La tarification en assurance, et la sélection à l’université

En assurance, même si les primes sont calculées ex ante, on distingue la tarification a priori et a posteriori. Dans la tarification a priori on va utiliser des variables dites explicatives pour affecter dans une classe tarifaire. Par exemple en assurance automobile, on va utiliser l’âge, le genre, le lieu d’habitation, la puissance du véhicule pour prédire, a priori, la charge sinistre pour l’année à venir. Le principe de la tarification repose sur la loi des grands nombres qui consiste à faire demande un prime égale à ce que l’on pense payer – en moyenne – par classe de risque (la compagnie est alors – en moyenne – à l’équilibre financier). Mais on peut utiliser une tarification dite a posteriori où on utilise de l’information passé (par exemple le nombre de sinistres survenus les 3 dernières années, information que l’on peut retrouver, en France, dans le mécanisme bonus-malus). Si j’oppose ici les deux, on imagine que ces deux informations sont intéressantes, et peut être complémentaires. En revanche, il n’y a pas de tarification ex post avec ce mécanisme. Il y aura éventuellement un bonus qui sera offert l’année prochaine (et non pas de manière rétroactive), mais l’assureur ne peut pas rétropédaler en disant “finalement, vu la manière dont vous conduisez, la prime que vous nous devez pour l’année en cours n’est pas de 600 euros, mais de 900 euros“. La seule possibilité est de rediscuter, au moment du renouvellement, le montant de la prime, au vu de l’expérience.

On retrouve une procédure du même genre dans dans la sélection à l’université (dans un programme sélectif). Quand on sélectionne des étudiant-e-s pour entrer dans un programme, on utilise de l’information a priori (notes passées, origine et parcours de l’étudiant-e, recommandations  etc). Il y a cette procédure à l’entrée, mais il y a aussi (souvent) une procédure semblable pour passer à l’année supérieure. Autant la première est essentiellement basée sur de l’information a priori (on ne connaît pas l’étudiant-e, sauf dans le cas de concours spécifiques, comme pour les grandes écoles), la seconde sélection, elle, utilise de l’information disponible  a posteriori (les notes obtenues pendant l’année).

Il existe une grosse hypocrisie en France, qui consiste à croire qu’il n’y a pas de sélection à l’université (même s’il y en a probablement moins en France qu’ailleurs, comme au Canada où il y a aussi les bourses au mérite, signal important s’il en est).  Car il y en a. Certes, elle n’est pas visible car elle n’est pas ex-ante, mais la sélection ex-post existe, et elle est importante ! C’est en tous cas la réflexion que je me faisais ces derniers jours, alors que j’étais président de jury de baccalauréat, dans l’académie de Rennes. Oui, comme il s’agit officiellement du premier diplôme universitaire, le baccalauréat est toujours présidé par un universitaire, comme indiqué sur le diplôme (pour une fois qu’une utilité nous est reconnue, évitons de cracher dessus…). Et j’ai vu des pratiques qui m’ont déconcertées parce que ce n’est pas faire un cadeau à un élève que du lui accorder quelques points supplémentaires pour passer de la catégorie admissible à celle d’admis. Par exemple, à la faculté de Sciences Economiques, de Rennes, on a les statistiques suivantes pour la première année de licence éco-gestion: sur la période 2009-2013, le taux de réussite en fin de L1 est de 45,6%. Si je regarde par série de bac, en excluant les bac pro (7% de réussite), les STMG (12% de réussite) et autres, on observe, en moyenne

  • 55,6% de réussite pour un bac S
  • 48,4% de réussite pour un bac ES

Mais plus intéressant, l’importance de la mention,

  • 23,4% de réussite en première année pour un bac ES sans mention,
  • 39,2% de réussite en première année pour un bac S sans mention,
  • 60,4% de réussite en première année pour un bac ES avec mention “Assez Bien”
  • 74,0% de réussite en première année pour un bac S avec mention “Assez Bien”

Bref, quand je voyais qu’on donnait le bac à des étudiant-e-s avec à peine 10 de moyenne, je me demandais si c’était vraiment un cadeau… Je ne sais pas si cet-te étudiant-e veut rejoindre l’université, mais je me disais que parmi toutes les personnes qui auraient le bac avec une moyenne inférieure à 12, une grande majorité (76%) souffrirait intensément l’an prochain… Certes, elle entrera à l’université car aucune sélection ex-ante n’est oppérée, mais elle aurait du mal à être sélectionnée en L2, où une sélection ex-post importante existe, comme en témoignent les statistiques. N’est-ce pas hypocrite d’avoir une sélection ex-ante de 100% des élèves, puis ex-post de 23% ? Alors que la plupart des écoles affichent des statistiques inversées ? Ce qui évite probablement à certain-e-s étudiant-e-s d’éviter de perdre un ou deux ans…


3 thoughts on “La tarification en assurance, et la sélection à l’université”

  1. Le bac n’est effectivement plus un outil de sélection, et la sélection se fait concrètement après la première année de l’université, de façon tacite. Je suis d’accord avec ce constat.

    Mais que proposer aux élèves non sélectionnés à l’université ? Un redoublement de la terminale est-il utile ? Je pense qu’il s’agit davantage de problématiques liées aux méthodes de travail et/ou de fondamentaux, choses que l’on ne voit pas en terminale.

    Une année L0 serait la solution ?

    1. je ne sais pas… Mais je ne comprends cette pseudo logique du LMD. En Amérique du Nord, après le “High School” (souvent traduit comme “lycée”), et avant d’attaquer un “Bachelor” (que l’on pourrait traduire “baccalauréat”), il y a le collègue… A vouloir simplifier les diplômes (en créant juste la Licence et la Maîtrise), on limite les voies de sortie… Après, un autre outil fondamental est l’orientation. Il serait bon que les étudiants réfléchissent un peu plus tôt à ce qu’ils veulent faire (ou ne pas faire) de leur vie…

      J’ai l’impression que cette histoire du “quid de ceux qui n’ont rien” est un faux débat. La nature a horreur du vide, et je pense qu’un équilibre va être obtenu, peut être très différent de celui que l’on connaît actuellement….

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.