumeister proposes to use an urban expansion plan, a master plan to organize the future urban space. For him, it was a question of ensuring the stability and proper functioning of a city designed as a living organism to deal with the problems it faces: overcrowding in certain districts, traffic and hygiene problems, social unrest, etc. To do this, he suggests specializing the city’s sectors in functional and social terms – what we will later call a “zoning plan” (or Bauzonenplan) – and ensuring the sustainability of this specialization. However, he warns against an overly rigid and inflexible master plan: urban development cannot be planned with too much precision, and it is therefore counterproductive to want to freeze it in a totally predetermined framework. Its plan aims to provide general guidelines necessary for the cohesion of the urban organization. In particular, he notes that the more guidelines there are, the more they will have to be the subject of local plans with a limited time horizon.

While the zoning plan was not originally conceived as part of the management plan, it quickly became the key document, its clearest and most effective part. The objective was to understand, at a glance, the whole city as part of an administrative project. It is not only a question of having an overall vision of the city (which the iconographic plan already allowed) but also of using colour codes that facilitate the total regulation of this city. In particular, this zoning plan made it possible to predict several years or even decades in advance what the morphological and functional characteristics of a given area would be. In particular, it allowed investors to anticipate the future of an area and guarantee a certain return on their investments.

This vision proposed by Baumeister thus made it possible to see better, for example, that the most bourgeois areas were often located in the west of the cities. This position is simply because these areas are often healthier from a health point of view: the smoke and smog produced by cities are dispersed in the upper layers of the atmosphere, and when the wind comes from the west (which happens most often in most European cities) the smoke and smog are transported eastwards and towards the lower layers of the atmosphere. From this observation, it becomes natural to build factories in the east and houses in the west. Baumeister’s work was not only theoretical: he worked on the development of the city of Frankfurt in 1891, then Berlin, Cologne, Essen, etc. In Frankfurt, he thus proposed the idea of concentric zones, which was later taken up by many economists. Figure 6 shows this form of a city, in an article published in 1925 by Ernest Burgess (who would later become one of the founders of the Chicago school). At the beginning of the First World War, all German cities had a zoning plan. And in the following years, it was the United States that adopted the concept, with New York in 1916, and more than 500 cities in 1926. In that year, zoning was officially institutionalized, with the approval of the Supreme Court. In 1933, it was the Athens Charter that recognized zoning as the main and central task of urban planning.

Figure 6 : the concentric city, Burgess (1925). Source : Vaugha (2018)

But in parallel with German development, where civil servants imagine the instruments of contemporary urban planning, social planning in England takes place in a context of strong social tensions. The impoverishment of a large part of the population, the many very precarious housing units, the disastrous sanitary conditions and the increase in crime in large cities have made urban development management an extremely sensitive and political subject. It is not surprising to see Patrick Geddes’ work published in Edinburgh, a biologist by training (the city is seen as a living organism) and an anarchist activist, he thought of the image and cartography as a central tool in the fight against poverty. He developed and advocated the use of statistics and mapping in land use planning and urban development, probably more than anyone else at that time. But history will remember Charles Booth’s work in London from 1886 onwards.

Charles Booth, who began as a merchant and shipowner, devoted himself fully to the first social surveys at the end of the 19th century, based on a precise taxonomy of social categories. He was the first to produce social maps covering the entire urban space. His investigations focused first on the East End, London’s most deprived neighbourhood, before spreading throughout the city over more than 17 years. Its objective was to provide a scientific study of the living conditions of the London population in order to put an end to the images of deprived neighbourhoods. As he said in 1902, his objective was to establish “the numerical relation which poverty, misery and depravity bear to regular earnings and comparative comfort, and to describe the general conditions under which each class lives”.

Booth’s approach was based on the creation of a statistical classification of social categories, ranging from A (the lower class) to H (the upper middle class). It has therefore created, on the basis of the notes taken in the field by the inspectors, a taxonomy that distinguishes the different sectors of the social spectrum. He estimated the number of “poor” (classes A-D) at 300,000 people in the East End and 1,300,000 for the city as a whole, almost a third of the total population at the time. The impact of the figures on the public was enormous and was reinforced by the poverty maps that were included in the results volumes dealing first with the East End and then, a few years later, with the entire city, as illustrated in Figure 7.

Figure 7 : Charles Booth Map Descriptive of London Poverty, in 1898. Source : Vaughan (2018). See also https://booth.lse.ac.uk/map/

The map makes it possible to move from a social logic to a spatial logic: a particular class is translated into cartographic terms, becomes a building, a block of houses, a street, an entire urban area. The social map therefore made it possible to think of the city in terms of homogeneous spatial units. This reasoning is essential for urban planning: it could not develop in the context of the complexity of the discourse, distinguishing between the different inhabitants of the same building. This social vision of mapping, with its focus on slums and poor neighbourhoods, should be brought closer to a health objective.

That said, thinking about urban development in terms of health interventions to heal society from its ills is not new. In 1516, Thomas More founded one of the main forms of urban planning theory, starting with a diagnosis of the disease and then proposing a definitive solution through a total restructuring of the urban form. During the 18th century, the translation of this principle consisted in isolating particular intervention areas (characterized by their insalubrity) and removing them, sweeping away the urban past. The solution adopted at the end of the 19th century was rather to work from what already existed, and to find the most effective solutions to manage the probable future changes in the urban context.

At the end of the 19th century, we also moved from “descriptive statistics” to “prescriptive statistics”, to use Ogien’s terms (2013). We no longer simply evaluate the number of smallpox patients, we begin to make the choice to vaccinate (or not) a specific population, and therefore to set up a mandatory preventive intervention (at the time the vaccine still killed about 1 person out of 300).

The homme moyen (average man) by Adolphe Quetelet will launch moral statistics, with the search for people becoming the norm, the average. Diseases are also beginning to be linked to population density, poor ventilation and humidity. “Dirty, unhealthy, infectious, corrupt or simply stinking are the categories that make it possible to think what we now call pollution” in the words of Fureix and Jarrige (2015). We then move from the social map to the “moral map”, a city thought up by hygienists. Moral geography, which until then had been the subject of partial and unsystematized observations, finds in the map a (graphical) space that synthesizes and organizes it. The social map gave the globalizing vision necessary for the existence of urban planning, and for the precise location of the sites necessary for the targeted and rational functioning of its therapeutic action. In mind is Dr. John Snow’s 1854 map of the cholera epidemic, presented (and updated) in Figure 8. At the time, the dominant theory was the theory of miasmas, claiming that diseases such as plague or cholera spread in the form of bad air. In 1854, with the help of the Reverend Henry Whitehead, by interviewing local residents, he established the geographical distribution of cases, and identified the source of the epidemic: a public water pump on Broad Street. While microbial research has not scientifically established the danger of the water pump, the mapping study of the spread of the epidemic has been sufficient to convince the authorities to close it.

Figure 8 : John Snow On the Mode of Communication of Cholera, in 1855. Source :  https://tabsoft.co/2y82nbf

However, as Vaughan (2018) points out, similar works can be found throughout England at the same time, such as Edwin Chadwick’s Sanitary Map of the Town of Leeds, shown in Figure 9. On this map, Chadwick identifies two groups of dwellings: working class houses and shops, workhouses and artisans’ houses. Colour dots, indicating contagious diseases, only seem to proliferate in poor neighbourhoods. In particular, the map noted that the patients did not live in contiguous areas, but that they are scattered around the map, while being located in poor neighbourhoods.

Figure 9 : Edwin Chadwick, Sanitary Map of the Town of Leeds, 1842. Source : Vaughan (2018) et https://bit.ly/2zL3pM8

The maps had considerable public health impacts, and the zoning, formalized by Charles Booth, was the basis for spatial statistics, as it developed throughout the 20th century.

If the cartography of the city is now complex and rich, it should be noted that economists have taken a long time to leave the “linear city” model, introduced in Hotelling (1929), which has been refined over time, as shown in Figure 10, pitting the residential part (RD – residential district) against the business centre (BD – business district). But that’s another story….

Figure 10 : the different forms of the linear city. Source : Fujita & Thisse (1997).

References:

Booth, Charles (1902) Life and Labour in London. 17 volumes.

Burgess, Ernest (1925). The Growth of the City:An Introduction to a  Research Project.

Choay, Françoise (1980). La règle et le modèle, Paris, Seuil.

Fujita, Masahisa et Thisse, Jacques-Francois. (1997), Économie géographique, Problèmes anciens et nouvelles perspectives. Annales d’Économie et de Statistique, 45, 37-87.

Fureix, Emmanuel et Jarrige, François. (2015), La modernité désenchantée : relire l’histoire du XIXe siècle français, Paris, La Découverte.

Hotelling, Harold (1929). Stability in Competition. The Economic Journal, 39, 41-57.

Latour, Bruno (1989). La science en action. Paris, La Découverte.

Maier, Jessica (2015). Rome, measured and imagined. The University of Chicago Press.

Ogien, Albert (2013). Désacraliser le chiffre dans l’évaluation du secteur public, Versailles, Éditions Quæ,

Söderström, Ola (1996) Paper cities : visual thinking in urban planning. Ecumene, 3, 249-281.

Vaughan, Laura (2018) Mapping Society: The Spatial Dimensions of Social Cartography. UCL Press.

(Petite) histoire du hasard et de la simulation

Entendre « il y a 10% de chances de pluie aujourd’hui » ou « le test médical a une valeur prédictive positive de 75% » montre que les probabilités sont aujourd’hui partout[i]. Une probabilité est une grandeur difficile à appréhender, mais incontournable quand on cherche à théoriser et mesurer le hasard. Et si la théorie mathématique est finalement arrivée très tard, comme le rappelle Hacking (2006), cela n’a pas empêché l’assurance de se développer assez tôt, et d’avoir les premières tables (actuarielles) de mortalité avant même que la « probabilité de décès » ou « l’espérance de vie » n’ait de fondement mathématique. Et de la même manière, de nombreuses techniques ont été inventées pour « générer du hasard », avant l’explosion des méthodes dites de Monte Carlo, en parallèle avec le développement de l’informatique (et du fait qu’une machine pouvait générer du hasard). Continue reading (Petite) histoire du hasard et de la simulation

Insurance, Actuarial Science, Data and Models

Next week, we will have our two-day conference in Paris, on Insurance, Actuarial Science, Data and Models.

Enora (who started her PhD under my supervision last September) will present a poster on agregated data (in the context of anonymity, GDPR, etc) with two focus: econometric regression on compositional data (when an explanatory variable is defined on the simplex, and classical Euclidean geometry cannot be used) and ecological inference.

Ewen (who is enjoying a postdoc position with me) will present a poster also, on our recent work on genealogical data

Insurance, Actuarial Science, Data and Models

Our research chaire ACTINFO, with our colleagues from Lyon, at the DAMI chaire,  PREVENT’HORIZON chaire & ACTUARIAT DURABLE chaire, will organize a 2 day conference in Paris, on Insurance, Actuarial Science, Data & Models, in ten days.

We invited Katrien ANTONIO (KU Leuven), Alexandre BOUMEZOUED (Milliman Paris), Alfred GALICHON (New-York University), Pierre-Yves GEOFFARD (Paris School of Economics), Meglena JELEVA (University of Paris Nanterre), Julie JOSSE (Ecole Polytechnique), Florence JUSOT (Paris Dauphine University), Michael LUDKOWSKI (University of California Santa Barbara), François PANNEQUIN (CREST and ENS Paris-Saclay), Florian PELGRIN (Edhec Business School), Dylan POSSAMAI (Columbia University) and Julien TRUFIN (ULB Brussels). More information (including the program) is online.

Les machines, les procédures, et la fuite de la responsabilité

On essaye de nous faire croire que l’intelligence artificielle est une « révolution ». Et s’il n’en était rien ? Ne peut-on pas voir tout simplement la logique d’un processus qui remonte au moins aux cinquante dernières années ? La bureaucratie nous a poussés à mettre en place dans tous les domaines de la vie de tous les jours des procédures simples, permettant à tout-à-chacun de se dégager de toute responsabilité, de ne plus avoir à faire preuve d’intelligence. Les algorithmes font peur, on se demande où se trouve l’ « humain » dans ces procédures décisionnelles… Et s’il avait déjà disparu depuis bien longtemps ?

Assurance et procédures bureaucratiques

Comme l’avait montré Crozier (1963), la bureaucratie apparaît comme un mode d’organisation rationnel, dans lequel les administrés sont protégés du clientélisme et de l’arbitraire par la mise en place de règles objectives. Car la bureaucratie n’est pas uniquement une administration hiérarchisée (et étatique), c’est surtout un ensemble de normes, de procédures et de formalités qui englobent toutes les activités humaines. Les assureurs, par exemple, ont rapidement compris l’intérêt de ces procédures. Dans le contexte des accidents de la route, le règlement des accidents matériels se fait selon la « Convention IRSA » (Convention d’Indemnisation directe de l’assuré et de Recours entre Sociétés d’Assurance automobile) lorsque deux véhicules sont impliqués (succédant à la convention dite IDA, créée en 1968). Après une évaluation des dommages réalisée par un expert, l’assureur établit lui-même la responsabilité de son assuré et l’indemnise directement des dommages matériels et préjudices subis. Il se retourne ensuite contre le ou les assureur(s) adverse(s) selon les modalités de recours établies par la convention. Cette convention repose sur l’utilisation de barèmes, correspondant à 13 cas d’accidents classiques : le cas 51 par exemple est relatif à une collision entre deux véhicules, dont l’un reculait ou effectuait un demi-tour, et dans ce cas, la responsabilité est normalement entière (100%) pour le conducteur du véhicule effectuant une marche arrière (ou un demi-tour). Dans le cas des accidents corporels, la procédure est moins transparente, mais la loi dite Badinter a proposé de mettre en place un mécanisme simple (pour la victime mais aussi, finalement, pour l’assureur du conducteur), avec comme objectif « d’améliorer la situation des victimes d’accidents de la circulation et d’accélérer les procédures d’indemnisation ». Pour ce faire, plusieurs barèmes sont utilisés. Par exemple, l’Incapacité Permanente Partielle (I.P.P.) mesure la « réduction de potentiel physique, psycho-sensoriel ou intellectuel dont reste atteinte une victime » et se traduit par un pourcentage d’incapacité permanente, selon une échelle de 1 à 100, correspondant à un « barème indicatif des déficits fonctionnels séquellaires en droit commun ». Si ce barème est officiellement « indicatif » , le suivre permet d’éviter d’avoir à se justifier. Toute l’évaluation de l’indemnisation va reposer sur des « certificats médicaux », devenus les pièces administratives fondamentales, eux-mêmes de plus en plus normalisés, et répondant à des formes, et des normes spécifiques. Dans une logique très bureaucratique, ces procédures entendent éviter que l’empathie ne soit favorisée. Le développement de normes procédurales a aussi cet objectif : mettre à distance les victimes, pour qu’une neutralité puisse s’exercer, que l’objectivité puisse être (prétendument) assurée et la justice être effective. Cette forme d’indifférence n’est-elle pas la base du quotidien de l’assurance ? Les gestionnaires de sinistres ne souhaitent-ils pas avoir le maximum de distance avec la personne qui appelle car le toit de sa maison a pris feu, ou parce que sa femme est à l’hôpital suite à un accident de la route ?

La production bureaucratique de l’indifférence

Bauman (2002) montre que cette « production de l’indifférence » émerge souvent d’une configuration extrêmement banale, caractéristique de toutes les sociétés modernes, à savoir le couplage de la « division fonctionnelle du travail » et la « substitution de la responsabilité technique à la responsabilité morale ». En décrivant la bureaucratie au Pakistan, Hull (2012) explique que « ces procédures sont élaborées non pas à cause d’une logique de rationalisation, mais parce que les fonctionnaires se protègent en les déployant vigoureusement et largement ». Ce n’est pas étonnant qu’Adolf Eichmann ait choisi cette ligne de défense, lors de son procès, en avril 1961. En fait, quand on relit Arendt (1966), présente lors du procès quant à la responsabilité d’Adolf Eichmann dans la mise en œuvre de la « solution finale » (envoyée alors par The New Yorker à Jérusalem pour témoigner), elle nous présente un personnage « robotisé », désubstantialisé, n’ayant fait qu’obéir aux ordres. Sans revenir sur la réalité historique du rôle d’Eichmann et la mise en scène du procès, l’analyse d’Hannah Arendt de la bureaucratie est intéressante. Le sous-titre du livre, la « banalité du mal », se caractérise par l’incapacité d’être affecté par ce que l’on fait et le refus de juger, comme tout bureaucrate analysant une situation au travers du prisme d’un formulaire, devenant un robot, dont la responsabilité serait remise en cause par une obéissance mécanique aux ordres. Ce dernier serait finalement « représentatif d’un système […] bureaucratique, dans lequel chaque individu n’est qu’un rouage aveugle […] exécutant mécaniquement des ordres venus de l’autorité respectée ». La thèse d’Arendt (pour reprendre les mots de Cesarani (2010)) est en effet « qu’Eichmann disait la vérité lorsqu’il se présentait comme un fonctionnaire dénué de passion, comme un infime rouage dans la vaste machine exterminatrice, et lorsqu’il affirma qu’il aurait très facilement pu être remplacé par quelqu’un d’autre ». Obéir aux ordres, suivre une procédure rend alors Eichmann coupable, mais la question de la responsabilité reste ouverte (en particulier en distinguant la responsabilité individuelle, et la responsabilité collective). Revenant justement sur la question de la responsabilité quelques années plus tard, Arendt (2005) s’interroge, « comment juger sans se cramponner à des standards, à des normes préconçues et à des règles générales sous lesquelles subsumer les cas particuliers ? ». La bureaucratie peut rassurer par sa rationalité, mais effrayer par l’indifférence qu’elle engendre.

Car la bureaucratie n’a rien de nouveau. Les scribes de l’antiquité étaient les premiers bureaucrates, comme l’affirme Wilford (2001). Plus récemment, si Karl Marx s’est penché sur la bureaucratie de l’industrie pour étudier la domination de la bourgeoisie et du capitalisme, Max Weber a montré que la bureaucratie s’accommode de toute forme de pouvoir. Il écrit ainsi que « la véritable domination [s’exerce] dans le maintien de l’administration au quotidien », « la bureaucratie se caractérise par l’impossibilité beaucoup plus grande que l’on a d’y échapper ». L’entreprise est le lieu privilégié du développement d’une bureaucratie, « l’exigence d’une calculabilité et d’une prévisibilité aussi rigoureuse que possible favorise l’essor d’une couche spéciale d’administrateurs et impose à celle-ci un certain type de structuration » (cité par Claude Lefort). Pour Max Weber, la bureaucratie n’est pas un parasite (comme le pensait Marx) mais une composante fondamentale du capitalisme. La sous-traitance, l’externalisation, le travail à flux tendu ne sont possibles que grâce à des pratiques basées sur une bureaucratie plus importante. Il convient de codifier toutes les informations aussi finement que possible, refuser toute approximation dans les décisions, en certifiant et en normalisant, détaillant la répartition des tâches. Le cloisonnement protège les collaborateurs du sentiment de responsabilité. Les « silos » sont devenus les « paradis des experts ». La forme segmentée et séquentielle du travail protège alors les membres de l’organisation comme le montre Dupuy (2011).

La recherche sans fin de normes

Cette production de l’indifférence a été longuement étudiée par Michael Herzfeld, qui montré la spécificité de la bureaucratie d’état en tant que puissance publique, et concrétisant le déni de toute différence : « elle offre la capacité effective et généralisée de rejeter ceux qui ne rentrent pas dans les catégories préétablies et considérées comme normale » comme le note Hibou (2012). C’est aussi ce que note Sainati & Schalchi (2007) en étudiant l’importance de la bureaucratie et des normes dans la dérive sécuritaire des dernières années, « chaque individu-citoyen est appréhendé en fonction de la catégorie délinquante à laquelle il est censé appartenir. Chacun est nécessairement suspect d’avoir commis, de vouloir ou de pouvoir commettre une infraction. Cette politique d’intolérance sociale va achever de transformer la justice (surtout la justice pénale) en système bureaucratique total… ».

L’inflation normative, qui s’observe dans le monde de la justice, aussi été observée dans monde de la finance, avec le recul des instances étatiques (banques centrales, autorité des marchés financiers, régulateurs divers) qui n’interviennent plus directement, mais au travers l’imposition de règles administratives de plus en plus strictes. On pensera aux règles de gestion de type Bâle II, mais aussi les différentes cloisons qui s’érigent entre les diverses activités (banque de dépôt et banque d’affaire, activités de conseil et activités de marché, par exemple). La gestion des risques est fondamentalement bureaucratique, passant par des normes, des grilles, des codes qui vont engendrer des réactions automatiques. Ce reporting donne une vision très simplifiée de l’activité, mais cette synthétisation de l’information permet de prendre des décisions plus rapidement. Cette phase semble indispensable compte tenu des spécificités de chacune des branches, empêchant presque d’avoir une vision globale sur l’activité de la banque. Cet ensemble de règles et de procédures permet aussi de « se protéger » : face à l’incertitude (judiciaire), la meilleure manière de se défendre est de respecter des procédures et des règles. Le but n’est pas d’éviter une faillite, mais de se protéger en cas d’accusation. Le respect des règles devient alors plus important que leur finalité. Ces règles semblent être une réponse politique aux différentes crises traversées par le monde bancaire. Cette inflation bureaucratique apporte une forme de tranquillité et de confort, tout en créant une forme de dilution des responsabilités. Comme le note Hibou (2012), « au nom de la responsabilité individuelle, chacun se doit de respecter les normes, mais le respect des normes vaut comme défaussent des responsabilité en cas de problème » (rappelant au passage l’affaire Kerviel). C’est ce que note par exemple Brunson & Jacobsson (2002) lorsqu’ils affirment que la culture de l’audit est certes une culture de la responsabilité, mais d’une responsabilité individuelle. La responsabilité collective est d’autant plus diluée que les gouvernements délèguent leur pouvoir de régulation aux acteurs privés de façon floue si la norme est adoptée, les techniques de traçabilité permettront de remonter jusqu’à l’individu responsable de l’acte à l’origine d’une défaillance; tandis que si la norme ne n’est pas, personne ne sera responsable.

Et cette recherche de normes est sans fin. Ainsi, nombre d’opposants à l’agriculture industrielle se sont opposé à la normalisation des produits alimentaires, et en réponse, ont développé des normes de consommation biologique. Ces dernières ont alors été remises en question par les réseaux locaux, qui ont souhaité soutenir le concept de « manger local », et pour être reconnu, ont adopté de nouvelles normes. La réponse à des procédures est une surenchère de procédures. Max Weber le disait en 1920, « quand ceux qui sont soumis au contrôle bureaucratique cherchent à échapper à l’influence des appareils bureaucratiques existants, normalement cela n’est possible qu’en créant une organisation propre qui sera également sujette à la bureaucratisation ».

De l’homme à la machine ou voir les machines comme des êtres humains…

MacDonald a longtemps été soucieuse d’assurer la permanence d’un produit homogène partout dans le monde. Dans la logique du mode d’organisation communément appelé Taylorisme, l’entreprise a écrit un guide de procédures, expliquant les bons gestes à faire pour saler les frites, remplir un verre de soda, etc. Dans les centres d’appels, des procédures sont suivies très scrupuleusement par les employés, avec une gestion des files d’appel, les scénarios qui s’affichant sur l’écran, et l’employé n’ayant plus qu’à le dérouler. Simone Weil évoquait une « organisation scientifique du travail », où le travail était déshumanisé, réduit à l’état d’énergie mécanique. Le Taylorisme a été l’expression dans les usines de cette fascination pour la science, voyant l’être humain comme une machine. Mais il n’y a rien de nouveau, puisqu’au milieu du XVIIème siècle Thomas Hobbes écrivait « étant donné que la vie n’est rien d’autre qu’un mouvement de membres, dont le commencement est en quelque partie principale intérieure, pourquoi ne pourrions-nous pas dire que tous les automates (des engins qui se meuvent eux-mêmes, par des ressorts et des roues, comme une montre) ont une vie artificielle? ».

Les ordinateurs ont été inventés pour soulager d’un certain nombre de tâches répétitives en déroulant un algorithme mis en œuvre par un être humain. Les tours de Hanoï sont un jeu très simple, très répétitif… mais se résolvant par un algorithme incroyablement simple. C’est probablement pour ça que ce « jeu » est encore enseigné dans tous les cours d’informatiques et d’algorithmiques, car le « jeu » en tant que tel est en fait rapidement très ennuyeuxi. Dans bon nombre de formations, on n’enseigne plus la créativité, mais des ensembles de procédures à suivre. La méthode dite de Box & Jenkins pour faire des prévision est une longue procédure qu’on se contente de suivre à la lettre, mécaniquement : on stationnarise la série, on la modéliser par un processus autorégressif, puis on valide les hypothèses. Et si ça ne marche pas, on recommence.

L’actuariat, en tant que sciences, repose sur un ensemble de procédures simples. Par exemple pour construire un tarif, on commence par constituer une base, en utilisant les informations de souscription, on va regarder le nombre de sinistres de chaque police, et on va utiliser un modèle pour décrire cette variable de comptage (classiquement une régression de Poisson). Si on souhaite faire des choses plus avancées, on va utiliser une partie des données pour construire le modèle, et une autre pour tester les prédictions de notre modèle. On fera la même chose sur les coûts de sinistres. La démarche est simple : on collecte des données, on estime un modèle, on teste le modèle, éventuellement on retient le meilleur si on a le choix entre plusieurs. C’est tellement simple qu’un ordinateur pour presque le faire tout seul…

Des machines partout !?

Depuis des dizaines d’années, les organisations essayent de mettre en place des procédures permettant d’éviter toute part d’arbitraire (d’humanité ?) dans une prise de décision. En parallèle les ingénieurs ont développés des machines de plus en plus performantes pour répéter inlassablement des tâches routinières. A partir de ce double constat, on ne peut pas s’étonner de voir les machines de plus en plus présentes, partout. C’est tout du moins la thèse défendue par Susskind & Susskind (2015) qui anticipe de nombreuses transformations de la majorité des professions, allant au delà d’une simple robotisation des tâches routinière (y compris pour des professions juridiques, comme le voit Remus & Levy (2015)).

Mais il ne faut pas se tromper, si les machines remplacent les hommes, elles ne sont pas des hommes pour autant. Par exemple, la responsabilité revient toujours à une personne : le concepteur de la machine, son opérateur – qui possède quelques connaissances techniques – ou l’utilisateur – qui bien souvent n’en possède aucune. Abiteboul (2016) va encore plus loin en posant la question éthique sous-jacente, à savoir « un système informatique peut-il se voir attribuer une responsabilité » (et rejoignant les questionnements d’Hannah Arendt). Mais au delà de la responsabilité, on peut arguer que les machines n’ont aucune intention. Elles accomplissent parfois des tâches complexes, mais parce qu’elles ont été programmées pour le faire. C’est la beauté de l’ingénierie : un téléphone (aussi intelligent soit-il) n’est qu’un ensemble de composants électroniques pouvant effectuer des calculs de plus en plus complexes (parfois il peut le localiser sur une carte et me proposer un chemin rapide pour rejoindre un restaurant), mais le téléphone ne veut rien. Un traducteur automatique permet de traduire un texte en quelques secondes, mais seulement parce qu’il a été programmé pour ça, alors que si un enfant apprend une langue, c’est parce qu’il comprend que c’est une étape indispensable pour communiquer avec ses parents. Si je tape une phrase dans une langue inconnue dans un traducteur, je suis impressionné d’obtenir une réponse qui ait du sens. Mais si je maîtrise (un tant soit peu) les deux langues, je suis au contraire souvent déçu, espérant probablement mieux. Ces machines sont souvent très prévisibles, ce qui est à la fois une qualité et un défaut. N’est-ce pas ce qu’on demande à tout ingénieur ? La machine doit être fiable, obéir au doigt et à l’œil. La première différence entre l’homme et la machine est que l’homme peut désobéir. Et c’est sa plus grande richesse !

Un mot qui revient sans cesse quand on pratique la science des données est le mot « apprentissage » (on parle de “machine learning“). On nous explique que la machine tente de reproduire la démarche humaine de l’être humain lorsqu’il apprend. L’enfant apprend à reconnaître les lettres, puis apprend à les mettre bout à bout pour écrire des mots, de manière assez consciente puisqu’il est guidé le plus souvent par son instituteur. Il apprend aussi à reconnaître de visages, de manière souvent inconsciente cette fois. La machine apprend aussi à reconnaître des écritures manuscrites, ou des visages. La machine va faire des erreurs, mais elle va aussi « apprendre de ses erreurs », et elle va s’améliorer. Comme un être humain ? Ce n’est pas aussi simple que ça. L’enfant va se décourager plusieurs fois avant de savoir lire correctement, et il va persévérer. On retrouve le « conatus » cher à Spinoza, cet effort que fait toute chose qui existe effectivement, cette persévérance dont fait preuve tout être vivant. Et souvent, cet apprentissage se fait dans la douleur. Si une machine se trompe, reconnaissant un “5” alors qu’il s’agissait d’un “3”, elle commet une erreur, et pour elle ça s’arrête là. Pour l’enfant qui espérait avoir 5 bonbons et qui n’en a que 3, il ressentira réellement l’erreur. Que dire de cette personne qui pensait avoir un rendez-vous important à 15 heures, et qui arrive deux heures en retard ?

Penser qu’un téléphone puisse être intelligent est probablement révélateur de ce qu’on pense être l’intelligence. Mais les machines sont très loin de pouvoir remplacer les êtres humains. Elles n’en ont pas l’envie, et heureusement, tant qu’elles ne seront pas programmées à le faire, cela ne risque pas d’arriver.

References

Abiteboul, Serge 2016. Informaticiens, tous coupables ? Le Monde, 1er septembre 2016

Arendt, Hannah 1966. Eichmann à Jérusalem : Rapport sur la banalité du mal. Folio Histoire.

Arendt, Hannah 2005. Responsabilité et jugement. 2005.

Bauman, Zygmunt 2002. Modernité et Holocauste. La Fabrique.

Brunson, Niels & Jacobsson, Bengt. . 2002. A World of Standards. Oxford University Press.

Cesarani. David. 2010. Adolf Eichmann .Tallandier.

Crozier, Michel. 1963. Le Phénomène bureaucratique. Seuil.

Dupuy, François. 2011. Lost in Management.: La vie quotidienne des entreprises au XXIe siècle. Seuil.

Herzfeld, Michael. 1992. The Social Production of Indifference. The University of Chicago Press.

Hibou, Isabelle. 2012. La bureaucratisation du monde à l’ère néolibérale, La Découverte.

Hobbes, Thomas. 1651. Leviathan. (version Folio Essais)

Hull, Matthew. 2012. Government of Paper The Materiality of Bureaucracy in Urban Pakistan. University of California Press.

Lefort, Claude. 1979. Éléments d’une critique de la bureaucratie, Paris, Gallimard.

Remus, Dana & Levy, Frank Can Robots Be Lawyers? Computers, Lawyers, and the Practice of Law. Working Paper

Sainati, Gilles & Schalchli, Ulrich. 2007. La décadence sécuritaire. La Fabrique.

Susskind Richard & Susskind Dana. 2015. The Future of the Professions: How Technology Will Transform the Work of Human Experts. Oxford University Press.

Weber, Max. 1921. La domination légale à direction administrative bureaucratique. Paru dans Économie et Société.

Weil, Simone 1999. L’Enracinement, Œuvres, Quarto Gallimard.

Wilford, John 2011. Greek Tablet May Shed Light on Early Bureaucratic Practices. New York Times, 4 Avril 2011

i On peut d’ailleurs se demander si les situationnistes n’avaient pas raison lorsqu’ils critiquaient la société fordiste (bureaucratique), dans laquelle la certitude de ne pas mourir de faim avait été échangé contre le risque de mourir d’ennui.