Les généralités sont généralement fausses

Suite à un commentaire sur un vieux billet (ici), concomitante avec une demande d’intervention pour la formation ERM proposée par l’Institut des Actuaires, je me suis replongé dans les calculs de SCR (solvency capital requierement). Plus je lis la documentation technique, plus je suis surpris par l’importance de l’hypothèse de normalité ! J’ai repris mon Loss Model, qui est le livre de base pour l’examen d’actuariat non-vie dans les pays anglo-saxons, et j’ai vu des dizaines de lois bizarres… mais rien sur la loi normale…

  • de l’hypothèse de normalité dans la formule d’agrégation

Comme je le disais dans un vieux billet (ici), on ne peut montrer la validité de la formule de calcul du SCR que dans le cas Gaussien (ou plus précisément dans le cas elliptique, voire ici). En effet, la preuve est assez simple. Je renvois vers un papier tout chaud de Laurent Devineau et Stéphane Loisel sur le sujet, ici.

  • où l’on continue à entrevoir l’hypothèse de normalité

En fait l’hypothèse de normalité est vraiment partout dans les calculs de SCR. Mais bien sûr, sans le dire. Par exemple dans un papier de la SCOR,

https://blogperso.univ-rennes1.fr/arthur.charpentier/public/perso2/.doc14-1_m.jpg

Comme je le disais l’autre jour (ici), le problème des documents “professionels” (par opposition à “académiques“), c’est que comme on veut que le CEO le lise, on évite de parler d’hypothèses, ou pire, de mettre un peu de maths…. Bref, on apprend que “generally” (terme d’une grande rigueur scientifique, que je recaserai un jour dans mes démonstrations), “the expected shortfall[…] at the 99 % level corresponds quite closely to the[…] value-at-risk at a 99.6% level “. Mais on retrouve la même phrase dans un rapport de l’edhec

https://blogperso.univ-rennes1.fr/arthur.charpentier/public/perso2/.SCR-edhec_m.jpg

Là aussi, aucune source… Damned ! En creusant un peu, Actuaris m’a mis sur la piste (ici), car on apprend que c’est l'”autorité suisse” qui a énoncé ce résultat que je qualifierais de surprenant1.

https://blogperso.univ-rennes1.fr/arthur.charpentier/public/perso2/.actuaris-var_m.jpg

Effectivement, on peut retrouver le document originel,

https://blogperso.univ-rennes1.fr/arthur.charpentier/public/perso2/.doc13-1_m.jpg

J’avoue avoir essayé – sans grand succès – de lire l’annexe D. Je n’ai pas tout compris, mais j’y ai lu un “assuming that the distribution functions follows a normal law”,

https://blogperso.univ-rennes1.fr/arthur.charpentier/public/perso2/.doc13-2_m.jpg

Donc si j’ai bien tout compris, “generally”, “the distribution functions follows a normal law” ! Bon, je crois que je vais pouvoir envoyer un mail à Stuart, Harry et Gordon pour leur expliquer qu’ils peuvent virer des pages à leur livre ! Ou peut-être Jean-Luc Besson (pour lequel j’ai une immense estime !) qui présente beaucoup de lois utiles en assurance dans l’ouvrage qu’il a coécrit avec Christian Partrat…
Mais peut-être a-t-il raison…? On peut se dire qu’en actuariat, on avait l’habitude de présenter l’approximation “normal power“, et peut être que ce résultat est vrai pour d’autres lois….
Regardons vite-fait sur quelques lois….. Par exemple, pour la loi lognormale, si on regarde en fonction de l’écart-type de la loi normale sous-jacente,

Effectivement, on colle au quantile à 99.6%. L’ordonnée est en échelle logarithmique pour que le dessin soit présentable, avec en pointillé la VaR (formule exacte, à 99.6% en rouge, et à 99.8% en bleu), et les ronds sont des estimations de la TVaR à 99%. Par contre, par exemple pour la loi lognormale, si on regarde en fonction de l’écart-type de la loi normale sous-jacente, plus la volatilité est grande, plus l’approximation est mauvaise.

Bon, essayons une loi Gamma (classique en assurance, car c’est une loi de la famille exponentielle, et souvent comparée à la loi lognormale).

Visiblement, là aussi l’approximation semble marcher….  mais rappelons que la loi Gamma est une loi à queue fine… Allons-y franchement, comparons avec le cas d’une loi de Pareto…

cette fois, l’abscisse se lit dans l’autre sens: à gauche, c’est le cas le plus risqué (avec une variance infinie entre 1 et 2). On notera que pour les risques les plus importants, là aussi on sous-estime la TVaR en considérant la VaR (à un seuil plus important). On retrouve d’ailleurs exactement le même type de graphique avec une loi de Student,

Bref, on me dira que je pinaille, n’empêche qu’à mon avis, les compangies sous-estiment “généralement” la TVaR (à supposer que ça soit la mesure de risque qui les intéresse) en prenant une hypothèse de normalité…

1 en tant qu’enseignant, ce genre de conclusion me gêne toujours, car je me fatigue à faire des cours sur la mesure de risque, j’essaye de présenter des notions aussi proprement que possible, en expliquant que les hypothèses c’est important, qu’il faut définir différentes notions de mesures de risques (entre les convexes, les cohérentes, les dynamiques, etc), et là tout d’un coup, on nous apprend que “generally” c’est kif kif….


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *