De la disparition du français comme langue de référence (?)

En mettant à jour ma chronique Somewhere Else, depuis quelques temps, j’avais l’impression de citer de moins en moins d’articles en français dans mes tweets. Plus j’y pensais, plus je me rendais compte que je lisais de moins en moins la presse française (ou disons en français). Quand je lis la presse en français, j’ai l’impression de retrouver, avec quelques jours de retard (quelques heures de retards pour les informations plus importantes), ce que l’on trouve sur les sites anglophones. Loin de moi l’idée de juger qui que ce soit ! On a eu déjà quelques débats sur la pression mise sur les journalistes, et je comprend que traduire est une solution parfois simple, et économiquement viable (mais dans ce cas, je préfere aller lire courrierinternational.com qui au moins cite ses sources) ! C’est l’impression que j’avais l’autre jour en feuilletant le numéro de juillet de Science et Vie Junior avec les enfants, avec un article expliquant la taille de la tour la plus haute que l’on pourrait faire avec des légo. Mais l’étude avait été mentionnée en mars dernier sur bbc.co.uk (reprise alors sur le blog). Et j’ai cette impression très réguliement…

Je ne parle pas d’articles scientifiques ici, juste d’études ou de points de vue, sur différents sujets, parfois d’actualité, souvent en relation avec mes centres d’intérêt, comme la science ou l’économie (entre autres). Les sites en français ne semblent plus être des sites de référence (dans le sens ou, souvent, ils relayent une information glânée ailleurs). Et poutant, mon niveau d’anglais est très moyen. Mais je préfère lire un point de vue de @noahpinion sur son blog noahpinionblog.blogspot.ca, @delong sur delong.typepad.com ou @timharford sur timharford.com (dont je rate souvent les subtilitées, n’ayant pas les clés pour tout comprendre) plutôt que de lire des éditos d’économistes dans les journaux français (je devrais mettre un paquet de guillemets à économistes). Même en ratant des passages, faute de culture anglophone suffisante, j’y apprend beaucoup plus de choses. Et souvent, je trouve même cela passionnant, si ce n’est drôle. Et les commentaires sont souvent d’un haut niveau. La science et l’économie sont – a priori- des sujets qui intéressent autant les anglophones que les francophones, je devrais donc pouvoir apprendre dans les deux langues.

En partant de cette impression, le but de mon billet était de voir un peu plus en détails qui je citais dans mes chroniques Somewhere Else (et sur mon compte twitter, i.e. @freakonometrics). Afin de me faire une idée un peu plus précise, j’ai utilisé un petit code, mis en ligne tout à l’heure, pour extraire la liste des urls mentionnées dans mes tweets. Si on regarde le site que je cite le plus sur un peu plus de 900 tweets (les 900 les plus récents), on retrouve

Cocorico ! Et si je m’étais trompé ? Car on ne peut pas faire mentir les chiffres: le site que je site le plus dans mes tweets est www.lemonde.fr ! Bon, si on regarde de plus près, c’est le seul site francophone à compter (strictement) plus de 6 citations (on pourra trouver www.sauvonsluniversite.com avec 6 mentions, dont 2 hier pour deux brillants articles, suivis par www.sciencepresse.qc.ca et www.ledevoir.com qui ont chacun 4 citations). Viennent ensuite des sites anglophones

Quand on regarde plus attentivement, on voit que le dernier comptage est biaisé, car pour le Washington Post (par exemple) les blogs sont localisés avec une adresse de la forme, www.washingtonpost.com/blogs/wonkblog/ (et figurent dans mon décompte), mais ce n’est pas le cas pour le New York Times, qui héberge krugman.blogs.nytimes.com, opinionator.blogs.nytimes.com/ ou encore economix.blogs.nytimes.com/. Ces trois sites, par exemple, ont tous été 4 fois, sur les 900 tweets analysés. Donc si on voulait un décompte plus réaliste, il faudrait

(qui est alors loin devant www.lemonde.fr ). Viennent ensuite

Voilà pour la liste des sites mentionnés au moins 5 fois. Si on se limite à cette courte liste (en incluant ceux avec 4 citations), on a un total de 178 citations vers des hébergeurs anglophones, contre 36 pour des citations vers des sites en français, soit un ratio 5:1.

Et si au lieu de faire un comptage, on regardait de plus près, que verrait-on ? En fait, si on regarde les trois derniers tweets qui mentionnent www.lemonde.fr, le plus récent (daté du 24 août) était du copinage honteux, puisque j’ai découvert – avec beaucoup de retard – que Laurent Gobillon était ‘nominé au Prix 2013 du jeune économiste‘, or Laurent était un bon copain de promo, on a fait notre mémoire de sociologie (sur le rire dans les relations familiales) ensemble

Si on regarde les deux précédants (datés du 19 août) on a

Autrement dit, je renvoie vers deux articles en ligne sur www.nature.com/ mentionnés dans Le Monde (en fait, une étude était mentionnée sans être réellement cité, la première référence n’était pas la bonne, d’où les deux messages).

J’ai l’impression que cette rapide analyse quantitative me conforte dans l’impression que j’avais. La presse francophone n’est plus une presse de référence. Maintenant, je n’utilise que mon propre référentiel et mes centres d’intérêt. Et je serais curieux d’avoir d’autres points de vue…



Cite this blog post
Arthur Charpentier (2013, August 26). De la disparition du français comme langue de référence (?). Freakonometrics. Retrieved May 28, 2024, from https://doi.org/10.58079/our1

7 thoughts on “De la disparition du français comme langue de référence (?)”

  1. J’ai à peu près les mêmes lectures et le même différentiel (mais je ne cite presque jamais les articles du Monde.fr à cause de l’édition abonnés). Il ne doit y avoir qu’une toute petite partie d’information réellement disponible dans les deux langues, et il y a plusieurs biais de sélection : tu ne partages pas tout ce que lis, et tout reste fonction de tes centres d’intérêt si une partie de l’information que tu consommes n’existe que dans une seule langue.

    Par exemple, pour suivre le débat parlementaire britannique sur la Syrie, tu pouvais attendre le rafraîchissement de la “une” du Monde.fr après la dépêche AFP, ou bien tu pouvais regarder le débat en live sur CNN, qui rediffusait l’intégralité des débats, et lire les premiers comptes-rendus au même endroit (ou alors zapper sur Al-Jazeera English, ou passer sur Courrier International).

    Les médias français renvoyant souvent à l’international mais pas l’inverse, ces biais s’auto-renforcent à la source.

    1. je me suis fait la reflexion sur Le Monde ! je n’ai pas fait d’analyse temporelle, mais je le cite de moins en moins, justement, a cause du fait que certains articles sont tronques. Je prefere la methode des sites anglais ou americains, avec un quota pour mois, ou par semaine… au moins, on peut avoir acces aux articles interessants !

      1. Si tu veux un exemple encore plus clair, je ne touche plus à Libération ni en papier, ni en Web, depuis que leur site est verrouillé. En revanche, j’atteins mon quota de New York Times régulièrement (hint: private browsing).

        Le Monde a une politique bizarre : les liens changent et expirent sans raison apparente, ce qui le rend impossible à citer. Le plus grand quotidien français est plus difficile à citer et à référencer que Twitter.

  2. Pareil pour moi. Honnêtement, je n’ai pas cherché depuis longtemps (2 ans 1/2), mais les blogs scientifiques en français font défaut (je crois que j’en avais trouvé pas plus de 5 suffisamment diversifiés ou suffisamment spécialisés dans mon domaine — behavioural sciences; cela incluait un site qui se contentait de traduire des articles anglophones, sans prévenir ou même citer la source). Je ne lis et ne cite que des sites anglophones, sauf quand il s’agit de problèmes franco-français (e.g., l’autorisation de l’enseignement en anglais à l’université, avec une tendanc, je me rend compte, à moquer.
    Mais le manque de rapidité est clair : quand on peut comprendre les deux langues et ne pas passer une journée à lire un article, il y a peu de bénéfices à s’en tenir au français. Même pour les sujets très chauds, le NY Times et le Guardian sont le plus souvent les premiers à apparaître dans mon “feed” (désolée, mais je n’ai aucun vocabulaire français en termes de réseaux sociaux, ce qui arrive pour tout concept que j’ai développé après avoir traversé la Manche), où j’ai toujours le Monde.
    En fait, petite correction, je lis toujours Télérama (mais je ne poste pas), et m’en sers comme référence concernant la production culturelle française (et mondiale, étant donné qu’en Angleterre, le “world cinema”, par exemple, se luimite souvent à la France – sic). On en arrive à une différence très saillante pour moi : la culture française est excellente pour parler de culture et de philo ( bref, d’idées abstraites) au grand public ; les anglophones préfèrent la “pop science” (ou d’idées concrètes). Je n’ai pas encore trouvé d’hypothèse expliquant ces cristallisations.

      1. Merci pour les liens ! Les deux blogs ont l’air à point pour moi, en particulier “Rationalité limitée”.
        Rue89, je pense, a pris après que j’ai quitté la France : je l’ai ajouté à mon fil, avec les Inrocks; on verra bien. Par contre, j’ai toujours préjugé que Slate en français n’était qu’un reflet du Slate anglophone (à tort ?).
        France TV, je sais pas si c’est une erreur, mais ça m’a rappelé que même quand je suis en France, les journaux m’hérissent le poil, à part celui de Canal+. Bon, je suis jamais là aux bonnes périodes il faut dire (trêve des confiseurs ou trêve estivale), donc mon impression est basée sur un échantillon biaisé. Je vais attendre qu’on passe le maronnier de la rentrée avec ses reportages sur le prix des fournitures, et j’expérimenterai un peu.
        Em fait, ce qui me manque plus, c’est la presse écrite de magazine, en particulier pour la jeunesse. Difficile de trouver, dans les kiosques anglais, un équivalent à Science & Vie Junior (mais il y en a qu’on peut avoir par abonnement), ou encore plus difficile, Okapi, Le Monde des Ados ou Géo Ados. La majorité des mags enfants sont associés à un dessin-animé populaire, et ciblé pour l’âge de l’école maternelle et mid-primaire. Après on saute à l’adolescence qui aime les paillettes (genre “top 50” etc). On ne trouve pas non plus du beau magazine (à la Usbek & Rica), ou du magazine d’art en-veux-tu-en-voilà; le genre de magazine que tu gardes dix ans si, comme moi, tu aimes le beau papier, et que tu ne finis par jeter qu’après deux déménagements.
        Bon, je m’égare. Je vais aller regarder le journal de Canal, tiens.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.