Il est trop nul ce prof…

Que celui qui n’a jamais pensé ca une fois dans sa scolarité me jette la première pierre…

Cela dit, il y a ceux qui le pensent, et ceux qui l’affirment haut et fort, genre sur des sites comme rate my professors. J’ai toujours eu du mal avec ce genre de sites (et plus généralement extraire une information utile des évaluations des élèves) car on ne connaît pas les motivations des élèves. Quand on lit “l’examen final est impossible” puis le commentaire d’après “l’examen, c’est juste des exercices vus en classe, c’est vraiment trop facile“, on finit par être perplexe. Oui, assez souvent une classe est composée d’éléments très hétérogènes, et il est impossible de contenter tout le monde. Le plus étonnant quand on enseigne, c’est l’équilibre qui peut en résulter. Le même cours peut être une réussite, et le semestre suivant un fiasco, alors que le contenu et la forme peuvent être identiques. Je me souviens quand j’étais étudiant de ce prof, annoncé par la promo précédante comme le meilleur prof au monde, que je trouvais finalement so-so.

Et puis un jour, certains d’entre nous décident d’aller un cran plus loin, de sauter le pas, de passer d’élève à prof. Sans pour autant que ce soit une vocation, juste un concours de circonstances. Pour ma part, j’avais travaillé en salle de marché, puis comme actuaire à Hong Kong, avant de revenir à la Fédération Francaise des Assurances sur Paris. Et juste avant les vacances de Noël (il y a maintenant une quinzaine d’années) on me propose de donner un cours trois semaines plus tard, au retour des vacances (prof qui lâche son cours au dernier moment, impossible de trouver un remplacant). Je pensais faire de la recherche en entreprise, et j’ai découvert l’enseignement.

Et je n’ai pas arrêté depuis. Avec toutes sortes de formats, toutes sortes de publics… En particulier, j’ai fait beaucoup de formation continue. Et j’en profite pour la minute culturelle du blog : en avril 1792, l’Assemblée législative nationale discute de l’organisation générale de l’instruction publique en France, et Jean Antoine Nicolas Caritat, plus connu sous le nom de marquis de Condorcet, fait un discours très avant-gardiste

Nous avons observé que l’instruction ne devait pas abandonner les individus au moment où il sortent des écoles ; qu’elle devait embrasser tous les âges ; qu’il n’y en avait aucun où il ne fût utile et possible d’apprendre, et que cette seconde instruction est d’autant plus nécessaire, que celle de l’enfance a été resserrée dans des bornes plus étroites. (…) En continuant l’instruction pendant toute la durée de la vie, on empêchera les connaissances acquises dans les écoles de s’effacer promptement de la mémoire, on entretiendra dans les esprits l’activité utile (…), on pourra montrer enfin l’art de s’instruire par soi-même

Or justement, il y a plusieurs mois, le centre de formation Caritat (dédié au monde de l’actuariat de l’assurance et de la protection sociale) lancait un prix pédagogique. L’idée est intéressante : vous pensez qu’il manque de formation sur tel ou tel thème ? et vous pensez pouvoir animer une telle formation ? eh bien, lancez-vous ! on vous monte ce cours sur mesure ! Quand le prix a été lancé, on m’a demandé de faire partie du jury, et j’ai tout de suite accepté. Il s’agissait, pour des personnes sans aucune expérience dans le domaine de la formation (continue) de proposer un plan pour une journée de 7 heures, sur un sujet, avec un fil rouge, de préparer quelques slides. On en a sélectionné certains, et on les a convié pour un oral, en fin d’année… et la remise des prix aura lieu cette semaine. Les vainqueurs pourront se jeter à l’eau dans quelques mois, et monter leur formation, leur cours, pour de vrai. Je trouve l’idée merveilleuse, et j’espère qu’on aura d’autres candidatures intéressantes pour la prochaine édition ! A suivre donc..


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.