Les autorités publiques face aux risques, de la confiance au doute

Il y a deux ans, au travers une superbe exposition, la France célébrait Louis Pasteur, un des grands précurseurs de la vaccination, dont on fêtera le 200ème anniversaire dans quelques mois.

En même temps, la France est devenue le pays ou le scepticisme face à l’efficacité de la vaccination est la plus grande. Et ce manque de confiance à l’égard des vaccins semble être beaucoup plus profond, correspondant à un doute face à la science, et aux autorités publiques.

Doute et vaccination

Les vaccins visent à prévenir des maladies et des affections comme la grippe, la pneumonie, la rougeole, les oreillons, la rubéole, la varicelle, la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, etc. Ces maladies peuvent causer la mort, des handicaps et des malformations congénitales. La rougeole est un cas particulièrement documenté : le Center for Disease Control and Prevention (CDC) aux États-Unis estime qu’il y avait de 3 à 4 millions de cas de rougeole par année avant la mise au point du vaccin contre la rougeole en 1963. Au cours des 20 derniers années, une centaine de cas (seulement) sont reportés, tous les ans. En 1991, des milliers d’enfants de la région de Philadelphie ont eu la rougeole, la majorité de ces cas étant associés à une église pratiquant la « guérison par la foi » qui a activement découragé la vaccination. Le dernier pic a été observé fin 2014, avec près de 700 cas déclarés, la majorité parmi les visiteurs de Disneyland. L’une des personnes infectées (que l’on pense être le patient zéro) venait de l’extérieur des États-Unis et était membre d’une secte religieuse qui s’oppose à la vaccination. Le parc d’attractions offrait un lieu propice pour que la maladie se propage facilement.

Lorsqu’un pourcentage suffisant de la population est vacciné, les maladies contagieuses ne peuvent plus se propager. Aussi, en plus de la protection offerte aux personnes vaccinées, une forme d’immunité collective limite l’exposition de la maladie à la partie de la population qui ne peut être vaccinée pour des raisons d’âge, de santé ou autres (on a alors une très forte externalité positive). Le seuil d’immunité collective varie selon la maladie, selon la rapidité avec laquelle elle peut être transmise à d’autres membres de la population, comme le rappelle John & Samuel (2000). La cible optimale pour l’immunité collective est généralement considérée comme se situant autour de 90%. Ce chiffre est suffisamment élevé pour englober les principales maladies évitables par la vaccination, en particulier celles qui se propagent le plus facilement.

Les vaccins ont pratiquement éradiqué des maladies mortelles comme la variole et la poliomyélite, et servent à protéger les individus contre d’autres maladies infectieuses. Mais malgré ces succès évidents, les vaccinations ne sont pas sans controverse. Dans une comparaison de 67 pays, Larson et al. (2016) indique que 41% des français jugent les vaccins « pas sûrs », taux qui était alors, et de loin, le plus élevé au monde. Ce chiffre ne faisait que renforcer l’analyse de Peretti-Watel et al. (2013), montrant une chute très forte entre 2005 et 2010, expliquée par la pandémie de grippe A(H1N1) de 2009 (figure 1).

Figure 1 : source Baromètres Santé 2000, 2005 et 2010, INPES

Les polémiques concernant la vaccination contre l’hépatite B en 1998 et surtout contre la grippe A(H1N1) de 2009 semblent avoir contribué à mettre en doute l’innocuité des vaccins chez une part non négligeable de la population française. 41% des français jugent les vaccins « pas sûrs », mais en même temps, 38% des personnes interrogées déclaraient « ne pas savoir comment marche un vaccin », et 42% ne faisaient pas confiance à l’information fournie par les autorités sanitaires concernant la sûreté des vaccins.

On voit ressortir un certain nombre d’arguments contre la vaccination, comme le note Withney et al. (2014). Tout d’abord, les vaccins pourraient causer des effets secondaires graves. Si ce risque est effectivement non-nul, les taux d’incidence sont (fort heureusement) beaucoup plus faibles que le nombre estimé de cas de maladie qui surviendraient en l’absence de vaccination, et les effets secondaires sont généralement moins graves que les maladies que les vaccins préviennent. De plus, la vaccination obligatoire s’oppose aux libertés individuelles. C’est souvent l’argument retenu par les communautés religieuses opposées à la vaccination – le plus souvent parce qu’elles croient en la guérison naturelle du corps, les vaccins pouvant contenir du matériel “inacceptable” sur le plan moral. Un autre argument parfois évoqué est que, dans les pays développés, bon nombre de maladies graves ont été éradiquées (comme la polio, la rubéole et la variole), et d’autres sont relativement inoffensives (comme la rougeole et la varicelle).

Mais le grand problème dans ces débats, qui soulèvent des questions importantes (du point de vue éthique en particulier, sur les seuils d’acceptation des risques mais aussi sur les limites des libertés individuelles) reste l’effet bien connu en science comportementale du « biais de confirmation », qui montre que les gens acceptent plus facilement les preuves qui appuient leurs croyances existantes, et qu’ils ne tiennent pas compte des preuves qui contredisent ces croyances. En fait, paradoxalement, des preuves contradictoires peuvent même renforcer leurs croyances, on parle alors parfois d’effet « retour de flamme » ou de « Bayésianisme asymétrique » pour Glaeser & Sunstein (2013). Mais ces biais ne sont pas nouveaux, et Sir Francis Bacon avait noté ces tendances il y a plus de 400 ans, « L’entendement humain, une fois qu’il a adopté une opinion, tire toutes les autres choses pour le soutenir et l’approuver. Et bien qu’il y ait un plus grand nombre et un plus grand poids d’instances de l’autre côté, elles sont soit négligées et méprisées, soit, par une certaine distinction, écartées et rejetées, afin que par cette grande et pernicieuse prédétermination, l’autorité de sa première conclusion demeure inviolable ».

Que faire ? Informer et éduquer prend du temps, et les autorités de santé publique se doivent d’aller contre l’opinion de certains, encore largement minoritaires. Des plans sont nécessaires pour mettre en place des vaccinations obligatoires tout d’abord, mais aussi pour promouvoir la vaccination volontaire chez des populations adultes, âgées et à risque afin de renforcer l’immunité collective. Mais cela repose fortement sur la crédibilité de ces instances.

Gestion du risque collectif

Tournay (2019) note que « l’expertise des risques est un bon laboratoire social pour saisir la complexité des ressorts de la confiance vis-à-vis des institutions ». Le rapport rendu par l’OPECST (Office Parlementaire d’Évaluation des Choix Scientifiques et Technologiques) sur le renouvèlement de l’autorisation de mise en marché du glyphosate met ainsi en lumière un paradoxe étonnant. En effet, les garanties de rigueur, d’objectivité et d’écoute d’interlocuteurs jusqu’alors souvent ignorés ne cessent d’augmenter, et pourtant, la défiance à l’égard des acteurs économiques, des décideurs politiques, mais aussi des scientifiques, ne diminue pas, au contraire. Depuis vingt ans, un réseau important d’agences européennes et nationales, mettant en place des procédures très codifiées afin d’apporter une expertise sur les risques s’est mis en place. Ces agences, qui s’appuient sur la collégialité, l’indépendance, ou la transparence (en particulier sur les potentiels conflits d’intérêts), se voient de plus en plus sollicités, sur des champs sans cesse étendus, devant donner un avis éclairé et quantifié sur la pollution de l’air ou de l’eau, des risques de cancers, etc. Les rapports, souvent demandées par des instances élues (le rapport sur le glyphosate avait été demandé par des commissions de l’Assemblée Nationale) sont publics, et malgré tout, la confiance du publique n’est pas au rendez-vous.

Le doute des scientifiques face à la complexité des questions, mais aussi l’horizon temporel qui ne cesse de reculer peut faire peur. Mesurer l’impact à long terme de pesticides sur un écosystème est un exercice compliqué, posant des défis méthodologiques, et parfois aussi épistémologiques. Le doute, et la précaution scientifique, semble alors engendrer une suspicion. Et le plus troublant, est que si la connaissance scientifique s’affine, le doute d’une partie de la population augmente inversement. On l’a évoqué pour les vaccins, mais on peut aussi penser au changement climatique. Alors que les rapports du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) annoncent un scénario sombre de plus en plus probable, le nombre de personnes qui doute reste élevé (figure 2).

Figure 2 : réponse à la question « lorsque l’on parle aujourd’hui du réchauffement de l’atmosphère terrestre dû à l’augmentation de l’effet de serre, est-ce plutôt » source ADEME (2017)

Penser le risque nucléaire, la bureaucratie et la responsabilité

Godard et al. (2002) revenait sur la gouvernance des (nouveaux) risques, revenant sur les risques de pandémie, mais aussi sur le risque nucléaire. La récente série diffusée par HBO, « Chernobyl » redonne un coup de projecteur sur l’accident survenu à la centrale nucléaire de Tchernobyl, en Ukraine (alors en Union Soviétique), à une centaine de kilomètres au nord de Kiev, en 1986.

La mise en scène pousse à une déformation de bon nombre de faits, comme le souligne Schilter (2019), par exemple en laissant supposer que tous les symptômes dont ils souffrent les premières victimes (les pompiers et les ouvriers de la centrale) étaient dus aux radiations plutôt qu’au feu, ou que beaucoup sont morts immédiatement[i]. Les deux tiers des premiers intervenants de Tchernobyl qui sont décédés ont subi des brûlures thermiques (incendie) en plus d’avoir été exposés à des niveaux extrêmement élevés de rayonnement. Mais certains aspects de la catastrophe donnent un éclairage instructif sur la gestion de crise. Et si certains ont critiqué la vision catastrophiste de la série produite à Hollywood, la catastrophe est, à ce jour, une des deux seules catastrophes nucléaires de niveau 7, correspondant à la gravité maximale l’échelle internationale des événements nucléaires (l’autre étant la catastrophe de Fukushima Daiichi à la suite du séisme de 2011, au Japon).

Dans les heures qui suivent l’explosion du cœur, la première réaction de toutes les personnes en charge (y compris les scientifiques) est le scepticisme : un réacteur de grande puissance à tube de force ne peut pas exploser. Cette phrase, mainte fois répétée lors du premier épisode, autant par les autorités (par la voix de Nikolai Fomin, ingénieur en chef de la centrale) que par Valeri Legassov, alors membre de l’Académie des sciences, fait penser au fameux « le Titanic ne peut pas couler ». En effet, dans le réacteur, les neutrons entrent en collision avec d’autres atomes, les séparant et produisant de la chaleur (on parle alors de fission nucléaire). Cette chaleur aide à produire de la vapeur et celle-ci est utilisée pour faire tourner une turbine qui, à son tour, entraîne un générateur pour créer de l’électricité. Si une explosion nucléaire n’est pas possible (comme le disent sans cesse les ingénieur), c’est en réalité une explosion de vapeur qui survient, causée par l’énorme accumulation de pression dans le cœur. Cela fait sauter le bouclier du haut du cœur, rompt les canaux de combustible et fait exploser le graphite dans l’air. Une autre réaction chimique se produit alors : l’air se glisse dans le hall du réacteur et s’enflamme, provoquant une deuxième explosion qui met fin aux réactions nucléaires dans le cœur et laisse un trou dans le bâtiment du réacteur de Tchernobyl.

Ce qui rend le dernier épisode irrésistible (avec le procès revenant sur la succession d’évènements, analysée avec quelques mois de recul) c’est l’apparente simplicité avec laquelle cette catastrophe s’est produite. Malgré la mise en place d’un certain nombre de stratégies d’atténuation des risques, et malgré l’interaction humaine qui a tenté de stoper le cours des événements, la catastrophe s’est tout de même produite, et elle est le résultat direct d’un échec de la culture du risque. En fait, tout comment par un test de sécurité. Un essai de sûreté du réacteur nucléaire numéro quatre a été tenté et a échoué à trois reprises. Un quatrième test doit maintenant être réalisé, coûte que coûte. Un des personnages nous dit que « un test n’est bon que si les hommes le font », mais la suite nous force à nous interroger, rétrospectivement, sur le bienfondé de cette affirmation. L’équipe travaille lentement, étape par étape, mais leur superviseur les presse, des erreurs sont commises et que des occasions de les corriger sont manquées. L’équipe se sent menacée et intimidée, les erreurs commencent à s’accumuler et la panique s’ensuit. L’équipe veut arrêter le test mais le superviseur insiste pour qu’ils continuent : « Ne me parle pas des règles ! Il n’y a pas de règles ». L’équipe refuse toute autre demande et se fait dire par le superviseur qu’elle « ne travaillera plus jamais plus nulle part ». « Je savais que Dyatlov avait tort, mais je savais que si je ne faisais pas ce qu’il disait, je serais viré ». Même sans chercher de responsabilité, on voit que la catastrophe découle d’erreurs humaines. Et la catastrophe fait peur parce qu’on imagine aisément que cette succession d’erreurs pourrait facilement se reproduire, n’importe où, n’importe quand. L’histoire de Tchernobyl est une leçon intemporelle pour les gestionnaires de risques en ce qui concerne l’effet accablant qu’une mauvaise culture du risque peut avoir. Il serait facile de dire que « cela ne se reproduirait plus jamais », mais pouvons-nous honnêtement dire que nous avons appris nos leçons ? Que penser des crises financières à répétition, vécues depuis une vingtaine d’année ? La « culture du risque » est un de ces termes qu’il est difficile de définir. S’il est facile de mettre en place des directives en cas d’incident (car la série le montre très bien : la centrale de Tchernobyl en avait), ce qui est difficile à anticiper, c’est ce qui se passe quand la pression fatigue les hommes, quand les lignes directrices sont ignorées, quand les erreurs sont niées.

Pour revenir à notre réflexion sur la gestion des risques, on peut voir dans la série télévisée une critique de la bureaucratie soviétique (« tant que le premier secrétaire n’a pas reconnu qu’une explosion avait eu lieu, c’est que la centrale n’a pas explosé ») mais aussi une critique de la démarche scientifique. Car les scientifiques sont aussi les premiers à douter ! Dans les conditions normales, la centrale ne pouvait pas exploser. Et le danger est d’autant plus grand que dans ce contexte, les premières décisions, prisent dans les heures qui suivent la catastrophe sont les plus importantes (on peut ainsi penser au risque de pandémie, traité dans une autre série télévisée ReGenesis, diffusée entre 2004 et 2008). Or les scientifiques ont souvent besoin de temps. Thomas & May (2017) a ainsi posé la question de la zone d’évacuation optimale en cas d’explosion, comme à Tchernobyl ou Fukushima, remettant en doute l’idée d’évacuer sur une grande distance. Mais il a fallu vingt ans (et une seconde catastrophe) pour avoir une telle analyse. Reste à espérer que les décideurs politiques sauront en tenir compte. Comme le rappelait Le Point (2019), en France, des comprimés d’iode pourraient être distribué à l’ensemble des riverains résidant dans un rayon de 10 à 20 km autour des 19 centrales nucléaires françaises. Mais en cas d’incident, les autorités auront-elles le courage de demander à la population de prendre un comprimé, une fausse alerte pouvant avoir des conséquences dramatiques, avec la panique de centaines de milliers de personnes ? Qui aura le courage de crier au loup ?

ADEME 2017. Représentation sociales de l’effet de serre et du réchauffement climatique

Bacon, F. 1620. Novum Organum.

Glaeser, E.L. & Sunstein, C.R. 2013. Why Does Balanced News Produce Unbalanced Views? NBER Working Paper No. 18975

Godard, O., Henry, C., Lagadec, P. & Michel-Kerjan, E. 2003. Traité des nouveaux risques. Folio Actuel.

John TJ, & Samuel R, 2000. Herd immunity and herd effect: new insights and definitions, European Journal of Epidemiology, vol. 16, no 7,‎ 2000, p. 601–6

Larson, H.J. et al. 2016, The State of Vaccine Confidence 2016: Global Insights Through a 67-Country Survey. EBioMedecine, 12, 295-301, doi: 10.1016/j.ebiom.2016.08.042

Le Point, 2019. Nucléaire : 2,2 millions de personnes recevront des pastilles d’iode. Publié le 03/06/2019

Peretti-Watel, P., Verger, P., Raude, J., Constant, A., Gautier, A., Jestin, C., Beck, F., 2013. Dramatic change in public attitudes towards vaccination during the 2009 influenza A(H1N1) pandemic in France. Euro Surveillance 18 (44).

Tournay, V. 2019. Tentative d’épuisement d’un risque. Pour la Science, 501 (juin 2019).

Schilter, D. 2019. The matter that apparently doesn’t matter. Nature,

Whitney, C.G., Zhou, F., Singleton, J. & Schuchat, A. 2014. Benefits From Immunization During the Vaccines for Children Program Era—United States, 1994–2013. Morbidity and Mortality Weekly Report 63 (16): 352–355.

[i] selon le rapport officiel des Nations Unies sur l’accident, seulement deux travailleurs, et non des dizaines ou des centaines, ont été tués quelques heures après l’explosion.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.