Des tablettes… aux blogs ?

 Je viens de finir ‘du scribe au savant‘ d’Yves Gingras, Peter Keating et Camille Limoges. Il m’aura fallu du temps car j’ai l’impression d’avoir de moins en moins de temps pour lire ces temps ci (ou alors des articles ou des rapports qu’il faut évaluer). Pourtant le livre est tout petit quand on y pense. Je veux dire par là qu’on part de la Mésopotamie à l’histoire récente (disons, jusqu’à 1850 environ), en parcourant l’histoire des maths, de la médecine, des sciences naturelles, etc. Forcément, c’est sobre et court, alors quand une section nous intéresse moins, on prend sur soi une page (ou deux maximum), et quand au contraire on se passionne, on reste un peu sur sa faim. J’y ai trouvé une porte ouverte vers plein d’ouvrages même s’il a fallu que je trouve des références par moi-mêmes: à la fin de chaque paragraphe, on attend une référence pour aller plus loin ! C’est un peu ce qui est fait dans le chapitre sur les romains (ce n’est pas le chapitre que j’ai préféré), mais les références sont plus sommaires dans les autres chapitres. J’ai adoré le premier chapitre, qui met en parallèle l’Égypte et de la Mésopotamie, et j’ai vraiment appris plein de choses. J’ai beaucoup aimé l’idée de mettre le scribe (spécialiste de l’écriture et attaché aux inventaires administratifs du royaume) à l’origine de la naissance de la science. Ce qui met un peu l’actuaire à l’origine de la connaissance et du savoir, « actuarius: scribe chargé de la rédaction des procès-verbaux », et j’aime quand on essaye de me raconter une histoire qui me caresse dans le sens du poil. J’ai adoré lire une page (voire deux) sur l’importance de la connaissance des régimes des vents (en fonction des saisons, et des hémisphères) pour les grandes explorations (point dont je n’avais jamais pris conscience, avant de le lire). Ou sur la naissance des universités en Europe (beaucoup moins religieuses que je ne le croyais, mais là encore, à peine deux références…). En plus les schémas sont sobres, et clairs. Ce livre parle du savoir, et de sa transmission (essentiellement en occident, là aussi je suis resté un peu sur ma fin, mai si le livre avait été plus gros, je pense que j’aurais eu peur). J’attends la suite – même si ça ne serait plus réellement un liste d’histoire – qui devrait arriver sur les modes contemporains de transmission du savoir. Avoir un point de vue d’historiens des sciences enrichirait la discussion. Bref, pendant 3 semaines, j’ai appris des choses, tous les jours, et j’avoue qu’on y prend gout !


Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.