“Tout est poison, rien n’est poison : c’est la dose qui fait le poison”

disait Philippus Aureolus Theophrastus Bombastus von Hohenheim – ou Paracelse pour faire plus simple – ce fameux médecin et alchimiste suisse, mort en 1541. Cette citation pose la question du choix du seuil qui fait qu’un élément est dangereux dès qu’un seuil est franchi. Un peu comme en statistique, quand on dit (dans une régression) que si la p-value (associée à un test de Student) est inférieure à 5%, une variable est effectivement “explicative”, mais pas au delà de 5%. Le message est, bien entendu beaucoup plus subtil, en général. Mais le besoin d’avoir des seuils semble inscrit dans la nature humaine…

Cet été, je publiais mon billet Les autorités publiques face aux risques, de la confiance au doute écrit pour être publié dans la revue Risques, avec les contraintes usuelles de taille. Mais comme bien souvent, le brouillon initial faisait plusieurs pages, et j’ai mis de côté quelques éléments de réflexion, en particulier un long paragraphe sur la difficulté pour les scientifiques de diffuser un message (forcément) trop complexe pour être diffusé en une phrase choc.

Un soucis est qu’une vision utopique laissait penser qu’internet permettrait un accès à tous l’information. Malheureusement, la pluralité des sources permet surtout à tout un chacun de composer son propre menu, de se faire sa propre opinion, sur-mesure, parmi l’offre quasi-infinie qui lui est alors accessible. Mais comme le notait le précédant billet, le biais de confirmation va entrer en jeu. Pour reprendre l’exemple de Simon (1959), lorsque que l’on cherche à comprendre la prise de décision d’un agent (le fameux agent rationnel en théorie économique), si le problème est complexe, il ne va pas chercher la solution optimale, mais il se contentera d’une version qui le satisfait, tenant compte seulement de quelques informations jugées pertinente. On retrouve cette idée dans l’opposition entre le système 1 et le système 2, de Kahneman (2011), ou la notion d’avarice cognitive de Fiske & Taylor (1984). Ce dernier concept explique que nous sommes souvent enclin à adhérer à des énoncés convaincants, même douteux, faute de temps ou de motivations. Comme le dit la formule, on se contente de croire, faut de temps pour savoir.

Car le savoir est rarement vendeur ! La recherche scientifique est rarement spectaculaire. Testart (2000) disait ainsi que « l’acte d’expertise n’est plus seulement fondé sur la validité de la connaissance, la caution scientifique qu’il confère à la décision, mais sur sa capacité à intégrer les incertitudes et à scénariser un avenir incertain ». On retrouve cette importance de la narration, que j’évoquais dans un précédant article (sur les “fake news” et la recherche de la vérité, justement). Si j’osais faire une parenthèse, c’est la grande difficulté de l’apprentissage de la recherche : on apprend à raisonner, à avoir une démarche scientifique, mais on apprend rarement à raconter une histoire, à écrire un papier qui sera lu.

De manière étonnante, le consensus scientifique crée souvent du doute, de la suspicion, comme je le notais dans mon précédant billet, dans le contexte du changement climatique. Dans une conférence au début du mois, une des chercheuses qui présentait des travaux sur l’analyse textuelle des “fake news” expliquait (je me permets de traduire en français ce que j’en ai retenu, la chercheuse parlant de la presse américaine) que les journalistes sont dans un moule “science-po” : tout sujet présenté doit avoir une thèse, suivi d’une anti-thèse, si possible présentées de manière égale, pour respecter une forme de neutralité. Si on parle d’un sujet qui fait consensus dans la communauté scientifique (on pourra parler de vérité “officielle”), on ira chercher une parole alternative, parfois présenté comme “indépendante”. Cette “indépendance” est alors présenté comme un gage de valeur, une garantie de vérité, les organismes devant prendre des décisions publiques (dont je parlais dans mon précédant billet) étant souvent présentés comme les garants de cette “vérité officielle” (alors que c’est souvent simplement que ces instances se sont tournés vers la littérature scientifique). Cette création artificielle de controverses a malheureusement des effets dramatiques, car on a finit par s’y habituer, le consensus devenant alors constamment suspect.

Fisker, S.T. & Taylor, S.E. (1984). Social cognition. Addison-Wesley.

Kahneman, D. (2011). Système 1 et système 2: Les deux vitesses de la pensée.

Simon, H.A. (1959) Theories of Decision-Making in Economics and Behavioral Science. American Economic Review, 49:3, 253-283.

Testart, J. (2000). Les experts, la science et la loi. Le Monde Diplomatique.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.