Sexe et naissances

Depuis quelques jours, nous faisons la présentation de la petite dernière à la famille et aux amis, et nous étions surpris du nombres de familles n’ayant que des filles (nous ne nous étions pas fait la réflexion jusqu’alors). La première piste était de remettre en cause l’indépendance des sexes entre enfants d’une même famille. La second théorie était de dire que les familles avec déjà deux petits gars devaient capituler rapidement, contrairement aux familles qui avaient des filles, qui pouvaient continuer… En gros, “les filles c’est plus simple à élever que les p’tits mecs”. Forcément, j’ai voulu mener l’enquête….

A partir du fichier enfant de l’enquête Education et Famille, EPCV d’octobre 2003, on peut récupérer quelques statistiques. Dans cette base, on dispose de 10027 enfants, issus de 4081 familles. Je ne reviens pas sur le sens de la famille disons que je vais travailler par identifiant du logement, i.e. les enfants habitant sous un même toit. Les personnes qui veulent en savoir plus iront sur le site de l’insee (ici).

  • De l’indépendance des sexes

Dans cette base, j’ai 50,52% de garçons et 49,48% de filles. 19% des enfants semblent être des enfants uniques, et dans 51,41% des cas il s’agit d’un garçon. Pour faire une étude sur la distribution des sexes, on note que les familles avec au moins deux enfants semblent représentatives de l’ensemble. Considérons alors les familles ayant eu au moins deux enfants, soit 3299 familles. La répartition se fait de la manière suivante, entre le sexe du premier enfant, et le sexe du second,

sexe Garçon (2) Fille (2)
Garçon (1) 857 801
Fille (1) 813 828

Si on fait un test d’indépendance du chi-deux, on observe qu’il y a indépendance entre le sexe des deux enfants,

>  chisq.test(tableau)
 Pearson's Chi-squared test with Yates' continuity correction
X-squared = 1.4346, df = 1, p-value = 0.231

Bref, on admettra qu’il y a indépendance entre les sexes au sein d’une famille….

  • Des familles dont les deux premiers enfants sont du même sexe

On notera (sur le tableau ci-dessus) qu’il y a plus de familles à deux garçons que de familles à deux filles. Parmi les 857 familles qui ont commencé par 2 garçons, 379 familles ont eu un troisième enfant, soit 44,22%, et 48,81% ont eu encore un garçon. Parmi les 828 familles qui ont commencé par 2 filles, 388 familles ont eu un troisième enfant, soit 46,86%, et d’ailleurs 50,77% ont encore eu une fille (cette statistique confirmant notre hypothèse d’indépendance).
Cette différence (entre les proportions de familles qui ont tenté un troisième enfant après les deux premiers du même sexe) ne semble pas négligeable, mais si on fait un test de Student, la différence n’est toutefois pas significative,

        Welch Two Sample t-test
t = -1.0858, df = 1680.417, p-value = 0.2777
alternative hypothesis: true difference in means is not equal to 0 
95 percent confidence interval: -0.07397060  0.02125328 
sample estimates: mean of x mean of y0.4422404 0.4685990

Si on compare aux familles qui ont eu un garçon et une fille, on notera que 42,68% de ces familles tentent le troisième enfant (contre 45.51% pour les familles qui ont eu deux premiers enfants du même sexe). Cet fois, la différence semble presque significative,

        Welch Two Sample t-test 
t = -1.637, df = 3292.66, p-value = 0.1017 
alternative hypothesis: true difference in means is not equal to 0 
95 percent confidence interval: -0.062203214  0.005596887 
sample estimates: mean of x mean of y 0.4268897 0.4551929

Bref, l’hypothèse comme quoi les familles avec uniquement des garçons sont moins nombreuses que les familles avec uniquement des filles ne semble pas tenir la route statistiquement….en revanche, il semble que les familles veulent à la fois avoir un garçon et une fille. Bon, c’est pas tout, mais j’ai une couche à changer… la prochaine fois je parlerais de sexe et de vaisselle…

PS: ce souhait d’aborder des sujets sur le sexe n’ont rien à voir avec le fait que, depuis que j’ai été référencé sur sexactu.com, la fréquentation sur mon blog a explosé… enfin, ça n’a duré qu’une journée, tout le monde s’est rendu compte de la supercherie…


2 thoughts on “Sexe et naissances”

  1. Le post date un peu, mais pour ceux qui lisent ce post voici quelques liens assez intéressants sur la réparition des sexes
    https://www.ined.fr/fichier/s_rubrique/25088/199.popf2.2015.guilmoto.article.fr.pdf
    http://igm.univ-mlv.fr/~berstel/Mps/Travaux/A/1950-9NouvellesRechSHP.pdf

    Le premier lien établit clairement qu’avec un echantillon inférieur à 10000 naissances il est périlleux de se lancer dans des déductions/raisonnements:
    “Cela signifie en particulier que la masculinité ne peut être calculée de
    manière fiable à un rythme annuel dans de nombreux pays ou régions. Le
    nombre de naissances au Monténégro par exemple est d’environ 7000 par an,
    avec un rapport de 108,3 en 2011. Un tel nombre de naissances ne permet pas
    de confirmer la déformation de la masculinité et il faut donc cumuler les données
    sur plusieurs années pour s’en convaincre (tableau 1)”

  2. On peut faire une « troisième théorie ». S’il était confirmé que les familles avec deux filles accueillent plus fréquemment un troisième rejeton que les familles avec deux garçons, on pourrait y voir la trace d’une légère préférence pour les garçons (les familles avec deux fils voyant donc moins l’intérêt de s’agrandir que celles qui ont deux filles).

    Vous ne vous êtes pas relu vers la fin : il faut lire : « … on notera que 42,68% de ces familles tentent le troisième enfant » (et non « ne tentent pas »).

    Bien cordialement.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *