Risk management et relations familiales

Un doctorant m’avait fait remarquer l’autre jour que mon blog devenait trop sérieux. Je me suis dis que j’allais  parler de mon fils, histoire d’avoir un sujet un peu plus léger. Mais, déformation professionnelle oblige, je voulais en profiter pour narrer un épisode récurrent. Assez souvent, je dis à mon fils “ne fais pas ça, tu vas tomber“, “ne fais pas ça, te vas te faire mal” (ou toute autre variante), et immanquablement, si par malheur il glisse ou effectivement se fait mal, ça finit toujours par un “c’est de ta faute !” Bref, les discussions avec mon fils tournent assez souvent autour de notions que doivent avoir effleuré tous les risk-managers du monde: est-ce que prédire nous rend responsable ? bon, j’interprète un peu, car assez souvent, mon fils cherche simplement un responsable à blâmer (et autant que possible, quelqu’un d’autre que sa petite personne)… mais bon, les CEO se comportent de la même manière, non ? dois-je comprendre que mon fils est un futur CEO ou bien que les CEO sont simplement des personnes qui finalement se comportent comme des enfants de 6 ans….? je laisse le débat ouvert.
Ces discussions avec mon fils ont été analysées par des personnes bien plus intelligentes que moi, par exemple Jean-Pierre Dupuy, dans la section prévoir l’avenir pour le changer de Pour un catastrophisme éclairé: quand l’impossible est certain, qui reprend l’histoire de Jonas, fils d’Amittaï, le prophète biblique dans une réflexion plus générale sur la réalisation ou non des prévisions (ou dans le contexte biblique des prophéties).
A en croire wikipedia, pour les catholiques, la fable de Jonas a l’intérêt d’enseigner que les révélations prophétiques n’ont pas un caractère inéluctable qui priverait de liberté les hommes et Dieu. Elles ne sont pas faites dans le but de punir mais de sauver. C’est également le but de mes prophéties, je crois (car pour reprendre ce que me disais la psychologue scolaire, je suis un peu comme un dieu pour mon fils). Ou pour reprendre la formulation de Jean-Pierre Dupuy, Jonas est “la figure même du veilleurs à contre-destin“. Je renvoie ici ou pour des piqûres de rappel sur la fable biblique.
XXXX5
Et pour ceux qui manquent de références bibliques (comme mon fils), Jonas c’est un peu Gepeto dans Pinocchio (ou bien le Jonas dans Illusion of time sur super nintendo).
Pour revenir au dilemme de Jonas, pour vérifier si une prophétie était, ou non, d’origine divine, il faut attendre qu’elle se réalise. Seul l’avenir est juge. “Nous voici ramenés à l’aporie du catastrophisme: le prophète de malheur ne sera pris au sérieux et distingués des charlatans que lorsque la catastrophe se sera produite. Mais il sera trop tard.”. Ou pour reprendre ce que disait Hans Jonas dans Le principe responsabilité, “la prophétie de malheur est faite pour éviter qu’elle ne se réalise; et se gausser ultérieurement d’éventuels sonneurs d’alarme en leur rappelant que le pire ne s’est pas réalisé serait le comble de l’injustice: il se peut que leur impair soit leur mérite”.

Pour conclure, comme Jonas (ou plus généralement les assureurs), je n’ai qu’un souhait: que mes prophéties ne se réalise pas (ou tout du moins qu’un meilleur scénario se réalise). C’est peut être à partir de cette idée simple que se fonde le principe de prévention. Il faudrait que j’en discute plus longuement avec mon fils…


One thought on “Risk management et relations familiales”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.