Chercher, et bloguer

Je vais tenter de poursuivre la discussion amorcée dans un précédant billet, intitulé enseigner, et bloguer. Car je suis à la fois enseignant et chercheur. Et comme tous les universitaires, je suis tiraillé entre ces deux activités

(comme je m’en suis expliqué à plusieurs reprises, j’en suis ravi, cela crée une espèce de balance, cf. /1240 par exemple, il y a quelques mois). Mais à ces deux activités s’ajoute l’activité de blogger. Ou peut-être pas, en fait. Car c’est peut-être là l’erreur de raisonnement (qui fait qu’à plusieurs reprises – depuis plusieurs années – on me demande comment j’ai le temps de tout faire): autant enseigner et chercher sont – je pense – deux activités relativement disjointes (j’enseigne finalement assez peu mes thèmes de recherche), autant – comme j’essayais de le montrer dans mon précédant billet – bloguer s’insère dans ces deux activités.

Par exemple, l’autre jour, j’avais besoin d’un test de comparaison de quantiles (sur plusieurs échantillons), alors que je travaillais sur un papier de recherche. Malheureusement, ce n’est pas un problème standard (la plupart des textbook de statistique n’évoquent pas le sujet). J’ai ouvert mon cahier, et j’ai pris des notes, de choses trouvées dans divers papiers (le principal ayant été publié cette année…). Puis quand j’ai commencé à coder (c’était un peu le but), j’ai fermé mon cahier, et j’ai commencé à écrire un billet sur le blog (qui sera bientôt en ligne, sur /4199). Une raison un peu personnelle est que cela me permet de garder une trace de ce code, et de clarifier un peu ce que j’ai pu glaner et lire (j’ai des milliers de fichiers de codes sur mon ordinateur, et j’avoue m’y perdre un peu). Une autre raison est que, quitte à passer une journée, autant rentabiliser ma “journée recherche” (oui, je réserve certaines de mes journées à la recherche, en me coupant un peu des activités administratives, et de la préparation de mes cours) un produisant du contenu publié (sous une forme moins conventionnelle et reconnue qu’une publication, mais en l’occurrence, mon gribouillage ne méritait pas un article académique). Rentabiliser n’est peut-être pas le mot correct toutefois. Mais il présente l’avantage de traduire le fait que mon employeur (et divers organismes subventionnaires) me payent pour produire de la recherche Ce qui signifie que je dois certes chercher, mais aussi transmettre, à un moment ou à un autre. Je n’apporte peut-être pas quelque chose de très novateur (au sens où je me suis contenté d’aller chercher des articles théoriques qui se penchaient sur un problème semblable, je l’ai codé, et j’ai tenté de l”illustrer). Mais… c’est un peu le processus de l’activité de recherche ça, non ?

En fait, à mes yeux, la grande différence entre ce que je publie sur mon blog et ce que je publie (ou que je tente – souvent désespérément – de faire publier) dans des revues académiques, c’est que j’estime que ce que je publie ici n’a pas la prétention d’une publication académique. Au sens où je ne perdrais pas de temps à essayer de faire croire que je vais révolutionner le monde (comme on doit tous essayer de le faire dans un article académique). Pour exprimer le fond de ma pensée, je ne me battrais pas pour qu’un billet de blog soit cité dans une revue académique. Si quelqu’un utilise mes codes dans un article de recherche, je trouve légitime d’avoir un citation (sinon je pense qu’on peut parler de plagiat) mais je ne me battrais pas sur ce terrain car je pense le combat vain. Soyons lucide: si j’ai vraiment l’impression qu’un billet mérite plus, j’en ferais une version que je mettrais en ligne sur arxiv.org.  Cela dit,  dit, arxiv est à peine mieux qu’un blog: on ne peut – malheureusement – pas de contenter de publier en ligne sur arxiv . Souvenez-vous (ça vous est arrivé forcément un jour ou l’autre): comme tout le monde, vous lisez un article sur arxiv  (ou sur n’importe quel site de dépot de preprints, comme hal ou ssrn) et vous le citez, dans un article que vous soumettez. Si l’article est accepté, lors de la relecture, on vous demande “et cet article il n’a pas été publié depuis ?“. Et comme tout le monde, vous mettez à jour la référence, en citant la version publiée. Sans vraiment le lire (à la rigueur, on vérifie que le théorème 2.4 porte toujours le même nom… si on est plus courageux, que les hypothèses mentionnées n’ont pas changé depuis). Oui, sur ce point, le monde des l’édition est d’une hypocrisie infinie. Dans un monde idéal, les blog et les preprints seraient cités, mais on ne vit pas dans le monde des Bisounours (ou Calinours comme on dit à l’ouest de l’océan Atlantique, c’était la minute culturelle du billet)…

Mais je m’égare. La différence fondamentale est qu’un billet n’est qu’une ébauche d’article. Je m’autorise à mettre en ligne des morceaux de réflexions non abouties, sans véritable conclusion. Bref, mon blog est un carnet. Un carnet de recherche, et d’enseignement (c’est probablement pour cela que j’ai été ravi de le publier sur la plateforme hypotheses.org qui propose de publier des carnets de recherche, avec en plus un conseil scientifique). Je renvois aux (nombreux) billets de Mélodie Faury qui a beaucoup écrit – sur son blog infusoir.hypotheses.org sur l’utilité des carnets de recherche, à plusieurs billets de  parus sur reflexivites.hypotheses.org ou de  sur penseedudiscours.hypotheses.org, ou à l’incroyable blog blog.homo-numericus.net tenu par Marin Dacos et Pierre Mounier.

Tous ceux qui m’ont côtoyé ces dernières années le savent: je remplis des carnets. Des carnets à la fois de recherche, et d’enseignement.

http://freakonometrics.hypotheses.org/files/2013/03/Capture-d%E2%80%99e%CC%81cran-2013-03-08-a%CC%80-09.52.30-1024x647.png

(au risque de tuer un mythe, un chercheur 2.0 ça peut être ça: pas de téléphone cellulaire et un cahier pour faire des dessins)

Mais ces cahiers ne permettent de garder des traces que de réflexions, de lectures, de théorèmes, de notes prises pendant des exposés, mais pas de codes informatiques, peu d’algorithmes. Bref, le blog m’apporte un complément important à mes cahiers papiers. L’autre principale différence est que le blog est public, et mes cahiers (relativement) privés. Et le monde de la recherche ayant sa part de secrets et de mystères, j’avoue ne pas publier exactement c de billets exactement sur mes thèmes de recherche. Dans le billet sur les quantiles mentionné auparavant, je prends une illustration sur des séries de température, mais le papier de recherche (sur lequel je travaillais lorsque les questions sont apparus) porte sur un tout autre sujet. Oui, compte tenu de l’esprit de concurrence qui existe dans le milieu de la recherche, il convient de garder une part de secret. Mais on peut rester confidentiel sur ses activités de recherche tout en communiquant…

L’autre intérêt d’un blog est qu’il va plus loin qu’un carnet: si je recopie un article dans mon cahier, c’est une activité de recherche. Si je le recopie sur mon blog, c’est du plagiat. En fait, le blog oblige à restituer avec ses propres mots des choses lues ici ou là. Car il serait temps de l’avouer: si on blogue en tant qu’enseignant, on blogue pour ses élèves; alors que si on blogue en tant que chercheur, on blogue avant tout pour soi. Quand Djalil publie un billet intitulé Euclidean kernel random matrices in high dimension sur son (superbe) blog djalil.chafai.net, il ne blogue pour 100,000 lecteur. Enfin, je pense. Et lorsque je blogue sur des sujets pointus, je blogue pour moi. Pour me forcer à assimiler des notions, et à les réécrire. J’ai presque envie de dire que les lecteurs, je m’en fous: s’il y a des gens intéressés par mes billets, c’est tant mieux, mais si personne ne lit mes billets “de recherche”, ça ne changera pas grand chose…

Maintenant, pour revenir sur la confidentialité, si elle est de mise tant que le papier n’est pas fini, il convient de noter qu’une fois le papier fini, c’est le contraire: il faut le faire savoir, haut et fort. Et là aussi, je dois avouer que le blog a de grandes vertus. Il donne une exposition incroyable,et permet de faire connaître ses travaux. Par exemple, en 6 semaines, 710 ont lu l’article sur la température à Montréal sur  mon blog /2909. Sans compter ceux qui ont lu la version reprise par les agrégateurs, comme r-bloggers.com/… ou architects.dzone.com/… (plus de 1300 personnes l’ont vu sur ce dernier) ou via un flux RSS. Mais en plus des billets sur mon blog, j’ai l’impression que mes articles académiques sont aussi beaucoup consultés (dans un moindre mesure, bien sûr !). Je suis toujours surpris par mon h-index, qui me semble plus élevés que beaucoup de chercheurs biens meilleurs que moi. Et je pense que le blog aide. Je pense que des papiers sont cités par beaucoup de monde parce qu’ils apparaissent tôt dans les recherches sur Google, mes blogs ayant tous été très bien référencés. Une étude (http://arxiv.org/0212043 mentionnée sur http://washingtonmonthly.com/…) disait que les articles cités étaient souvent peu lus, et effectivement, pour être cité, il suffit d’être bien référencé. Aussi, alors que j’ai longtemps cru que tenir un blog actif était contre-productif pour mes activités de recherche (et effectivement, le temps passé à écrire dans le blog se fait parfois au détriment d’autres taches) j’en suis de moins en moins convaincu. Je pense que des papiers ont été cités parce qu’ils sont mentionnés sur le blog. Soit parce j’y mets les textes en ligne (même si je n’en avais pas vraiment le droit), soit parce qu’ils étaient – juste – bien référencés, soit – en étant moins cynique – parce que pour certains papiers, je mets de codes en ligne pour mettre en œuvre les techniques proposées (je pense au papier sur le lissage spatial, /2416, ou tous les billets qui ont entouré celui sur la modélisation de la canicule d’août 2003, tag/heatwave).

Je me suis aussi rendu compte que j’ai gagné du temps dans des papiers car j’aboutissais sur des concepts connexes que j’avais pu aborder sur mon blog (souvent pour m’amuser). Par exemple, dans nos travaux sur les tremblements de terres avec Mathieu, on manipule des shapefiles (/tag/binar). Et je suis très content d’avoir joué un temps sur mon blog sur des problèmes de pistolets à eaux, qui m’ont permis de manipuler certaines fonctions sur les polygones, cf /tag/water. Enfin, plusieurs invitations à des séminaires de rechercher ou des conférences académiques ont été faites parce que le blog donne une relative notoriété, et visibilité.

Histoire de conclure en faisant une boucle, mon billet sur l’enseignement (et l’activité de blogger) venait d’une demande spécifique de Robin. Or Robin avait fait parti d’un projet génial, à savoir le blog statisfaction.wordpress.com lancé il y a quelques années par des doctorants (et post-doctorants) en statistique, sur Paris. L’idée était géniale car elle leur donnait une visibilité incroyable dans la communauté scientifique, avec des informations sur les séminaires, les cours, et leurs activités de recherche. Il n’est pas étonnant de voir autant de blogs scientifiques tenus pas des doctorants – ou lancés alors qu’ils étaient doctorants – je pense par exemple à Corey à Montréal, bayesianbiologist.com ou a plusieurs blogs d’économie, comme le défunt (ou disons resté très longtemps inactif) ecopublix.eu ou mafeco.fr, par Emmeline et  Jean-Edouard, ou encore rationalitelimitee.wordpress.fr lancé par Cyril quand il était encore doctorant. Les doctorants étant les principaux producteurs de recherche, il est logique de les voir apparaître aussi clairement dans la communauté des bloggers tenant des blogs de recherche (pour ne pas dire des carnets de recherche).

Mais bon, il serait temps de clôturer la séries des billets bloguer, c’est génial (surtout que je me rend compte que mon billet part un peu dans tous les sens, et n’a pas la profondeur d’analyse que l’ont peut retrouver dans les blogs d’ hypotheses.org mentionnés auparavant) La prochaine fois, promis, un billet sur bloguer, c’est nul !


4 thoughts on “Chercher, et bloguer”

  1. Merci du billet. Je n’ai jamais su bien expliquer à quoi servait mon blog, ni s’il me “bouffait” du temps ou pas. Et comme j’essaie d’en dire deux mots dans mon mémoire d’habilitation (car je ne vois pas comment ne pas en parler), je suis bien embêté… Donc ton billet m’aide !

  2. C’est rigolo, ton second schéma indiquant la répartition du temps entre tes trois activités. Les choses ne sont pas anodines… ou pas. N’empêche que tu as mis l’activité de bloggeur au centre. Tu aurais très bien pu représenter cette activité sur un anneau à l’extérieur ! Considères-tu que ton activité de boggleur est au centre de tes activités ? Le schema que je te “propose” la met à la périphérie ! Voilà juste un commentaire sur la production de graphiques… Je comprends mieux comment tu arrives à tout concilier… sauf que je serais incapable d’en faire autant. Alors, chapeau bas.

    1. C’est sournois ce commentaire ! Bon, ma première réponse serait de dire que la fonction pie() centre le graphique sur (0,0), c’est donc le plus naturellement du monde que j’ai centré mon disque sur la même valeur. Maintenant, la question n’est reste pas moins pertinente… Pour la recherche, non, le blog est relativement déconnecté je pense. Par contre, pour l’enseignement j’ai des doutes… Je sais que j’enseigne certaines choses car je suis capable de les programmer, et de produire des représentations visuelles convaincantes (de mon point de vue). Donc c’est possible qu’une part de mes cours soient influencés par ce que je peux coder (mes cours sont de plus en plus “computationnels” je trouve). Je sais aussi qu’il y a des choses que j’ai découvertes au cours de la rédaction d’un billet, en me disant “tiens, je pourrais en parler en cours, c’est marrant comme résultat (ou comme application)”. Mais je pense que tu as raison, je reste un blogueur périphérique, comparé à certains blogueurs qui ne semble vivre que pour ça ! Enfin, je parle de mon blog professionnel là ! Comme tu le sais, c’est le blog des enfants qui est vraiment au centre de ma vie 🙂

Leave a Reply to Christian Cancel reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.