Quelques ordres de grandeurs sur les accidentés de la route

Hier soir, Benoît m’a posé une colle par courriel, et je dois avouer que j’ai horreur de ça… Il me demandait un ordre de grandeur descoûts moyens en France (du point de vue de l’assureur) d’un blessé et d’un mort pour les sinistres automobiles“. La colle m’a embarrassé parce que déteste ne pas avoir la moindre idée des ordres de grandeurs sur des sujets qui pourtant m’intéressent. En fait, je connais les coûts extrêmes, les plus gros accidents, mais pas les coûts moyens… Moralité je me suis mis au travail, et comme toujours sur ces sujets, Audrey m’a beaucoup aidé. Alors avant de commencer, il faut savoir que quand on parle de gravité d’un accident corporel (dans les précédant billets, ici ou , je ne parlais que des nombres) il faut parler de taux d’AIPP, atteinte permanente à l’intégrité physique et/ou psychique (anciennement appelées taux d’IPP, i.e. taux d’incapacité permanente partielle). Alors c’est très technique, c’est fixé par des docteurs, des caisses d’assurance maladie, des juges, bref, il y a tellement de paramètres que c’est dur de s’y retrouver. Sauf qu’il y a des espèces de grilles… Elles sont évoquées ici par exemple,

  • Perte, paralysie d’un doigt ou perte de l’odorat ou d’une partie de la voix =  1 à 5 %
  • Perte de l’ ouie d’une oreille ou d’un orteil genou remplacé par une prothèse =  5 à 10 %
  • Perte de tous les orteils, perte de toutes les dents, perte de la voix =  10 à 15 %

(bref, un taux de 10% c’est pas très drôle.. mais ce n’est pas ce qui est retenu pour définir un accident grave)

  • Perte du pouce droit (pour un droitier) ou perte de la vision d’un œil =  20 à 25 %
  • Perte de la main droite (pour un droitier) ou perte du bras gauche =  40 à 50 %

Là on va franchir le cap des 50% qui correspondent à une classification particulière, à savoir les graves,

  • Perte du bras droit (pour un droitier), perte de la jambe ou perte totale de la vue ou de l’ouïe =  50 à 60 %
  • Para ou tétraplégie et  traumatisme crâniens =  60 à 100 %

Voilà pour les ordres de grandeurs sur la gravité d’un accidenté.
En 2008, il y a eu de l’ordre de 7 millions de sinistres (avec une indemnisation de l’assureur). Près de la moitié concernent des bris de glaces, et environ 250 000 correspondaient à un accident corporel. Si on creuse un peu, parmi les accidentés, dans 75% des accidents, il s’agit de blessés légers, sans AIPP. 24% sont accidentés avec un AIPP, avec la répartition suivante: 19% ont un taux d’AIPP inférieur à 5%, et 2% dépassent 20%. Enfin, 1% décèdent. Voilà pour la répartition des nombres, regardons maintenant les coûts.
Ces 3% des sinistres (en nombres) représentent 30% du coût total des sinistres, soit 4,5 milliards d’euros (vu à la fin de la première année, selon la FFSA). Et ces milliards d’euros sont répartis de la manière suivante

  • 11% pour les blessés léger
  • 36% pour les AIPP compris entre 1% et 20%
  • 42% pour les AIPP supérieurs à 20%
  • 11% pour les décès

Si on regarde l’indemnité moyenne en 2008 (pour en venir à l’objet de mon billet)

  • les blessés avec AIPP ont été indemnisé à hauteur de 45,680 euros (dont 14,165 euros au titre des dépenses de santé, actuelles et projetées)
  • les ayants droits, en cas de décès, ont été indemnisé à hauteur de 89,800 euros,

Si l’on regarde les blessés légers (sans AIPP), ils ont touché en moyenne 1,500 euros (la médiane se situant plutôt vers 750 euros).
Pour les blessés avec AIPP

  • taux entre 1% et 5%, 9,195 euros
  • taux entre 6% et 9%, 30,828 euros
  • taux entre 10% et 14%, 53,295 euros,
  • taux entre 15% et 19%, 86,950 euros,
  • taux entre 20% et 29%, 130,585 euros,
  • taux entre 20% et 29%, 130,585 euros,
  • taux supérieur à 30%, 644,100 euros,
  • taux supérieur à 50%, 988,000 euros,
  • taux supérieur à 80%, 2,018,000 euros,

Si l’on regarde plus en détail les blessés graves (taux d’AIPP supérieur à 50%) l’indemnité total était proche du million d’euros, répartis de la manière suivante

  • 21% au titre du déficit fonctionnel permanent
  • 6% au titre de préjudices personnels,
  • 25% au titres des dépenses de santé (actuelles et projetées)
  • 5% au titre de pertes de gains professionnels
  • 35% au titre d’assistance par une tierce personne

(le reste étant d’autres frais). De plus, l’indemnité décroît avec l’âge

  • moins de 30 ans, 1,521,000 euros
  • entre 30 et 60 ans, 1,287,000 euros,
  • plus de 60 ans, 580,000 euros,

Comme le note la FFSA, l’évolution de l’indemnité moyenne croît régulièrement depuis 10 ans, avec une croissance annuelle de l’ordre de 9%.


4 thoughts on “Quelques ordres de grandeurs sur les accidentés de la route”

  1. La distribution des coûts de sinistres n’est-elle pas biaisée par les franchises d’AIPP appliquées par les assureurs ?
    Si non, comment est opéré le redressement ?
    Enfin, peut-on se procurer le détail de ces données FFSA ?

  2. Billet très intéressant, mais qui soulève des questions pour moi. Le prix de la vie humaine pour les évaluations économiques d’infrastructures de transport est actuellement en France (en euros constants de 2000) de 1.5 million d’euros, ce qui si j’applique les corrections tutélaires (inflation + taux de croissance de la consommation par tête) me donne environ 2.1 millions d’euros constants de 2010. On n’est donc pas très loin de ce que versent les assurances en cas d’AIPP supérieur à 80%, ce qui m’amène à dire que le prix de la VH est très sous évalué en France non ??

  3. Comme Arnaud m’a aussi posé une question sur les 9%, je reproduis le graph de la FFSA (assurance automobile: les sinistres corporels en 2008)

    pour rappel, il ne s’agit que de l’inflation sur les indemnités moyennes pour les AIPP dépassant 50%. Les 9% sont mentionnés dans le tableau en dessous (et effectivement, les couts moyens ont bien plus que doublés en 10 ans). Par contre la décomposition par age me laisse sceptique

  4. 9% par an ? C’est enorme. Comment est-ce que ces chiffres se comparent a d’autres pays (US par exemple) ? est-ce que le fait que les taux de decroissance des accidents y est pour quelque chose ?

    REPONSE: je ne sais pas… je vais regarder

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.