Croissance, décroissance, de quoi parle-t-on ?

Ce petit billet a été coécrit avec Ewen Gallic,

« Fin du monde, fin du mois, même combat, » peut-on lire régulièrement sur des pancartes et les banderoles, lors de diverses manifestations, mais aussi comme titre de leçon inaugurale au Collège de France de l’économiste Christian Gollier, rappelant que le changement climatique et l’économie se font face dans un combat qui s’annonce sanglant. La “croissance” semble être un élément clé dans ce combat, mais ce dernier restera probablement vain tant que ce terme ne serra pas clairement discuté, permettant de quitter des tranchées souvent dogmatiques.

La croissance, un incontournable un peu trop flou

Force est de constater que pour un économiste sérieux (dans le sens qu’Antoine de Saint-Exupéry lui donne dans Le Petit Prince), il est impossible d’imaginer un modèle économique sans croissance perpétuelle. Dans leur ouvrage paru après la réception de leur prix Nobel en 2019, Abhijit Banerjee et Esther Duflo (Banerjee et Duflo 2020, Chapitre 5) s’interrogent sur l’éventuelle fin de la croissance. Pour introduire leurs réflexions, ils mettent en avant les propos tenus par Robert Gordon face à ceux de Joel Mokyr, tous deux économistes de l’Université Northwestern. Tandis que le premier prédit une stagnation de la croissance autour de 0,8% et rejette l’idée d’une nouvelle période de forte croissance due aux récentes avancées dans le domaine de l’intelligence artificielle, précisant que ces nouvelles technologies sont présentes depuis déjà 20 ans sans qu’elles n’aient provoqué de croissance rapide, le second envisage une croissance plus soutenue, du fait de la lutte des nations en matière de progrès scientifiques. Il est frappant de noter que l’idée de la fin de la croissance correspond, pour Abhijit Banerjee et Esther Duflo, à une croissance faible, mais positive, balayant l’idée même d’une décroissance.

Tandis que bon nombre d’économistes  reconnaissent l’importance de la croissance économique, il convient de revisiter sa définition afin d’apprécier sa désirabilité et de comprendre ses limites. En économie, et plus particulièrement en macroéconomie, la “croissance” correspond à l’augmentation de la production de biens et services dans une économie, au cours d’une période de temps. Elle est traditionnellement mesurée par les variations du PIB (produit intérieur brut). Dans les fondements de l’économie, il est communément enseigné que le PIB peut être appréhendé selon trois perspectives équivalentes : la production, les revenus et les dépenses. Lorsque le PIB est mesuré par la production, une approche consiste à totaliser la valeur de marché des biens finaux et des services produits par l’économie sur une période donnée, comme un trimestre ou une année. La valeur de marché est obtenue en multipliant les quantités produites par les prix de marché correspondants aux biens finaux ou aux services. Avec cette approche, seuls les biens finaux (comme une voiture complète) sont inclus dans le PIB. La valeur de production des composants (biens intermédiaires) n’est pas ajoutée, car ces composants sont utilisés dans la production finale et seraient donc comptés deux fois. Une autre méthode, toujours sous le prisme de la production, consiste à mesurer le PIB en additionnant la valeur ajoutée des firmes. La valeur ajoutée d’une firme correspond à la valeur de sa production moins la valeur des biens intermédiaires utilisés. Dans le cas d’une voiture, la valeur ajoutée de la firme qui produit la voiture est calculée en soustrayant la valeur des composants utilisés de la valeur totale. De même, la valeur ajoutée de la firme produisant les composants est calculée de la même manière. De manière équivalente, le PIB peut se mesurer par les revenus, en sommant les revenus du travail (revenus versés par les firmes aux travailleurs) et les revenus du capital (le reste de la valeur ajoutée des firmes après avoir versé les revenus du travail). Enfin, le PIB peut se calculer du point de vue de la dépense. Il s’agit alors de comptabiliser l’ensemble des dépenses en biens finaux et en services par les ménages, les firmes et les administrations publiques. Les dépenses sont traditionnellement catégorisées en cinq groupes : la consommation, l’investissement en capitaux physiques, les dépenses publiques, les exportations et les importations.

À travers cette troisième définition, il est observé que la consommation joue un rôle important pour la croissance. Cette définition est partagée par de nombreux dirigeants, en témoignent la pléthore de discours politiques encourageant à stimuler la consommation pour favoriser la croissance. Un exemple illustratif est celui du Président américain George W. Bush, qui, suite aux attaques du 11 septembre 2001, avait déclaré « Mrs Bush and I would like to encourage Americans everywhere to go out shopping ». Cette déclaration n’est pas sans rappeler l’appel lancé par le Président Emmanuel Macron quelques jours avant de confiner le pays, lors de l’épidémie de Covid-19, en mars 2020 : « la vie continue. Il n’y a aucune raison de modifier nos habitudes de sortie ».

Au-delà de cette incitation à la consommation, il convient de s’interroger sur la désirabilité même de la croissance. Dans de nombreuses activités économiques, notamment en lien avec l’assurance, l’absence de croissance peut poser de sérieuses difficultés. En cas de contraction de l’économie, la prévention des risques par les assurés n’est plus une dépense prioritaire, ou vue comme essentielle. Les dentistes soulignent dans les campagnes de prévention que la santé dentaire est essentiellement une affaire de responsabilité individuelle, et Cyran (2021) nous rappelle que les soins dentaires sont étroitement liés aux conditions économiques, comme nombre de soins de santé. Pour l’assurance vie, et les rentes, l’absence de croissance est également problématique, peut être encore davantage quand les retraites sont financées par un système par répartition et dépendent donc des revenus des travailleurs en activité. En effet, une population active en croissance et une économie robuste génèrent davantage de cotisations, alors qu’une croissance économique plus faible peut entraîner des pressions financières sur le système puisqu’il y aurait alors moins de travailleurs actifs par rapport au nombre de retraités.

En 1973, Kenneth Boulding affirmait, « anyone who believes that exponential growth can go on forever in a finite world is either a madman or an economist », reprenant l’analyse de Donella et Dennis Meadows, dans leur rapport au Club de Rome, posant clairement la question des limites à la croissance (dans un monde fini). L’histoire économique contredit très largement cette fable de croissance sans fin depuis des décennies, des siècles. Pour le macroéconomiste Robert Gordon, les 150 ans qui se sont écoulés entre 1820 et 1970, durant lesquels la croissance économique a connu une fulgurante expansion ont été une exception dans l’histoire économique, même si nombre d’économistes ont eu envie d’y voir un état “normal”. Durant la première période, la croissance était de 1,25% par an, presque dix fois ce qui était observé les trois siècles précédents. Pendant la seconde période, elle s’établissait à plus de 2%. Au début des années 1970, période marquée par un ralentissement de la croissance, les premières réflexions sur la fin de la croissance émergent, avec les travaux de William Nordhaus, James Tobin, William Olsen ou encore Hans Landsberg. Mais ces questionnements sont loin de faire consensus. En 1983, Ronald Reagan affirmait, « Perhaps you remember a report published a few years back called “The Limits to Growth.”’ That title – limits to growth – said it all (…) There are no such things as limits to growth, because there are no limits on the human capacity for intelligence, imagination, and wonder. »

Aujourd’hui encore, si une majorité d’économistes reste persuadée des bienfaits de la croissance, ils s’accordent pour reconnaître les défauts de la métrique employée pour la mesurer, le PIB. Comme le soulignent Abhijit Banerjee et Esther Duflo, « le PIB n’accorde de valeur qu’aux choses qui peuvent avoir un prix et être mises sur le marché. Cela a une grande importance, car la croissance est toujours mesurée en termes de PIB ».

La croissance à tout prix ?

Au-delà des indicateurs comptables traditionnels permettant de mesurer la croissance économique, un éventail de théories économiques offre des perspectives différentes sur ses moteurs et ses mécanismes sous-jacents. Au cœur de ses théories se trouvent trois éléments fondamentaux : le capital, le travail, et le progrès technique. Les bases de la théorie économique de la croissance ont été posées à la fin des années 1950 par Robert Solow et Trevor Swan. Dans le cadre de leur modélisation néoclassique, la croissance est principalement influencée par l’expansion de la force de travail et par l’accumulation de capital physique ; toutefois, à long terme, les économies ont  tendance  à  rester  proches  d’un « sentier de croissance équilibrée », c’est-à-dire une trajectoire de croissance économique durable et équilibrée dans laquelle chaque variable du modèle croît à un rythme constant. Aussi, dans la modélisation de Solow et Swan, la croissance de long-terme ne peut s’expliquer par l’augmentation de la main d’œuvre ou de l’accumulation du capital, mais plutôt par le progrès technique, bien que l’origine de ce dernier ne soit pas explicitée. Par la suite, Paul Romer a proposé une autre grille de lecture, inscrite dans la Nouvelle Économie de la croissance. Dans son modèle, la croissance de long-terme provient de l’accumulation de capital humain (éducation, connaissances) et des innovations vues comme des externalités positives propagées par contagion : les innovations réalisées par une entreprise peuvent bénéficier à d’autres. D’autres modèles de croissance endogène sont ultérieurement proposés, où la croissance est principalement expliquée par l’investissement dans le capital humain chez Robert Lucas, ou encore par les dépenses gouvernementales chez Robert Barro.

Pour schématiser, les néoclassiques mettent en avant l’augmentation de la productivité grâce aux avancées technologiques. Du fait de la loi des rendements décroissants, la productivité marginale du capital (humain ou physique) diminue avec l’ajout d’unités supplémentaires de ce capital. Chaque unité supplémentaire apporte une contribution marginale à la production totale qui est de plus en plus faible. La croissance de long-terme s’explique alors par les progrès technologiques. Pour les économistes de la Nouvelle Économie, l’augmentation des investissements en capitaux humains, en connaissances et en capitaux physiques est avancée comme source principale de croissance.

En examinant empiriquement les perspectives des néoclassiques et des économistes de la Nouvelle Économie, on peut expliquer le ralentissement de la croissance depuis les années 1970. Cette stagnation, voire ce recul, des facteurs de production, s’explique par plusieurs raisons, notamment l’augmentation de l’intensité capitalistique (il faut deux fois plus de capital qu’il y a cinquante ans pour créer la même quantité de richesses). Le niveau insuffisant de qualification est parfois également mis en avant. Quant à la vision de la croissance soutenue par les progrès technologiques, on assiste à une diminution de l’efficacité de la recherche et du développement (Scannell et al. (2012) montre que depuis un demi-siècle le nombre de médicaments inventés par milliard de dollars investi en R&D a été divisé par deux tous les neuf ans). Parallèlement, il est également possible que l’impact d’Internet ne soit pas aussi révolutionnaire pour l’économie que l’ont été le moulin, la machine à vapeur, ou encore l’électricité.

Cette augmentation de la production s’est accompagnée, au cours des 150 dernières années, d’une augmentation de la consommation de biens, comme le raconte Antony Galluzzo. Nous sommes passés d’une communauté paysanne autarcique à une société de consommateurs majoritairement urbains et connectés. Pour Dietrich Vollrath, nous sommes devenus si productifs en produisant des biens que cela a libéré notre argent pour dépenser en services. Et la valorisation des services est complexe, encore plus dans un monde numérique, pour ne pas dire virtuel. On a tous en mémoire ces entreprises des nouvelles technologies valorisées plusieurs milliards (de dollars ou d’euros). Robert Solow affirmait en 1987 “on voit des ordinateurs partout, sauf dans les statistiques de productivité”, introduisant un paradoxe inattendu, le progrès technique n’entraînant pas toujours des gains de productivité quantifiables. Peter Thiel, le fondateur de PayPal, affirmait « nous rêvions de voitures volantes, nous avons eu les 140 caractères ! (…) si vous regardez ailleurs que dans l’ordinateur et Internet, vous voyez quarante années de stagnation. » On peut penser qu’il faut du temps avant d’observer les apports des nouvelles technologies, mais en 2015, Matthew Yglesias était relativement pessimiste: « les robots ne nous prennent pas nos jobs, ils nous prennent notre loisir. »

Une part du malentendu sur les bienfaits de la croissance vient du fait que la croissance économique et la prospérité sont des objectifs distincts. Pour reprendre la thèse de Tim Jackson, « rising prosperity is not the same thing as economic growth ».  À partir de 1750, le terme “prospérité”, du latin prosperare (qui signifie rendre heureux, faire réussir, obtenir le succès) a obtenu un sens économique, « état d’abondance, augmentation des richesses ». Force est de constater qu’une fois qu’une grande majorité de la population a satisfait ses principaux besoins physiologiques (se nourrir, se loger, ou encore s’habiller), comprendre la consommation et la croissance pose des défis. On quitte alors les “biens publics purs” pour arriver aux “biens privés purs”, ou quelque part entre ces deux extrêmes. Et au-delà d’un certain seuil de richesse, atteint depuis longtemps par la plupart des sociétés développées, les conditions d’utilisation des biens et des services se détériorent au fur et à mesure qu’ils sont utilisés. On parlera de congestion. Fred Hirsch, illustre cette idée en reprenant un exemple emprunté à Philip Wicksteed: Napoléon voulait que chaque soldat ait un bâton de maréchal, pour comprendre que n’importe qui pouvait accéder à la fonction de maréchal. Tout en sachant qu’il était impossible que tous deviennent maréchaux. Bien que la minorité privilégiée soit très restreinte, aucun soldat ne devait s’en sentir exclu, chacun espérant en faire partie, un jour. John Maynard Keynes arrive à la même conclusion dans sa Lettre pour nos petits-enfants. Il semble alors difficile, voire impossible, de penser la question de la croissance sans penser celle des inégalités et de la redistribution. Et de plus, même si l’économie est de plus en plus virtuelle, il est indispensable de s’interroger sur l’importance de l’énergie et des matières premières dans leurs productions, et des conséquences écologiques désastreuses.

Croissance économique ou croissance verte ?

Un concept central pour parler de croissance tout en tenant compte des conséquences écologiques (on parlera de croissance verte) est celui de découplage, introduit par Paul Ehrlich et John Holdren. Il part du principe que depuis la Révolution industrielle, la croissance de la production s’est toujours accompagnée d’une croissance importante de la consommation d’énergie, ainsi que d’une empreinte environnementale dont le coût est plus que proportionnel. Dans sa version la plus faible, le découplage dit “relatif” repose sur une croissance de la consommation d’énergie et de la pollution moins grande que celle de la croissance économique. Cela nécessite une efficacité énergétique, des sources d’énergie renouvelables, des innovations et des technologies vertes, une agriculture locale et durable, une planification urbaine repensée, une éducation (ou des incitations) des consommateurs et des entreprises. Le découplage “absolu” signifie quant à lui que l’économie et les dommages environnementaux évoluent en sens opposé. On peut aussi imaginer que le découplage existe au niveau local, ou mondial, à court terme ou à long terme. Et penser globalement montre que le découplage sera difficile à obtenir, même s’il est nécessaire que la valeur de la production continue à croître (sens ordinaire du mot “croissance”) pour assurer la paix sociale et internationale, alors que l’empreinte environnementale doit décroitre (ce que l’on désigne par “décroissance”) pour garantir la survie de la planète.

On a l’impression que l’économie a fondamentalement évolué, passant d’une économie de transformation de matières premières à une économie virtuelle, quasiment dématérialisée. On y retrouve toutefois les deux types de travailleurs présentés par Bertrand Russell, il y a plus de 70 ans : « le travail est de deux types : premièrement, modifier la position de la matière à la surface ou près de la surface de la terre par rapport à d’autres matières ; deuxièmement, dire à d’autres personnes de le faire. Le premier est désagréable et mal payé ; le second est agréable et bien rémunéré. La seconde est susceptible d’une extension indéfinie : il n’y a pas seulement ceux qui donnent des ordres, mais aussi ceux qui donnent des conseils sur les ordres à donner. » Kate Crawford nous rappelle que cette économie d’extraction et d’exploitation de matières premières n’a jamais cessé : les matériaux utilisés pour construire des processeurs utilisés pour entraîner des algorithmes convertissant des tableaux comptables en alexandrins sont de plus en plus dur à extraire, engendrant de plus en plus de pollution. Car la croissance, c’est aussi l’augmentation de l’émission de CO2. Et avec les scénarios envisagés par le GIEC, c’est à dire une division au minimum par deux des émissions de CO2 d’ici 2050 (afin de ne pas dépasser l’objectif de +2°C à l’horizon 2100, défini à Copenhague en 2009, par rapport aux niveaux préindustriels), il est impossible d’imaginer avoir la même croissance que celle observée au cours du XXème siècle.

Comme le disait Ronald Reagan, l’imagination et la créativité humaine semblent sans limites. Comment ne pas croire, alors, à l’ingéniosité humaine et à l’amélioration des technologies pour régler la plupart des menaces actuelles et futures au bien-être humain.  Cet optimisme technologique peut faire penser au principe de précaution. La grande différence étant que ce principe est évoqué lorsque l’avenir est incertain, ou ambigu, et qu’il y aurait une probabilité même faible qu’un risque survienne. Autrement dit, on parle d’une technologie qui serait un progrès dans 99% des scénarios, mais avec 1% de (mal)chance d’être désastreuse. Dans le contexte du changement climatique, être techno-optimiste, c’est accorder une importance démesurée à la faible probabilité qu’une technologie émerge pour nous sauver, tout en minimisant les risques de subir un désastre à moyen terme. Et si la technologie ne vient pas nous sauver, le problème d’une faible croissance peut être résolu en concentrant la croissance sur une (faible) proportion de privilégiés, à laquelle les techno-optimistes espèrent faire partie.

Références

Banerjee, Abhijit & Esther Duflo. 2020. Économie utile pour des temps difficiles. Le Seuil.

Crawford, Kate 2021. The atlas of AI: Power, politics, and the planetary costs of artificial intelligence. Yale University Press.

Cyran, Olivier 2021. Sur les dents. Ce qu’elles disent de nous et de la guerre sociale. La Découverte.

David, Paul (1990). The dynamo and the computer: an historical perspective on the modern productivity paradox. The American Economic Review, 80(2), 355-361.

Ehrlich, Paul R. & John P. Holdren. (1971) Impact of Population Growth: Complacency concerning this component of man’s predicament is unjustified and counterproductive. Science 171.3977 (1971): 1212-1217

Faber, David & Anita Balakrishnan (2016) Twitter may soon get formal bid, suitors said to include Salesforce and Google. CNBC, 23 septembre

Galluzzo, Antony (2020). La fabrique du consommateur: une histoire de la société marchande. Zones.

Hirsch, Fred 1976, Social limits to growth. Harvard University Press.

Jackson, Tim 2017, Prosperity without Growth: Foundations for the Economy of Tomorrow. Routledge.

Keynes, John Maynard.1930  “Economic possibilities for our grandchildren.Essays in persuasion. London: Palgrave Macmillan UK, 321-332.

La Tribune (2011) Twitter valorisé 7 milliards de dollars ? La Tribune, 6 Juillet

Meadows, Donella & Danis Meadows H. (1972) The Limits to Growth. Club de Rome.

Nordhaus, William & Tobin, James. 1972 ‘Is Growth Obsolete?’ in Milton Moss (ed.), The Measurement of Economic and Social Performance (NBER, National Bureau of Economic Research).

Olsen, Mancur, and Hans H. Landsberg (1973). The no-growth society. Routledge.

Philipsen, Dirk (2015). The Little Big Number: How GDP Came to Rule the World and What to Do About It. Princeton: Princeton University Press

Pyszczynski, Tom, Solomon, Sheldon & Jeff Greenberg. 2003. In the wake of 9/11: The psychology of terror. American Psychological Association.

Russell, Bertrand. 1958. “In Praise of Idleness,” in Eric Larrabee and Rolf Meyersohn, eds., Mass Leisure (New York: Free Press).

Scannell, Jack, Blanckley, Alex, Boldon, Helen, & Warrington, Brian (2012). Diagnosing the decline in pharmaceutical R&D efficiency. Nature reviews Drug discovery, 11(3), 191-200.

Solow, Robert. “We’d better watch out.New York Times Book Review 36 (1987).

Vollrath, Dietrich 2020. Fully grown: Why a stagnant economy is a sign of success. University of Chicago Press.

Wicksteed, Philip (1910). The Common Sense of Political Economy. Macmillan & Co.

Yglesias, Matthew (2015) The Automation Myth. Vox, 27 juillet.  



Cite this blog post
Arthur Charpentier (2024, May 8). Croissance, décroissance, de quoi parle-t-on ? Freakonometrics. Retrieved May 24, 2024, from https://doi.org/10.58079/11nn0

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.