Arrêtez donc vos singeries !

Tout le monde connaît l’expérience où l’on compare les gains financiers obtenus par un traders expérimenté et un singe. Même si beaucoup de sites évoquent “la célèbre expérience“, je n ’en ai pas trouvé beaucoup – en France – qui donnent une référénce claire. Cette expérience  était née d’une théorie de Burton Malkiel dans son livre a random walk down wall street, qui affirmait “a blindfolded monkey throwing darts at a newspaper’s financial pages could select a portfolio that would do just as well as one carefully selected by experts“. En 1988, le Wall Street Journal a pris Burton Malkiel au mot, et a tenté l’expérience.Mais ils n’utilisèrent pas des singes, et ce furent des journalistes qui tiraient au hasard les actions sur lesquelles ils investiraient (alors que parallèlement, les mêmes sommes étaient confiées à des vrais inverstisseurs). Après 6 mois d’expérience, ils firent le bilan. “On October 7, 1998 the Journal presented the results of the 100th dartboard contest. So who won the most contests and by how much? The pros won 61 of the 100 contests versus the darts. That’s better than the 50% that would be expected in an efficient market. On the other hand, the pros losing 39% of the time to a bunch of darts certainly could be viewed as somewhat of an embarrassment for the pros. Additionally, the performance of the pros versus the Dow Jones Industrial Average was less impressive. The pros barely edged the DJIA by a margin of 51 to 49 contests. In other words, simply investing passively in the Dow, an investor would have beaten the picks of the pros in roughly half the contests (that is, without even considering transactions costs or taxes for taxable investors). The pro’s picks look more impressive when the actual returns of their stocks are compared with the dartboard and DJIA returns. The pros average gain was 10.8% versus 4.5% for the darts and 6.8% for the DJIA.” Il semble que l’Expansion en France ait aussi voulu tenter l’expérience.

La conclusion de cette expérience est qu’en moyenne, il est dur de battre le hasard ! Une autre conclusion peut aussi être qu’en mettant 500 singes dans une salle de marchés, au bout d’un certain temps on peut en trouver un qui sera aussi riche que Georges Soros, comme le disait Jean-Philippe Bouchaud. On peut parler de grandes déviations éventuellement…
Cette histoire peut prêter à sourire, effectivement, mais un think tank plutôt conservateur outre atlantique (le National Center for Public Policy Research) envisage de faire la même chose pour prédire les ouragans: au lieu d’écouter les climatologues, ils envisagent de faire appel à un singe (comme mentionné ici ou ).  Même si les prévisions des chercheurs ne sont pas toujours très fiables (en particulier sur les catastrophes comme les séismes ou les ouragants), elles reposent sur des éléments rationnels, avec souvent des intervalles de confiance…. Oui, je suis le premier à râler quand Météo France prévoit un beau week end et qu’au final il pleut, mais je suis agacé parces démagogues qui critiquent le travail des scientifiques (surtout qu’en l’occurence, je pense que le NCPPR confond  météo et climat, mais c’est un autre débat). Il y a un an, la communauté scientifique essayait de faire comprendre qu’elle n’était pas un parasite, voilà que maintenant il faut que l’on se batte pour faire comprendre qu’on fait des choses qu’un chimpanzé ne saurait pas faire ! On est décidément tombé bien bas…