Mais quand va-t-on enfin se décider à fermer les universités en France ?

J’ai été un peu titillé ce matin en voyant la une s’étaler sur la devanture du buraliste en bas de la fac,

Comme le dit Wikipedia, “l’expression grande école désigne en premier lieu les établissements d’enseignement supérieur français recrutant majoritairement sur concours parmi les élèves des classes préparatoires aux grandes écoles. Par extension, le terme est également associé à un petit nombre d’établissements de formation des hauts fonctionnaires français recrutant sur concours parmi les titulaires de la maîtrise ou d’un diplôme considéré comme equivalent. Enfin, de manière plus récente, le terme peut être associé à certains établissements d’enseignement supérieurs recrutant sur dossier ou concours directement, ou indirectement via des classes dites “préparatoires intégrées”, au niveau du baccalauréat et délivrant un diplôme après généralement cinq années d’études postérieures au baccalauréat“. Bref, au vu de cette dernière définition, j’ai du mal à voir clairement le lien entre la notion de “grande école” et celle d’élite, évoqué dans le premier paragraphe de de l’article, ou dans l’édito de la première page,

ÉLITE, subst. fém.

I.− [Avec ou sans déterminant] Ce qu’il y a de meilleur dans un ensemble composé d’êtres ou de choses; produit d’une élection qui, d’un ensemble d’êtres ou de choses, ne retient que les meilleurs sujets. A.− Usuel. [À propos d’êtres hum.] 1. Au sing. Minorité d’individus auxquels s’attache, dans une société donnée, à un moment donné, un prestige dû à des qualités naturelles (race, sang) ou à des qualités acquises (culture, mérites).
2. Au plur. avec art. déf. (néol. début xxe s.). Classe minoritaire composée de gens qui, du fait de leur naissance et de leurs mérites, de leur culture et de leur capacité sont reconnus (ou se reconnaissent) comme les plus aptes soit à occuper les premières places de la société à laquelle ils appartiennent, soit à donner le ton à leur milieu
Moi qui ai enseigné dans de nombreuses grandes écoles, et dans plusieurs universités, je suis un peu agacé par cette ambiance actuelle de dévalorisation de l’université, car pour être honnête, j’ai eu à l’université plusieurs très bons élèves (meilleurs que des bons élèves d’école), et réciproquement, j’ai vu des élèves en école que je n’aurais jamais pensé avoir une licence à l’université… Bref, je trouve dangereux de mentir ainsi aux parents en dénigrant autant l’université (car ces journaux sont plus lus par les parents que par les lycéens qui s’interrogent – éventuellement – sur leur avenir). Ce qui me gêne également, c’est lorsque les décideurs politiques lisent ce genre d’article (voire certains responsable universitaires) et décident d’affecter des moyens colossaux dans des “écoles” (au détriment de l’université, car comme toujours depuis quelques années, le jeu est à somme nulle). Si vraiment l’université était si mauvaise que ça, je me demande ce qu’on attend pour toutes les fermer….
Fort heureusement, les recruteurs sont – pour l’instant – un peu moins bornés que certains…. Espérons que ça dure…


4 thoughts on “Mais quand va-t-on enfin se décider à fermer les universités en France ?”

  1. Pour ma part je suis un pur produit universitaire, n’ayant jamais pu avoir le niveau pour intégrer une prépa réputée mais pouvant aujourd’hui me targuer d’avoir eu un parcours et un enrichissement professionnel dans le milieu de l’actuariat bien au dela de mes espérances d’étudiant…
    J’ajoute que même si le monde professionnel donne plus volontiers sa chance à un X ou un centralien, un universitaire se fera toujours remarquer s’il sait demontrer les qualités essentielles requises par son employeur. A titre d’exemple il me semble que François Pierson n’a “qu’une petite” licence de droit! REPONSE: merci pour cette expérience… en fait, j’aurais presque tendance à enfoncer encore plus le clou sur le “un universitaire se fera toujours remarquer s’il sait démontrer les qualités essentielles”: on attend toujours que quelqu’un sorti de ces grandes écoles ait toutes les qualités possibles, on ne peut donc qu’être déçu… contrairement aux universitaires, qui peuvent “créer la surprise”. Une fois passé l’esprit de corps qui persiste ici ou là, j’ai l’impression qu’on oublie vite la formation une fois qu’on a recruté quelqu’un !

  2. Les “grandes” écoles bénéficient d’un gros budget… Elles sont beaucoup plus présentes dans les médias et ont des liens beaucoup plus développés avec le monde professionnel. Intégrer une grande école garantit plus ou moins une bonne insertion professionnelle, à condition d’assurer un minimum pendant le cursus. Mais au niveau de la formation, il y a très peu d’écart avec les facultés, la seule différence significative étant une différence dans les moyens (plus d’outils, d’ordinateurs pour les TPs par exemple, plus de salles de conférence..)
    Pour ma part, intégrant la faculté après des classes préparatoires MPSI/MP, je me sens beaucoup plus épanoui à la faculté,n’étant pas vraiment fait pour le rythme des prépas. Je trouve que la faculté offre une bonne formation professionnelle, et je ne dis pas cela parce que j’ai raté mes concours.
    Pour revenir au sujet, je pense que ce sont des choix politiques qui font qu’on cherche les élites, qu’on choisisse les meilleurs au collège pour les envoyer au lycée Louis le Grand ou Henri IV, qu’on parle de projets visant à instaurer des gros pôles universitaires à l’americaine, avec une autogestion des facultés et des centres de recherche.
    En belgique, en espagne, il n’y a pas de classes préparatoires et les formations universitaires et les centres de recherche sont bien réputées.
    Je suis désolé d’avoir été long mais j’avoue que c’est un sujet qui ne me laisse pas indifférent (voire me révolte).. Un autre problème de l’éducation française est un problème d’orientation: rares sont ceux qui ont un penchant vers tel ou tel domaine ou métier en sortant du lycée… REPONSE: merci pour cette réflexion, que je partage en grande partie, même si pour ma part, j’ai beaucoup apprécié les méthodes d’apprentissage de classe prépa ! il y a des personnes plus scolaires que d’autres.

  3. Je suis complètement d’accord et j’espère que les élèves comme des décideurs liront cet article. Pour avoir fait une “grande école” et l’université (et commencé à enseigner en grande école), je confirme (dans la limite de mon expérience) ce point de vue : l’université peut, et notamment au niveau Master, se targuer d’un niveau au moins égal (en sciences) à celui des grandes “grandes écoles” (X, Centrale, …). Mais peut être que l’élitisme de ces écoles consistent à faire de la communication, plus d’anglais, avoir des relations avec les entreprises, faire de la publicité? Dans ce cas, c’est confondre (mais est ce une surprise?) l’apparat et la réelle compétence.

    1. je vais en plus croire à un effet cyclique: il y a un an, nous avions eu une discussion passionnante avec Emmeline de ma femme est une économiste sur un débat assez proche (ici). En tous les cas merci pour ton partage d’expérience !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *