Category Archives: Academe

Les Données et le Monde Libre, et Ouvert

La période des conférences va commencer… Même si j’ai du en refuser – puis en annuler – un bon nombre (pour des raisons personnelles), je serais cette semaine au Breizh Camp devant 500 développeurs, pour parler données, algorithmes et économie. Dans deux semaines, je ferais deux interventions à Barcelone, une sur les données et l’autre sur les algorithmes (dans un optique plus assurantielle). Et en mai, je suis invité à la Banque d’Angleterre pour parler au Chief Economists’ workshop – What can central bank policy- makers learn from other disciplines?. J’ai été invité avec Michael Lo et Andrew Gelman (excusez du peu) pour parler un peu de données, de recherche, d’algorithmes, etc. Et au milieu de ces conférences un peu moins pointues que les conférences (très) spécialisées que j’ai l’habitude de faire, pour présenter mes papiers de recherche devant mes pairs, j’ai également été invité à parler dans un contexte assez singulier, sur l’économie numérique,

Oui, dans le cadre de rendez-vous parlementaires, autrement dit, avec des élus. A priori très loin de mon auditoire traditionnel.

On m’a demandé de faire un intervention sur la donnée comme pierre angulaire de l’économie. J’avais accepté car j’avais entendu “économie” comme “sciences économiques“, et je trouvais la question pertinente, et digne d’intérêt. Malheureusement, en réalité, le débat portera davantage sur la valeur de la donnée, et probablement sur les données ouvertes. Comme c’est un autre sujet qui m’intéresse, je ne me suis pas dégonflé (même si je pense que mon voisin Simon aurait été plus légitime…)

Dans mon exposé pour Breizh Camp, j’évoque – à la toute fin – les données ouvertes, en expliquant – en reprenant l’exemple du paradoxe de Simpson – que les données n’ont de sens que si elles sont individuelles, et pas agrégées ! Bref, la majorité des données – dites ouvertes – que l’on trouve en France sont inutiles, car pas assez fines ! Inutile dans l’idée d’expliquer des comportements et des stratégies individuelles. Pour expliquer l’obésité, il faut des données individuelles, pas par département !

Mais ce n’est pas nouveau. Lorsque je travaillais sur le climat, il y a une quinzaine d’années, avoir des données avec une faible granularité était impossible : j’ai travaillé sur la modélisation des tempêtes avec des données irlandaises et néerlandaises, pour les inondations, on a travaillé sur des données canadiennes. Lorsque je travaillais sur la période de retour de la canicule telle qu’elle a été observée pendant l’été 2003, j’ai eu la chance de trouver des données (journalières) françaises sur un site néerlandais. Et lorsqu’on a travaillé avec Amadou sur le paradoxe épidémiologique sur le tabagisme et le poids des bébés à la naissance, on a travaillé sur les données américaines du CDC, où plusieurs millions de données individuelles sont disponibles ! Bref, des données utiles pour faire de la recherche !

On commence à trouver des données intéressantes, en libre accès en France. La France a toujours eu des années de retard, en matière de transparence et d’accessibilité de données, j’en ai parlé à de nombreuses reprises sur mon blog. Je repense à la dizaine des courriels que j’ai du envoyer pour récupérer, auprès du Rectorat de l’Académie de Rennes, les statistiques de réussite au brevet des collèges sur 10 ans, pour seulement 4 collèges (pour un TD de statistique avec mes étudiants) ! Le pire c’est que je me dits “mais tout le monde le sait que c’est impossible d’obtenir des données en France, j’enfonce des portes ouvertes là“. Mais je suis constamment surpris de voir que les portes ne sont pas si ouvertes que ça. Pire, que certains tentent de les refermer.

En fait, j’ai l’impression que le débat sur l’ouverture des données est proche de celui sur l’ouverture de la publication scientifique, et sur les logiciels libres. L’idée sous-jacente est que tout le monde, chercheur institutionnel ou simple citoyen, peut avoir envie de comprendre le monde qui l’entoure. C’est tout du moins sur ce postulat que j’ai lancé mon blog voilà presque dix ans. Pour ma part, j’ai besoin de trois types d’objets : des données, sur lesquelles je teste des hypothèses, des modèles économétriques qui permettent de décrire aussi simplement que possible un phénomène complexe, et des packages informatiques. Plus généralement, on peut parler d’un accès ouvert aux connaissances, pour reprendre le titre de la tribune du Monde,

Plusieurs tribunes ont été écrites sur le sujet . Lorsque j’ai publié mon billet sur l’importance des logiciels libres, j’expliquais que ça partait d’un constat pragmatique, et aucunement d’une forme de militantisme (loin de moi l’idée de militer pour quelque cause que ce soit…). Et je dois avouer que les tribunes qui vont en sens inverse me fatiguent, je pense en particulier à la dernière tribune de Philippe Minard (surtout quand il prétend être la voix “des chercheurs“). Personnellement, je ne peux faire de la recherche que si je peux avoir accès à des données aussi fines que possible (et oui, souvent des données individuelles, ce qui pose le problème de l’anonymisation, on pourra en reparler un autre jour), si j’ai des logiciels et des codes informatiques que je peux partager avec les co-auteurs (voire mettre en ligne sur mon blog pour en faire profiter tous ceux qui le souhaitent), et si je peux comprendre ce qui a été écrit sur le sujet, c’est à dire avoir accès aux articles qu’il faudrait que le lise, et que je pourrais alors citer. Les modèles économiques des logiciels, des données et de la publication scientifique doivent changer ! Les expériences que l’on a pu observer dans le domaine des logiciels montrent que ceux qui refusent de s’adapter disparaîtront… Personnellement, les articles que je lis, je les trouve via arxiv ou hal (et je suis toujours choqué quand un éditeur de demande de citer la version publiée, alors que souvent je ne l’ai pas lue, ce qui peut causer des soucis quand la version publiée est assez différente… je repense à un erratum que j’ai du publier il y a quelques années). Et quand je n’ai pas les données que je veux, avec un peu de chance, avec un peu de webscrapping, on peut les extraire malgré tout….

Bref, je pense que mes prochains exposés vont continuer à ouvrir ces portes ouvertes, car il se serait dommage que quelqu’un ai la mauvaise idée de les refermer… Et en ce sens, je rejoins pleinement ce qui a été écrit dans Pour une Science Ouverte à Tous, publié ce mois-ci, dans Le Monde.

“L’empereur est tout nu !”, oeuvres d’art et experts

Pendant les dernières vacances on était à Venise, où on a vu de très beaux musées. Et comme j’avais l’impression de ne pas avoir parlé musées depuis longtemps, je m’étais dit que je pourrais revenir sur une petite anecdote. D’ailleurs, comme dans mon dernier billet, après le Guggenheim de NYC, on a vu le Guggenheim de Venise. Superbe. Et on a vu les deux musées qui proposent des œuvres de la collection Pinault, le Palazzo Grassi, qui hébergeait une rétrospective Martial Raysse (artiste vraiment intéressant, très pop)

et le Punta Della Dogana. Le bâtiment est réellement incroyable, et fabuleux. Des grandes pièces, hautes, avec du bois, et des briques,

Vraiment, un musée qui vaut le détour. Mais l’expo temporaire est… déroutante….

Continue reading “L’empereur est tout nu !”, oeuvres d’art et experts

Who interacts on Twitter during a conference (#JDSLille)

Disclamer: This is a joint post with Avner Bar-Hen, a.k.a. @a_bh, Benjamin Guedj, a.k.a. @bguedj and Nathalie Villa, a.k.a. @Natty_V2

Organised annually since 1970 by the French Society of Statistics (SFdS), the Journées de Statistique (JdS) are the most important scientific event of the French statistical community. More than 400 researchers, teachers and practitioners meet at each edition. In 2015, JDS took place in Lille, in France.

SFdS regularly tweets (with the account @Statfr) and for the first year a live-tweet was organized durind JdS. The Hashtag was #JDSLille. The aim of this post is a (brief) statistical analysis of the live-tweet.

Continue reading Who interacts on Twitter during a conference (#JDSLille)

Douce France

Hier, sur Twitter, je mentionnais une carte parue sur Times Higher Education à propos des “100 meilleurs universités” (dans le monde entier). Je ne sais plus par quel biais j’ai vu des cartes, par pays, permettant de voir où étaient les 100 meilleures universités (d’ordinaire, on a un classement, mais là, pour la première fois, on avait des cartes),

Le premier tweet, en anglais, qui montrait la carte est passé assez inaperçu. Ce n’est pas le cas du second, en français, qui a été beaucoup repris, dans lequel je posais la question de manière plus directe, “sauras-tu remarquer une particularité géographique de l’enseignement supérieur français?“. Car je trouve la carte française assez choquante. disait de manière assez élégante que la “ville lumière” faisait de l’ombre aux autres villes françaises. Ce n’est pas peu dire ! Dans tous les autres pays comparables, avec 4, 5 ou 6 universités dans ce classement, on a une relative dispersion sur le territoire. Mais en France, on a Paris. Et c’est tout.

C’est amusant car cette semaine, j’ai commencé le livre Unknown Quantity de John Derbyshire qui raconte, de manière très vulgarisée (et donc parfaite pour moi) l’histoire de l’algèbre. Et dans un des premiers chapitres (on est encore en Mésopotamie) il y a ce paragraphe qui m’a beaucoup rappelé cette carte

Effectivement, il faudrait que je creuse un peu, mais j’ai du mal à voir ce qui va ressortir de cette méga-concentration géographique typiquement française de l’enseignement supérieur. Rien de bon, je crains…

Démographie québécoise

Cet automne, j’étais allé voir Mummy, de Xavier Dolan. Et j’avoue avoir adoré le film ! J’ai tout aimé ! La musique, le cadrage, le rythme, les acteurs (même si j’avais du mal à croire Anne Dorval qui restera toujours pour moi la maman des Parent, surtout que j’ai passé mon temps à Montréal à croiser Daniel Brière – l’acteur, pas le joueur des Avalanches – qui habitait à côté de la maison, et qui faisait souvent le marché en même temps que moi… pour moi les deux étaient attachés à tout jamais…. et la mère de la série et celle du film de Xavier Dolan sont assez différentes).

Le seul reproche que j’aurais pu faire, ce sont les sous-titres (qui nous étaient imposés, en France). Au Québec, on avait pris l’habitude de vivre sans sous-titres, et on a appris une langue en la parlant, au quotidien. Par exemple, j’ai appris ce que voulait dire câlisser sans avoir à ouvrir un dictionnaire, ou sans demander de traduction. De même que j’ai découvert qu’il existait des variantes, comme décâlisser (et j’ai même fini par comprendre le sens). Mais je n’avais jamais eu besoin de visualiser la traduction du mot. Voir des traductions de mots que j’avais fini par découvrir et comprendre m’a déstabilisé. Je reverrais d’autant mieux le film en DVD, sans les sous-titres qui m’étaient imposés au cinéma.

C’est amusant car pendant les vacances, j’en ai profité pour finir Magasin Général de Régis Loisel et Jean-Louis Tripp. Et j’ai eu plaisir à retrouver des expressions québécoises tout au long de la lecture. Même si l’histoire se déroule à Notre Dame du Lac, situé sur le bas Saint Laurent (même si le nom ne semble plus exister depuis quelques années), on est loin des dialogues que l’on peut entendre en région, et on a une version agréable de ce qu’on pourrait entendre à Montréal…

En fait, comme cela est indiqué (trop) discrètement, c’est Jimmy Beaulieu (dont j’avais déjà souligné le travail admirable dans un précédant billet) qui a fait la “traduction” des dialogues, pour avoir (comme le disent les premières pages du livres) des dialogues en québécois “qui soient compréhensibles des deux côtés de l’Atlantique”. Ce qui montre bien qu’un français de France peut comprendre le québécois (moyennant un peu de bonne volonté). Je crois que j’aurais bien aimé avoir des sous-titres pour Mummy dans la même langue que celle parlée dans Magasin Général.

En lisant en particulier les deux derniers tomes de Magasin Général (oui, j’avais un peu de retard), et les histoires de natalité, je me suis souvenu du travail que l’on avait fait il y a un peu plus d’un an avec Julie, qui était venu faire un stage à l’UQAM, et avec qui on avait découvert la démographie du Lac Saint Jean (certes, par rapport à Magasin Général, on est de l’autre côté du Saint Laurent).

les slides (de la soutenance de stage) sont en ligne,

Quand les chercheurs cherchent leur voie (voix) sur Twitter

Il y a plusieurs semaines (mois?), avec @3wen et @pareto35, on nous avait demandé d’écrire un petit article sur Twitter, et sur l’usage de Twitter dans le monde de la recherche, pour la Newsletter du CREM (Centre de Recherche en Économie et Management, de l’Université de Rennes 1, et de l’Université de Caen). On avait envoyé l’article, et je n’y avais plus pensé. Or cet après-midi, @alisag1728 publiait “25 Interesting Observations About How Academics Use Twitter” qui éclairait le débat, et qui m’a refait pensé à cet article. Comme les discussions semblent à nouveau d’actualité, j’en profite donc pour mettre en ligne la note qu’on avait écrite… Tous les commentaires sont les bienvenus (en gardant en mémoire que l’article était écrit à destination de chercheurs qui entendent peut être parler de Twitter, à l’occasion, mais qui ne voient pas – a priori – pourquoi y être présent).
Continue reading Quand les chercheurs cherchent leur voie (voix) sur Twitter

Dear reader, who are you?

While working on an updated (not to say revised) version of Blogging in Academia, a Personal Experience, I noticed that I now have a better understanding of me as a blogger (this academic alter-ego, to use Vanessa Paz Dennen’s words), the role of blogs within academia, and the community of academic-bloggers. But tonight, in the train, I was asking myself about the readers. I mean You. I know from the stats of my blog that a few thousand people will read this post, that you are 32% American, 21% French, 6% Brazilian and 3% Swedish. That it is quite unlikely that you use a Linux computer. But I don’t know much more…

Since I have always claimed that my blog was a place to experiment, I wanted to try one! Dear reader, if you have 10 seconds, can you please post a comment, with your age, your gender, and your background (I’d like to know if you’re a student, a colleague, an economist, a mathematician, a biologist, a journalist, an astronaut, a lion tamer, an actuary, a modeler, a model, a robot… ). If you want to spend more time explaining how you ended up on my blog, I’d be glad to know… But at least, your age, your gender, and your ‘academic background’ (since I have some sort of academic blog), that would be great! If you come frequently on my blog, you should start to know me, and I thought it would be great if I could know more about you…

Blogues de Sciences Francophones ?

Allez, je me lance… je vais rompre avec la règle d’or que connaît tout chercheur vivant dans le monde académique : ne jamais parler de ses échecs. Il est en effet de bon ton de dire “j’ai un financement du NSERC” mais pas de dire “sur mes cinq demandes de financement, toutes ont été rejetées. Sauf Une.” On peut raconter une anecdote sur les papiers rejetés, autour d’un café, mais mieux vaut éviter de dire qu’on a eu plus de lettres de rejet que de lettres d’acceptation dans sa boîte de messagerie. Et surtout, ne jamais l’écrire à l’encre indélébile. Oups.

A deux reprises la semaine passée, je discutais avec des blogueurs, chercheurs comme moi pendant leur temps libre (ou le contraire, je finis par me perdre), et les deux m’ont dit “tiens, on ne t’a pas vu dans la compilation des blogues de sciences francophones“. Eh oui, je crois que je ne suis pas dedans, effectivement. Cela dit, comme tout bon chercheur, j’ai bien entendu une explication ! Voire plusieurs !

☐ “mon travail est trop avant-gardiste pour être comparé aux autres
☐ “c’est un complot, les gens derrières ce classement ne m’aiment pas
☐ “ce que je fais, c’est plus que de la science, c’est de l’art, tu sais
☑ “c’est nul de mettre les gens dans des cases, et je ne suis pas exclusivement francophone

On l’occurrence, j’aime effectivement prendre comme (piètre) excuse la langue. Car je suis militant – voire activiste – en faveur des blogs de sciences. Ce qui rend vexant de ne pas être retenu comme blogueur de sciences. En revanche, la langue m’indiffère! Comme mon blog est professionnel, j’ai tendance à bloguer en anglais, mais quand il faut écrire de manière un peu plus subtile, pour éviter les malentendus, je recours à ma langue maternelle. Si je blogue à l’occasion en anglais, c’est que c’est plus simple: tout ce que je lis ou presque est en anglais.

Maintenant, comme tous les chercheurs, j’ai aussi un amour propre (et un égo) démesuré, et comme toujours les échecs, ça touche un peu. Car, ami lecteur, derrière ce blog que tu consultes régulièrement (si ce n’est pas encore le cas, il va falloir changer tes habitudes !) il y a du travail (mine de rien). Et sentir son travail un peu valorisé, ça fait toujours plaisir. Il y a quelques semaines, j’avais invité Pascal Lapointe (a.k.a. @paslap, qui a justement dirigé la publication du livre compilant les blogs) pour un café, car je voulais discuter de vulgarisation et de blogs de sciences justement. Et il m’expliquait qu’il ne comprenait pas le sens academic blogging, que j’avais pris l’habitude d’utiliser (par exemple en mettant en avant le blog de Paul Krugman : sous prétexte qu’il est académique, peut-on dire que son blog est un blog académique ? et je pense qu’il a raison, ce qui m’a fait reprendre le terme utilisé par hypotheses.org, carnet de sciences ouvert). Mais je persiste sur l’importance de donner un nom à cet activité que nous exerçons, pour savoir comment la positionner. Puis-je parler de mon blog dans mes demandes de subventions (mon blog peut donner une forte exposition à mes travaux) ? Puis-je financer avec mes fonds de recherche des livres que j’achète pour faire un billet sur mon blog, et pas un article de recherche (pour l’instant je finance avec mes sous personnels, ce sont des cadeaux en moins pour mes enfants à Noël) ? Puis-je héberger des travaux de mes élèves sur mon blog, comme billets invités ? On avait lancé le débat dans les commentaires d’un vieux billet, et je pense que j’essayerais de le poursuivre car je pense qu’il est important.

Maintenant, pour revenir à cette compilation, la petite histoire est que l’an passé, plusieurs personnes m’avaient sollicité. Des gens qui lançaient la compilation, mais aussi les éditeurs de mon blog. Pour le premier, la logique est simple : un recensement n’a de sens que si l’éventail est large; pour les second, être présent dans ces compilations donne une grande visibilité. Les démarches étaient simples (de mémoire) : il fallait envoyer deux posts qui pourraient être les ambassadeurs du blog. J’avoue ne plus trop savoir ce que j’ai retenu, et ne pas avoir compris non plus ce à quoi je participais… Si je l’ai fait, c’est parce que j’avais cru comprendre qu’il s’agirait d’une espèce de recensement, avec une liste aussi complète que possible (plusieurs personnes le font, et c’est probablement très intéressant, je pense au particulier à l’initiative visant à recenser des blogs de sciences féminins). Mais ex-post, j’ai l’impression qu’il s’agissait d’une espèce de concours (car il semble qu’il y ait un jury qui a fait une sélection). Dans ce cas, autant mettre les choses au clair : je veux bien que mon blog se retrouve cité dans des listes diverses et variées, mais je ne vais pas l’inscrire à des concours de beauté ! La raison est simple : je passe mon temps à me faire évaluer, et à évaluer les autres1 . J’ai toujours revendiqué mon blog comme un espace de liberté au sein du monde académique. L’humiliation, je garde ça pour mon travail d’enseignant et de chercheur (ça fait partie de la vie de touts les jours) par contre, je ne garde que les bons côtés du monde académique pour mon blog. J’écris sur les sujets que je veux, je me fais plaisir en essayant de répondre à des questions que je me pose, ou dans le meilleur des cas, qu’on me pose… Mais ne me demandez plus, s’il vous plait, de l’inscrire de nouveau à un concours de beauté !

Voilà, c’est dit.

1 rédaction de dossier pour des demandes de financement (où je dois faire croire que je suis le meilleur et que ma recherche va sauver l’humanité), lecture des évaluations des cours par mes élèves (qui adorent les profs sympas qui font des blagues et qui mettent des bonnes notes), réception de rapports de relecture par des pairs (qui n’ont pas aimé mon papier et qui me demande au moins de citer 3 papiers écrits par la même personne sans grand rapport avec mes travaux), évaluation de rapports de collègues (qui veulent des financements que je me suis fait refuser l’an passé), élaboration d’un projet de demande de financement pour un étudiant de maîtrise, etc.

2 les images sont tirées de l’excellent Little Miss Sunshine.

Actuariat, le rêve américain

Ce billet (sous une forme proche) devrait proposé sous forme d’article dans les semaines à venir pour publication dans Variances, le journal des anciens ENSAE. En attendant, les commentaires sont ouverts, et je serais ravi d’accueillir des points de vue !

  • L’actuariat et les actuaires

Dans un ‘conte Persan‘ inventé par Claude Bébéar, l’actuariat était défini comme suit :

Il était une fois un assureur sur la vie fort intelligent, éminent et respecté. Il était considéré par tous comme un grand technicien, voire un savant, qui n’avait pas son pareil pour estimer la prime à demander aux assurés et la valeur des engagements pris par l’assureur. Mais parfois, un doute le taraudait : sa science était-elle vraiment estimée ? Le vulgaire ne risquait-il pas de s’en saisir, montrer qu’il n’y avait là rien d’admirable et détruire une réputation bâtie à force de patience ? Vite, il fallait se protéger. Et c’est ainsi que notre assureur éminent, respecté et fort intelligent, inventa un langage ésotérique qu’il appela “actuariat”. Et grâce à lui, des générations d’actuaires heureux vécurent et vivent encore à l’abri des critiques, adulés de tous. Chaque année, aidés par des comptables pleins de respect, ils mettent au point un rapport annuel fort savant qu’assurés, actionnaires et contrôleurs en tous genres contemplent sans trop comprendre et sans oser poser de questions, de peur de passer pour des sots. Le système était parfait.”

Comme le montrent les divers classements des métiers qui placent le métier d’actuaire régulièrement en tête depuis une dizaine d’années, en Amérique du Nord, l’actuariat fait rêver. Mais personne ne sait trop ce qu’est l’actuariat….

  • L’actuariat: entre pratique et théorie

Avant de commencer à comparer l’actuariat vu des deux côtés de l’Atlantique, rappelons que le terme “actuariat” n’existe pas dans la langue anglaise. Il existe une “science actuarielle” – enseignée dans quelques universités – et une “pratique actuarielledésignant le travail fait par les actuaires, au quotidien. Cette première subtilité linguistique est importante pour comprendre ce qu’est l’actuariat, au sens français, de ce côté-ci de l’Atlantique. Une connaissance (relative) du premier permet de prétendre au statut d’associé d’une organisation professionnelle, alors que l’exercice du second est essentiel pour prétendre au titre de Fellow. Mais revenons un instant en arrière, sur le système d’éducation en Amérique du nord (on exclura pour l’instant le Québec, qui est un peu particulier). A l’âge où les étudiants français passent leur bac, les étudiants américains terminent leur High School, pour ensuite rejoindre un College ou une université pour une formation de quatre ans, leur permettant de préparer un Bachelor Degree. S’ils le souhaitent, ils peuvent ensuite poursuivre par un Master Degree, qu’ils prépareront sur deux ans.

Les programmes d’actuariat dans les universités nord américaines sont essentiellement des programmes de type Bachelor, qui proposent de former à la science actuarielle, sur un programme de quatre ans (et pas cinq, comme en France). Si en théorie, la mission d’une université est d’enseigner la science actuarielle, bien souvent, les Bachelor programs en science actuarielle proposent de préparer la première série d’examens professionnels, appelés examens préliminaires.

  • Le système des examens professionnels

Tous ceux qui ont travaillé en tant qu’actuaires en dehors de l’Europe le savent : l’actuariat n’existe pas en dehors de la SOA. Cette corporation de plus de 20,000 membres est omniprésente, pas seulement aux Etats-Unis (où se trouve son siège) mais aussi en Asie. Même si l’Association Actuarielle Internationale tente de faire reconnaître les divers instituts, le titre de FSA (Fellow of the Society of Actuaries) est, dans les faits, le seul qui jouisse d’un réel prestige international.

Pour devenir actuaire, en Amérique du Nord, il faut passer au travers des examens professionnels. Ces examens, organisés par les organisations professionnelles (SOA, Society of Actuaries, CAS, Causality Actuarial Society ou CIA, Canadian Institute of Actuaries) sont de trois types :

  • les examens à choix multiples en probabilités (P), mathématiques financières (FM), mathématiques actuarielles (MLC), économie financière (MFE), évaluation de modèles actuarielles (C)
  • les VEE : cours approuvés, en économie, finance et statistique
  • les modules : des ateliers de pratique actuarielle

Par exemple, pour valider l’examen P de probabilité, il faut ainsi réussir au moins 20 questions sur 30 (environ, le pourcentage dépend de la difficulté des questions, il faut un taux d’admission de l’ordre de 35%) en 3 heures. Il est inutile de comprendre la subtilité de la construction de l’espérance conditionnelle, l’objectif est davantage de maîtriser le calcul des probabilités. Certains exercices sont loin d’être triviaux, mais il ne s’agit pas de trouver le truc qui permet d’établir la preuve, davantage de comprendre comment formaliser un problème concret en termes probabilistes. Ce qui est – a priori – parfait pour pratiquer par la suite le métier d’actuaire. Laissons les plus sceptiques tenter de résoudre les exercices posés dans les sample exams sur le site de la SOA. La critique fondamentale que l’on pourrait faire est que le calcul des probabilités n’est pas vraiment une fin en soi : pour comprendre la notion de “martingale,” centrale en valorisation financière, ou celle de “prévision” (en predictive modeling) il convient de comprendre non pas comment calculer une espérance conditionnelle, mais de savoir ce qu’est cet objet mathématique.

Une fois Associé, il est possible de devenir Fellow, en passant de nouveaux examens

  • les examens avancés (écrit, à développement, par opposition aux choix multiples)
  • les modules (suivant le domaine de pratique)
  • les séminaires

Ces examens dont plus exigeants en terme de préparation, avec environ 400 h de préparation étalés sur les trois mois précédant l’examen (à concilier avec une vie professionnelle, et une vie de famille). Dans les entreprises d’assurance en Amérique du Nord, le titre de Fellow est largement valorisé, d’où une  forte incitation en interne à passer (et réussir) ces examens.

  • Les relations entre la communauté actuarielle et le monde académique

En France, l’Institut des Actuaires a eu pour stratégie d’accréditer certaines formations, dans des écoles ou dans des universités. Dans tous les cas, il s’agit d’une formation avancée, de type Master. Les stages permettent de garder un lien entre le monde académique, et la communauté actuarielle. Et c’est la grande force du système français. Outre Atlantique, les étudiants effectuaient une formation poussée en mathématique et en gestion des risques, et les examens professionnels sanctionnaient les étudiants qui les passaient. Mais les examens sont aujourd’hui une fin en soi, la plupart des formations en actuariat devenant de véritables prépas à examens professionnels.

Comme le disait Charles Goodhart, “lorsqu’une mesure devient un objectif, elle cesse d’être une mesure“. Les étudiants en actuariat n’apprennent plus les concepts de valorisation par réplication, ou des raisonnements bayésiens pour mettre à jour des primes, mais uniquement des recettes de cuisine permettant de réussir des examens.

Cela dit, le vent semble tourner, au moins au Canada. En effet, l’Institut Canadien des Actuaires a signé plusieurs programmes d’agréments universitaires, donnant des dispenses d’examen pour les étudiants qui réussissent certains cours (reconnus par l’agrément). Cette idée d’une reconnaissance de la qualité de certaines formations universitaires est loin de faire l’unanimité outre Atlantique, même si la SOA a également fait un pas vers le monde académique voilà quelques années, avec les labels de “Center of Excellence” (mais qui n’apporte pas grand chose aux étudiants, malheureusement).

  • La culture actuarielle en France, et à l’extérieur

Si l’Institut des Actuaires Français est très ancien (on peut remonter en 1890 pour voir le premier institut), il comptait très peu de membres avant les années 1980. L’organisation des systèmes de retraites en France (reposant peu sur les fonds de pension) explique probablement cette différence culturelle importante. Cela dit, de nombreux ouvrages insistent sur l’importance de la science actuarielle sur l’histoire des probabilités par exemple (on repensera au chapitre dédié à Arthur Bailey dans The Theory That Would Not Die de Sharon McGrayne, ou les nombreuses références à la construction des tables de mortalité aux Pays-Bas ou en Angleterre dans The Emergence of Probability de Ian Hacking), et les travaux sur les premium principles sont aujourd’hui reconnus comme précurseurs des travaux récents en mathématique financières sur l’axiomatique des mesures de risque.

Il est d’ailleurs surprenant que les actuaires, en France, aient été aussi peu consultés lors des réflexions sur les constructions des tables de mortalité (contrairement à ce qui peut se passer en Amérique du Nord). Combien d’actuaires y-a-t-il parmi les membres du Conseil d’Orientation des Retraites ? Peut-être parce que les organisations actuarielles ont ici un réel pouvoir, il serait inimaginable de voir un débat sur les retraites se tenir sans la présence de plusieurs actuaires reconnus.

Une autre forte différence culturelle existe quand on regarde les thèmes des séminaires et autres conférences en France. Ces dernières années, les actuaires ont énormément travaillé sur la mise en place de Solvabilité II, et sur la réflexion autour des normes comptables relatives à la solvabilité des compagnies d’assurance. La solvabilité est devenue le cœur de la réflexion actuarielle, en Europe. Mais les Etats-Unis et les Canada n’ont pas adopté les normes comptables préconisées en Europe. Et le mot “solvency” ne figure toujours pas au syllabus des examens préliminaires : un actuaire nord américain peut ne jamais avoir entendu prononcer ce mot (s’il n’a pas traversé l’océan Atlantique)

  • La reconnaissance des actuaires formés en France

Le jeu n’est pas symétrique, loin de là: l’Institut des Actuaires (en France) reconnaît le statut de FSA. Mais la réciproque est fausse: les actuaires formés en France, qui souhaitent exercer la profession d’actuaire doivent passer les examens professionnels de la SOA.

Faudrait-il alors que les étudiants français passent des examens professionnels pendant leur formation pour développer leur attractivité internationale ? Faut-il signer des partenariats avec des universités en Amérique du Nord (comme le font certaines formations) ? Les expériences tentées récemment montrent qu’il est délicat de faire valider des cours de première année d’université (préparant à des examens professionnels) comme des cours de niveau fin de Master. Compte tenu de cette profonde différence, les partenariats seront difficiles à monter. Néanmoins, la formation d’actuariat en France donne les bases parfaites pour préparer la majorité des examens préliminaires, la seule difficulté est de s’entraîner un minimum pour ne pas être déstabilisé par la forme de l’examen à choix multiple.

SOA (Society of Actuaries), fondée en 1949 de la fusion de l’ASA (Actuarial Society of America, 1889) et de l’AIA (American Institute of Actuaires, 1909), située dans la banlieue de Chicago, Illinois. Environ 800 fellows de plus, par an, 22,500 membres en 2014.http://soa.org/
CAS (Casualy Actuarial Society), fondée en 1914 (sous le nom Casualty Actuarial and Statistical Society of America), située en Virginie. 5,500 membres en 2014.http://www.casact.org/
ICA (Institut Canadien des Actuaires, CIA en anglais), fondée en 1965, localisée à Ottawa, Ontario, 4,300 membres en 2014.https://www.cia-ica.ca/
IA (Institut des Actuaires), fondé en 1890, comptant environ 3,000 membres en 2012. A ne pas confondre avec IA (Institute of Actuaries), fondé à Londres en 1848, revendiquant plus de 15,700 membres. Le terme FIA désigne les Fellows of the Institute of Actuaries.http://institutdesactuaires.com/

Étant régulièrement contacté par des français, souhaitant s’installer en Amérique du Nord, ou simplement “devenir Fellow“, j’ai longtemps eu envie de revenir sur l’actuariat, vu d’ici, histoire de clarifier certains points. Pour préciser mon point de vue (à la fois sur l’actuariat en Amérique du Nord, et en France) je pourrais rappeler que j’ai travaillé à Hong Kong – en tant qu’actuaire – en 1999 et 2000, et que c’est en Asie que j’ai pris conscience de l’importance de la SOA dans le monde des assurances. En France, j’avais été en charge de la formation d’actuariat de l’ENSAE, ait fait partie du jury de l’institut des actuaires (à l’ISUP et à Dauphine), ait été secrétaire de la Commission Scientifique (à une lointaine époque, où on donnait des équivalences à des membres d’organisations actuarielles étrangères, et où on tentait de réfléchir au syllabus des formations), suis membre du jury du prix SCOR depuis plusieurs années, ai écrit des livres (en français) et édite dans les semaines à venir un livre d’actuariat (computational actuarial science), qui se veut au delà des particularités culturelles (comme j’ai pu en prendre conscience lors de la rédaction, le gouffre entre académiques et professionnels, ou entre Européens et Américains n’est pas simple à combler). Et j’enseigne depuis 3 ans dans un center of excellence de la SOA, qui bénéficie d’un programme d’agrément universitaire de l’ICA (j’ai ainsi enseigné le cours préparatoire à l’examen P, ainsi que le VEE de statistique et prévision). J’ai d’ailleurs participé à la Task Force de la SOA qui avait pour mission de monter un syllabus pour l’examen de modélisation du nouveau General Insurance Track.

Pour aller plus loin, je suggèrerais la lecture de Sibley, A. (2006). Nos collègues français, The Actuary, November 2006, p. 34-35 (pour une vision plus britannique cette fois).

Great Stats on Elsevier’s Website

A lot of researchers have been recently extremely unfair, criticizing Elsevier one major editor of academic journals. Yes, it is a big publisher. So what? When you publish a paper in any journal that belongs to that group, you now have access to amazing statistics, via scopus.

Not only you know how many time the pdf file has been downloaded (you can also get that information on arxiv or ssrn), but you can get much more!

You can even know how many time the pdf has been opened, and you can even visualize on which paragraph readers spent more time, while reading it! This EyeTrackPDF tool is just amazing!

(you need to pay to get details per IP address, the standard graph is an average of eyetracker information, from what I understood). You can see where are the most interesting parts of the paper, which is quite informative actually

Of course, on all the papers, what we observe is that people spend most of the time on the references, checking for their own names, making sure that their work was mentioned! You can even get an understanding score, which is an estimation of the number of readers that might have understood the paper 

Awesome, isn’t it?