Les biais, les discriminations et l’équité en assurance

Sur Variances, un court article pour présenter le rapport remis au début de l’été à l’Institut Louis Bachelier, Assurance : Discrimination, biais et équité.

Les données massives et les performances obtenues par les algorithmes d’apprentissage automatique ont chamboulé l’assurance et l’actuariat. Les questions soulevées par ces nouveaux outils dans d’autres contextes (que ce soit la justice prédictive (ou justice “actuarielle” comme l’appelle Harcourt (2008)) ou les débats sur les fake news, en passant par les véhicules autonomes et la médecine prédictive) poussent les actuaires au doute, et à la méfiance. Kranzberg (1986) affirmait que “technology is neither good nor bad; nor is it neutral”, mettant en avant que, même sans mauvaises intentions, les algorithmes d’apprentissage pouvaient être injustes. Et corriger ces possibles injustices n’est pas simple. Pour Nielsen (2020), “technology does not necessarily self-regulate, via either market or social pressures” (la main invisible des marchés ou de la pression sociale ne suffira peut être pas). C’est dans ce contexte que nous allons revenir ici sur les problématiques de biais, de discrimination et d’équité, des modèles prédictifs utilisés en assurance. Ces changements, tant sur les données que sur les modèles, que l’on observe depuis une petite dizaine d’années, avaient déjà questionné l’existence même de l’assurance (à suivre).


Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.