Clarté et vérité sur les comptes d’une société d’assurance sur la vie

Aujourd’hui, je vais parler d’un article (très lucide) de Claude Bébéar sur l’actuariat, intitulé Clarté et vérité sur les comptes d’une société d’assurance sur la vie. Claude Bébéar n’est pas n’importe qui: fondateur du groupe AXA (à partir d’une petite mutuelle, comme le rappelle ce portrait), et président de l’Institut des Actuaires Français de 1985 à 1989. En particulier, je recommande la lecture de l’introduction de l’article, commençant par un (brillant) petit conte persan, à méditer…

Il était une fois un assureur sur la vie fort intelligent, éminent et respecté. Il était considéré par tous comme un grand technicien, voire un savant, qui n’avait pas son pareil pour estimer la prime à demander aux assurés et la valeur des engagements pris par l’assureur. Mais parfois, un doute le taraudait : sa science était-elle vraiment estimée ? Le vulgaire ne risquait-il pas de s’en saisir, montrer qu’il n’y avait là rien d’admirable et détruire une réputation bâtie à force de patience ? Vite, il fallait se protéger. Et c’est ainsi que notre assureur éminent, respecté et fort intelligent, inventa un langage ésotérique qu’il appela “actuariat”. Et grâce à lui, des générations d’actuaires heureux vécurent et vivent encore à l’abri des critiques, adulés de tous. Chaque année, aidés par des comptables pleins de respect, ils mettent au point un rapport annuel fort savant qu’assurés, actionnaires et contrôleurs en tous genres contemplent sans trop comprendre et sans oser poser de questions, de peur de passer pour des sots. Le système était parfait.


OpenEdition suggests that you cite this post as follows:
Arthur Charpentier (January 11, 2009). Clarté et vérité sur les comptes d’une société d’assurance sur la vie. Freakonometrics. Retrieved July 14, 2024 from https://doi.org/10.58079/ou9l


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.