Selection_999

Chercheur en pantoufles

J’ai eu l’immense plaisir, pendant mes premiers jours de vacances, de lire La lune est blanche d’Emmannuel et François Lepage. Des deux frères, le premier est illustrateur, et le second photographe. Et ils publient ici une bande dessinée (pour faire simple) narrant leur voyage en Antarctique. On peut d’ailleurs y voir une suite à Voyage aux îles de la Désolation qu’avait signé Emmanuel Lepage il y a quelques années (tant sur le thème que du point de vue chronologique).

Mais avant d’aller plus loin, je me dois de remettre un peu en contexte. Après quatre années passées à Montréal, au Canada, j’ai progressivement pris conscience de ce que peut être le Nord. Et à quel point ce Nord peut faire partie de l’identité canadienne (je conseille d’ailleurs Un Dit Du Nord, de Louis-Edmond Hamelin, qui revient longuement sur le concept de norditude). En plus, au printemps dernier, ma voisine (à l’UQAM mais aussi sur hypotheses) Elisabeth Vallet m’avait sollicité pour intervenir (en clôture) d’une soirée autour du thème à qui appartient le pôle nord. J’avais accepté car Philippe Réka était de la partie, et j’ai toujours un immense plaisir à le revoir (il a en plus une la gentillesse de venir chanter une berceuse – en norvégien – à ma fille). Et j’ai eu l’opportunité de beaucoup lire sur le sujet, et de découvrir un univers réellement fascinant.

Ouvrir le livre des frères Lepage m’a replongé un peu dans ce monde que j’ai découvert, via mes lectures, au printemps dernier. Même si pour ma part, mes lectures me faisaient découvrir le nord, alors que eux parcouraient le sud.

Cela dit, au début du livre, j’ai souri quand Emmanuel note que les pôles ne figurent pas sur nos cartes, largement inspirées de la représentation de Mercator, car c’était le point de départ de mon exposé (ou alors avec une taille tellement démesurée – dans le cas de l’antarctique – qu’on préfère supprimer ce continent de la carte). D’ailleurs mon exposé tournait beaucoup autour des problématiques de représentation des pôles (ou disons du pôle nord dans le cadre de mon exposé). Et si avec Ewen on avait passé beaucoup de temps sur nos cartes, je suis ravi de lire des récits de voyages, ou de voir des photos, qui me permettent de mieux comprendre, voire de visualiser ces endroits, qui ne me faisaient pas rêver, a priori.

Mais je dois avouer que vivre au Canada m’a fait aimer le froid, et la neige. Et les images des frères Lepage permettent de voir ce que peut être le pôle. Les dessins d’Emmanuel sont beaux, mais il y a en plus la magie d’avoir ici et là des photos de François… des photos de rien. De vide. De désert. De glace. De neige. De vent.

C’est réellement fascinant.

Maintenant, histoire de revenir sur le titre de mon billet, il faut préciser que les seules personnes à aller en Antarctique, d’ordinaire, ce sont des scientifiques. On en croise d’ailleurs plusieurs tout au long du livre. En majorité des chercheurs travaillant sur le climat.

Il y quelques années – à Montréal toujours – j’avais participé à une conférence sur le climat (et les modèles statistiques associés). En plus d’avoir la chance de découvrir un très bon restaurant thaï (sur la rue Bernard, à Mile End), j’avais eu la chance, lors de souper de conférence de manger en face d’un chercheur qui allait couper des arbres, pour ensuite étudier les anneaux. Une personne fascinante, qui pouvait rouler des jours durant, au Québec, direction le Nord, avec sa tronçonneuse dans son coffre, et ses carnets de recherche (pour noter scrupuleusement là où l’arbre a été coupé). Je l’avais écouté raconter mille et une anecdotes, un peu comme Emmanuel écoute un scientifique raconter avec passion ses thèmes de recherches. Et là encore, en lisant le livre, j’ai découvert avec fascination  l’expédition qui permet de ravitailler des chercheurs, à douze jours de route du camp de la station Dumont d’Urville.

Comme toujours, ces histoires de scientifiques me fascinent, et me rendent humble, moi qui ne suis qu’un chercheur en pantoufles. Qui manipule des concepts, et à l’occasion, utilise les données collectées par d’autres, à la sueur de leur front, voire au péril de leur vie. Si je quitte mon bureau (et mon ordinateur) c’est souvent uniquement pour aller consulter un livre à la bibliothèque, ou chercher un café.

Je me souviendrais toujours de cette pré-soutenance de thèse (j’étais alors rapporteur), qui m’avait marquée non pas à cause de la généralité de certains théorèmes, ou de l’élégance de certaines preuves, mais juste parce que l’étudiante nous racontait la difficulté qu’elle avait eu à collecter les données. A deux reprises, son directeur de thèse avait dû aller la chercher au commissariat pour éviter qu’elle n’y passe la nuit, car elle n’avait jamais réussi à obtenir de la préfecture l’autorisation de faire passer ses questionnaires. Elle les faisait passer, en fin de journée, et les lettres avec les cachets du président de l’université, et les logos des organismes de recherche subventionnaires, qu’elle gardait toujours dans son sac, n’y faisaient rien…

J’ai presque honte à côté de faire du data-scraping sans quitter mes pantoufles…. et j’ai d’autant plus d’admiration pour tous ces scientifiques pour qui la recherche se ressent, physiquement j’entends. En lisant le livre des frères Lepage, on est avec eux en Antarctique. Au milieu de ce désert, de ce froid, de ce vent. Je me suis souvenu qu’il y a un an presque jour pour jour, on est descendu à -42°C (en température ressentie, certes), et j’étais encore davantage avec eux, au pôle sud… Un livre qui fait rêver, et qui fait admirer les scientifiques qui vont travailler dans ces conditions extrêmes. Chapeau bas.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *