Category Archives: Internet

Histoire et analyse de la blogosphère économique francophone

Ce billet est cosigné avec Thomas Renault, aka @captaineco_fr

Les blogs économiques prennent aujourd’hui une place centrale dans le débat et l’analyse économique, comme le notait Alex Tabarrok. Mais si la blogosphère économique francophone est encore relativement modeste, elle n’en est pas moins active, et pourrait connaître le même succès que les blogs anglophones dans les années à venir.

La genèse de la blogosphère économie

Au début de l’année 2005, Bernard Salanié – alors professeur à l’Université de Columbia (New York) – publiait le premier billet de son blog « L’économie sans tabou », dans la continuité d’un ouvrage éponyme publié l’année précédente. A la même époque, Alexandre Delaigue et Stéphane Ménia – tous deux anciens étudiants de l’Ecole Normale Supérieure de Cachan et respectivement enseignants en école militaire et au secondaire – lançaient un blog “éconoclaste“, avec une vocation de vulgarisation assez proche de celle de Stephen Dubner et Steven Levitt, les auteurs du best-seller Freakonomics.

Ce mouvement en France faisait écho à celui qui se développait aux Etats-Unis, où des économistes de renom comme Bradford DeLong, (« Grasping Reality »), Tyler Cowen (« Marginal Revolution ») ou encore Gary Becker et Richard Posner (« The Becker-Posner blog ») commençaient à bloguer. Pour reprendre les propos de Gary Becker, prix Nobel d’économie, la blogosphère avait alors le pouvoir de remplacer le marché dans l’optimisation du processus de partage de connaissance entre les individus.

Blogging is a major new social, political, and economic phenomenon. It is a fresh and striking exemplification of Friedrich Hayek’s thesis that knowledge is widely distributed among people and that the challenge to society is to create mechanisms for pooling that knowledge. The powerful mechanism that was the focus of Hayek’s work, as as of economists generally, is the price system (the market). The newest mechanism is the « blogosphere »

Continue reading Histoire et analyse de la blogosphère économique francophone

Monthly Review

A short list of writings worth reading, discovered this month

Continue reading Monthly Review

Monthly Review

A few years back, I had a somewhere else chronicle on this blog, that was (almost) a daily review of interesting things I found on the internet. I did stop since it was simply a duplicate of links that I post on twitter. Nevertheless, people keep asking me to run it again. So I will try, but only on a monthly basis. It might be a bit long, with some old posts (today, there are two weeks of tweets), but again, please let me know if missed something worth reading…

Continue reading Monthly Review

Popularité, ou reconnaissance ?

Assez souvent, quand on est enseignant/chercheur, on remplit des demandes de financements, ou de promotions, on nous demande de parler de l’impact de nos travaux et de notre reconnaissance. La première fois que j’ai fait face à cette question, c’était il y a 5 ans, à Montréal, pour une demande de financement auprès du NSERC, au niveau fédéral. Sur le moment, la question m’a déstabilisé. Non pas qu’elle n’ait pas de sens, mais qu’on me la pose à moi. Qui suis-je pour savoir si ce que je fais a le moindre impact ?

Classiquement, l’impact, on le mesure avec les citations par exemple. On peut alors utiliser l’indice synthétique de Hirsch. Ces citations, elles commencent à figurer sur nos CV, ou tout du moins sur les CV en ligne que sont google scholarorcidresearch gateacademia,  etc. Un autre endroit où on retrouve la reconnaissance, et c’est probablement lié aux citations, ce sont les invitations en séminaire ou en conférence, les demandes pour faire partie de jurys, etc. Je devrais préciser que vu de l’extérieur, ce qu’on voit, ce sont les invitations “acceptées”. Les invitations en conférence sont probablement une information importante, mais là par exemple – pour des raisons personnelles – je me retrouve à décliner des invitations. Mon activité va baisser, mais comment l’interpréter ? Dans la liste, on devrait peut être rajouter les invitations pour arbitrer des publications d’articles dans des journaux et revues. On est alors très clairement identifié comme un pair sur un thème précis.

Mais pour comprendre en quoi nous avons un quelconque impact, il est toujours agréable quand on nous informe sur la raison qui a motivé une invitation. Malgré tout, c’est assez rare. Je pourrais toutefois noter quelques cas, où on nous invite pour présenter un papier particulier dans une conférence, ou quand l’éditeur explique brièvement la raison de la sollicitation, lors d’une demande d’arbitrage. Un exemple récent que je pourrais mentionner (histoire d’illustrer un peu mon billet) est l’invitation que j’avais reçu, en début d’année, pour aller parler à la Bank of England,

Plus précisément, comme le dit l’invitation (je reprends)

The Chief Economists Workshop is an annual forum that we host to facilitate high-level discussion between the Chief Economists from around thirty-five of the major central banks in the world, and academic and professional experts. The format is a mixture of presentations, discussion and debate. As such it offers a great opportunity for you to interact with and influence leading policymakers. There is no media presence. I attach a copy of the programmes from the previous two years to give you an idea of the format.

Many of us in the Bank of England are avid followers of your Twitter feed, and your ability to offer multi-disciplinary insights to current policy problems. I would like to invite you to give a talk along these lines – for example on actuarial and statistical insights into Big Data. It is not necessary to have a formal paper. The idea is more to discuss the issues and generate debate. We would be looking for a presentation of about 45 minutes followed by 45 minutes of Q and A and can schedule your talk to fit in with your commitments.

J’ai eu le plaisir d’être invité avec Andrew Gelman (NYU) et Andrew Lo (MIT). J’ai l’impression qu’un universitaire devrait être humilié de recevoir une telle lettre d’invitation (même si mon compte twitter est l’occasion de partager des informations en lien avec les thèmes de recherche qui m’intéressent – la statistique, l’économie, l’assurance, les risques, le climat, etc). Mais si on y pense deux minutes, la raison invoquée a l’avantage d’être honnête, et finalement flatteuse (on m’invite pour mon côté polymathe, ce qui me fait infiniment plaisir). Je doute que beaucoup de monde lise mes papiers (vu le prix qu’il faut payer pour y accéder, ça se comprendrait presque), et j’ai l’impression que quand on me demande de venir parler dans une conférence, c’est pour partager des connaissances, donner mon point de vue sur tel ou tel point, sur lequel j’ai pu réfléchir au cours de mes travaux de recherche.

Plus récemment, l’autre jour, j’étais particulièrement fier d’être dans les 10 scientifiques (médecins et scientifiques au sens large) les plus populaires sur Twitter, selon Science & Avenir,

D’autant plus que je n’avais rien demandé. Il y a plusieurs mois, j’avais dit – peut être un peu maladroitement – que je ne participerais plus à ces concours, à ces classements (en l’occurrence on nous invitait à participer à un répertoire des meilleurs blogs de sciences). Mais c’est toujours valorisant d’apprendre qu’on est “populaire”. Comme tous les chercheurs, on marche à la carotte, et avoir une médaille est une forme de reconnaissance qui fait forcément plaisir.

Ce n’est certes pas une reconnaissance par mes pairs, mais c’est malgré tout une forme de reconnaissance. Qui permet d’être interrogé (et cité) dans une enquête qui revient sur le financement de la couverture des catastrophes naturelles en France, une chronique sur les cat bonds, ou sur les investissements en un super-calculateur sur le climat. Cette reconnaissance en dehors du cercle classique (et très restreint) d’experts de sa propre discipline a du bon. Pour élargir son champ de vision tout d’abord et avoir un point de vue très différent. Mais aussi parfois rencontrer des gens en dehors du monde académique. Qui ne s’embarrassent pas à payer des éditeurs scientifiques pour avoir accès aux articles, mais qui sont d’avides lecteurs des blogs, qui ont souvent des données, ou des problèmes intéressants à nous soumettre. En revenant sur le financement du régime cat’nat en France pour les besoins de l’entrevue, on a commencé avec des collègues à retravailler sur la prévention. Personnellement, ce sont toujours ces discussions qui me permettent de trouver des thèmes de recherche (en plus de la lecture d’articles académiques finissant par un “tiens, il devrait être possible de regarder…” ou un “personnellement, j’aurais plus fait…”). Et j’adore ça ! peut être parce que c’est toujours l’occasion d’apprendre de nouvelles choses.

Et si je tweetais en anglais pour une mauvaise raison

Sur Twitter, assez naturellement, j’ai tendance à tweeter en anglais. J’ai toujours eu l’impression qu’en anglais, la limite des 140 caractères était moins contraignante. Qu’en anglais, la même chose pouvait être dite de manière plus concise.

Histoire de vérifier cette vague intuition, je suis allé chercher des livres sur Gutenberg. Le plus simple est de récupérer un livre en français, au format texte (txt), de compter le nombre de symboles, et de trouver le même livre en anglais. La fonction, à partir d’un code de livre, ressemble à ça

> cpte=function(no){
+     url0=paste(
+         "http://www.gutenberg.org/cache/epub/",
+         no,"/pg",no,".txt",sep="")
+     download.file(url0,destfile="u.txt")
+     s=scan("u.txt",what="character")
+     sum(nchar(s))
+ }

Par exemple, pour David Copperfield, de Dickens, le  code pour la version originale, en anglais, est

> gb=766

et en français, il faut récupérer 2 fichiers

> fr_a=17868
> fr_b=17869

Aussi,

> g=cpte(gb)
essai de l'URL 'http://www.gutenberg.org/cache/epub/766/pg766.txt'
Content type 'text/plain; charset=utf-8' length 1992535 bytes (1.9 MB)
=================================================
downloaded 1.9 MB

Read 288181 items
> f=cpte(fr_a)+cpte(fr_b)
essai de l'URL 'http://www.gutenberg.org/cache/epub/17868/pg17868.txt'
Content type 'text/plain; charset=utf-8' length 1161492 bytes (1.1 MB)
=================================================
downloaded 1.1 MB

Read 191311 items
essai de l'URL 'http://www.gutenberg.org/cache/epub/17869/pg17869.txt'
Content type 'text/plain; charset=utf-8' length 1135661 bytes (1.1 MB)
=================================================
downloaded 1.1 MB

Read 186515 items

le ratio du nombre de caractère en anglais, et en français, est de l’ordre de 90%. Autrement dit, la version anglaise contient 10% de caractères en moins que la version française,

> g/f
[1] 0.9090498

Si on regarde une pièce de théâtre, comme Othello, la version anglaise est 25% plus courte que la version française.

> fr=18179
> gb=1793
> g=cpte(gb)
essai de l'URL 'http://www.gutenberg.org/cache/epub/1793/pg1793.txt'
Content type 'text/plain; charset=utf-8' length 188634 bytes (184 KB)
=================================================
downloaded 184 KB

Read 24951 items
> f=cpte(fr)
essai de l'URL 'http://www.gutenberg.org/cache/epub/18179/pg18179.txt'
Content type 'text/plain; charset=utf-8' length 239158 bytes (233 KB)
=================================================
downloaded 233 KB

Read 36157 items
> g/f
[1] 0.746805

Plus généralement pour les pièces de théâtre de Shakespeare, on valide mon intuition : les versions en anglais sont toujours plus courtes que les versions en français,

Pour faire ce graphique, on peut utiliser la trentaine de livres que j’ai regardé, à l’aide du fichier

> download.file(
+ "http://freakonometrics.free.fr/livre.RData",
+ "livre.RData")
essai de l'URL 'http://freakonometrics.free.fr/livre.RData'
Content type 'text/plain' length 1095 bytes
=================================================
downloaded 1095 bytes

> load("livre.RData")

La base ressemble à ça

> base
           nom        FR      UK language   ratio
1  3 Mousquet.    1110255 1156011       FR 104.12
2  Dorian Grey     398653  404799       UK 101.54
3  Pierre-Jean     248299  228838       FR  92.16
4      Odyssée     691648  651044       GR 118.17
5       Iliade     550924  514953       GR  74.45
6  Jules César     157726  105685       UK  67.00
7      Macbeth     160571   96276       UK  59.95
8      Othello     189984  141881       UK  74.68
9       Hamlet     275629  145380       UK  52.74
10   Com. Mép.     115583   97704       UK  84.53
11  Ant.-Cléo.     185806  130857       UK  70.42
12   Rom.-Jul.     195273  126323       UK  64.69
13    Roi Lear     196185  124483       UK  63.45
14  Sganarelle      50408   63387       FR 125.74
15 OliverTwist     778914  770784       UK  98.95
16  D.Copperf.    1808770 1644262       UK  90.90
17    Assomoir     585237  565444       FR  96.61
18   T. Raquin     351525  353837       FR 100.65
19    20000 L.     745559  518932       FR  69.60
20    80 Jours     367388  329073       FR  89.57
21  5 Semaines     491510  483289       FR  98.32
22 CentreTerre     362617  370584       FR 102.19
23          93     585073  637499       FR 108.96
24  Notre Dame     885048  928256       FR 104.88
25   Jane Eyre     922233  919521       UK  99.70
26    Possédés    1241293 1293319       RU 104.19
27 Guerre-Paix    2409360 2739725       RU 113.71
28     Corbeau      27884   21886       UK  78.48
29  Mme Bovary     585237  565444       FR  96.61

Si on visualise tous les titres, et pas seulement les pièces de Shakespeare, on obtient

Autrement dit, la différence n’est pas aussi significative qu’elle y paraissait. Plus troublant, si on regarde les livres écrit en anglais (en rouge ci-dessous) on observe effectivement que la version française est plus longue. Par contre, pour les livres écrits en français (en bleu), la version anglaise est sensiblement de la même taille…

A suivre donc…

“L’empereur est tout nu !”, oeuvres d’art et experts

Pendant les dernières vacances on était à Venise, où on a vu de très beaux musées. Et comme j’avais l’impression de ne pas avoir parlé musées depuis longtemps, je m’étais dit que je pourrais revenir sur une petite anecdote. D’ailleurs, comme dans mon dernier billet, après le Guggenheim de NYC, on a vu le Guggenheim de Venise. Superbe. Et on a vu les deux musées qui proposent des œuvres de la collection Pinault, le Palazzo Grassi, qui hébergeait une rétrospective Martial Raysse (artiste vraiment intéressant, très pop)

et le Punta Della Dogana. Le bâtiment est réellement incroyable, et fabuleux. Des grandes pièces, hautes, avec du bois, et des briques,

Vraiment, un musée qui vaut le détour. Mais l’expo temporaire est… déroutante….

Continue reading “L’empereur est tout nu !”, oeuvres d’art et experts

Somewhere else, part 203

Some posts and articles worth reading

Continue reading Somewhere else, part 203

Somewhere else, part 202

Some posts and article worth reading,

Continue reading Somewhere else, part 202

Somewhere else, part 201

Some posts and articles worth reading (now obtained almost automatically from my tweets)

Continue reading Somewhere else, part 201

Quand les chercheurs cherchent leur voie (voix) sur Twitter

Il y a plusieurs semaines (mois?), avec @3wen et @pareto35, on nous avait demandé d’écrire un petit article sur Twitter, et sur l’usage de Twitter dans le monde de la recherche, pour la Newsletter du CREM (Centre de Recherche en Économie et Management, de l’Université de Rennes 1, et de l’Université de Caen). On avait envoyé l’article, et je n’y avais plus pensé. Or cet après-midi, @alisag1728 publiait “25 Interesting Observations About How Academics Use Twitter” qui éclairait le débat, et qui m’a refait pensé à cet article. Comme les discussions semblent à nouveau d’actualité, j’en profite donc pour mettre en ligne la note qu’on avait écrite… Tous les commentaires sont les bienvenus (en gardant en mémoire que l’article était écrit à destination de chercheurs qui entendent peut être parler de Twitter, à l’occasion, mais qui ne voient pas – a priori – pourquoi y être présent).
Continue reading Quand les chercheurs cherchent leur voie (voix) sur Twitter

Somewhere else (or maybe not) part 200

Usually, blogging is a rush. There are a lot of posts I have to finish, and if I do not post frequently, I have the feeling that – somehow – I do not belong to the blogosphere any more. There is so much to be done, so many posts to finalize, so many draft that I started, or material used to generate only on graph in some slides (that might deserve a long and detailed post). If instead of looking forward, I take a short beak, and look backward, and I am always surprised to see what I have done. I am always puzzled when googling something that I would like to know more about, one of my own posts appears, or reappears.

Usually, in those somewhere else, I mention posts and articles here and there, outside my own blog. For the 100th post, I mentioned 100 blogs and websites worth following. For this 200th post, I will mention 200 posts worth reading, on my own blog !

Continue reading Somewhere else (or maybe not) part 200

Somewhere else, part 199

As usual, some posts and articles worth reading

Continue reading Somewhere else, part 199

Somewhere else, part 198

Was 2014 the worst year, ever?

I guess we need to wait a bit longer, just to be sure….

Some posts and articles worth reading,

Continue reading Somewhere else, part 198