Un peu de terminologie statistique

Suite à quelques questions (anodines) posées au fil du cours de statistique, je prends 5 minutes pour refaire le point sur les abréviations qui me semblent classiques, mais qui le ne sont peut-être pas (car je n’ai pas l’habitude d’enseigner en deuxième année, pour ceux qui en doutaient encore).

Tout d’abord des locutions latines. Par exemple i.e. n’est pas Internet Explorer mais vient du latin id est et signifie donc c’est-à-dire. Parmi les petites locutions proches, e.g. vient du latin exempli gratia, et signifie littéralement par la grâce de l’exemple mais on retiendra que cela signifie par exemple.

A l’occasion, il m’arrive d’utiliser ca qui est une abréviation du latin circa, signifiant environ.Et quid signifie en latin quoi. Sinon dans les textbook, q.e.d. vient du latin quod erat demonstrandum, que l’on traduit souvent par ce qu’il fallait démontrer, ou cqfd. Enfin, vs est une contraction du latin versus signifiant comparé à. Bon, je pense avoir fait le tour pour les expressions latines.

Du côté des lettres grecques couramment utilisées en statistique, α i.e. alpha, et β i.e. beta, que l’on verra apparaître dans les erreurs de tests statistiques. Γ est une fonction qu’il pourrait être utile d’utiliser dans les calculs d’intégrales (correspondant à une généralisation de la factorielle). δ i.e. delta, apparaît dans la notation de la masse de Dirac. ε i.e. epsilon que l’on retrouve un peu partout en analyse pour dénoter une constante qui peut être aussi petite qu’on le souhaite. θ i.e. theta qui correspond au paramètre de nos lois, mais parfois on utilisera aussi λ i.e. lambda qui apparaît comme paramètre de la loi de Poisson ou de la loi exponentielle. μ i.e. mu qui désigne généralement la moyenne d’une variable aléatoire, ν i.e. nu qui désigne les degrés de liberté dans les lois de Student ou de Fisher. ρ i.e. rho qui désigne parfois la corrélation. σ i.e. sigma qui désigne l’écart-type d’une variable aléatoire. χ i.e. khi (ou chi) qui apparaît souvent avec une puissance 2, dans la loi du chi-deux. Et enfin ω i.e. omega qui désigne un état de la nature, appartenant à Ω (la lettre majuscule).

Voilà pour le premier point de terminologie. Je me laisse la possibilité de poursuivre, en particulier sur les abréviations plus mathématiques (comme les p.s. ou en anglais a.s., ou autres w.r.t.). Toutes les suggestions sont les bienvenues…


3 thoughts on “Un peu de terminologie statistique”

  1. Je complète avec certaines latines que j’ai aussi rencontré dans mes lectures scientifiques: cf (confer), id.(idem), inf.(infra), sq(et suivant), sqq. (et suivants).
    @Arthur: Si d’autres abréviations me reviennent, je complèterai. Merci pour les réponses aux questions “anodines”.

  2. Je pense que ce genre de chose devrait figurer en première année d’un cursus de maths et pas que. Mes étudiants prennent tous les lettres grecques pour des delta. Je me souviens de mon prof de maths en seconde – et je l’en remercie – qui nous avait fait recopier l’alphabet grec au premier cours.

    RÉPONSE: j’ai eu des doutes en mettant le billet en ligne hier soir… j’ai eu peur que ça paraisse prétentieux, du genre “mais tout le monde sait ça, arrête de la ramener“. Surtout que j’avais eu la mauvaise idée d’apprendre le grec classique au collège… ce qui fait qu’écrire ou lire des lettres grecs est un exercice qui me semble acquis pour tous. Tu me rassures un peu !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.