Category Archives: Academe

Insurance, Actuarial Science, Data and Models

Next week, we will have our two-day conference in Paris, on Insurance, Actuarial Science, Data and Models.

Enora (who started her PhD under my supervision last September) will present a poster on agregated data (in the context of anonymity, GDPR, etc) with two focus: econometric regression on compositional data (when an explanatory variable is defined on the simplex, and classical Euclidean geometry cannot be used) and ecological inference.

Ewen (who is enjoying a postdoc position with me) will present a poster also, on our recent work on genealogical data

De la communication scientifique…

Vendredi dernier, j’étais convié à une matinée de discussion autour de la communication scientifique, par des universitaires, à destination des doctorants de la région. Muriel Lefebvre a fait une présentation captivante sur la communication scientifique, et comme promis, je vais mettre par écrit quelques notes prises (je pourrais préciser que j’ai rajouté des réflexions personnelles, mélées à mes notes, car je n’ai pas réussi à déméler). L’idée était de questionner la communication scientifique, et ses pratiques diverses. Le premier point était de noter la variété des formes, la variété des objectifs (écrire permet de réfléchir, de communiquer, de valider, etc), et la variété des publics. En effet, on peut écrire pour soi, pour les pairs (présents, mais aussi passés, en revisitant des études), et pour d’autres sphères. Pour illustrer ce dernier point, Muriel Lefebvre a proposé de revenir sur la rose des vents proposée par Callon, Courtial & Penan (1993), que je reprends sommairement

(bon, le géomètre qui est en moi bout, car une rose des vents est une étoile à 32 directions, pour les 32 directions du vent, car 32=25 or ici on n’a que 5 branches…. mais peu importe). La “communication scientifique” est un objet difficile à identifier parce qu’elle est confrontée à ces 5 axes, qui sont de nature très différente.

En haut à gauche, on retrouve les deux branches classiques du monde académique : la communication liée à l’enseignement, et celle liée à la recherche académique. Dans ces deux sphères, l’enseignant-chercheur est légitime parce que c’est dans son nom : il est enseignant et chercheur. Le terme “média” est à entendre au sens large, il s’agit de toucher un grand public. La “sphère économique” est liée à d’autres termes importants aujourd’hui, comme l’innovation, ou la valorisation. Pour ce dernier, si on pense naturellement aux applications industrielles, on peut toutefois rajouter des activités commerciales au sens large, comme cela peut se voir en droit. Enfin, les “institutions” pourrait être un terme fourre-tour, dès lors que l’enseignant-chercheur est appelé à partager son expertise (par exemple dans des discussions en lien avec la bioéthique).

Il y a aussi une confusion sur les termes, où les termes de publication, de médiation, de vulgarisation, sont utilisés dans tous les sens. Historiquement, la communication scientifique passe par l’écriture, qui légitime le travail. La publication permet de diffuser des travaux, tout en servant d’instrument de validation, d’assurer la paternité d’une découverte, de valoriser un travail, et elle sert aujourd’hui de base pour évaluer la recherche. Cette publication scientifique passe par un processus éditorial et une évaluation par les pairs. La chaîne de l’écriture scientifique est un processus non linéaire, largement décrit par Hans Reichenbach et Karl Popper, mais qui historiquement, restait dans la sphère académique. La vulgarisation (du latin vulgaris) vise à transmettre un contenu (scientifique) d’une manière aisément compréhensible par un large public. Son apogée a été au XIXème siècle, et a été basé sur une relation fondamentalement hiérarchique, du savant vers l’ignorant, du sacré vers le profane. La transmission est alors unidirectionnelle. Ce terme a aujourd’hui une connotation négative, on lui préferera celui d’instruction, ou d’éducation populaire. Cette vulgarisation n’est alors pas une fin en soi, mais une méthode. Puis dans les années 60/70, on voit arriver l’idée de médiation scientifique. Il s’agit alors de mettre du lien, de dialoguer, dans une époque qui remet en question l’autorité de la science, qui n’associe plus science et progrès aussi aisément. Ce dialogue qui doit être rétabli entre science et société se retrouve plus généralement entre la culture et la société. C’est l’époque des maisons de la culture, nées de l’idée d’ouvrir et de rentre accessible l’art (et la culture) à tout le monde. Par la suite, dans les années 80, la notion de culture va s’élargir, en reconnaissant des formes plurielles et diverses. Et la science va bénéficier de ce mouvement. C’est l’idée de “(re)mettre la science en culture“. La culture scientifique est alors une sous partie de la culture commune.

Ces changements vont se traduire par des nouvelles formes de publicisation de la science, pour reprendre la terminologie de Jürgen Habermas. Il s’agit pour le scientifique de rendre public ses travaux, d’être visible. La publicisation se fait par les revues savantes traditionnelles, mais aussi les revues électroniques, les archives ouvertes (hal, arxiv, etc), les réseaux sociaux académiques (research gate, academia, etc), qui restent tous dans la sphère académique traditionnelle. Mais il y a aujourd’hui également de la publicisation vers un publique non-académique, qui peut être atteint par les carnets et blogs de recherche, ou par des chaînes youtube. Depuis 1982, et la redéfinition du rôle de l’enseignant-chercheur, l’importance de la diffusion n’a cessé d’augmenter.

Les expériences de vulgarisation/médiation ne cessent de se multiplier, allant de la fête de la science, à la nuit européenne des chercheurs ou MT180. L’objectif n’est plus très clair, même si les institutions académiques semblent valoriser ces activités, allant d’un souhait de partager des savoirs à une forme d’injonction de visibilité. Pour conclure, Muriel Lefebvre est longuement revenue sur cette double injonction, de qualité et de visibilité. Les fontières semblent se brouiller, Il y a une demande d’humanisation (voire une personnalisation) de la recherche.

On a ensuite eu une table ronde, et ma prise de notes en a pâti (on s’est un peu écouté parler). Il y a eu de nombres interrogations sur la légitimité pour faire de la médiation, et sur l’ouverture des revues savantes. Mais une intervention a aussi souligné l’émergence d’un nouvel acteur depuis quelques années dans la médiation : les associations. Le point de départ semble avoir été les associations en lien avec les personnes malades, atteintes du HIV, dans les années 80, qui ont voulu comprendre. Ces associations peuvent jouer un rôle important dans la médiation. L’histoire amusante est un article de Muriel Lefebvre, intitulé The Circulation of Scientific Articles in the Sphere of Web-Based Media: Citation Practices, Communities of Interests and Local Ties. Dans cet article, elle s’interroge sur la vie d’un article paru en 2012, dans PLoS, intitulé “Freshwater Killer Whales”: Beaching Behavior of an Alien Fish to Hunt Land Birds, et plus particulièrement qui mentionne cet article. Pour information, cet article étudie un gros poisson, la silure (Silurus glanis)

et ce poisson semble avoir tendance à manger des oiseaux, comme ces pigeons (Columbia livia). L’article illustre avec quelques photos (les plus courageux pour aussi trouver en ligne des vidéos).

La question n’était pas de savoir qui dans les revues scientifiques citent cet article (comme peut le faire la bibliométrie traditionnelle) mais plutôt de comprendre au sens large qui a pu mentionner cette étude (publiée en accès ouvert). En fait, cet article a été énormément mentionné sur des sites internet d’associations de pêcheurs (comme seriouslyfish), qui peuvent relayer une information publiée par des chercheurs, pour la diffuser auprès d’un public beaucoup plus large. En fait, le processus de la production scientifique est complexe, car ces associations peuvent aussi faire remonter un problème auprès de scientifiques, qui prendront alors le temps de creuser, et de comprendre. Il s’agit alors véritablement d’échanges. Plus généralement aujourd’hui, on retrouvera beaucoup d’association de malades, qui tentent de comprendre la recherche, mais qui tentent aussi de sensibiliser (et donc de financer). Il n’y a plus de hiérarchie, entre sachants et profanes, mais au contraire une vraie médiation jouée par le chercheur.

Il est trop nul ce prof…

Que celui qui n’a jamais pensé ca une fois dans sa scolarité me jette la première pierre…

Cela dit, il y a ceux qui le pensent, et ceux qui l’affirment haut et fort, genre sur des sites comme rate my professors. J’ai toujours eu du mal avec ce genre de sites (et plus généralement extraire une information utile des évaluations des élèves) car on ne connaît pas les motivations des élèves. Quand on lit “l’examen final est impossible” puis le commentaire d’après “l’examen, c’est juste des exercices vus en classe, c’est vraiment trop facile“, on finit par être perplexe. Oui, assez souvent une classe est composée d’éléments très hétérogènes, et il est impossible de contenter tout le monde. Le plus étonnant quand on enseigne, c’est l’équilibre qui peut en résulter. Le même cours peut être une réussite, et le semestre suivant un fiasco, alors que le contenu et la forme peuvent être identiques. Je me souviens quand j’étais étudiant de ce prof, annoncé par la promo précédante comme le meilleur prof au monde, que je trouvais finalement so-so.

Et puis un jour, certains d’entre nous décident d’aller un cran plus loin, de sauter le pas, de passer d’élève à prof. Sans pour autant que ce soit une vocation, juste un concours de circonstances. Pour ma part, j’avais travaillé en salle de marché, puis comme actuaire à Hong Kong, avant de revenir à la Fédération Francaise des Assurances sur Paris. Et juste avant les vacances de Noël (il y a maintenant une quinzaine d’années) on me propose de donner un cours trois semaines plus tard, au retour des vacances (prof qui lâche son cours au dernier moment, impossible de trouver un remplacant). Je pensais faire de la recherche en entreprise, et j’ai découvert l’enseignement.

Et je n’ai pas arrêté depuis. Avec toutes sortes de formats, toutes sortes de publics… En particulier, j’ai fait beaucoup de formation continue. Et j’en profite pour la minute culturelle du blog : en avril 1792, l’Assemblée législative nationale discute de l’organisation générale de l’instruction publique en France, et Jean Antoine Nicolas Caritat, plus connu sous le nom de marquis de Condorcet, fait un discours très avant-gardiste

Nous avons observé que l’instruction ne devait pas abandonner les individus au moment où il sortent des écoles ; qu’elle devait embrasser tous les âges ; qu’il n’y en avait aucun où il ne fût utile et possible d’apprendre, et que cette seconde instruction est d’autant plus nécessaire, que celle de l’enfance a été resserrée dans des bornes plus étroites. (…) En continuant l’instruction pendant toute la durée de la vie, on empêchera les connaissances acquises dans les écoles de s’effacer promptement de la mémoire, on entretiendra dans les esprits l’activité utile (…), on pourra montrer enfin l’art de s’instruire par soi-même

Or justement, il y a plusieurs mois, le centre de formation Caritat (dédié au monde de l’actuariat de l’assurance et de la protection sociale) lancait un prix pédagogique. L’idée est intéressante : vous pensez qu’il manque de formation sur tel ou tel thème ? et vous pensez pouvoir animer une telle formation ? eh bien, lancez-vous ! on vous monte ce cours sur mesure ! Quand le prix a été lancé, on m’a demandé de faire partie du jury, et j’ai tout de suite accepté. Il s’agissait, pour des personnes sans aucune expérience dans le domaine de la formation (continue) de proposer un plan pour une journée de 7 heures, sur un sujet, avec un fil rouge, de préparer quelques slides. On en a sélectionné certains, et on les a convié pour un oral, en fin d’année… et la remise des prix aura lieu cette semaine. Les vainqueurs pourront se jeter à l’eau dans quelques mois, et monter leur formation, leur cours, pour de vrai. Je trouve l’idée merveilleuse, et j’espère qu’on aura d’autres candidatures intéressantes pour la prochaine édition ! A suivre donc..

Dix ans…

Bon, ca devait arriver… cet automne, je vais célébrer mes dix ans de blog (académique). Les plateformes ont changé à plusieurs reprises, mais avant la fin 2007, je me lancais sur mon premier vrai blog. Certes, il y a 15 ans, je donnais mon premier cours, et j’avais déjà besoin d’une page internet, pour compléter le cours, avec des liens vers d’autres cours, des codes, des graphiques, etc. J’ai donc eu une page assez longue, hébergée à Dauphine, pour compléter le cours, avec des données, des codes, des liens… c’était un immense bazar que je mettais à jour assez (trop) régulièrement.

Et puis il y a environ 10 ans, le blog a été lancé. Je m’en souviens parce que c’est l’année où j’ai eu mon poste de maître de conférences. Mon premier blog était hébergé par l’université (le blog d’Arthur Charpentier) puis j’ai voulu en avoir un où je serais un peu plus caché (ou disons sans le nom dans le titre…). A part ce détail, le second était une copie conforme du premier, hébergé chez free (qui utilisait aussi dotclear). Mais c’était lourd, et je me suis fait piraté, avec des popups qui apparaissaient (trop) régulièrement. J’ai fini par migrer une dernière fois chez hypotheses.org, où j’étais content d’avoir une vraie équipe pour aider sur les aspects logistiques (même si la migration sous wordpress a été douloureuse, de nombreux billets en souffrent encore, surtout que j’ai écrasé le précédant blog, sans faire de sauvegarde propre… plusieurs images ont dont disparu à jamais, y compris des images de fomules de maths, ou des graphiques). Bref, me voilà aujourd’hui 10 ans après et je découvre au passage que ce blog est un des plus visités sur la plateforme d’hypotheses.org.

10 ans après, j’avoue être toujours surpris d’apprendre que du monde passe sur ce blog. S’il n’y a pas vraiment de fil rouge, si j’essaye de ne m’imposer aucun sujet, il faut reconnaître que certains sujets prédominent, autour de la donnée, du risque, de la visualisation, de problèmes d’économie, de statistique, d’assurance, de finance. Avec comme point de départ un phrase dite dans mon cours, une discussion avec un collègue, un livre ou un article lu. Mais il faut admettre que je suis un très mauvais vulgarisateur, j’aime le jargon parce qu’il permet d’être précis, j’aime les notations symboliques parce qu’elles permettent d’être clair. Bref, ce blog n’aurait du toucher qu’un public (très) restreint. Je ne dirais pas que c’était la cible, il n’y a pas de cible. J’écris essentiellement pour moi, pour garder des traces de réflexions et de codes. Ce qui m’a plu dans les premiers échanges que j’ai pu avoir avec Marin qui “dirigeait” hypotheses.org c’était cette idée de “carnet de recherche ouvert”, qui correspondait exactement à ce que je cherchais.

Je ne vends rien sur ce blog, tout est gratuit, en libre service, et tout est souvent reproductible. Certes, il y a aussi pas mal de coquilles mais en réfléchissant un peu, tout peut se reproduire. En remettant en forme un code, j’oublie de définir une constante. Mais l’heuristique du code, de l’algorithme reste compréhensible.

Je me souviens de presque tout ce que j’ai pu mettre en ligne, et je vois qu’il me reste toujours des choses à raconter. Je me dis qu’un jour ca s’arrêtera peut être, mais pour l’instant, j’ai toujours des choses que je veux tester, qui ne méritent pas un article de recherche, et ce blog, mon blog, est l’endroit où je pourrais garder une trace. Ou alors un premier jet avant un article qui mériterait publication, avec un comité de lecture. Car ici je fais tout tout seul. C’est de l’artisanat ce blog !

Une des choses étranges avec cette popularité, c’est que beaucoup de monde a l’impression de me connaître… Et c’est troublant, parce que j’ai l’impression que beaucoup de monde qui passe sur ce blog me voit à l’exact opposé de ce que je suis dans la (vraie) vie. Sur mon blog (mais aussi sur twitter) je la ramène pour un oui ou pour un non, alors que dans la vraie vie, je suis un ours plutôt taciturne (en dehors de mes cours et de mes exposés, où mon rôle est de parler, donc je joue ce rôle). Dans la vraie vie, je n’aborde jamais les inconnus, je fais toujours profil bas… J’ai écrit beaucoup de billets en mettant en scène des anecdotes familiales, mais j’ai toujours essayé de maintenir une relative distance. Autant il peut exister beaucoup de passerelles entre ma vie professionnelle et ma vie privée (comme beaucoup d’enseignants chercheurs), autant mes vies on-line et off-line sont beaucoup plus séparées. Je peux sans trop de difficultés lire ou travailler pendant que ma fille prend son bain, ou être vautré dans le sofa pour arbitrer un article de recherche à côté de mon fils qui lit le tome 81724 de One Piece. Mais pour écrire un billet, j’ai besoin de rentrer dans ma bulle, de me couper du reste du monde. Après je pourrais aller voir si ma fille a bien rangé sa chambre, mais là je tape un billet.

Avoir un blog aura été l’occasion de rencontrer plein de gens passionnants, dans des disciplines connexes aux miennes. Ces gens qui m’ont contacté pour discuter d’un problème d’inférence statistique, ou juste pour prendre un café (j’aurais toujours en mémoire ce message de Reka “salut j’adore ton blog, je suis à Montréal pour deux jours, on prend un café ensemble ?”), pour me faire découvrir une référence que je ne connaissais pas (suite à un billet que j’ai pu mettre en ligne) ou me proposer de venir faire un exposé (ou un cours). A chaque fois, je rencontre des gens en me disant “hummm c’est donc toi qui vient lire mon blog…”, en me disant que je la chance de rencontrer des gens aussi intéressants que tous ceux que j’ai pu croiser en 10 ans…

Bref, en 10 ans j’ai beaucoup grandi, j’ai un peu appris à écrire, je suis ravi de voir autant d’universitaires bloguer, et j’ai encore l’impression que le meilleur est à venir… Et on se retrouve dans 10 ans pour les 20 ans du blog !

Antisélection en Assurance Automobile et Impact des Jours de Carence sur les Arrêts Maladies

Cet après midi, je suis à Paris-Jourdan pour la soutenance de thèse d’Alexandre Godzinski , sur Three empirical essays on moral hazard identification in insurance, supervisée par Pierre-Yves Geoffard.

Pour l’anecdote, le premier chapitre (Effects of the one-day waiting period for sick leave on health-related absences in the French central civil service) pour sur le jour de carence pour l’assurance maladie (sujet qui fait couler de l’encre ces jours-ci).

Ce jour de carence a été introduit au 1er janvier 2012 et supprimé
au 1er janvier 2014. Durant ces deux années d’application, le premier jour d’arrêts maladie était non rémunéré. Il y avait un groupe de contrôle (le secteur privé) et un groupe test (le secteur public). Le jour de carence conduit à une baisse plus de 50 % de la prévalence des absences de 2 jours,

mais aussi une hausse de 25 % de la prévalence des absences de 1 semaine à 3 mois

Aucun effet n’est trouvé sur la prévalence totale pour la population globale. Les agents ne sont donc ni plus ni moins absents pour raison de santé…

“Ethics in Quantitative Finance”

Just before going to the workshop on dependencies in finance and insurance, Tim Johnson (also known as @TCJUK on Twitter), researcher at Heriot-Watt University in Edinburgh and blogger on http://magic-maths-money.blogspot, sent me a copy of his manuscript entitled Ethics in Quantitative Finance: a pragmatic theory of markets. While opening the book, we think of Peter L. Bernstein, his masterpieces Capital Ideas (or the later Capital Ideas Evolving) as well as Against the Gods. But Tim’s book is quite different.  This book is not really about finance, but about financial valuation and actuarial science. We can clearly see the deep interactions between financial mathematics and actuarial science. About uncertainy, prices and probabilities. And all those topics are embeded with a philosophical perspective

the argument is presented that financial markets are radically uncertain environments, where correspondence theories of truth are meaningless since there are no matters of fact about an uncertain financial future. In the face of this uncertainty, markets are places where “the opinion which is fated to be ultimately agreed to by all who investigate” is sought and opinions are expressed through asset prices. This implies that markets are centres of communicative action and money is behaving as a language. Using Jürgen Habermas’ analysis, this implies that market prices ‒ statements of opinions ‒ must satisfy objective, subjective and social truth criteria. The argument presented is that reciprocity guarantees the objective truth, sincerity guarantees the subjective truth and charity guarantees the rightness of a price. This explains why reciprocity is embedded in financial mathematics.

Continue reading “Ethics in Quantitative Finance”

Le Master Statistique & Econométrie est mort

Après 10 ans, le master Statistique & Econométrie de l’Université de Rennes 1 va disparaître…. pour renaître de ses cendres sous le nom Mathématiques Appliquées, Statistique, cohabilité par l’Université de Rennes 1, Rennes 2, Agrocampus Ouest, l’ENSAI et l’INSA Rennes, à la rentrée. En particulier, il y aura un parcours “Prévision et Prédiction Economiques“. Il y aura beaucoup de nouveaux cours, mais j’aurais l’occasion d’en reparler…

Habilitation à Diriger des Recherches

« L’habilitation à diriger des recherches sanctionne la reconnaissance du haut niveau scientifique du candidat, du caractère original de sa démarche dans un domaine de la science, de son aptitude à maîtriser une stratégie de recherche dans un domaine scientifique ou technologique suffisamment large et de sa capacité à encadrer de jeunes chercheurs. Elle permet notamment d’être candidat à l’accès au corps des professeurs des universités. »

Ma défense était ce soir, ça y est, c’est fait… on va pouvoir faire avancer la recherche maintenant !

 

Les Données et le Monde Libre, et Ouvert

La période des conférences va commencer… Même si j’ai du en refuser – puis en annuler – un bon nombre (pour des raisons personnelles), je serais cette semaine au Breizh Camp devant 500 développeurs, pour parler données, algorithmes et économie. Dans deux semaines, je ferais deux interventions à Barcelone, une sur les données et l’autre sur les algorithmes (dans un optique plus assurantielle). Et en mai, je suis invité à la Banque d’Angleterre pour parler au Chief Economists’ workshop – What can central bank policy- makers learn from other disciplines?. J’ai été invité avec Michael Lo et Andrew Gelman (excusez du peu) pour parler un peu de données, de recherche, d’algorithmes, etc. Et au milieu de ces conférences un peu moins pointues que les conférences (très) spécialisées que j’ai l’habitude de faire, pour présenter mes papiers de recherche devant mes pairs, j’ai également été invité à parler dans un contexte assez singulier, sur l’économie numérique,

Oui, dans le cadre de rendez-vous parlementaires, autrement dit, avec des élus. A priori très loin de mon auditoire traditionnel.

On m’a demandé de faire un intervention sur la donnée comme pierre angulaire de l’économie. J’avais accepté car j’avais entendu “économie” comme “sciences économiques“, et je trouvais la question pertinente, et digne d’intérêt. Malheureusement, en réalité, le débat portera davantage sur la valeur de la donnée, et probablement sur les données ouvertes. Comme c’est un autre sujet qui m’intéresse, je ne me suis pas dégonflé (même si je pense que mon voisin Simon aurait été plus légitime…)

Dans mon exposé pour Breizh Camp, j’évoque – à la toute fin – les données ouvertes, en expliquant – en reprenant l’exemple du paradoxe de Simpson – que les données n’ont de sens que si elles sont individuelles, et pas agrégées ! Bref, la majorité des données – dites ouvertes – que l’on trouve en France sont inutiles, car pas assez fines ! Inutile dans l’idée d’expliquer des comportements et des stratégies individuelles. Pour expliquer l’obésité, il faut des données individuelles, pas par département !

Mais ce n’est pas nouveau. Lorsque je travaillais sur le climat, il y a une quinzaine d’années, avoir des données avec une faible granularité était impossible : j’ai travaillé sur la modélisation des tempêtes avec des données irlandaises et néerlandaises, pour les inondations, on a travaillé sur des données canadiennes. Lorsque je travaillais sur la période de retour de la canicule telle qu’elle a été observée pendant l’été 2003, j’ai eu la chance de trouver des données (journalières) françaises sur un site néerlandais. Et lorsqu’on a travaillé avec Amadou sur le paradoxe épidémiologique sur le tabagisme et le poids des bébés à la naissance, on a travaillé sur les données américaines du CDC, où plusieurs millions de données individuelles sont disponibles ! Bref, des données utiles pour faire de la recherche !

On commence à trouver des données intéressantes, en libre accès en France. La France a toujours eu des années de retard, en matière de transparence et d’accessibilité de données, j’en ai parlé à de nombreuses reprises sur mon blog. Je repense à la dizaine des courriels que j’ai du envoyer pour récupérer, auprès du Rectorat de l’Académie de Rennes, les statistiques de réussite au brevet des collèges sur 10 ans, pour seulement 4 collèges (pour un TD de statistique avec mes étudiants) ! Le pire c’est que je me dits “mais tout le monde le sait que c’est impossible d’obtenir des données en France, j’enfonce des portes ouvertes là“. Mais je suis constamment surpris de voir que les portes ne sont pas si ouvertes que ça. Pire, que certains tentent de les refermer.

En fait, j’ai l’impression que le débat sur l’ouverture des données est proche de celui sur l’ouverture de la publication scientifique, et sur les logiciels libres. L’idée sous-jacente est que tout le monde, chercheur institutionnel ou simple citoyen, peut avoir envie de comprendre le monde qui l’entoure. C’est tout du moins sur ce postulat que j’ai lancé mon blog voilà presque dix ans. Pour ma part, j’ai besoin de trois types d’objets : des données, sur lesquelles je teste des hypothèses, des modèles économétriques qui permettent de décrire aussi simplement que possible un phénomène complexe, et des packages informatiques. Plus généralement, on peut parler d’un accès ouvert aux connaissances, pour reprendre le titre de la tribune du Monde,

Plusieurs tribunes ont été écrites sur le sujet . Lorsque j’ai publié mon billet sur l’importance des logiciels libres, j’expliquais que ça partait d’un constat pragmatique, et aucunement d’une forme de militantisme (loin de moi l’idée de militer pour quelque cause que ce soit…). Et je dois avouer que les tribunes qui vont en sens inverse me fatiguent, je pense en particulier à la dernière tribune de Philippe Minard (surtout quand il prétend être la voix “des chercheurs“). Personnellement, je ne peux faire de la recherche que si je peux avoir accès à des données aussi fines que possible (et oui, souvent des données individuelles, ce qui pose le problème de l’anonymisation, on pourra en reparler un autre jour), si j’ai des logiciels et des codes informatiques que je peux partager avec les co-auteurs (voire mettre en ligne sur mon blog pour en faire profiter tous ceux qui le souhaitent), et si je peux comprendre ce qui a été écrit sur le sujet, c’est à dire avoir accès aux articles qu’il faudrait que le lise, et que je pourrais alors citer. Les modèles économiques des logiciels, des données et de la publication scientifique doivent changer ! Les expériences que l’on a pu observer dans le domaine des logiciels montrent que ceux qui refusent de s’adapter disparaîtront… Personnellement, les articles que je lis, je les trouve via arxiv ou hal (et je suis toujours choqué quand un éditeur de demande de citer la version publiée, alors que souvent je ne l’ai pas lue, ce qui peut causer des soucis quand la version publiée est assez différente… je repense à un erratum que j’ai du publier il y a quelques années). Et quand je n’ai pas les données que je veux, avec un peu de chance, avec un peu de webscrapping, on peut les extraire malgré tout….

Bref, je pense que mes prochains exposés vont continuer à ouvrir ces portes ouvertes, car il se serait dommage que quelqu’un ai la mauvaise idée de les refermer… Et en ce sens, je rejoins pleinement ce qui a été écrit dans Pour une Science Ouverte à Tous, publié ce mois-ci, dans Le Monde.