Le libre, et l’universitaire

On a pu lire ces derniers jours plusieurs articles sur le libre accès aux publications scientifique. Je pense à la tribune “qui a peur de l’open access publiée sur http://lemonde.fr/sciences/… . Etant hébergé par http://hypotheses.org/ qui milite en faveur du libre accès, et d’une plus vaste diffusion des travaux et de la culture scientifique, je n’y suis pas insensible. Sur les publications, la conférence des présidents d’université a aussi publié un document intéressant, intitulé “bien universel, par essence, l’article scientifique, n’est pas un bien comme les autres” en ligne sur http://cpu.fr/

En fait, le but de mon billet aujourd’hui était non pas de discuter sur le libre accès aux publications scientifiques, mais à revenir sur l’utilisation des logiciels libres dans le monde universitaire, et plus spécifiquement sur la place du logiciel libre dans l’enseignement.

En lisant Scott Wilson, qui a publié “open source in higher education: how far have we come?”,  sur http://guardian.co.uk/higher-education-network/… je l’ai trouvé un peu trop optimiste. Dans son article  il note que “universities are ahead of the curve in adopting open source, we should now lead the public sector in exploring its full potential“. Jusqu’à aujourd’hui (ou disons récemment pour être honnête), j’étais assez étranger au débat. Certes, j’utilise des logiciels libres, mais juste parce que je les trouve meilleurs. Ce n’était pas du militantisme, juste du pragmatisme. Et depuis quelque temps, je prends conscience que j’ai (ou que nous avons, en tant qu’universitaires) une responsabilité collective. Par exemple dans mes enseignements, j’utilise R (autant le nommer, ce n’est un secret pour personne que la moitié des billets sur mon blog contiennent du R). Mais quand j’étais étudiant, j’ai appris à manipuler des logiciels de statistiques payant (appelons les S pour utiliser une notation générique qui devrait m’éviter des procès pour diffamation). J’ai aussi utilisé S lorsque j’ai travaillé en tant qu’actuaire, car c’était installé sur nos machines, et parce que j’avais appris ce logiciel. Sans parler de premières amours, disons qu’on garde une forme d’attachement, ou de sécurité, à travailler avec les logiciels que l’on a vus (voire appris) durant nos études. On a peur de changer de logiciel, on aime la stabilité
(car admettons le, on est tous aussi nuls les uns que les autres avec l’informatique). C’est un peu ce que l’on peut lire dans un article paru il y a quelques jours dans http://ledevoir.com/politique/quebec/… où l’on apprend que “Québec adopte un autre décret pour la mise à jour de 76 000 postes de la fonction publique, sans appel d’offres, par des logiciels vendus par […]. La facture totale est de 30 millions, pour les licences seulement. Cette mesure d’exception vise à « assurer la sécurité de nos postes »” (c’est moi qui met en gras). Ce n’est pas de sécurité informatique face à du piratage dont on parle ici, mais de sécurité du personnel qui utilise lesdits logiciels (le confort en quelque sorte). On comprends ainsi que S (et je mets dans le même panier tous les logiciels commerciaux, ou presque) offre des licences gratuites aux étudiants. On retrouve là la logique des fabricants de cigarettes il y a quelques décennies (suis-je optimiste ?) lorsqu’ils essayaient d’attirer les adolescents vers leurs cigarettes, tenant compte ainsi de l’addiction qui se crée ?

Comme je le disais au début de mon paragraphe précédent c’est par pragmatisme que, pour ma recherche, je me suis tourné vers les logiciels libres. Mais pour mon enseignement, je n’avais jamais vraiment réfléchi de manière profonde (parce que je ne fais pas de cours d’informatique: si on utilise un langage c’est parce que l’outil informatique est indispensable pour faire de la modélisation). Par simplicité (ou par fainéantise), j’enseignais des langages que je connaissais. J’utilise R dans mes cours, mais parmi mes proches voisins de bureau, Jean-Philippe utilise S (pour faire des régressions avancées en assurance non-vie) et Mathieu utilise un tableur (que l’on pourrait appeler T, pour…. faire comprendre qu’un tableur suffit pour faire de l’actuariat ? que l’actuariat est plus proche de la comptabilité que de la modélisation statistique ?). Récemment, plusieurs petites phrases m’ont poussé à m’interroger. Je pense que ça a commencé quand un(e) étudiant(e) a écrit dans l’évaluation du cours de modèle de prévision que je donnais voilà quelque temps, que mon cours se résumait à”faire de la saisi de données dans un programme gratuit sur internet” (je passe le fait que dans les questions posées aux étudiants qui remplissent l’évaluation, il est demandé ce que les étudiants pensent des présentations faites avec le logiciel P, comme si faire des présentation en LaTeX n’était pas admissible). Il y a eu ce commentaire l’autre jour sur mon blog, où quelqu’un me demandait le code en S pour refaire ce que je faisais en R. Il y a eu ce questionnement l’autre jour : “est-ce gênant si les étudiants du baccalauréat en actuariat sortent de la formation sans connaître S ?” (que j’avais entendu à Rennes 1 lors des discussions du contenu des cours du Master de statistique et d’économie “il est bon que nos étudiants aient 20 heures de cours à S, ça leur permet de mieux se placer sur le marché du travail“).

Le modèle économique est assez incroyable quand on y pense : avec des fonds publics, l’université offre un service avant-vente à des entreprises qui vendent des logiciels commerciaux. Alors qu’il existe du libre qui fait mieux. Et qui continuera à faire mieux si la communauté d’utilisateurs est active. Je pense que les logiciels commerciaux n’ont pas leur place dans les formations universitaires, et qu’il serait temps que les universitaires prennent leur part de responsabilité dans ce qui s’est mis en place Je ne souhaite pas que les universitaires prennent leur part du profit même si ça serait la moindre des choses (il suffit de survoler la page comparison of statistical packages sur wikipedia pour apprendre que rendre accro un étudiant à un logiciel qu’il utilisera pendant 10 ans, c’est assurer entre 10,000 $ et 60,000 $ de licence (pour un utilisateur), sans parler des formations, des livres, etc). Je pense qu’il y va de notre responsabilité en tant qu’universitaire de promouvoir le logiciel libre. Cela permet déjà de comprendre ce qu’on utilise (je faisais un billet la semaine passée, suite à des soucis rencontrés sur le tableur – commercial – T), mais en plus, comme le notait Scott Wilson, “open source not only promotes creativity but helps make technology more democratic allowing a community to work together to solve common problems.” Et je pense qu’il a raison. Maintenant, je suis nul pour faire des tribunes, et je voulais juste que mes collègues prennent conscience de certains aspects d’un débat qui ne fera que gonfler dans les mois qui viennent…


13 thoughts on “Le libre, et l’universitaire”

  1. Bonjour,

    très intéressant billet. J’arrive à des conclusions personnelles similaires, mais en passant par un raisonnement un peu différent.

    Nous ne devons pas apprendre aux collégiens/lycéens/étudiants à maîtriser un logiciel précis, mais à utiliser un type de logiciel et les grands principes qui le sous-tendent. C’est-à-dire, que nous n’apprenons pas aux étudiants à utiliser un logiciel de traitement de texte précis, mais les principes généraux du traitement de texte (mise en page, notes de bas de page, justification ou non du texte, etc). On n’apprend pas à utiliser S plutôt que R à des étudiants, on leur apprend la statistique et la manière dont les logiciels de statistiques marchent. Ensuite, on choisit un logiciel précis, car les principes seuls ne suffisent pas, il faut mettre les mains dans le cambouis et manipuler un logiciel.

    Or, pour faire cela – enseigner les principes puis utiliser un logiciel plus précisément (ou faire les deux en même temps plutôt que l’un à la suite de l’autre) – les logiciels libres sont plus adaptés, car ouverts donc leur mode d’élaboration et les principes respectés sont plus clairs.

    Cela aboutit à des formations plus durables sur le long terme: apprendre à utiliser le logiciel commercial S, c’est bien gentil, mais que faire s’il est détrôné (ce qui arrive parfois) par un autre ou si sa version suivante bouleverse complètement son utilisation (ça arrive souvent)? Maîtriser les principes est alors diablement efficace pour savoir s’adapter. N’enseigner que le logiciel S, c’est permettre à un étudiant d’avoir plus vite un boulot, certes, mais seulement pour deux ans (voire moins).

  2. Globalement, je partage également ton point de vue, Arthur. Le dernier obstacle pour une utilisation exclusive R dans les entreprises est le suivant : il n’existe aucune garantie, aucune certification liée à son utilisation. C’est bien indiqué quand on lance R : “R est un logiciel libre livré sans AUCUNE GARANTIE.” Si une entreprise doit faire valider un protocole ou une méthode par une instance (étatique, par exemple) ou bien si elle souhaite certifier (norme ISO, etc.) son activité, exit R. Mais tout le monde reconnaît la puissance de R. Cela se traduit par le fait que l’exécution de scripts R est possible dans un certain nombre de logiciels S. Bref, sera-t-il toujours nécessaire d’enseigner les logiciels S comme certains collègues le pensent ? Pas sûr. A suivre… 🙂

    1. Je suis assez d’accord sur le fait que les entreprises aiment avoir quelqu’un à blâmer en cas de soucis, même si je pense que les soucis viendront toujours plus d’une erreur de saisie, ou d’une faute dans un code que du logiciel lui-même (avec une communauté active, les erreurs sont à mon avis beaucoup plus rares qu’avec un logiciel non-libre, où on ne sait pas trop ce qu’on manipule)… Mais je ne voudrais pas amalgamer: je ne parlais pas du logiciel libre partout (je ne suis pas militant pro-libre à ce point !) ! Dans mon titre (qu’un lecteur a trouvé étrange), j’insiste sur le fait que je pose la question du libre (et du commercial) pour un universitaire. Je ne vais pas militer pour le libre en entreprise, je n’ai aucune légitimité (et compétence technique) pour entrer dans ce débat. Je disais jusque que je préfère qu’un universitaire enseigne un langage libre. Et si je milite pour l’utilisation du libre à l’université, une fois en entreprise les étudiants apprendront d’autres langages. Je pense que les deux systèmes pourront cohabiter.

      Mon point n’était pas non plus de dire que R est ce qu’il y a de mieux au monde, car comme le notait Julien, quand soudain un package (important) disparait, ça plante beaucoup de monde. Mais surtout de poser la question “est-ce notre boulot de faire du service avant-vente pour des compagnies privées ?”. Si j’ai tendance à croire que non, je suis vraiment ouvert à toute discussion ! Je suis content d’avoir des retours d’enseignants qui utilisent S (voire qui reçoivent des fonds – de recherche – de vendeurs de logiciels), ou de praticiens ! J’aimerais vraiment qu’on en discute ! Mais je pense que le débat est le même au niveau de l’édition: je trouve l’idée d’arxiv très bonne, mais ça ne tuera pas les éditeurs papiers. Les deux vont cohabiter, probablement, mais il est sain d’avoir cette discussion. Non ?

  3. Intéressant point de vue, que je partage complètement.
    Cependant, du point de vue de l’entreprise, je rencontre souvent un autre objectif : la “prétendue” stabilité du programme et le dédouanement face aux éventuels problèmes.

    Au quotidien, quasiment tout le monde dans mon entreprise utilise S. R a été évoqué, tout le monde sait programmer dans ce langage, la transition ne serait pas compliquée. Malheureusement, l’argument systématiquement évoqué pour refuser ce logiciel libre (et les autres également, comme un certain tableur L, un logiciel d’analyse numérique S, bref) tient en deux points :

    – C’est un logiciel que tout le monde utilise (on retrouve l’horrible argument de “best practice” qui permet de suivre la masse sans se poser de questions), édité par une société reconnue, et il y a donc moins de risques de bugs, d’évolution hasardeuse, de problèmes de compatibilité. C’est bien entendu faux, il y a des bugs partout, et la communauté autour de R est tellement active et sérieuse qu’il est probablement aussi voir plus stable et validé que tout les autres logiciels.

    – Si jamais on rencontre un problème avec le logiciel, c’est bien plus facile de se dédouaner en accusant la société éditrice que dans le cas d’un logiciel libre où il est difficile de rejeter la faute sur l’auteur d’un package.

    Et tout le monde soutient ces arguments, les actuaires, la direction, les départements de contrôle, et l’armada de consultants qui passent chaque jour vendre leurs services.
    On est donc prêt à dépenser des centaines de milliers d’euros (on parle bien en effet de plusieurs dizaines de milliers d’euros par an et par poste), juste pour ça.

    Comme vous le dites, il y a vraiment un effort à faire, dès les premières années universitaires, pour enseigner aux étudiants les qualités des logiciels libres et leur ouvrir la voie vers ce monde.

    1. Merci de partage votre point de vue, c’est vraiment intéressant, et un tout petit peu angoissant. Un point que je n’ai pas évoqué est qu’une partie de ma réflexion est aussi née de `discussions’ sur Twitter, avec des informaticiens, sur les vieux langages (genre Cobol, Fortran 77, le débat était né suite à publication de http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lmi/lire-programmation-le-cobol-oublie-des-formations-universitaires-52792.html ). Ils m’expliquaient que plus personne ne les connaissaient vraiment (et qu’ils n’étaient plus enseignés depuis des dizaines d’années), mais que beaucoup de systèmes informatiques reposent dessus. Par exemple, l’un d’eux m’expliquait qu’il serait, aujourd’hui, impossible de refaire le tableur T (from scratch). Ils y a des bugs, mais il est impossible de remettre à plat toute l’architecture, de peur d’avoir des incompatibilités (ce confort dont je parlais). Bref, depuis des années, les mises à jour se contentent de mettre du sparadrap. Et avec le temps, ça ne va pas s’améliorer, on juste accumuler les couches de sparadrap. Zéro reproductibilité: on ne peut pas remettre à plat un système jugé obsolète de peur que tout plante. Je mélange un peu dans mon article libre et gratuit, mais libre déjà serait merveilleux ! Ça éviterait, je pense, de créer ces monstres qui ont un monopole dangereux ! Je me souviens des discussions autour de l’article “perils of bad software in the business world and the financial industry in particular”
      http://baselinescenario.com/2013/02/09/the-importance-of-excel/ qui soulevait un peu les mêmes questions (avec les mêmes craintes).

      L’argument “c’est bien plus facile de se dédouaner en accusant la société éditrice” est effectivement un argument ce lequel on ne peut pas grand chose… à part faire plus de pédagogie (mais on ne parle plus d’enseignement universitaire là). Cela me fait penser cette fois à une réflexion que je me suis faite en voyant mes enfants, en arrivant au Canada: en France, on écrit au style (à encre), et quand on fait une erreur, on raye; au Canada, on écrit au crayon (à mine), et quand on fait une erreur, on efface. Ce sont deux logiques différentes, et je préfère que l’on admette avoir fait des erreurs, que ça ne sera jamais parfait, et qu’on accepte de croire que l’on apprend de ses erreurs. De la même manière, il faut apprendre qu’il faut arrêter de faire porter la faute sur les autres, ne pas toujours chercher un responsable (en tous les cas un autre responsable que soi). A trop effacer ses erreurs, on fini par oublier qu’on peut en faire, et à les admettre. Mais je vais arrêter la ma psychologie de café du commerce, c’est loin d’être mon domaine d’expertise….

  4. Je trouve le poste très intéressant. Mais que penser du package R akima qui est devenu payant. Ce qui bloque certains packages dont le merveilleux Mcspatial de Mcmillen (cf. La liste r-sig-geo d’un aujourd’hui)

    1. Effectivement, merci pour l’info Julien, effectivement, je suis allé jeter un oeil https://groups.google.com/forum/?fromgroups#!topic/gsoc-r/8ZUQCVlyodk
      Comme rappelé, “akima package for interpolation is under” http://www.acm.org/publications/policies/softwarecrnotice
      i.e. “solely for academic, research and other similar noncommercial uses, subject to the following conditions …”
      J’avoue m’être peu intéressé au droits et licences, mais qu’il serait temps… J’édite un livre sur R pour la rentrée, et j’avoue avoir du mal à comprendre où était la frontière, sur le transfert de droit vers l’éditeur. A suivre…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *