Merchants of doubt, et le fonctionnement de la science

Il y a quelques jours, La Presse  mettait en ligne un texte intéressant, La BBC déclare la guerre à la « fausse science »

Les changements climatiques n’existent pas, les campagnes de vaccination sont dangereuses et votre téléphone cellulaire est en train de vous tuer à petit feu.

Il fut un temps où il était possible d’entendre ce genre d’opinions à la BBC. Des opinions scientifiques marginales, mais soutenues avec vigueur par certains chercheurs, et que le diffuseur britannique rapportait par souci « d’impartialité ». Mais cette ère est révolue.

Dans un document publié en juillet, la BBC prend une position très ferme sur la fausse science, qu’elle veut désormais évacuer de ses reportages.

« L’impartialité dans la couverture scientifique ne consiste pas simplement à faire état d’un large spectre de points de vue », écrit la BBC, qui croit qu’une application « trop rigide » des principes d’impartialité peut conduire à un « faux équilibre » dans les reportages.

La réflexion de la BBC a été suscitée par sa propre couverture des changements climatiques, qui a longtemps donné la parole aux climatosceptiques. Or, ceux-ci risquent maintenant d’avoir plus de difficulté à s’y voir offrir un micro.

Cet article m’a fait penser à un livre passionnant que j’avais lu l’automne dernier, Merchants of Doubt. Dans mon dernier compte rendu de lecture (ça faisait longtemps) je parlais de Big Data, a revolution that will transform how we live, work and think signé Viktor Meyer-Schönberger et Kenneth Cukier, et de The signal and the noise: Why Most Predictions Fail – but Some Don’t écrit par Nate Silver. Dans ce livre, on voyait comment on était passé d’une recherche de lien causal à une simple recherche de corrélation, dans des gros volumes de données. En fait, je ferais un parallèle avec le livre Merchants of Doubt, car comme l’expliquent Naomi Oreskes et Erik Conway, c’est précisément ce que combattent ce qu’ils appellent les marchants de doutes : tant qu’une relation causale n’est pas établie, le scientifique se devrait de douter (quelques pages – le premier chapitre – sont d’ailleurs en ligne). C’est cette idée que réfute  La BBC déclare la guerre à la « fausse science », et c’est l’histoire de ce principe (et des dérives qui ont suivi) que raconte ce livre.

  • L’expérience de l’industrie du tabac, et le doute

Pour la première partie, sur l’industrie du tabac, le Guardian illustrait une critique du livre avec une image tirée de Mad Men. Et effectivement, on ne peut s’empêcher de penser à Mad Men quand on lit ce qu’a pu faire l’industrie du tabac pour miner la recherche.

Le chapitre est passionnant, mais la plupart des faits sont connus. Ce qui est intéressant, c’est que ce qui s’est passé sur le tabac a été pionnier, le système n’a cessé de se répéter. Et plus intéressant, on va retrouver (sur des sujets sans cesse différents) les mêmes personnages (on pensera à Fred Seitz)

En un sens, malgré les nombreuses pages en fin de livre, les ressources proposées sur http://merchantsofdoubt.org/ sont légères, trop légères… J’entends par là des ressources plus scientifiques, plus que sur l’analyse des rapports publiés par tel ou tel scientifique, financé par telle ou telle compagnie. C’est un peu dommage. Par exemple, en cherchant à en savoir plus, j’ai presque plus appris en lisant The ethics of consulting for the tobacco industry, de Rubin. Sinon on pourra relire un article intéressant d’Andrew Gelman sur Darrell Huff (oui, l’auteur du fameux How to Lie with Statistics) et l’industrie du tabac. En fait, en tant que statisticien, j’aurais voulu en savoir un peu plus…. Mais en trainant un peu en ligne, on peut assez facilement compléter la lecture du premier chapitre (je conseille d’ailleur un article paru dans The Economist paru voilà plusieurs mois).

  • La guerre des étoiles et la communication scientifique

Le chapitre suivant, sur la guerre des étoiles, qui amorce les discussiosn sur le réchauffement climatique est très instructif, entre autre pour comprendre l’importance du Goddard Institute for Space Studies. Mais surtout, j’ai beaucoup aimé la section autour de la publication scientifique, et l’épisode où Sagan fait de la vulgarisation scientifique pour faire passer des idées non encore publiées… Les quelques pages sont très intéressantes pour comprendre le processus de la communication scientifique,

In April 1983, a month after Reagan’s Star Wars speech, the workshop was held in Cambridge, Massachusetts. The nuclear winter paper survived peer review with only minor revisions. Then it was examined by the biologists, who found it sufficiently compelling to draft an article of their own on the biological consequences of nuclear winter and to schedule a “Conference on the Long-Term Worldwide Biological Consequences of Nuclear War” for October 31. Thirty-one scientific and environmental groups, including the Federation of American Scientists, the Union of Concerned Scientists, the Environmental Defense Fund, and the Sierra Club, contributed funds. 47 A satellite link to Moscow allowed Soviet scientists to participate, too.

This was all a bit out of the ordinary-particularly the use of a workshop to review a scientific paper (normally scientists get papers to review in the mail, or these days by e-mail)-but it didn’t violate scientific protocols. Something else, however, did: Sagan jumped the gun on the public conference and on the formal publication of the paper in a manner that seemed designed to garner maximum public attention. The day before the conference, Sagan published a three-page summary of the nuclear winter hypothesis in Parade, the Sunday supplement magazine with a circulation of more than ten million. Sagan explained to Parade readers that in the model of a five-thousand-megaton nuclear exchange, “land temperatures,
except for narrow strips of coastline, dropped to minus 25 degrees Celsius and stayed below freezing for months.” This would kill food crops and livestock, and lead to mass starvation among survivors who hadn’t already perished in the blast. Sagan’s words were accompanied by a set of scary drawings showing the dark nuclear clouds creeping inexorably across the Earth’s surface. A text box – “Something you can do” – admonished readers to support nuclear arms reduction or the nuclear freeze, and to write to President Reagan and Soviet leader Yuri Andropov.

(…)

Finally the actual scientific paper came out. Its title was II Nuclear Winter: Global Consequences of Multiple Nuclear Explosions,” but it came to be known as TTAPS for the last names of its authors: Richard Turco, O’Brian Toon, Thomas Ackerman, James Pollack, and Carl Sagan. Paired with the paper by Paul Ehrlich and colleagues on the biological consequences of nuclear war, it was published in the December 23 issue of Science, the most prestigious scientific journal in the United States. It was accompanied by an editorial by the magazine’s publisher, William D. Carey, who congratulated the scientists for helping to bring to life the “conscience of science.” Scientists, he argued, had the responsibility to “look squarely at the consequences of violence in the application of scientific
knowledge.”

(…)

On one level, then, the scientific process worked. Scientists took the nuclear winter hypothesis seriously, and worked through it,  evaluating and improving the assumptions, data, and models supporting it. Along the way, they narrowed the range of potential cooling and the uncertainties involved, and came to a general consensus. Without actually experiencing nuclear war, there would always be quite a lot of “irreducible uncertainty” in the concept-no one denied that-but overall, the first-order effects were resolved. A major nuclear exchange would produce lasting atmospheric effects
that would cool the Earth significantly for a period of weeks to months, and perhaps longer. It would not be a good thing.

But on another level, many scientists were unhappy with the way the
whole thing had played out. Sagan’s behavior-publishing in Parade and Foreign Affairs before the peer-reviewed TTAPS paper had appeared in Science-was a violation of scientific norms. Moreover, the Parade article presented the TTAPS worst-case scenarios and omitted most of the caveats, so to some scientists it didn’t appear as an honest effort in public education. Some saw it as outright propaganda. Some decided it was appropriate to complain.
MIT professor Kerry Emanuel, a hurricane specialist, was particularly chagrined, and accepted an invitation from the editors of Nature to reply. In a letter entitled “Towards a scientific exercise,” he attacked the nuclear winter movement for its “lack of scientific integrity.” He criticized their work for failing “to quantify the large uncertainties associated with estimates of the war-initiated fires and their combustion products, [for] the highly approximate nature of the global circulation models used in the calculations, and [for] the appearance of the results in popular literature before being exposed to the rigors of peer review. “

(etc). Toute la section est fascinante pour comprendre ce qui va suivre…

  • La négation du changement climatique

Le chapitre sur le réchauffement climatique (le sixième) est lui aussi passionnant, et c’est le plus commenté, Je conseille d’ailleurs Oreskes/Conway’s Merchants of Doubt Draws Extensive Climate Denier Connections, mais la lecture la plus intéressante est probablement The Climate Change Debates publié par Philip Kitcher dans Science. Le chapitre est très instructif, dans la continuité des précédants.

Et si je lui reprochais à sa lecture de ne pas être un ouvrage scientifique (qui reprend les aspects de désaccords, qui m’intéresse, toujours en tant que statisticien), c’est peut être aussi un point fort du livre : c’est un livre parfait pour l’été. On y parle de production scientifique, de communication scientifique, sans jamais rentrer dans les aspects techniques. Ce qui est parfois un peu reposant…

Je devrais peut ètre aussi mentionner que le livre a été publié et français, avec d’ailleurs une version poche.



Cite this blog post
Arthur Charpentier (2014, August 4). Merchants of doubt, et le fonctionnement de la science. Freakonometrics. Retrieved May 21, 2024, from https://doi.org/10.58079/ouwi

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.