Surplus du consommateur et demande compensée

Les exercices traités la semaine dernière et cette semaine sont respectivement en ligne ici et . Je mets également ici les exercices de la semaine prochaine (que je distribuerais tout à l’heure).
Petit complément suite à la PC de la semaine dernière, sur des slides présentés en cours par Pierre Picard. Dans un premier temps, on s’intéressait à une utilité très particulière, quasi-linéaire, de la forme  Dans ce cas très particulier, on peut se ramener à un programme d’optimisation sans contrainte,

max_{x_1} u(x_1)+ R-p_1 x_1

La condition du premier ordre est alors

autrement dit, l’utilité marginale de la consommation de bien 1 est égale à son prix, de telle sorte que la fonction de demande s’écrit tout simplement . Compte tenu de la contrainte budgétaire, on en déduit la demande de produit 2. Et en substituant dans la fonction d’utilité, on en déduit la fonction de demande indirecte,

C’est ce qu’on observe dans les slides

En fait (on rejoint ici un commentaire qui avait été faite dans la première PC), ceci marche à condition que le prix du premier bien n’excède pas notre revenu global !

Si on imagine un individu sans revenu a qui l’on donne un tout petit revenu R. Dans ce cas, son accroissement d’utilité sera

Si cet accroissement dépasse 1, le consommateur n’achète que du bien 1. En fait, il achète du bien 1 tant que l’utilité marginale d’une unité supplémentaire de revenu soit égale à 1. Et tout supplément sera alors consacré à l’achat de bien 2. C’est exactement le commentaire qui avait été fait en classe….
Bref, si les individus ont suffisement d’argent, la demande de bien ne dépend que des prix..
Si l’on s’intéresse au surplus du consommateur, notons tout d’abord que la fonction de demande inverse permet d’écrire

Aussi, on peut obtenir l’utilité associée à un niveau particulier de consommation de bien 1 tout simplement par intégration

Aussi, l’utilité totale (associée à une consommation  de bien 1 sera

On obtient la surface située sous la courbe de demande du bien 1, en retranchant la dépense de bien 1.

Si la fonction d’utilité est quasi-linéaire, l’intégrale de la demande correspond à la fonction d’utilité en équivalent monétaire.

La variation compensée est la différence de revenu minimum qu’il est nécessaire de donner à un agent, suite à une variation, afin de s’assurer un niveau d’utilité constant. On peut alors monter que les variations compensatoires et équivalente coïncident: la fonction de compensation est linéaire par rapport au revenu, aussi, la valeur d’une unité monétaire supplémentaire est indépendante du prix.

En fait, le surplus du compensateur ne correspond à la variation compensatoire que dans le cas où la fonction d’utilitaire est quasi-linéaire. De manière plus générale (et c’est ce qui est abordé dans les slides suivants), on n’a qu’une approximation. Il faut utiliser l’équation de Slutsky pour récupérer le terme supplémentaire

Cette propriété de la fonction d’utilité quasi-linéaire est abordée dans plusieurs documents, comme ici ou . Sinon Hal Varian a aussi publié sur le sujet.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.