Journalisme Scientifique

Il y a quelques jours, Passeur de Sciences a annoncé que le site du Monde.fr allait abriter plusieurs nouveaux blogs de science. Mon voisin @tomroud a parfaitement résumé la situation en 140 caractères, “plus de blogs sur les sciences sur le monde.fr http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/…. Mais toujours pas (vraiment) de blogs de scientifiques” (il ajoutait quelques minutes plus tard “il semble donc que l’avenir du blog sur les sciences soit le journalisme scientifique. Pas sûr que ce soit un progrès…“), et @marc_rr a poursuivi la discussion sur son blog – tout se passe comme si – avec un long débat passionnant. N’ayant pas l’habitude de poster des commentaires, je vais plutôt mettre un billet sur mon blog, car je plussoie à la vision de @tomroud !

Je suis en train de finaliser depuis quelques jours un article sur les blogs académiques, et à plusieurs reprises, je me suis interrogé sur la distinction entre l’activité de bloggeur académique, et l’activité de journaliste scientifique. Et le débat des derniers jours (je devrais dire des derniers heures) m’a beaucoup éclairé. Je pourrais faire beaucoup de reproches à @passeursciences (et je l’avais déjà fait une fois, dans Martingale et Journalisme Scientifique, suite à la publication d’un article qui, en quelques lignes, avait balayé le travail de centaines de scientifiques, dont deux chercheurs qui auraient un prix Nobel quelques mois plus tard pour ces travaux, justement). Et beaucoup de compliments (j’adore la chronique “Improbablologie“, même si j’ai pris l’habitude de la lire en la version originale sur http://www.improbable.com/, car j’adore l’humour de @marcabrahams). Et dans un commentaire sur le blog de @marc_rr, j’ai eu l’impression que le débat se simplifiait, et que la distinction entre scientifiques et journaliste devenait plus claire,

“Les chercheurs-blogueurs : vous allez sans doute me trouver sévère mais si je dis que j’ai du mal à trouver des chercheurs qui bloguent a/ très régulièrement (au moins une ou deux fois par semaine) b/ en français et sans fautes c/ avec un excellent niveau de vulgarisation (donc sans s’adresser en jargon aux happy few) et d/ sur l’actualité, c’est parce que cela correspond à la réalité. Mais c’est aussi sans doute parce que mes critères sont trop élevés ou trop journalistiques” (a continuer…)

Le problème du jargon scientifique est un vieux problème, qui semble atrocement gêner les journalistes, car ils semblent ne pas le maîtriser. Mais je me suis toujours énervé contre cette tentative de nivellement par le bas (ce qui fait que je prend le clavier aujourd’hui). Cette distanciation forcée enlève beaucoup, et fait rapidement perdre toute crédibilité. Dans son Histoire de la Lecture, Alberto Manguel citait un poète gaulois, Ausone, qui écrivait

Tu as acheté des livres et rempli des rayons, ô amoureux des Muses.
Cela signifie-t-il que tu es désormais savant ?
Si tu achètes aujourd’hui des instruments à cordes, plectre et lyre :
Crois-tu que demain le royaume de la musique t’appartiendra ?

Effectivement, je pense qu’un passionné d’astronomie ne se contente pas de lire Ciel et Espace, il va s’acheter un télescope, et essayer de voir les étoiles par lui même. Et celui qui s’intéresse aux mathématiques ira lire Choux Romanesco etc, avec tout le jargon qui va avec, et voudra aller plus loin. Lorsqu’on a vu les figures d’Esscher, avec les enfants, on a essayé de comprendre pourquoi ça marche ! Alors on a pris nos crayons, nos compas, et on s’est lancé. La science, ça se vit. Je pense que c’est la grande distinction entre les journalistes scientifiques et les bloggers académiques. Dans un vieux billet, sur l’importance du do-it-yourself, j’avais justement expliqué qu’il était important que les gens mettent les mains à la pâte. Je peux citer, par exemple, un autre billet (né d’une discussion avec @imparibus) à l’époque des élections présidentielles. J’avais mis en ligne des graphiques et des codes informatiques pour faire un peu de prévision. Au lieu d’attendre que quelqu’un d’autre le fasse. Dans quelques jours, je dois participer a une discussion (dite grand public) sur le big data. Et un de mes points est qu’il est important de comprendre ce qui se passe, comment fonctionnent les algorithmes qui, soit disant, nous gouvernent. L’affiche de la conférence (j’en reparlerais bientôt sur le blog) associe big data et big brother, et je pense que cette association est (partiellement) fausse : on pense à Big Brother si on se sent dépossédé, et je ne pense pas que ce soit le cas. A condition de comprendre ce qui peut se faire avec du big data, et ce qui reste de l’utopie… Il faut se lancer, et s’approprier le jargon, au contraire ! Je trouve cette démission face à la difficulté incroyable !

Quant à parler de happy-few, c’est tellement méprisant ! Au risque de choquer, il y a du monde qui veut des choses techniques, avec du jargon dedans ! Dans l’article mentionné au début, @passeursciences se félicitait d’avoir 20 millions de pages vues en un peu plus de décembre 2011 (et pas lues comme le dit l’article, malheureusement, on ne saura jamais trop ce que les gens font quand ils arrivent sur nos pages). Je l’en félicite. Personnellement, je suis loin derrière, car depuis décembre 2012 (j’ai fait ma migration assez tardivement) j’en totalise à peine 2 millions. Étant statisticien, je serais le premier à éviter de donner trop de poids à ces chiffres (surtout que je publie, à l’occasion, en anglais, ce qui peut faire augmenter le nombre de lecteurs, et beaucoup de mes articles sont resyndiqués sur des blogs comme , r-bloggers, architects.dzone ou statsblogs – parmi ceux que je connais – ce qui fait baisser le nombre de lecteurs), mais quand on regarde rapidement, ça veut dire que j’ai juste 5 fois moins de pages vues qu’un blog hébergé par le plus grand quotidien français !? En mettant des maths et des formules de codes dans presque tous mes billets ?! J’ai du mal a comprendre l’idée de happy-few, je suis désolé… Cela dit, j’espère que ceux qui viennent sont effectivement happy

PS: sur le français sans faute, je suis malheureusement tout seul sur mon blog, et j’ai beaucoup de mal à me relire moi-même. Mais promis, un jour je me payerais le luxe d’avoir quelqu’un pour relire mes articles avant que je ne les mette en ligne ! Ah ah ah, on peut toujours rêver…


14 thoughts on “Journalisme Scientifique”

  1. Je remet le commentaire que je viens de poster sur mon blog sur la même question :

    Je ne pense pas que ce soit entièrement pertinent de diviser les lecteurs potentiels en « spécialistes » et « grand public ».

    D’une part, chaque spécialiste est amateur dans d’autres domaines. Mais un physicien ou un informaticien ou un chimiste peut lire sur la bioinformatique ou la génomique à un niveau différent d’un boulanger. Moi qui suit biologiste j’aime bien lire la chimie chez http://pourquoilecielestbleu.cafe-sciences.org.

    D’autre part, les personnes dont la profession n’est pas scientifique incluent de nombreux amateurs de science qui soit ont eu des cours de sciences (ingénieurs, médecins, enseignants du secondaire, etc ; voir aussi http://toutsepassecommesi.cafe-sciences.org/2012/06/01/tout-le-monde-doit-pouvoir-lire-la-literature-scientifique-jy-tiens-openaccess/), soit se sont formés tout seul mais peuvent être très motivés. Les blogs peuvent être une source d’information tout-à-fait pertinente, même ceux de niveau un peu élevé.

    Finalement, il faut bien noter qu’un blog n’est pas un article statique : on peut commenter pour poser une question ou demander un éclaircissement, l’auteur peut répondre, et le cas échéant écire un nouveau billet pour mieux expliquer. Ce billet-ci sur l’annotation des génomes est né d’une telle discussion dans les commentaires d’un billet très technique : http://toutsepassecommesi.cafe-sciences.org/2012/07/06/annoter-un-gene-un-genome-cest-quoi/

  2. Attention: la problématique de la vulgarisation ne se résume pas à la question du jargon. Et s’il est évident que les passionnés de maths ou d’astronomie trouveront de quoi les satisfaire dans les blogues mentionnés, que fait-on de tous les non-passionnés? L’essentiel de la problématique de la vulgarisation est là, et ça va bien au-delà d’une distinction entre blogueurs académiques et journalistes. Hé, il y a des cours et des livres d’initiation à la vulgarisation qui n’en font même pas complètement le tour.

    1. Effectivement. Mais bannir le jargon me dérange. C’est comme quand on me demande de ne pas mettre d’équation(s) dans un exposé dit grand public, dans mes transparents. Mes les équations sont justement la pour gagner en clarté. On les mets pour éviter de faire de longues phrases alambiquées, et on les remplace par un symbolisme beaucoup plus simple ! Mais c’est du jargon, effectivement. Expliquer un modèle sans formalisme me dérange. Et pareil pour les conclusions d’une étude. Résumer une une phrase (même longue), c’est souvent réduire les conclusions. Il faut développer la numéracie, apprendre a lire des tableaux, et décrypter des sorties d’étude. Il semblerait qu’une alternative soit les graphiques, et je pense effectivement, qu’on peut clarifier les débats avec des graphiques. Mais une autre forme de pédagogie est nécessaire, car pour comprendre un graphique, et éviter de faire de fausses interprétations, c’est vite compliqué. Mais la réflexion sur les graphiques, et la visualisation d’un message complexe est un sujet qui me fascine (mais sur lequel j’ai encore trop peu de légitimité pour publier fréquemment). A suivre donc ! J’espère…

      1. Que ça vous dérange, c’est normal. Mais vous êtes conscient que c’est un choix à faire: viser le public le plus large possible, et donc faire des compromis (dans le jargon, mais aussi la structure du texte, l’angle, etc.). Ou bien ne faire aucun compromis. Et entre les deux, tous les dosages possibles.

        Sans compter que vulgarisation et enseignement sont des choses différentes, avec des objectifs et des démarches qui leur sont propres

          1. Si nous sommes d’accord, alors je vous ai mal compris. Parce que lorsque vous dites que “le problème du jargon scientifique semble atrocement gêner les journalistes”, vous me semblez mal poser le problème, parce que vous établissez une dichotomie. Quand vous qualifiez cela de “nivellement par le bas”, vous me semblez établir également une dichotomie. Or, vous serez sûrement d’accord pour dire que si on veut mousser la croissance des blogues de science, il va falloir que chercheurs et journalistes se concentrent sur les bons coups des uns comme des autres, et apprennent ce qu’ils peuvent construire en commun.

          2. on est d’accord sur le fait qu’il y a un choix à faire, entre deux visions extrêmes.

            et on est d’accord sur le fait que vulgarisation et enseignement sont des choses différentes, car je ne fais pas de vulgarisation pour mes étudiants.

            pour être plus ‘vulgaire’ dans mon propos, je dirais que je trouve dommage que certains journalistes se contentent des pages des services communications de certaines grosses universités, qui prémâchent certaines études, et que l’on retrouve presque mot pour mot (à la traduction près) dans certains ‘articles scientifiques’ en français. Promis, un jour je ferais un billet sur la communication des universités, pour faire du buzz autour des articles de leurs chercheurs.

            Je fais peut être un raccourci rapide entre ‘journaliste scientifique’ et ‘journaliste qui parle de science’. L’affaire Séralini m’est resté en travers de la gorge (j’avais fait un – trop – rapide billet à l’époque, http://freakonometrics.hypotheses.org/2448). En ce sens, je pense que le jargon (lire des p-values dans une sortie de régression pour analyser la sensibilité d’un facteur par exemple, et remettre en cause car un test multiple ne se fait pas comme un test simple) gêne la plupart des journalistes, qui n’ont pas de formation scientifique suffisante. J’en discutais avec un collègue prof à l’école de journalisme de l’UQAM et qui aime mettre des petites questions de numéracie, qui me racontait les choses effarantes qu’il pouvait lire quand il demandait de calculer des taux de croissances, par exemple… là aussi je vais essayer d’avoir plus de détails pour étayer mon propos.

            Sinon, effectivement, depuis ce matin, je ressens une dichotomie. J’avais l’illusion que ce que je faisais à l’occasion sur mon blog pouvait s’approcher du journalisme. Mais en lisant les commentaires sur http://toutsepassecommesi.cafe-sciences.org/2014/01/27/blogs-scientifiques-blogs-de-scientifiques-et-blogosphere-scientifique-ou-allons-nous/#comment-3945 j’ai vraiment ressenti une opposition forte entre les scientifiques, et les journalistes. C’est ce que disait Tom Roud dans son tweet : ce ne sont pas des scientifiques qui écrivent dans les blog du Monde, mais des journalistes.

            Cela dit, je comprends aussi le point de vue opposé : je comprends que les journalistes ne demandent pas à des scientifiques de tenir des blogs ! Personnellement, je suis incapable de tenir des délais ! Et si je suis productif sur mon blog, c’est parce que je n’ai pas de contraintes ! Sous la contrainte, je ne suis incapable d’écrire !

            Et comme je suis un grand optimiste, je suis persuadé que nos activités sont complémentaires, et qu’avec le temps, l’équilibre va s’instaurer.

            En espérant que mon propos soit plus clair.

  3. J’ai eu la même réflexion que toi au niveau des happy few (sauf que je l’ai faite sans la coucher au clavier).
    Après il est sans doute plus difficle de vendre de l’espace publicitaire à des annonceurs avec un blog comme le tien – qui fait certes deux millions de vues mais sur des sujets qui ne se prêtent pas à une vente publicitaire quelconque.
    D’ailleurs, si je pinaille, je dirais que les pages vues c’est juste un très joli chiffre, souvent très grand, qui permet de faire très joli sur un rapport mais n’indique pas grand chose en terme de visitorat (toujours les mêmes personnes qui reviennent ? Des gens qui viennent via une requête et compulsent ton blog parce qu’ils sont statisticiens ?…).

    Quant au français sans fautes : rassures-toi, ton article ne fait pas mal aux yeux.

    1. c’est un des points (que je soulignais sur Twitter) : je suis un académique, donc payé par mon université pour enseigner, chercher, disséminer. Donc ces considérations d’espaces publicitaires ne me touchent pas (et c’est pour ça que j’évite de parler de stats de fréquentation – je l’ai fait il y a 3 ans, comme exercice de sur des problèmes de prévisions). J’ai une liberté complète ! et de manière très égoïste, je blogue pour moi ! j’ai à ma disposition ce ‘carnet de recherche’, où je note des codes, des liens vers des bases de données ou des cours, et je le laisse grand ouvert, à disposition de tous ceux qui passent ! Merci en tous les cas pour le commentaire !

      1. Mais de rien !
        La liberté du blogueur indépendant est importante – pour le choix des sujets, pour le rythme de publication, pour la longueur des textes. Chaque blogueur ensuite choisit l’image qu’il souhaite donner de son blog – articles courts ou longs, vulgarisation ou pédagogie ou autre – suivant ses aspirations à toucher un public plus ou moins large, plus ou moins spécialisé.
        Comme tu le dis plus haut, avec un optimisme que je partage : les activités de blogueur et de journaliste peuvent être (sont déjà ?) complémentaires. Le traitement de l’information est différent, les publics sont pour l’instant assez cloisonnés.
        Il ne tient donc qu’à nous (blogueurs, mais aussi journalistes, mais aussi lecteurs dans les commentaires) de décloisonner nos publications, et commencer à tisser une toile qui renverrai vers nos collègues, confrères, twitt-amis et autres.
        (ceci est la fin d’un commentaire très bisounours, je trouve).

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.