Le Père Noël et le pari de Pascal (spoiler alert)

Les enfants ont beau grandir, Noël reste un moment magique. Bien sûr, le plus grand nous dit depuis des années qu’il n’y croit plus, et sa sœur le suit. Mais quand même… on a toujours l’impression que juste au cas où, ça pourrait valoir le coup d’y croire. Comme le Dieu de Pascal. Ouais, c’est bien de faire le grand en disant qu’on n’y crois plus, mais s’il existait, même avec une très faible probabilité, ça ne vaudrait pas la peine d’y croire encore un peu ? Pour ceux qui ne connaîtra pas le pari de Pascal, il existe une version courte, et illustrée, avec Calvin et Hobbes,

Pour la version originale, signée Blaise Pascal, on pourra relire le paragraphe 233 des Pensées,

Dans ce jeu, la stratégie minimax pousserait à croire en Dieu, pour éviter d’aller en enfer (correspondant à une perte infinie, que rien ne peut compenser). Il y a plusieurs points commun entre les deux situations. Par exemple, je trouve que les parents reproduisent bien le comportement de l’église, en faisant planer le doute et en utilisant des rituels soi-disant millénaires. Bon, la grande différence, c’est qu’on n’a qu’une vie (ou qu’une mort), mais il me semble que Noël revient tous les ans. En plus, si Dieu n’existe pas, il n’y a rien à la place… alors que si le père Noël n’existe pas…

(pour d’autres réflexions sur Noël, http://buzzfeed.com/ariannarebolini/…)


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.