La Science Economique, et son maudit Nobel

Je voulais revenir rapidement sur le prix Nobel décerné il y a moins de 48 heures à Jean Tirole, suite à plusieurs billets que j’ai pu lire, ici et là sur internet. Il y a quelques années, dans un chapitre de le modèle et le récit (publié en 2001), Pierre André Chiaporri racontait la petite anecdote suivante

quand on lui demandait pourquoi il faisait de l’économie “mathématique” plutôt que “littéraire”, Paul Samuelson répondait qu’il aurait souhaité pouvoir faire de l’économie littéraire – mais que c’était trop difficile pour lui. Ce sentiment est, je crois, partagé par beaucoup d’économistes de nos jours : de nombreux problèmes en économie théorique sont trop complexes pour être étudiés sans l’aide d’un minimum de formalisation.

(je recommande d’ailleurs la lecture de l’intégralité de l’article, qui discute l’importance de la modélisation en science économique, avec en toile de fond la théorie du consommateur, reprenant ainsi des idées que l’on trouvait déjà dans la théorie du consommateur est-elle réfutable ? ). En lisant ce paragraphe, je n’ai pu m’empêcher de penser au petit livre Economic Fables (publié par openbookpublishers). J’avais déjà évoqué ce livre dans un précédant billet. Pour ceux qui ne connaisse pas son auteur, Ariel Rubinstein (אריאל רובינשטיין) est un économiste, professeur à Tel Aviv et à NYU. Il a publié des livres de référence – dont une très bonne introduction à la théorie des jeux . Ce qui est amusant, ce que ce livre est un livre de fables, ce qui peut surprendre pour quelqu’un qui m’avait habitué à

Mais en pourra  surtout retenir du petit paragraphe que l’économie est devenue mathématique parce qu’il n’y avait pas le choix. C’est d’ailleurs la thèse que défend dans le livre de Roy Weintraub How Economics Became a Mathematical Science, paru en 2002 aux presses de Duke (je devrais aussi mentionner le livre de Bruna Ingrao et Giorgio Israel, traduit en anglais sous le titre The Invisible Hand: Economic Equilibrium in the History of Science, mais je n’ai jamais pu me procurer d’exemplaire du livre).

Le livre revient beaucoup sur certains points de détails – je trouve – et sur des petites phrases que Roy Weintraub remet dans leur contexte (comme le “burn the mathematics” de Alfred Marshall ou la notion de “unnumerical mathematic” proposée par Francis Edgeworth), mais il est souvent très éclairant sur la modélisation en économie. Dans le chapitre sur Bourbaki, et son impact en économie, il revient longuement sur Gérard Debreu. Ce dernier (qui a aussi eu le prix Nobel d’économie) avait noté dans les premières pages de Theory of Value,

The theory of value is treated here with the standards of rigor of the contemporary formalist school of mathematics. The effort toward rigor substitutes correct reasonings and results for incorrect ones, but it offers other rewards too. It usually leads to a deeper understanding of the problems to which it is applied, and this has not failed to happen in the present case. It may also lead to a radical change of mathematical tools. In the area under discussion it has been essentially a change from the calculus to convexity and topological properties, a transformation which has resulted in notable gains in the generality and the simplicity of the theory. Allegiance to rigor dictates the axiomatic form of the analysis where the theory, in the strict sense, is logically entirely disconnected from its interpretations. In order to bring out fully this disconnectedness, all the definitions, all the hypotheses, and the main results of the theory, in the strict sense, are distinguished by italics; moreover, the transition from the informal discussion of interpretations to the formal construction of the theory is often marked by one of the expressions: “in the language of the theory’ ‘for the sake of the theory’ ‘formally’. Such a dichotomy reveals all the assumptions and the logical structure of the analysis

Citant l’introduction à Mathematical Economics: Twenty Papers of Gerard Debreu, Roy Weintraub rappelle que

Debreu presents his scientific contributions in the most honest way possible by explicitly stating all underlying assumptions and refraining at any stage of the analysis from flowery interpretations that might divert attention from the restrictiveness of the assumptions and lead the reader to draw false conclusions

Citant plus loin Gérard Debreu, expliquant pourquoi il en était venu à orienter ses recherches en économie,

When I became interested in economics as a possibility (as before I had become interested in astrophysics) I got hold of the standard text studied by students of economics at the university. I don’t remember who the author was but it was very non-theoretical (somebody I never met). I know the textbook was popular then—I don’t believe I have kept a copy—but in any case, my first impression of economics was very disappointing because I was coming from a world of very sophisticated and rarified mathematics and found only a very pedestrian approach to economics.

Je ne vais pas continuer des heures, et j’encourage toute le monde à relire ces textes passionnants.

Maintenant, pour moi qui travaille actuellement dans une faculté de Sciences Économiques – sans avoir suivi le moindre cours d’histoire de la pensée économique (matière que je rêve d’enseigner) – j’ai toujours du mal à comprendre ce besoin de mettre les gens dans ces cases. Je ne comprend pas la première question de l’interview de Jean Tirole sur France Culture ce matin pour ceux qui se demandent de quoi je parle

J’ai déjà du mal à comprendre que les gens aient autant de plaisir à classer les gens dans des petits cases simplificatrices, mais demander à quelqu’un de se classer soi même, ça me dépasse.  Je me retrouve totalement dans le billet de de ce matin,

Il n’a pas fallu une journée pour qu’un front anti-Tirole se mette en branle. Il faut dire que dans un pays où il faut mettre les économistes dans des cases droite-gauche, Tirole est un sacré emmerdeur.

(pour ceux qui veulent absolument trancher, Alexandre Delaigue rappelait Twitter que les maths, c’est de droite). C’est justement qui rappelait que lire Tirole dans le texte, c’est lire

Et je comprends que ça fasse peur !

Et ce qui me gêne, dans la plupart des choses de mauvaise foi que j’ai pu lire ces dernières heures, c’est que  j’ai l’impression que les auteurs n’ont pas la moindre idée de ce que la formalisation en science économique peut vouloir dire. Et c’est dommage.  La critique vient d’une réelle incompréhension, voire d’une peur profonde.

Cela dit, je ne vais pas rentrer davantage dans cette opposition entre ces deux cultures (pour reprendre la distinction de C.P. Snow), et je pense qu’il y a des choses intéressantes à prendre un peu partout. Mais je comprends pas le débat qui revient maintenant tous les ans, lors de l’attribution du prix Nobel de sciences économique. Pour ma part, je trouve que le livre de Jean Tirole (et Drew Fudenberg) Game Theory est un livre de référence fabuleux, où je ne cesse de découvrir des petits paragraphes éclairants au fil de mes lectures. Théorie des incitations et réglementation (écrit avec Jean-Jacques Laffont) reste un livre incontournable pour tous ceux qui se posent des questions sur la réglementation (et plein de chose se trament dans le monde bancaire et des assureurs, parmi les sujets qui m’intéressent personnelement). Et Theory of Corporate Finance attend dans ma bibliothèque que j’ai besoin de l’utiliser pour préparer un cours. En vain pour l’instant….



Cite this blog post
Arthur Charpentier (2014, October 14). La Science Economique, et son maudit Nobel. Freakonometrics. Retrieved May 23, 2024, from https://doi.org/10.58079/oux8

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.