Category Archives: Miscellaneous

Ramadan, entre le sexe et la faim…

Dans mon précédant billet (ici) je volais un dessin de Martin Vidberg qui parlait de google et de statistiques… Google trend est un outil magique pour noter des tendances et faire des statistiques simples et marrantes. Par exemple, puisque le ramadan touche à sa fin, on peut regarder ce qui motivent les algériens pendant le ramadan. Manifestement, le sexe n’est pas une priorité, que ce soit en anglais,

ou en français,

De manière générale, le mot clé le plus tapé sous google a tendance à se faire tout petit pendant la période du ramadan, alias porno,

En fait, on cherche un peu moins les femmes sur le net,

Par contre, visiblement, on a faim, et on veut bien manger: cuisine explose pendant le ramadan,

On peut aussi regarder les autres pays à forte population musulmane, et observer des tendances similaires, comme le Maroc,

les Émirats Arabes Unis,

ou encore le Pakistan,

(dans ce dernier cas, on observe un fort retour du mot clé sexune fois le ramadan passé… une espèce de manque virtuel). Bref, avec Google, on peut vraiment observer des choses intéressantes… non ?

Mais quand va-t-on enfin se décider à fermer les universités en France ?

J’ai été un peu titillé ce matin en voyant la une s’étaler sur la devanture du buraliste en bas de la fac,

Comme le dit Wikipedia, “l’expression grande école désigne en premier lieu les établissements d’enseignement supérieur français recrutant majoritairement sur concours parmi les élèves des classes préparatoires aux grandes écoles. Par extension, le terme est également associé à un petit nombre d’établissements de formation des hauts fonctionnaires français recrutant sur concours parmi les titulaires de la maîtrise ou d’un diplôme considéré comme equivalent. Enfin, de manière plus récente, le terme peut être associé à certains établissements d’enseignement supérieurs recrutant sur dossier ou concours directement, ou indirectement via des classes dites “préparatoires intégrées”, au niveau du baccalauréat et délivrant un diplôme après généralement cinq années d’études postérieures au baccalauréat“. Bref, au vu de cette dernière définition, j’ai du mal à voir clairement le lien entre la notion de “grande école” et celle d’élite, évoqué dans le premier paragraphe de de l’article, ou dans l’édito de la première page,

ÉLITE, subst. fém.

I.− [Avec ou sans déterminant] Ce qu’il y a de meilleur dans un ensemble composé d’êtres ou de choses; produit d’une élection qui, d’un ensemble d’êtres ou de choses, ne retient que les meilleurs sujets. A.− Usuel. [À propos d’êtres hum.] 1. Au sing. Minorité d’individus auxquels s’attache, dans une société donnée, à un moment donné, un prestige dû à des qualités naturelles (race, sang) ou à des qualités acquises (culture, mérites).
2. Au plur. avec art. déf. (néol. début xxe s.). Classe minoritaire composée de gens qui, du fait de leur naissance et de leurs mérites, de leur culture et de leur capacité sont reconnus (ou se reconnaissent) comme les plus aptes soit à occuper les premières places de la société à laquelle ils appartiennent, soit à donner le ton à leur milieu
Moi qui ai enseigné dans de nombreuses grandes écoles, et dans plusieurs universités, je suis un peu agacé par cette ambiance actuelle de dévalorisation de l’université, car pour être honnête, j’ai eu à l’université plusieurs très bons élèves (meilleurs que des bons élèves d’école), et réciproquement, j’ai vu des élèves en école que je n’aurais jamais pensé avoir une licence à l’université… Bref, je trouve dangereux de mentir ainsi aux parents en dénigrant autant l’université (car ces journaux sont plus lus par les parents que par les lycéens qui s’interrogent – éventuellement – sur leur avenir). Ce qui me gêne également, c’est lorsque les décideurs politiques lisent ce genre d’article (voire certains responsable universitaires) et décident d’affecter des moyens colossaux dans des “écoles” (au détriment de l’université, car comme toujours depuis quelques années, le jeu est à somme nulle). Si vraiment l’université était si mauvaise que ça, je me demande ce qu’on attend pour toutes les fermer….
Fort heureusement, les recruteurs sont – pour l’instant – un peu moins bornés que certains…. Espérons que ça dure…

Acheter des pochettes Pokemon ? et puis quoi encore !

Il y a quelque temps, Olivier Gergaud était venu à Rennes présenter son papier Stardom and Perceived Talent.Nous en avions profité pour discuter un peu d’un ancien papier qu’il avait fait sur les Pokemon (ici). Il faut avouer que je suis un peu jaloux car il essaye de répondre à une question que je me posais: le prix des cartes Pokemon a-t-il un lien avec les “pouvoirs” de la carte ou sa rareté.

Mais aujourd’hui je voulais répondre à une question simple que je me pose depuis que mon fils me dit (sans grand succès) “Papa, achète moi des cartes Pokemon” (ou “Naruto“, ou je ne sais quoi encore). Mon argument, en tant que père rationnel, est que ces cartes couchent très chers. Aujourd’hui, je vais le prouver. Supposons qu’il existe 200 cartes distinctes, et que ces cartes sont vendus 5 euros le paquet de 10. Pour simplifier, supposons que ces cartes soient vendues individuellement dans des cachés hermétiques à 50 centimes pièce. On va supposer que les cartes soient équi-réparties. Supposons que je puisse acheter une vignette spécifique (par exemple en ligne), dont je connais le personnage, pour 1 euro (soit le double du prix si le personnage est inconnu à l’achat). Quelle stratégie doit-je adopter ? et combien ça va me coûter ?
Je note https://perso.univ-rennes1.fr/arthur.charpentier/latex/poke-17.png le nombre de carte total (ici 200 car je suppose qu’il existe 200 personnages). Je note https://perso.univ-rennes1.fr/arthur.charpentier/latex/poke-01.png le coût d’une carte cachée (50 centimes ici) et https://perso.univ-rennes1.fr/arthur.charpentier/latex/poke-02.png le coût d’une carte non-cachée (1 euro). Supposons que j’ai à en ma possession les cartes https://perso.univ-rennes1.fr/arthur.charpentier/latex/poke-03.png (et que je n’ai pas les suivantes). Si je veux récupérer une nouvelle carte (que je noterais https://perso.univ-rennes1.fr/arthur.charpentier/latex/poke-05.png), en achetant au hasard i.e. dans des sachets hermétiques, le nombre de cartes à acheter est https://perso.univ-rennes1.fr/arthur.charpentier/latex/poke-06.png, qui suit une loi géométrique, de paramètre https://perso.univ-rennes1.fr/arthur.charpentier/latex/poke-07.png, où

https://perso.univ-rennes1.fr/arthur.charpentier/latex/poke-08.png

Par exemple, si j’ai https://perso.univ-rennes1.fr/arthur.charpentier/latex/poke-09.pngcartes, et qu’il m’en manque simplement une, alors la probabilité de la tirer est

https://perso.univ-rennes1.fr/arthur.charpentier/latex/poke-10.png

Pour revenir au tirage d’une nouvelle carte que je n’avais pas (alors que j’en https://perso.univ-rennes1.fr/arthur.charpentier/latex/poke-04.png), le coût moyen de ma stratégie est

https://perso.univ-rennes1.fr/arthur.charpentier/latex/poke-11.png

J’ai donc intérêt à acheter cette carte directement dès lors que

https://perso.univ-rennes1.fr/arthur.charpentier/latex/poke-12.png

ce qui devient intéressant dès lors que

 https://perso.univ-rennes1.fr/arthur.charpentier/latex/poke-13.png

Dans mon exemple numérique, https://perso.univ-rennes1.fr/arthur.charpentier/latex/poke-02.png étant le double de https://perso.univ-rennes1.fr/arthur.charpentier/latex/poke-01.png, je commence à acheter directement dès lors que j’ai en ma possession 100 cartes distinctes. Le coût moyen est alors

https://perso.univ-rennes1.fr/arthur.charpentier/latex/poke-14.png

Aussi, dans le cas que j’évoquais, on obtient 171€,
> .5*sum(200/(200-(1:101)-1))+1*(200-101+1)
[1] 171.0933

Je peux comparer à deux stratégies que l’on connaît. La première est de tout acheter à un collectionneur (i.e. à découvert, ce qui limite l’intérêt du “jeu“, j’en conviens). Dans ce cas, le coût total sera

https://perso.univ-rennes1.fr/arthur.charpentier/latex/poke-21.png

soit 200€. L’autre stratégie est d’acheter continuellement des paquets clos chez mon buraliste. Dans ce cas, le coût moyen serait

https://perso.univ-rennes1.fr/arthur.charpentier/latex/poke-16.png

Le calcul exact donne ici 587,80€, comme  le montre le calcul ci-dessous,
> 0.5*200*sum(1/1:200)
[1] 587.8031

mais on peut aussi utiliser une approximation de la forme

https://perso.univ-rennes1.fr/arthur.charpentier/latex/poke-22.png

(ce qui donnerait 529€ environ). Pour ceux qui ont besoin de voir pour croire, j’ai représenté ci-dessous le prix en fonction du moment où je décide de passer des cartes fermées aux cartes visibles.

Ça y est, j’ai enfin un argument rationnel à faire valoir à mon fils…. même si je ne suis pas certain de réussir à le convaincre aussi facilement…

“mais pourquoi tu fais ça ?”

Pour faire un billet sur mon expérience de blogueur depuis quelques mois, je pensais intituler mon billet “les blogueurs et les idiots“. Mais comme ça serait un peu long à expliquer (l’explication ne viendra qu’à la fin) j’ai préféré voler ce titre à un court texte de Gilles Stoltz dans le journal du CNRS1.

Je suis tombé un peu par hasard sur plusieurs blogs se posant des questions sur le rôle des blogs, et en particulier des blogs tenus par des chercheurs ou des scientifiques. Ayant la prétention de croire que je fais partie de ces deux catégories (au moins pour la première comme chercheur-du-dimanche comme je l’expliquais ici), j’ai été très intéressé par ces billets émanent de personnes ayant une réflexion sur le sujet, nettement plus nourrie que la mienne. En particulier, un premier billet  passionnant (ici) s’interroge sur ces chercheurs-blogueurs, “quand il blogue, le chercheur échappe aux mythes de la science livresque et froide pour se risquer à livrer en public la science en train de se faire, que Bruno Latour nomme la science chaude“.

Malheureusement (et c’est un sentiment que j’ai effectivement vécu au contact de collègues), les blogueurs sont critiqués (comme noté ici) “quelques chercheurs ont désormais pris l’habitude de bloguer régulièrement sur des sujets proches de leurs thématiques de recherche. Le phénomène parfois critiqué par une partie de la communauté scientifique, semble connaître si ce n’est un essor, un attrait du public“.

Et il est vrai que le blog n’est peut-être pas un médium classique pour un chercheur. “Le chercheur est souvent un être schizophrène. Il publie ses résultats scientifiques dans des revues à comité de lecture et réserve ses réflexions sur l’activité scientifique pour les discussions de la pause café ou la liste de diffusion de son institut. Ces deux sphères sont très peu perméables et hormis quelques publications grand public comme “Nature” ou les éditoriaux des revues, les canaux de publication formels sont rarement des espaces réflexifs“.

J’ai été tout particulièrement sensible à ce mot de Tom Round, “je m’autorise également à déborder (plus ou moins sérieusement) en donnant mon avis sur des sujets d’actualités plus généraux en essayant de garder un angle d’attaque scientifique“.

J’étais assez sceptique lorsque l’université de Rennes 1 [ce billet était initialement publié sur blogperso.univ-rennes1.fr/arthur.charpentier/…] nous a imposé de passer à un format de blog, avec – à terme – une suppression des pages personnelles, mais je dois avouer – une nouvelle fois – y avoir pris goût. Au delà des billets liés à des papiers publiés, des exposés faits ou des cours données, je prends un immense plaisir à entrer ainsi dans la sphère publique, et partager un savoir….Comme le notait le psychanalyste Jacques Hochman (ici) “dans l’antiquité classique, idiotes désigne la sphère privée et par extension celui qui ne participe pas à la vie publique“. C’est aussi un sens que confirme Volaire, cité dans leDictionnaire de la langue française2, d’Emile Littré (1875) “ce n’est point du tout pour faire une mauvaise plaisanterie qu’on a remarqué qu’idiot signifiait autrefois isolé, retiré du monde“. Autrement dit, les scientifiques qui ne partageraient pas avec le reste de la cité seraient – étymologiquement parlant – des idiots…. Quel dommage…

1 Gilles est Chargé de Recherche au CNRS et est en train d’écrire, avec Vincent Rivoirard un livre de stats à destination des élèves de master. Même si je n’aurais pas la prétention d’écrire des choses de la qualité de ce que fait Gilles dans ces travaux de recherche, je me retrouve assez dans son argumentation: “je leur racontais donc que j’écrivais ce manuel et ils s’étonnaient : « Mais pourquoi tu fais ca ? » Sous-entendu : cela ne sert à rien pour ta carrière et tu ferais mieux d’aligner des articles. A quoi je répliquais : « Parce que cela m’amuse et que j’ai l’impression qu’il sera utile pour les étudiants ! ». Or, j’ai longtemps pensé qu’une idée répandue dans le monde de la recherche en mathématiques (et notamment, dans les mathématiques les moins appliquées) était que notre activité avait une part prépondérante de gratuité — en somme, que nous faisions des mathématiques parce que cette activité nous plaisait, et que, ô délice suprême, un salaire venait souvent couronner le tout. Si écrire un manuel de statistiques (relativement avancé quand même !) me plaît, alors pourquoi réfréner cette envie ? Pourquoi devrais-je obligatoirement prendre plus de plaisir à écrire des articles, alors que ces derniers s’inscrivent dans une temporalité très différente et qui me plaît moins ?“.
2 en fait ma propre référence serait plutôt cité dans L’idiotie, de Jean-Yves Jouannais, dans la collection de livres de Beaux-Arts magazine.

Mexicoooooooooo

Après quelques jours de vacances (où contrairement à d’autres je n’ai pas emmené le Hamilton – cf ici – mais quelques très bons polars, dont le dernier Lehane, le dernier Indridason, ainsi que quelques vieux Rivages Noirs que j’avais ratés), je reviens en France, bien reposé…

Bon, j’en ai profité pour avancer deux papiers, reste à faire la mise en forme pendant les jours à venir…

Article de l’Argus: assurance versus finance

Pour compléter le dernier paragraphe de l’article de l’Argus de l’assurance, sur la comparaison entre la finance et l’assurance

  • en assurance on étudie les pertes, alors qu’en finance, on s’intéresse aux rendements ou aux gains. Mathématiquement c’est très proche (au signe près), mais comme l’ont noté Daniel Kahneman et Amos Tversky (papier), les gains et les pertes, ce n’est pas du tout pareil…

  • pour reprendre l’expression de Pierre Devolder, si l’assurance valorise dans un monde réel (sous probabilité historique), la finance valorise dans un monde “virtuel” (d’où les nombreux probabilités dites risques neutres)
  • enfin, si l’on s’intéresse aux problèmes d’optimisation, on notera que dans la littérature financière, on cherche à maximiser les gains moyens, sous une contrainte de risque, alors que dans la littérature actuarielle, c’est généralement le problème dual qui est considéré, à savoir minimiser le risque global sous contrainte de rendement moyen.

Un peu d’autocélébration…

Le dernier numéro l’Argus de l’Assurance parle de moi dans la dernière page ! c’est le début de la gloire…comment ça je prends la grosse tête ? Deux semaines après François de Varenne… Plus sérieusement, j’espère que cela puisse faire parler un peu de la formation proposée à Rennes.

Je reviendrais à la rentrée sur certains points (c’est mon côté “insolent”) pour compléter… Sinon le “diablo rojo” mentionné n’est plus ici, la vidéo est en ligne sur http://youtube.com/…

Et l’article peut se lire ci-dessous,