Est-il nécessaire (et utile) d’être en guerre contre tout ?

Début 2010, Nicolas Sarkozy, suivit par Jérôme Cahuzac, entrait “en guerre contre les fraudeurs”. En mars 2020, la France (par la voix de son président) entrait en “guerre sanitaire” contre un coronavirus. Et plus récemment, le sociologue Dominique Méda reprenait l’expression de l’économiste Christian Gollier qui commençait son livre par la phrase « dans ce livre, j’exprime mes espoirs et mes doutes quant à la possibilité de gagner la guerre mondiale contre les dérèglements du climat ». Évoquer la guerre permet probablement de marquer les esprits, mais à force d’être en guerre contre tout on peut se demander si l’association a encore du sens.

Le vocabulaire guerrier en politique (et en journalisme)

Les déclarations de guerre symbolique ont commencé aux États-Unis dans les années 60, avec la “guerre contre la pauvreté” puis contre “le crime” par l’administration de Lyndon Johnson en 1964 et 1965, puis contre “la drogue” et contre “le cancer” en 1971, par l’administration de Richard Nixon. A quoi servent ces déclarations de guerre ? « Nous devons utiliser le langage utilisé en temps de guerre pour donner le ton juste à ce que nous vivons. L’utiliser évite de créer de la confusion au sein de la population », a écrit Roméo Antonius Dallaire, le général qui a commandé les forces des Nations unies au Rwanda lors du génocide. « Ces termes doivent être utilisés pour permettre aux gens de comprendre l’urgence de la situation et l’engagement essentiel dans une campagne offensive ». Mais on le voit, ce lexique guerrier est un choix politique comme le rappelle Dalloni (2020). “Il s’agit de faire peur, de pousser la population à observer un comportement d’urgence. Attention, je ne dis pas que la situation n’est pas grave. Je dis que les mots employés ne sont pas dictés par elle mais par la stratégie des pouvoirs publics pour tenter de résoudre la crise.

2017 guerre contre le plastique “war on ocean plastic” UNEP (2017)
2017 guerre contre l’épicerie “grocery war” Badkar (2017)
2017 guerre contre le gaspillage “war on waste” Liu (2017)
2016 guerre contre les jeux vidéos “war on video games” Tassi (2016)
2016 guerre contre le gluten “gluten wars” Mahdawi (2016)
2016 guerre contre le trafic routier “war on traffic jams” Peel & Ramos (2016)
2016 guerre contre les cons “war on stupid people” Freedman (2016)

Tableau 1: quelques guerres en 2016 et 20171 (inspiré de Flusberg, Matlock & Thibodeau (2018)).

Rappelons que les métaphores sont des figures de styles classiques en rhétorique, utilisées pour désigner une chose par une autre qui lui ressemble, en lui empruntant toutes sortes d’images qui pourraient être associées à ce champ2. On parle aussi de catachrèse, ou de  “métaphore morte” quand une métaphore est d’usage si courant3 qu’elle n’est plus sentie comme telle. C’est presque le cas de la métaphore guerrière, qui semble d’autant plus morte que, comme le notait Bell (2020), “la plupart d’entre nous n’a aucune expérience réelle de la guerre – aucun sens réel et viscéral de ce qu’elle implique et de ce qu’elle exige. Flusberg, Matlock & Thibodeau (2018) soulignent que les métaphores de guerre sont attrayantes par leur simplicité et leur clarté : un ennemi est clairement défini et il est facile de se mobiliser contre ledit ennemi en utilisant la peur comme mécanisme principal, jouant sur les émotions, plus que sur la réflexion. Pour reprendre l’expression de  Raymond Poincaré (utilisée en août 1914), c’est l’occasion de créer une “union sacrée“. Car on a souvent en tête la Première Guerre Mondiale, avec deux camps qui semblaient clairement établis. Et comme en 1914, cette “union sacrée” doit suspendre les discussions et les désaccords, le parlement ne fonctionne plus. Dans la guerre, on est tous unis contre une ennemi commun. Mais dans la l’utilisation de métaphores guerrières, au delà du cri de ralliement auquel on adhère facilement, on a parfois du mal à identifier l’ennemi : la “guerre contre la drogue”, elle se mène contre les usagers, ou les trafiquants ? Qui sont les ennemis dans la “guerre contre la fraude” en assurance santé ? Des malades, des médecins, des hôpitaux, des groupes pharmaceutiques ? Dans les années 1980, Susan Sontag rappelait que considérer les maladies comme un ennemi n’était pas une bonne idée, puisque cela avait tendance à réduire les malades à un “champ de bataille”. Larson (2005) notait qu’un lexique guerrier favoriserait l’autoritarisme, et sans autre justification, des mesures drastiques (exigeant un “sacrifice”) peuvent être mises en œuvre pour le “bien commun”. La “guerre” ne désigne plus le champ de bataille, mais une mobilisation générale de la société, sous l’impulsion d’un État centralisateur, impliquant l’ensemble des citoyens, vers des tâches jugées urgentes.

Sur le volet légal, un avantage à évoquer une situation de guerre est que, pendant des siècles, l’État avait été tenu irresponsable4 des faits de guerre, ces derniers résultant d’un état de nécessité, ou correspondent à des cas de force majeure, les exonérant de toute responsabilité. C’est la prérogative rex non potest peccare (le souverain ne peut mal agir) que l’on a retrouvé dans la plupart des pays. Mais comme le rappelle Richard (2018), à partir du début du xxe siècle, des lois ont étendu les cas d’indemnisation par l’État de situations de crise ou de violence (dont la guerre) au nom de la solidarité nationale. Ce sont les fameuses paroles du Président du Conseil, Georges Clemenceau, prononcées devant l’Assemblée Nationale le 20 novembre 1917, « ces Français que nous fûmes contraints de jeter dans la bataille, ils ont des droits sur nous5 ».

Enfin, sous l’angle économique, évoquer une situation de guerre peut surprendre, car l’économie de guerre est une économie très particulière. L’histoire économique nous rappelle qu’en situation de guerre, les nationalisations et les réquisitions sont autorisées, si elles sont vues comme nécessaires. Mais que ce soit la guerre contre un coronavirus, ou celle contre le changement climatique, on voit rarement ces solutions évoquées.

La guerre contre un virus ?

Le 10 février 2020, le dirigeant chinois Xi Jinping a promis de gagner la “guerre populaire contre le nouveau coronavirus”. Un mois après, dans un discours à la Nation, le président Emmanuel Macron répétait six fois6 « nous sommes en guerre ». « Jamais la France n’avait dû prendre de telles décisions en temps de paix » indiquait-il. Le même jour, Giuseppe Conte, alors Premier ministre italien, a rendu hommage à tous les Italiens qui combattaient « dans les tranchées des hôpitaux », laissant entendre qu’une guerre était menée. Quelques jours plus tard, Domenico Arcuri (Commissaire spécial pour l’urgence COVID-19) déclarait « Nous sommes en guerre , nous devons trouver les armes ». Quelques jours plus tard, le 25 mars, c’était au tour de Mario Draghi (ancien président de la Banque Centrale Européenne) qui déclarait « nous sommes confrontés à une guerre contre le coronavirus et devons nous mobiliser en conséquence ».

Si la guerre a été déclarée par presque tous les chefs d’État, en mars 2020, l’économiste James Galbraith allait presque plus loin en comparant la pandémie à l’attaque de Pearl Harbor durant la Seconde Guerre mondiale : « l’attaque est soudaine et l’impréparation totale. » Et force est de constater qu’on aurait pu éviter cette guerre contre le coronavirus, si on avait été mieux préparés dans cette lutte contre les effets d’une pandémie, comme l’ont rappelé de nombreux médecins en hôpitaux. Ce n’était pas une attaque d’un ennemi malicieux, “impossible à anticiper”. “L’impréparation [était] totale”, effectivement, mais de nombreux signaux auraient pu être entendus, rappelant qu’anticiper les crises ne s’improvise pas.

Cela dit, s’il n’y avait pas de guerre, stricto-sensus, il y avait peut-être un “temps de guerre”, pour reprendre l’expression de Audoin-Rouzeau (2020). Si on essaye de visualiser des images de guerres en repensant à la pandémie de 2020, certains penseront à des déploiements de militaires dans les rues, pendant tel ou tel confinement, mais ce sont surtout les images de solidarité et de coopération au niveau local qui ont marqué. Fang (2020) le raconte, dans les semaines qui ont suivi le confinement, à Wuhan, avec des initiatives individuelles de personnes proposant de faire des courses pour les plus vulnérables, ou proposant une garde d’enfants à une voisine infirmière.

La guerre contre le changement climatique ?

La pandémie n’a pas été la seule guerre à mener, au cours des derniers mois. Début 2023, Emmanuel Macron affirmait que la « transition écologique est une bataille que nous devrons gagner », semblant indiquer qu’une guerre était lancée. Mais il n’y a rien de nouveau dans le constat. Pour McKibben (2016), le monde est en guerre depuis longtemps (le titre de l’article était “A World at War”) et nous sommes en train de la perdre. “It’s not that global warming is like a world war. It is a world war”. En notant au passage que si nous perdons la guerre, il n’est pas clair qu’il y ait, pour autant, un vainqueur. Et l’ennemi (y-en-a-t-il vraiment un ?) n’a aucune intention belliqueuse. McKibben (2016) tente surtout un parallèle avec la Seconde Guerre Mondiale, entre les Accords de Munich et les Accords de Paris. Lorsque Neville Chamberlain et Édouard Daladier sont allés négocier avec Adolphe Hitler en 1938, ils avaient face à eux un interlocuteur qui jouait un jeu avec des règles, et qui aurait pu entendre d’autres voix. Le carbone et le méthane obéissent aussi à des règles, des règles physiques, et nous sont globalement assez indifférents: nos désirs de consommateurs insatisfaits et nos innombrables excuses pour ne rien changer ne les affecteront jamais. Alors que les pays se préparent à une “guerre de longue durée” (pour reprendre l’expression utilisée par Young (2021) pour décrire la stratégie française des années 19307 ), le climat semble se préparer au contraire à une “guerre éclair” (au moins à l’échelle longue du climat, comme en témoignent les records de températures battus, mois après mois, année après année).

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, l’immobilisme était presque la norme. Comme l’a expliqué le président de la  Chambre de Commerce (U.S. Chamber of Commerce) en 1941, “American businessmen oppose American involvement in any foreign war” (DuPont, Standard Oil et Alcoa, par exemple, avaient des accords avec l’Allemagne, et la guerre aurait fait plonger leurs profits). Avec la même énergie qu’elle met pour combattre aujourd’hui pour s’opposer à toute action climatique, le Chambre de Commerce avait tout fait pour bloquer le programme de prêt-bail visant à aider les Britanniques. Il est difficile de ne pas faire un parallèle avec cette période de guerre.

Mais contrairement à la pandémie de 2020, où il a fallu croiser en urgence des expertises en virologie, en épidémiologie, en génétique, en sociologie, en éthique médicale ou encore en économie de la santé, le changement climatique causé par l’homme est une hypothèse débattue depuis plus de 100 ans, qui a été soigneusement étudiée, critiquée, auditée et examinée par une multitude d’experts de disciplines différentes. On peut toutefois noter que dans les deux cas, la guerre semble déclarée contre un ennemi invisible. Tout comme le virus est invisible à l’œil nu, les gaz à effet de serre ne se voient pas, ne se sentent pas et n’ont pas d’impact immédiat sur la santé. Les mesures mises en place dans les années 90 ont été difficiles à expliquer. En fait, comme pour la pandémie de 2020, le changement climatique pose des problèmes d’action collective, chacun attendant que l’autre mette en place des mesures pour réduire le risque (et favorisant des stratégies de passager clandestin). Après, parler de guerre contre le changement climatique peut sembler paradoxal, surtout si on se souvient qu’en 2007, le Prix Nobel de la paix avait été attribué au Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat (GIEC) et l’ancien vice-président américain Al Gore, laissant entendre que la lutte contre le réchauffement pouvait, ou devait, être une œuvre de paix.

De la guerre contre la pauvreté à la guerre contre les fraudeurs

Dans les années 1960, aux États-Unis, l’administration Johnson a souhaité étendre le rôle de l’État fédéral dans ses rôles sociaux, en matière d’éducation et de sécurité sociale. L’expression “guerre contre la pauvreté” a été proposée, dans l’idée de remobiliser les énergies de la nation autour d’un projet commun, mais ouvrant la porte à une “dramatisation du contrat social” pour reprendre l’expression de Rosanvallon (1995). “Il sera impossible de recréer de la solidarité sans trouver un nouveau ciment collectif. Il faut ainsi se garder de croire que l’on peut recréer par décret l’équivalent moral d’une guerre. C’est par des voies plus ordinaires qu’il faut tâcher aujourd’hui de refaire nation. Mais on n’évitera pourtant pas la nécessité de dramatiser le contrat social pour aller de l’avant”. Chappell (2012) utilisera l’expression “guerre l’état providence” (ou “war on welfare” en anglais) pour décrire cette stratégie. Et avec le temps, la “guerre contre la pauvreté” semble s’être transformée en une “guerre contre les pauvres”, certains y ayant vu une “guerre contre les noirs” ou une “guerre contre les femmes” aux États-Unis, alors qu’en France, c’est la “guerre contre les fraudeurs” (des aides sociales) qui revient régulièrement dans la bouche des ministres, depuis au moins 25 ans.

Mais comme l’ont souligné de nombreux chercheurs, cette vision martiale a empêché de penser des problèmes sociaux complexes à l’aide de nuances, pour les réduire à un simple conflit dichotomique, “nous” contre “eux”, avec un ennemi (rarement clairement identifié) qui doit être détruit, comme le montrait récemment Mclay (2021). Un point rassurant dans cette histoire est peut-être que, lors de la pandémie de 2020, l’État a remplacé sa politique de présomption de fraude des malades par une politique de présomption d’honnêteté des malades, comme le rappelle Da Silva (2023). La pandémie aura été une courte parenthèse, cette époque est aujourd’hui clairement révolue, et le retour à la suspicion permanente est manifeste.

La guerre et l’assurance

La terminologie guerrière est toujours étonnante, quand on parle de risques qui pourraient ou devraient être couvert par l’assurance (comme la pandémie ou les “aléas naturels”) car rappelons le, dans la plupart des contrats d’assurance habitation, le risque de guerre fait généralement partie des exclusions de garantie (que ce soient les articles L121-8 et L172-16 du Code des assurances). On peut d’ailleurs se souvenir qu’en 2001, au lendemain de l’attentat contre les tours du Wall Trade Center, Denis Kessler (alors président de la Fédération Française des Sociétés d’Assurances, la FFSA)) décrivait “un accident sans équivalent dans l’histoire” qualifié d’”acte de guerre”. Denis Kessler joue alors pleinement son rôle de président de la FFSA en protégeant la profession: si c’était un ”acte de guerre”, l’engagement des assureurs dans la couverture devrait être amoindri.

Si les communicants semblent aimer filer la métaphore guerrière, il est de plus en plus difficile de comprendre à quoi elle sert. Elle semble apporter encore plus de confusion dans cette novlangue, pleine d’éléments de langage et de métaphores mortes. Et malheureusement, ce vocabulaire automatique empêche de penser, et d’apporter des vraies solutions à des problèmes qui ne semblent qu’empirer.

Références

Audoin-Rouzeau, S. (2020). D’un siècle à l’autre : des échos de la Grande Guerre. France Culture, 7 avril,

Beaud, O. (1999). Le sang contaminé: essai critique sur la criminalisation de la responsabilité des gouvernants. FeniXX

Bell, D.A. Bell, La guerre au virus, le passé d’une métaphore. Le Grand Continent, 7 avril 2020.

Blumczynski, P., & Wilson, S. (Eds.). (2022). The languages of COVID-19: Translational and multilingual perspectives on global healthcare. Taylor & Francis.

Chappell, M. (2012). The war on welfare: Family, poverty, and politics in modern America. University of Pennsylvania Press.

Collard, R. (2020) You Can’t Practice Social Distancing if You’re a Refugee, Foreign Policy, 20 Mars.

Da Silva, N. (2023). La bataille de la Sécu. Une histoire du système de santé. La Fabrique.

Dallaire, R.A. (2020). Nous sommes en guerre, parlons en termes de combattants. La Presse, 24 avril 2020,

Dalloni, M. (2020). Les mots du Covid : « Le lexique guerrier nous est imposé ». Le Monde, 10 décembre

Fang, F. (2020). Wuhan, ville close. Journal. Stock.

​​Flusberg, S. J., Matlock, T., & Thibodeau, P. H. (2018). War metaphors in public discourse. Metaphor and Symbol, 33(1), 1-18.

Gollier, C. (2019). Le climat après la fin du mois. Presses Universitaires de France.

Karlberg M, & Buell L. (2005) Deconstructing the ‘war of all against all’: The prevalence and implications of war metaphors and other adversarial news schema in TIME, Newsweek, and Maclean’s. Journal of Peace and Conflict Studies.12(1):22–39.

Larson, B. M. (2005). The war of the roses: demilitarizing invasion biology. Frontiers in Ecology and the Environment, 3(9), 495-500.

Laurent, S. (2015). The unknown story of a counter war on poverty. Stanford Center on Poverty and Inequality

McKibben, B. (2015). Global warming’s terrifying new math. In Global Environmental Politics (pp. 39-47). Routledge.

McKibben, B. (2016). A World at War The New Republic, 15.

Mclay, M. (2021). The Republican Party and the War on Poverty: 1964–1981. Edinburgh University Press.

Panzeri, F., Di Paola, S., & Domaneschi, F. (2021). Does the COVID-19 war metaphor influence reasoning?. Plos one, 16(4).

Richard, (2018). Dommages de guerre et responsabilité de l’État. https://calenda.org/460821

Rosanvallon, P. (1995). La Nouvelle Question sociale. Repenser l’État-providence. Le Seuil,

Young, R. (2021). La Guerre de Longue Durée: some reflections on French strategy and diplomacy in the 1930s. In General Staffs and Diplomacy before the Second World War (pp. 41-64). Routledge.



Cite this blog post
Arthur Charpentier (2023, October 24). Est-il nécessaire (et utile) d’être en guerre contre tout ? Freakonometrics. Retrieved April 19, 2024, from https://doi.org/10.58079/ovn0

  1. UNEP, U. (2017). Declares War on Ocean Plastic. Press Release; Badkar (2017).Grocery war looming? Analysts see several potential Sprouts bidders. The Financial Times, March 20;Liu, M. (2017). For a true war on waste, the fashion industry must spend more on research. The Conversation; Tassi, P. (2016). Can We Forgive Hillary Clinton for Her Past War on Video Games?. Forbes; Mahdawi, A. (2016) In the great gluten wars, I can’t sit on the fence The Guardian, September 6 ; Peel, & Ramos (2016). Duterte declares war on Manila traffic jams. The Financial Times, November 23; Freedman, D. H. (2016). The war on stupid people. The Atlantic, July/August 13-16. []
  2. Dans les années 60, certains linguistes ont parlé d’isotopie quand un même thème est repris dans un discours, comme celui de la guerre []
  3. Karlberg & Buell (2005) ont noté que 15% des articles publiés dans trois magazines (TIME, Newsweek et Canadian Maclean) sur une période de vingt ans (1981-2000) contenaient des métaphores de guerre ou de bataille. []
  4. Beaud (1999) revient sur l’irresponsabilité (pénale et politique) et l’incompétence des gouvernants dans un contexte de crise sanitaire, et plus particulièrement l’irresponsabilité individuelle des preneurs de décisions. []
  5. “Ils ont des droits sur nous” est d’ailleurs une phrase reprise par Emmanuel Macron dans son discours du 16 mars 2020, “ils” ne désignant plus les soldats, mais “les personnels soignants”. []
  6. Cette insistance permettait aussi de trancher avec le « la vie continue » utilisé une semaine auparavant, demandant aux Français d’aller au théâtre, et de continuer leur vie. []
  7. Dans un des derniers paragraphes, Young (2021) souligne « La guerre de longue durée had long since ceased to be merely an expression. It had become a state of mind, according to the lights of which French soldiers and diplomats worked uneasily towards the cataclysm which they had sense enough to fear » (autrement dit, la guerre de longue durée n’est plus une simple expression. Elle était devenue un état d’esprit, aux lumières duquel soldats et diplomates français diplomates français s’acheminaient avec inquiétude vers le cataclysme qu’ils avaient le bon sens de redouter). []

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.