Actuariat, le rêve américain

Ce billet (sous une forme proche) devrait proposé sous forme d’article dans les semaines à venir pour publication dans Variances, le journal des anciens ENSAE. En attendant, les commentaires sont ouverts, et je serais ravi d’accueillir des points de vue !

  • L’actuariat et les actuaires

Dans un ‘conte Persan‘ inventé par Claude Bébéar, l’actuariat était défini comme suit :

Il était une fois un assureur sur la vie fort intelligent, éminent et respecté. Il était considéré par tous comme un grand technicien, voire un savant, qui n’avait pas son pareil pour estimer la prime à demander aux assurés et la valeur des engagements pris par l’assureur. Mais parfois, un doute le taraudait : sa science était-elle vraiment estimée ? Le vulgaire ne risquait-il pas de s’en saisir, montrer qu’il n’y avait là rien d’admirable et détruire une réputation bâtie à force de patience ? Vite, il fallait se protéger. Et c’est ainsi que notre assureur éminent, respecté et fort intelligent, inventa un langage ésotérique qu’il appela “actuariat”. Et grâce à lui, des générations d’actuaires heureux vécurent et vivent encore à l’abri des critiques, adulés de tous. Chaque année, aidés par des comptables pleins de respect, ils mettent au point un rapport annuel fort savant qu’assurés, actionnaires et contrôleurs en tous genres contemplent sans trop comprendre et sans oser poser de questions, de peur de passer pour des sots. Le système était parfait.”

Comme le montrent les divers classements des métiers qui placent le métier d’actuaire régulièrement en tête depuis une dizaine d’années, en Amérique du Nord, l’actuariat fait rêver. Mais personne ne sait trop ce qu’est l’actuariat….

  • L’actuariat: entre pratique et théorie

Avant de commencer à comparer l’actuariat vu des deux côtés de l’Atlantique, rappelons que le terme “actuariat” n’existe pas dans la langue anglaise. Il existe une “science actuarielle” – enseignée dans quelques universités – et une “pratique actuarielledésignant le travail fait par les actuaires, au quotidien. Cette première subtilité linguistique est importante pour comprendre ce qu’est l’actuariat, au sens français, de ce côté-ci de l’Atlantique. Une connaissance (relative) du premier permet de prétendre au statut d’associé d’une organisation professionnelle, alors que l’exercice du second est essentiel pour prétendre au titre de Fellow. Mais revenons un instant en arrière, sur le système d’éducation en Amérique du nord (on exclura pour l’instant le Québec, qui est un peu particulier). A l’âge où les étudiants français passent leur bac, les étudiants américains terminent leur High School, pour ensuite rejoindre un College ou une université pour une formation de quatre ans, leur permettant de préparer un Bachelor Degree. S’ils le souhaitent, ils peuvent ensuite poursuivre par un Master Degree, qu’ils prépareront sur deux ans.

Les programmes d’actuariat dans les universités nord américaines sont essentiellement des programmes de type Bachelor, qui proposent de former à la science actuarielle, sur un programme de quatre ans (et pas cinq, comme en France). Si en théorie, la mission d’une université est d’enseigner la science actuarielle, bien souvent, les Bachelor programs en science actuarielle proposent de préparer la première série d’examens professionnels, appelés examens préliminaires.

  • Le système des examens professionnels

Tous ceux qui ont travaillé en tant qu’actuaires en dehors de l’Europe le savent : l’actuariat n’existe pas en dehors de la SOA. Cette corporation de plus de 20,000 membres est omniprésente, pas seulement aux Etats-Unis (où se trouve son siège) mais aussi en Asie. Même si l’Association Actuarielle Internationale tente de faire reconnaître les divers instituts, le titre de FSA (Fellow of the Society of Actuaries) est, dans les faits, le seul qui jouisse d’un réel prestige international.

Pour devenir actuaire, en Amérique du Nord, il faut passer au travers des examens professionnels. Ces examens, organisés par les organisations professionnelles (SOA, Society of Actuaries, CAS, Causality Actuarial Society ou CIA, Canadian Institute of Actuaries) sont de trois types :

  • les examens à choix multiples en probabilités (P), mathématiques financières (FM), mathématiques actuarielles (MLC), économie financière (MFE), évaluation de modèles actuarielles (C)
  • les VEE : cours approuvés, en économie, finance et statistique
  • les modules : des ateliers de pratique actuarielle

Par exemple, pour valider l’examen P de probabilité, il faut ainsi réussir au moins 20 questions sur 30 (environ, le pourcentage dépend de la difficulté des questions, il faut un taux d’admission de l’ordre de 35%) en 3 heures. Il est inutile de comprendre la subtilité de la construction de l’espérance conditionnelle, l’objectif est davantage de maîtriser le calcul des probabilités. Certains exercices sont loin d’être triviaux, mais il ne s’agit pas de trouver le truc qui permet d’établir la preuve, davantage de comprendre comment formaliser un problème concret en termes probabilistes. Ce qui est – a priori – parfait pour pratiquer par la suite le métier d’actuaire. Laissons les plus sceptiques tenter de résoudre les exercices posés dans les sample exams sur le site de la SOA. La critique fondamentale que l’on pourrait faire est que le calcul des probabilités n’est pas vraiment une fin en soi : pour comprendre la notion de “martingale,” centrale en valorisation financière, ou celle de “prévision” (en predictive modeling) il convient de comprendre non pas comment calculer une espérance conditionnelle, mais de savoir ce qu’est cet objet mathématique.

Une fois Associé, il est possible de devenir Fellow, en passant de nouveaux examens

  • les examens avancés (écrit, à développement, par opposition aux choix multiples)
  • les modules (suivant le domaine de pratique)
  • les séminaires

Ces examens dont plus exigeants en terme de préparation, avec environ 400 h de préparation étalés sur les trois mois précédant l’examen (à concilier avec une vie professionnelle, et une vie de famille). Dans les entreprises d’assurance en Amérique du Nord, le titre de Fellow est largement valorisé, d’où une  forte incitation en interne à passer (et réussir) ces examens.

  • Les relations entre la communauté actuarielle et le monde académique

En France, l’Institut des Actuaires a eu pour stratégie d’accréditer certaines formations, dans des écoles ou dans des universités. Dans tous les cas, il s’agit d’une formation avancée, de type Master. Les stages permettent de garder un lien entre le monde académique, et la communauté actuarielle. Et c’est la grande force du système français. Outre Atlantique, les étudiants effectuaient une formation poussée en mathématique et en gestion des risques, et les examens professionnels sanctionnaient les étudiants qui les passaient. Mais les examens sont aujourd’hui une fin en soi, la plupart des formations en actuariat devenant de véritables prépas à examens professionnels.

Comme le disait Charles Goodhart, “lorsqu’une mesure devient un objectif, elle cesse d’être une mesure“. Les étudiants en actuariat n’apprennent plus les concepts de valorisation par réplication, ou des raisonnements bayésiens pour mettre à jour des primes, mais uniquement des recettes de cuisine permettant de réussir des examens.

Cela dit, le vent semble tourner, au moins au Canada. En effet, l’Institut Canadien des Actuaires a signé plusieurs programmes d’agréments universitaires, donnant des dispenses d’examen pour les étudiants qui réussissent certains cours (reconnus par l’agrément). Cette idée d’une reconnaissance de la qualité de certaines formations universitaires est loin de faire l’unanimité outre Atlantique, même si la SOA a également fait un pas vers le monde académique voilà quelques années, avec les labels de “Center of Excellence” (mais qui n’apporte pas grand chose aux étudiants, malheureusement).

  • La culture actuarielle en France, et à l’extérieur

Si l’Institut des Actuaires Français est très ancien (on peut remonter en 1890 pour voir le premier institut), il comptait très peu de membres avant les années 1980. L’organisation des systèmes de retraites en France (reposant peu sur les fonds de pension) explique probablement cette différence culturelle importante. Cela dit, de nombreux ouvrages insistent sur l’importance de la science actuarielle sur l’histoire des probabilités par exemple (on repensera au chapitre dédié à Arthur Bailey dans The Theory That Would Not Die de Sharon McGrayne, ou les nombreuses références à la construction des tables de mortalité aux Pays-Bas ou en Angleterre dans The Emergence of Probability de Ian Hacking), et les travaux sur les premium principles sont aujourd’hui reconnus comme précurseurs des travaux récents en mathématique financières sur l’axiomatique des mesures de risque.

Il est d’ailleurs surprenant que les actuaires, en France, aient été aussi peu consultés lors des réflexions sur les constructions des tables de mortalité (contrairement à ce qui peut se passer en Amérique du Nord). Combien d’actuaires y-a-t-il parmi les membres du Conseil d’Orientation des Retraites ? Peut-être parce que les organisations actuarielles ont ici un réel pouvoir, il serait inimaginable de voir un débat sur les retraites se tenir sans la présence de plusieurs actuaires reconnus.

Une autre forte différence culturelle existe quand on regarde les thèmes des séminaires et autres conférences en France. Ces dernières années, les actuaires ont énormément travaillé sur la mise en place de Solvabilité II, et sur la réflexion autour des normes comptables relatives à la solvabilité des compagnies d’assurance. La solvabilité est devenue le cœur de la réflexion actuarielle, en Europe. Mais les Etats-Unis et les Canada n’ont pas adopté les normes comptables préconisées en Europe. Et le mot “solvency” ne figure toujours pas au syllabus des examens préliminaires : un actuaire nord américain peut ne jamais avoir entendu prononcer ce mot (s’il n’a pas traversé l’océan Atlantique)

  • La reconnaissance des actuaires formés en France

Le jeu n’est pas symétrique, loin de là: l’Institut des Actuaires (en France) reconnaît le statut de FSA. Mais la réciproque est fausse: les actuaires formés en France, qui souhaitent exercer la profession d’actuaire doivent passer les examens professionnels de la SOA.

Faudrait-il alors que les étudiants français passent des examens professionnels pendant leur formation pour développer leur attractivité internationale ? Faut-il signer des partenariats avec des universités en Amérique du Nord (comme le font certaines formations) ? Les expériences tentées récemment montrent qu’il est délicat de faire valider des cours de première année d’université (préparant à des examens professionnels) comme des cours de niveau fin de Master. Compte tenu de cette profonde différence, les partenariats seront difficiles à monter. Néanmoins, la formation d’actuariat en France donne les bases parfaites pour préparer la majorité des examens préliminaires, la seule difficulté est de s’entraîner un minimum pour ne pas être déstabilisé par la forme de l’examen à choix multiple.

SOA (Society of Actuaries), fondée en 1949 de la fusion de l’ASA (Actuarial Society of America, 1889) et de l’AIA (American Institute of Actuaires, 1909), située dans la banlieue de Chicago, Illinois. Environ 800 fellows de plus, par an, 22,500 membres en 2014.http://soa.org/
CAS (Casualy Actuarial Society), fondée en 1914 (sous le nom Casualty Actuarial and Statistical Society of America), située en Virginie. 5,500 membres en 2014.http://www.casact.org/
ICA (Institut Canadien des Actuaires, CIA en anglais), fondée en 1965, localisée à Ottawa, Ontario, 4,300 membres en 2014.https://www.cia-ica.ca/
IA (Institut des Actuaires), fondé en 1890, comptant environ 3,000 membres en 2012. A ne pas confondre avec IA (Institute of Actuaries), fondé à Londres en 1848, revendiquant plus de 15,700 membres. Le terme FIA désigne les Fellows of the Institute of Actuaries.http://institutdesactuaires.com/

Étant régulièrement contacté par des français, souhaitant s’installer en Amérique du Nord, ou simplement “devenir Fellow“, j’ai longtemps eu envie de revenir sur l’actuariat, vu d’ici, histoire de clarifier certains points. Pour préciser mon point de vue (à la fois sur l’actuariat en Amérique du Nord, et en France) je pourrais rappeler que j’ai travaillé à Hong Kong – en tant qu’actuaire – en 1999 et 2000, et que c’est en Asie que j’ai pris conscience de l’importance de la SOA dans le monde des assurances. En France, j’avais été en charge de la formation d’actuariat de l’ENSAE, ait fait partie du jury de l’institut des actuaires (à l’ISUP et à Dauphine), ait été secrétaire de la Commission Scientifique (à une lointaine époque, où on donnait des équivalences à des membres d’organisations actuarielles étrangères, et où on tentait de réfléchir au syllabus des formations), suis membre du jury du prix SCOR depuis plusieurs années, ai écrit des livres (en français) et édite dans les semaines à venir un livre d’actuariat (computational actuarial science), qui se veut au delà des particularités culturelles (comme j’ai pu en prendre conscience lors de la rédaction, le gouffre entre académiques et professionnels, ou entre Européens et Américains n’est pas simple à combler). Et j’enseigne depuis 3 ans dans un center of excellence de la SOA, qui bénéficie d’un programme d’agrément universitaire de l’ICA (j’ai ainsi enseigné le cours préparatoire à l’examen P, ainsi que le VEE de statistique et prévision). J’ai d’ailleurs participé à la Task Force de la SOA qui avait pour mission de monter un syllabus pour l’examen de modélisation du nouveau General Insurance Track.

Pour aller plus loin, je suggèrerais la lecture de Sibley, A. (2006). Nos collègues français, The Actuary, November 2006, p. 34-35 (pour une vision plus britannique cette fois).


41 thoughts on “Actuariat, le rêve américain”

  1. Bjr Mr Quentin,
    Puis je avoir votre Facebook et votre e-mail svp ? Car je sis intéressé par le métier d’actuaire et au vue des commentaires vous étés assez renseignés a ce sujet aux usa; merci de me répondre favorablement….

  2. Bonjour, la SOA va modifier les conditions pour obtenir le titre ASA et Les autres titres de la SOA a partir de 2018. Tous les renseignements sont sur le site de la SOA.

    Sinon pour les statistiques sur le temps pour atteindre le titre ASA, je vous conseille ce site non officiel : http://www.actuarial-lookup.com

      1. Bonjour Monsieur,

        Je me permets de rebondir sur votre réponse. Savez-vous quelle équivalence est accordée au titre ASA par l’Institut des actuaires ? Permet-il de s’inscrire comme actuaire associé en France ?

        Merci d’avance,

  3. Saluuut, j’aimerais savoir quelles sont les chapitres testés lors d’un concours d’entrée en maths actuair en france?? Merci

    1. Il faut regarder, examen par examen. Pour les examens préliminaires, ils sont décrits sur https://www.soa.org/education/exam-req/edu-asa-req.aspx. Par exemple, pour l’examen C (Loss Models), le dernier examen (février) est décrit sur https://www.soa.org/Files/Edu/2016/edu-2016-02-exam-c-syllabus.pdf. l’ouvrage de référence est Loss Models: From Data to Decisions, (Fourth Edition), 2012, de Klugman, S.A.,Panjer, H.H. et Willmot, G.E., mais il y a des documents spécifiques sur la crédibilité, comme https://www.soa.org/files/pdf/c-24-05.pdf

  4. Bonjour,
    Vous parlez dans cet article du titre ASA. Avez-vous également des informations sur le titre FSA ou le titre CERA?

    1. je n’en parle pas parce que ce n’était pas vraiment l’objet de l’article… mon point était que préparer le titre d’ASA pouvait être une alternative intéressante (ou complémentaire) à préparer le titre délivré par l’institut des actuaires. Devenir FSA est beaucoup plus long… et se fait une fois qu’on a rejoins une compagnie d’assurance. Alors que le titre d’ASA peut être un objectif pour un(e) étudiant(e).

      1. Je vous remercie pour votre retour. Je voulais avoir quelques renseignements sur le titre FSA et sur son intérêt professionnel en France car je suis sur le point d’obtenir le titre ASA.
        Je vais me renseigner de mon côté.
        Merci en tout cas,

        1. ah ? bon courage tout d’abord. J’avoue que je ne sais pas, il faudrait voir avec des RH de compagnies d’assurance. Je pense que dans les grands groupes, l’intérêt serait important, car tous connaissent maintenant le pouvoir de la SoA dans le monde actuariel, et plus généralement assurantiel, en Amérique, mais maintenant aussi en Asie.

          1. Merci pour votre retour. Après avoir investigué plus longuement, je me suis rendu compte qu’il est quasi-impossible de devenir FSA en étant en France.

            En effet, les examens ne sont pas proposés en France, les entreprises ne prennent pas forcement en charge les examens dont le coût est beaucoup plus élevé que ceux pour devenir ASA…

            La solution semble être de passer les examen de l’IFoA et d’obtenir les équivalences avec les examens de la SOA.

          2. je n’ai jamais dit que c’était simple… juste que c’était indispensable pour quiconque envisage d’être actuaire hors de France. Après, il y a effectivement le UK, avec le Institute and Faculty of Actuaries (IFoA). Même si le système me semble proche de celui aux Etats-Unis, tous ont leurs petites différences (pas toujours si petites que ça d’ailleurs). La SOA recense les lieux des centres d’examen sur https://www.soa.org/Files/Edu/2015/edu-exam-center-locations.pdf: il y a beaucoup de centres aux US, une bonne vingtaine au Canada, au Liban, en Chine, en Inde, dans plusieurs pays africain. En Europe, j’ai vu Athènes, Londres, Madrid, Varsovie, Zürich (pour tous les examens) et il semble qu’à Paris soit proposé MLC.

          3. Effectivement, le centre d’examen de Paris ne propose que le MLC (examen que j’ai déjà passé à Paris ainsi que les examens sur ordinateur dans un centre “prometrics”), mais aucun des examens des “tracks” pour devenir FSA malheureusement. Il est donc indispensable (ou du moins s’organiser) d’aller à l’étranger pour passer les examens pour devenir FSA.

            Au lien suivant (https://www.soa.org/education/general-info/credit-exams-passed/edu-waiver-rules-for-faculty.aspx), il y a les équivalences avec les examens de l’IFoA, qui eux peuvent se passer à Paris.

          4. Bonjouuur! Juste une question … De quel centres au Liban vous parlez ? Je suis Libanais et je voudrait vraiment connaitre un ou deux (voire plus) centre(s) .Un nom ou un link sera vraiment apprecie .Merci
            PS: desole pour les fautes 😅

  5. Post très intéressant, merci.
    J’ai obtenu la qualification d’actuaire à ma sortie de l’ENSAE en 2008 et j’ai immédiatement rejoint ma famille au Canada.
    Je n’ai entendu parler de ces examens qu’une fois arrivée ici. J’ai raté l’exam P1 et je n’ai jamais plus essayé.
    Depuis mon arrivée au Canada je travaille en gestion des risques dans une institution financière et je suis depuis peu intéressée à réorienter ma carrière en actuariat. J’ai parcouru le site de l’institut canadien des actuaires et les examens me semblent incontournables. Auriez vous des astuces utiles à me suggérer? Merci

    1. oui, il faut en faire un maximum ! j’ai enseigner un cours de préparation à l’examen P, et avec le recul, c’est toujours pareil ! il faut en fait 200 pour comprendre que les astuces sont toujours les mêmes, sauf pour quelques exos (rares). Pour les plus jeunes, j’ai essayé d’expliquer, ici et là que les étudiants français pourraient devenir ‘Associate’ en passant une année à l’UQàM par exemple, à préparer les cours et les examens, au lieu d’aller en entreprise. Faire une année de césure “préparation des examens professionnels” plutôt que faire 12 mois de stage. C’est ce que je recommanderais à tout étudiant français, avant la fin de ses études

      1. J’ai par ailleurs pu lire sur le site de ICA que le programme de maîtrise en mathématiques actuarielles et financières de l’UQAM entre autres donne des crédits pour les examens FM /2 à C/4. Pour moi qui ait fait longtemps en dehors des bancs de l’école, je me disais que ce serait plus facile pour moi de préparer ces exams en m’inscrivant audit programme, versus les préparer de chez moi toute seule. Qu’en pensez vous?

        1. oui, par contre je ne connais pas la politique en matière de ‘formation continue’…
          il y a aussi la possibilité de récupérer les VEE en validant le cours de ‘modèles de prévision’ par exemple

      2. J’ai passé 4 des 5 examens préliminaires de la SOA (tous sauf le C que je pense passer sous peu) et je ne peux que partager ce point. Le bachotage est LA solution pour passer les examens. Etant donné que le format est très différent des examens français, il est difficile de se baser uniquement sur les connaissances acquises lors d’une formation initiale en actuariat en France.

        En outre, il est maintenant possible de passer tous les VEE en formation continue en France via le CNAM.

          1. Que dire concernant, ces examens…En fait, tellement de choses.

            Pour le moment, j’ai passé 4 des 5 examens de la SOA, les 3 VEE (au CNAM à Paris)… On va dire que je suis pour le moment à 75% du parcours pour le titre ASA. J’estime que je mettrai en gros 2.5 à 3 ans pour avoir le titre ASA, c’est donc un processus assez long (du même ordre que pour obtenir le titre Français en formation continue) et relativement couteux au final ($5 000).

            Concernant les examens, c’est surtout du bachotage (même si il faut quand même être à l’aise avec les mathématiques et la finance), il faut acheter un bouquin de préparation et faire des questions et encore des questions, jusqu’à ce que ça devienne presque automatique (le problème du temps pour les examens est primordial). C’est très différent des examens français puisque, excepté le MLC, tout se passe sous la forme de QCM sur ordinateur.

            Pour préparer les examens, j’ai passé “en gros”, 150h pour le P, 125h pour le FM, 150h pour le MFE, 300h pour le MLC et là, j’en suis à 150h pour ma préparation du C.

            Voilà,

          2. sur la durée, je pense que ça me conforte dans l’idée que suivre une formation – type UQAM – peut être pas mal… pour l’exam P, suivre les 40 heures de cours, et en refaire un peu chez soi suffit… le cours permet de prendre conscience que ce sont toujours les mêmes exos…. sinon les coûts, oui, pour les examens préliminaires, ils sont à la charge de l’étudiant, mais quand on travaille, les entreprises les remboursent (s’ils sont réussis). C’est en tout les cas l’expérience personnelle que j’avais eu, il y a 15 ans, et que m’ont raconté des actuaires SOA.

            bon courage pour la suite en tous cas !

  6. Bonjour,

    Très bon article qui résume très bien la situation. Je voudrais juste apporter quelques compléments ayant déjà passé plusieurs examens préliminaires de la SOA dans le but d’acquérir le titre d’ASA :

    – l’épreuve de MLC (examen préliminaire) n’est plus uniquement un questionnaire à choix multiples. Il y a dorénavant une partie écrite.
    – en général, il faut viser 23 questions sur 30 pour obtenir l’examen.

    1. merci ! sur les VEE, 70% de bonnes réponses semble également la règle… Mais lors de mon dernier cours, le mois passé j’ai été assez surpris en écrivant la correction (cf http://freakonometrics.hypotheses.org/15931) Faire 50 questions en 2 heures (comme le proposent certains organismes) ce n’est pas possible, à moins de connaître par coeur certaines expressions (genre fonction d’autocorrélation d’un ARMA(1,1)) : en 2 heures, on n’a pas le temps de le retrouver. Et dès qu’on change la définition par rapport au livre de référence (disons un + devient un -), les élèves sont vite perdus ! Les personnes qui passent le VEE de régression et de séries chronologiques apprennent par coeur des formules (souvent inutiles) mais n’ont jamais pratiqué la modélisation, et manipulé de bases de données. C’est dommage !

      1. Concernant les VEE, je sais que peu d’universités proposent, en France, des cours éligibles (ce qui est d’ailleurs dommage) et que ceux-ci sont presque inaccessibles (niveau emploi du temps) lorsque l’on a une activité professionnelle. Pour ma part, j’envisage de passer les deux premiers niveaux du CFA qui permettent d’obtenir les 3 VEE.

  7. Bonjour Arthur,

    Merci pour ce billet, il a répondu à pas mal de questions que je me suis posées récemment 🙂 Pourriez-vous détailler les points suivants:

    -Pensez-vous que sur un horizon moyen terme, les associations nationales d’actuaires européennes aient intérêt à promouvoir le programme de la SOA auprès de leurs membres de façon à leur garantir (ou même se garantir à elle-même) une “visibilité/reconnaissance” internationale? Ou pensez-vous que ceci devrait être réalisé par les universités ou via initiative purement personnelle?
    -Quel est actuellement, pour vous, la plus-value pour un actuaire européen travaillant en Europe de devenir FSA (ou même ASA)?Pensez-vous que cette plus-value augmentera dans un futur plus ou moins proche?
    -Que permet le titre “associé” (ASA) comparé au titre “Fellow” (FSA)? Moins de reconnaissance en terme purement professionel? Peut-on tirer bénéfice d’un titre d’associé ou seul le titre de Fellow est-il réellement reconnu/valorisé?

    Merci pour vos réponses et plus généralement pour ce blog qui est une mine d’information pour un lecteur régulier comme moi:-)

    Arnaud

    1. merci pour le commentaire (et les encouragements). Je vais essayer de faire court, car au vu des feedback que j’ai sur le billet, je pense qu’un second épisode sera nécessaire.

      – mon point était qu’il serait bon que les actuaires européens sachent la place que prend la SOA dans le marché international… mais aussi que les actuaires américains ouvrent les yeux sur l’extérieur, et découvrent la qualité des actuaires en Europe.

      – devenir ASA ou FSA est à mon avis indispensable pour tout actuaire qui veut quitter l’Europe. Encore une fois, ce n’est pas une critique des instituts européens, juste une constatation que fera tout actuaire qui débarque aux US, ou en Asie (j’ai découvert les examens de la SOA en ’99 car mon collègue de bureau à Hong Kong les préparait)

      – ASA est juste l’étape avant FSA… FSA est trop long à obtenir donc j’éviterais d’en parler. Mais disons qu’on discute avec pas mal de formations, en Europe, pour monter des partenariats, et premettre à des étudiants européens de venir préparer et passer quelques examens (ou jouer sur les accords avec l’ICA) permettant de preque prétendre au titre d’ASA (ou d’AICA). On règle des aspects de forme et de fond, mais on devrait y arriver. Cela dit, l’idée est ensuite que les étudiants deviennent aussi actuaire européen, car la philosophie est radicalement différente… Je trouve que la double formation est riche, avec le titre de la SOA qui est le sésame en dehors de l’Europe, et un titre européen, qui est – à mes yeux – un garant plus fort d’une réelle compétente sur des aspects plus avancés, et plus techniques.

      Mais je reviendrais sur ces points plus longuement bientôt, promis !

          1. salut ,
            merci pour article ci enrichissant j’aimerais savoir la duréé de formation pour abtenir le titre d’ASA

          2. il n’y a pas de “formation”, il n’y a que les examens… la durée est donc la durée mise pour valider les examens… il faudrait aller voir les stats de la SoA

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *