Enseigner, et bloguer

Petite introspection aujourd’hui, à la demande de Robin (et en français, car je pense que j’aurais déjà du mal dans une langue que je maitrise). Je n’ai jamais été très doué pour ce genre d’exercice, et je ne pense avoir aucune légitimité en la matière, mais si Robin me demande, je ne vois pas pourquoi refuser. La question était (je me permets de citer) “je me demandais si tu avais écris un billet “meta” sur ton utilisation du blog pour l’enseignement. Si non, ce serait très intéressant que tu en écrives un quand tu auras le temps” (Robin évoque ce point pour introduire son dernier billet, sur  http://robinryder.wordpress.com). Comme je n’ai publié aucun billet répondant à la question, je me lance.

Tout d’abord, mon blog n’est pas un blog de chercheur (comme peuvent l’être celui de Xi’an http://xianblog.wordpress.com/ ou de Djalil, http://djalil.chafai.net/blog/) pas un blog de point de vue sur l’enseignement supérieur et la recherche (comme celui de David http://david.monniaux.free.fr/, ou de Tom Roud http://tomroud.cafe-sciences.org/), pas un blog d’enseignement (euh, je ne sais pas s’il y en a, pour être sincère, ou alors je mettrais le blog improbable de Terry Tao, http://terrytao.wordpress.com/ mais ce qui est de l’enseignement pour lui ressemble à de la recherche pointue et novatrice….), ce n’est rien de tout ça. Ou c’est tout ça à la fois (et je crois que j’en tire une certaine fierté). Mais le fait est que ce blog (ou sa version primitive, https://blogperso.univ-rennes1.fr/arthur.charpentier/) est né via l’enseignement. Peut-être devrais-je revenir un peu en arrière, avant de faire un bilan après… bientôt cinq ans en tant que “blogger académique“.

  • la vie d’enseignant avant le blog

Oui, fut un temps ou j’enseignais sans tenir de blog en parallèle. Enfin, presque. Mon premier cours a été mon cours séries temporelles, théorie et applications aux masters Actuariat et Mathématiques de la Décision, en janvier 2002, à Dauphine.  Je m’en souviens, tout d’abord  car tous les profs se souviennent – je pense – de leur premier cours. Aussi parce qu’à l’époque je travaillais dans le privé comme on dit, et enseigner a été une révélation. Enfin, parce que ce cours aura été (je pense) à l’image de tous mes autres cours: j’étais enthousiaste, je préparais mes cours au dernier moment (en l’occurence, on m’a demandé avant les vacances de Noel si je pouvais assurer un cours de cinquième année au pied levé, au retour des vacances), et je me suis rendu compte que je ne pourrais jamais tout raconter dans un cours, et que je serais toujours affreusement brouillon.

A l’époque, je tapais des documents que je remettais toutes les semaines, qui ont pris la forme de notes de cours quelques années plus tard (qui sont d’ailleurs toujours en ligne sur le site http://193.51.89.161/st/, et que des générations d’étudiants auront cité, à mon grand étonnement). Et sur ma “page internet“, je mettais des liens pour aller plus loin, des liens vers des bases de données, etc. C’était le début d’internet, et on pouvait faire ce qu’on voulait. Je crois qu’à une époque, j’avais même mis une version pirate d’EViews sur la page, pour que les élèves l’installent sur leur PC. Bref, dès mon premier cours, je me souviens avoir pensé que le cours ne s’arrêterait pas aux trois heures de cours magistral, mais il me manquait un support informatique digne de nom.

Je me souviens aussi, pour mon cours de Chaines de Markov, avoir mis sur ma page perso (hébergé alors sur http://crest.fr/) des vidéos que j’utilisais dans mon cours pour montrer la convergence vers la loi limite. Là aussi, je m’étais dit que le polycopié de cours en pdf était un peu dépassé, qu’il manquait les animations que l’on pouvait mettre en ligne pour accompagner un cours (d’un point de vue technique, je suis constamment surpris d’ailleurs qu’on ne puisse insérer un gif animé dans un fichier pdf).

  • la vie d’enseignant qui découvre le blog

En 2008, j’ai rejoint Rennes 1, et le service informatique à l’époque poussait à créer des blogs, plus vivants que des pages persos. Sans être convaincu, je me suis lancé dans l’expérience. Si je n’y voyais aucun intérêt pour la recherche, je me souviens m’être dit que ce support pourrait justement me permettre d’éviter les pages statiques et brouillonnes que je pouvais avoir (je renvoie à la page de mon cours de séries temporelles, qui est encore en ligne sur cf http://193.51.89.161/st/).

Ma première motivation était de pouvoir mettre en ligne, après chaque cours, transparents, codes, bases de données, liens vers des ressources supplémentaires (en particulier je pouvais insister sur les aspects computationnels, que je ne peux aborder en cours, faute de temps, et souvent parce que ce n;est pas l’objet du cours). Bref, avoir sous le coude une espèce de carnet de route du cours. Et c’est comme ça que je voyais le blog, comme un carnet d’enseignant. En plus, j’ai longtemps eu tendance à improviser les cours en classe, au grès du vent, en navigant du tableau blanc à R, constamment ouvert pour illustrer tel ou tel point (je dois avouer que c’est à Bernard Ycart que j’ai emprunté le style, sans jamais réussir à l’égaler).

Ensuite, je me suis rendu compte que cela permettait d’éviter un problème qui m’agaçait depuis mon premier cours: beaucoup d’élèves n’osent pas prendre la parole en cours (ce que je comprends parfaitement, l’idée n’est aucunement de leur jeter la pierre), et un certain nombre venaient me voir à la pause, ou après le cours, pour me poser des questions. Pour les questions à la pause (je continue à fonctionner de cette manière), je les retiens, et je réponds collectivement lorsque le cours reprend, en partant du principe que si un élève ose poser une question, c’est que cinq se la posent aussi sans oser venir me voir. Donc la réponse intéresse tout le monde. Par contre, pour les questions de fin de cours, je trouvais que le blog permettait de répondre à ces questions, qui parfois étaient connexes à la matière vue en cours (je fais assez de digressions dans mon cours, inutile de rajouter de l’huile sur le feu).

Bref, le blog a permis de mettre en place une espèce de forum: quand je postais un billet, les élèves poursuivaient via les commentaires, ou par courriel pour les moins courageux, et le blog est devenu une espèce de forum. Avec le recul, je pense que cela tenait de l’incroyable dynamisme des étudiants que j’ai eu au master statistique et économétrie de Rennes, qui m’ont permis d’avoir un blog à la fois académique, mais un peu décalé, qui n’essayait pas de se prendre au sérieux. Je pense que si je suis devenu accro à mon blog, c’est à cause de cette promotion d’étudiants, qui arrivaient au début du master, en même temps que je prenais possession de mon poste à Rennes.

Avec un peu de recul, je pense qu’il fallait une sacré dose de naïveté pour penser que seuls les étudiants (et les copains) passeraient voir le blog. Car il y a une grande différence entre un forum lié à un cours et un blog ouvert sur le monde. Oui, il faut etre soit mégalo pour tenir un blog, soit oublier que le blog sera lu par plus de 60 utilisateurs (ce que j’appelais de la naïveté). Je me souviens que ça a été un choc de me rendre compte que le nombre de visiteurs n’était pas les 60 étudiants inscrits à mes cours, mais quelques centaines de millers de personnes, après quelques mois d’utilisation, que je ne connaissais pas.

Pour ceux qui veulent savoir dans quelle catégorie je suis, entre le mégalo et le naïf (car j’ai perdu ma naïveté) j’en rajouterais une troisième: il suffit d’être un vieil ours des cavernes, qui se contente de tenir un carnet de route de ses cours, tout en le mettant en accès ouvert, en espérant que ca aide quelqu’un, un jour.

  • un petit bilan avec plus de recul

Qu’en est-il avec cinq ans de recul ? J’avoue que je ne sais pas… Je ne sais pas si le blog est devenu trop sérieux, trop institutionnel (j’évite pourtant de le mettre dans les classements pour éviter de lui faire prendre plus d’importance qu’il ne mérite d’en avoir). J’ai aussi changé de type d’étudiants: en France, je n’ai jamais fait de cours en licence par exemple alors que je fais essentiellement des cours undergraduate à Montréal (mais c’est très lié aux différences fondamentales entre l’actuariat en Amérique du Nord et en Europe, il faudrait un billet entier sur le sujet). Mais force est de constater que ce n’est plus pareil…

L’enthousiasme que j’avais ressenti à Rennes a disparu. A la fin de la session d’automne, des élèves m’ont reproché de bloguer, et de ne pas utiliser moodle (“comme tous les profs“) et j’avoue ne pas avoir compris ce que cela signifiait.

Le dernier élève a avoir posté des commentaires sur le blog, je vais finir par lui proposer de l’encadrer pour son stage de maitrise… A croire que les étudiants sont intimidés par le blog. Cela dit, là encore je ne jetterais la pierre à personne car j’évite autant que possible de poster des commentaires sur les blogs des autres, essentiellement car je n’ai pas la main dessus. Je veux pouvoir effacer mes messages si j’en ai envie. Mais je suis surpris que les seules personnes qui me contactent par email (et ils sont nombreux) ne soient pas mes élèves…

Mais je m’égare. En fait, je tenais à dire qu’avec la migration de mon blog, je me pose beaucoup de questions sur le blog (surtout que Martin a transféré les messages en les mettant tous en pending: je dois rouvrir les billets pour demander à les remettre en ligne). A plusieurs reprises, je me suis demandé si je devais remettre en ligne des vieux billets de cours: le cours est fini, le billet n’intéresse (peut-être) plus personne. Je dois avouer que j’ai remis en ligne plusieurs vieux billets, pour une raison très simple: j’ai beau vieillir, les étudiants, eux, ne vieillissent pas, et me posent les mêmes questions que les étudiants qui avaient suivi le cours une ou deux sessions auparavant. Pour le cours que je donne cette session, il y a les billets que je mets en ligne, régulièrement, mais en plus, j’ai décidé, de rajouter avec le même code les billets passés. En fait – pour faire une petite remarque technique – je classais avant mes billets par un code cours-année. Je me rends compte que l’année ne sert à rien. Mieux vaut avoir une accumulation de billet pour un même cours.

Cela dit, ça semble perturber les étudiants. Là encore, je les comprends: comment s’y retrouver quand un prof demande de fouiller – mon fameux “va voir sur le blog, j’ai fait un billet sur le sujet au printemps 2009” – dans un blog avec plus de 1000 billets ? Ça peut intimider. Peut-être autant que la première fois que j’ai mis les pieds à la bibliothèque de maths de Jussieu (à l’époque) à Paris: on ne sais pas comment s’y retrouver. Ça prend du temps, et à la longue, on finit par s’y sentir comme chez soi, et par s’y retrouver. Et je pense que c’est pareil avec le blog. Il faut comprendre comment naviguer, entre les tags, les catégories, les pages.

Je me rends compte que mon billet a été plus long que prévu. Et que je ne crois pas avoir réussi à conclure. Je ne sais pas si bloguer sert à mes étudiants (si je ne blogue pas pour mes élèves, les courriels que je reçois me laissent croire que je blogue pour d’autres). Ce qui est clair, c’est que personnellement, bloguer me sert à préparer un cours, ça me permet de mieux m’organiser (c’est d’ailleurs un point que notait Simon dans son billet sur le sujet http://blogs.lse.ac.uk/impactofsocialsciences/…), de me laisser de la place pour ce que je n’ai pas le temps de faire au tableau (car oui, auparavant, je voulais tout dire au tableau, quitte à saturer les élèves). Mon blog, c’est la version électronique de mes cahiers, où je note tout. Je me souviens de tout ce que j’ai pu taper depuis 5 ans (je me souviens avoir été impressionné qu’Andrew Gelman se souvienne de billets écrits plusieurs mois auparavant sur son blog http://andrewgelman.com/, mais je dois avouer, avec le recul, qu’effectivement, on s’en souvient), et je sais que je peux y retrouver des choses, quand j’en ai besoin, pour un cours, par exemple. Maintenant, c’est vrai que c’est bordélique. Mais ceux qui trouvent mon blog mal rangé devraient un jour entrer dans mon bureau, ils changeraient d’avis !


12 thoughts on “Enseigner, et bloguer”

  1. Pingback: Essai | Pearltrees
  2. Le blog comme le bureau à Rennes : un bordel organisé ? J’ai eu la chance de suivre votre cours d’introduction à l’économétrie linéaire en 2010 et je dois dire sans votre blog, notre apprentissage eut été plus douloureux, moins marrant et donc plus long.
    Le contenu était dense mais au moins “y avait du rythme et on s’emmerdait pas”. Les illustrations pertinentes et les exemples bien choisis : vos 4 feutres de couleurs n’ont pas manqué de nous éclairer à maintes reprises. Ce cours réside dans un coin de mémoire parmi mes meilleurs souvenirs de l’université.

  3. Si il fallait encore le dire, bravo pour votre blog. Surtout, ne supprimez pas les vieux billets de cours, cela sert toujours à quelqu’un un moment ou un autre.

    Sinon, j’adore votre section somewhere else, je l’attends toutes les semaines.

      1. Je ne laisse pas de commentaires d’habitudes sur les blogs que je visite, mais je pense que cela en vaut la peine pour cette fois… Votre blog est utile et sert à l’enseignement, à la recherche, au loisir…
        Je suis tombé dessus par hasard, lorsque je cherchais des notions en maths ou en statistiques pour mon travail. Étant donné que j’aimais la présentation, j’y revenais assez souvent! Aujourd’hui, je suis un de vos étudiants et votre blog me sert de loisir, mais aussi à vous trouver, lol! Je confirme votre dernière phrase. À ++

  4. et pour répondre à une question postée dans ma boîte électronique par Simon, oui, “computationnel” est un mot qui existe en français, cf. http://www.le-dictionnaire.com/definition.php?mot=computationnel
    Il vient du terme “computation” signifiant “Calcul, évaluation” cf http://www.cnrtl.fr/definition/computation ou http://littre.reverso.net/dictionnaire-francais (qui d’ailleurs se retrouve dans le Littré, de 1870, http://artflx.uchicago.edu/cgi-bin/dicos//pubdico1look.pl?strippedhw=computation ). Bref, le terme anglais “computational” a un pendant français, et je compte bien l’utiliser…

  5. Juste un grand merci Arthur,
    ton blog, et avant ton site, je le le consulte depuis pratiquement le début(lorsqu’il y avait un chat… LOL)
    Et j’ai eu la chance de d’avoir comme enseignant! un bonheur…

  6. Intéressant, ce billet (comme beaucoup d’autres à toi). Je me suis toujours demandé comment tu arrivais à trouver le temps d’écrire tout cela. Tu y réponds en partie quand tu dis que cela te sert à préparer les cours ou pour des aspects post-cours. Mais cela ne constitue pas tous les billets que tu écris.
    Pour ma part, j’utilise la plate-forme d’apprentissage en ligne proposée par mon université, en ne restreignant l’accès qu’aux étudiants inscrits à un de mes cours. Question de caractère ? mais peut-être plus simplement parce que j’ai beaucoup moins de choses à raconter que toi.

  7. Tout à fait d’accord avec Giuliano, votre blog est et a été d’une aide précieuse dans mon apprentissage. Je ne suis certes pas un de vos étudiants mais les questions que se posent vos élèves sont les questions que se posent en réalité des centaines d’autres étudiants. Bref, encore merci pour votre travail !

    P.S : A quand une réédition du tome 2 de votre livre sur les mathématiques de l’assurance non vie ?

    1. Merci. Le Tome 2 est épuisé ? Economica ne nous en a pas reparlé. En tous les cas, ce n’est pas d’actualité. Et j’ai peur que s’ils nous lancent sur le sujet, je n’en profite pour rajouter plein de chose, que l’on avait du mal à faire à l’époque. Plusieurs chapitres mériteraient aussi une refonte. Mais il faut le remettre dans le contexte: quand on s’est lancé dans l’aventure, en 2004 (de mémoire), c’est parce qu’il n’y avait rien comme livre qui nous correspondait. Depuis, plein de livres sont sortis, comme celui de Mario sur le provisionnement (la bible), ou de Piet sur les GLM, ou encore le livre de Michel exclusivement sur la modélisation de la fréquence. De mon coté, je prépare un livre pour la rentrée sur les aspects programmations en actuariat. Bref, au lieu de revoir ce livre, peut-être faudra-t-il se contenter d’aller en voir d’autre…
      Merci en tous cas pour les encouragements, ça fait toujours plaisir.

  8. Une chose est certaine : votre blogue est d’une aide très précieuse pour les étudiants en statistique ou les utilisateurs de R, du monde entier. Merci beaucoup !

Leave a Reply to Giuliano Cancel reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.