Hackers (par Steven Levy)

Ce soir, j’ai pris un peu de temps (au lieu d’avancer le corrigé pour mon examen) pour finir les dernières pages qui me restaient de L’Ethique des Hackers, traduction en français de Hackers: Heroes of the Computer Revolution, par Steven Levy. Et je vais prendre un peu de temps pour en parler ici, parce que ce livre m’a captivé (et poussé à en acheter d’autres car je suis resté sur ma faim, mais on en reparlera plus loin).

Avant de commencer, pour être honnête, je dois avouer que le style m’a un peu dérouté (surtout au début) et j’ai un peu regretté de ne pas l’avoir acheté en anglais. Le style m’a fait pensé à Tom Holland, par exemple, qui romance énormément l’Histoire. Par moment, on a des doutes, et on se demande s’il n’en fait pas un peu trop, en prêtant à ses personnages des propos fictifs, et imaginés. Mais d’un autre côté, cette humanisation permet de suivre davantage, et de rester accroché tout du long !

La première section est assez incroyable. Surtout pour moi qui connaît peu de choses sur les ordinateurs. Elle parle des hackers de Boston dans les années 60. C’est d’ailleurs fascinant de noter (ça reste vrai assez longtemps dans le livre) que le mot hacker est très souvent associé à hacker de matériel. Autrement dit, les hackers ne font pas du code, ils font avant tout de la soudure, du câblage, et du hardware. On comprend vite pourquoi le Tech Model Railroad Club du MIT – un peu exotique quand on y pense – était au cœur de cette bande ! J’étais content de retrouver des histoires que pouvait raconter André, un informaticien que je côtoyais quand je travaillais à l’INSEE, et qui avait connu l’époque des cartes perforées, et des gros algorithmes pour manipuler un fichier de recensement avec plusieurs dizaines de millions d’enregistrements. Car malgré tout, Levy parle un peu de code et d’algorithme, et surtout de collaboration : les codes sont libres, l’information doit circuler. Bref, Levy parle de choses qui me parlent énormément… Le seul reproche sur cette période est qu’il y a peu de photos.

Par exemple, j’ai découvert l’importance de Spacewar, jeu que l’on voit longuement évoqué… mais je me demandais en permanence: mais à quoi ça peut ressembler un jeu de fusées en 1960 (la seule photo est celle représentée au dessus) ? Eh bien, ça ressemble à ça…

Décevant, non ? un peu je trouve… La première partie est vraiment instructive, mais les étudiants de Boston passent pour des fous, autant prévenir. En fait, j’ai nettement préféré la seconde partie, correspondant aux années 70, sur la côte ouest cette fois, où on quitte le MIT pour Berkeley. D’ailleurs, en lisant cette partie, j’ai regretté de ne pas avoir eu le temps d’aller au Computer History Museum cet été, lorsque nous étions à San Francisco (il va falloir y retourner !).

Dans cette partie, on commence à parler de micro-informatique, de BASIC et de FORTRAN. Et de philosophie de l’informatique. J’y ai découvert la lettre de Bill Gates, datant de 1976 (il a alors tout juste 20 ans) qui pose des questions dont il est question dans tout le livre, sur la propriété des codes, sur les droits d’auteurs… autant de concepts qui me sont totalement étrangers, comme tous ceux qui passent sur le blog doivent noter. Je ne comprends pas quand quelqu’un met des © sur ses graphiques, ou quand quelqu’un me demande la permission d’utiliser mes codes dans ses notes de cours… J’avais eu une discussion avec Marin sur mon utilisation d’images sur mon blog (cela dit, j’ai supprimé mes images de Tintin) mais j’avoue que c’est un sujet qui me dépasse et que je ne comprends pas. Et en ce sens, lire sur le Homebrew Computer Club par exemple m’a permis de mieux comprendre ma philosophie vis à vis de l’informatique… J’ai appris à quel point le logiciel libre (je parle de logiciel, mais dans les années 70, on parle autant de hardware que de software) est au cœur de l’histoire de l’informatique (car plus qu’une histoire de hackers, c’est une histoire de l’informatique que livre Levy). Et au milieu de cette effervescence des années 70, en Californie, des gens comme Bill Gates sont des marginaux,

Toute la seconde partie du livre est réellement fascinante, autour de Steve Wozniak (entre autres) et du libre. La troisième partie est autour des jeux vidéos, et c’est un sujet qui me passionne moins, donc je passerais (même si j’ai appris plein de choses, et que la discussion sur la propriété et les licences commence réellement autour des jeux, on pensera aux pages sur les copies de PacMan pour ordinateurs, inspirés par les versions arcade).

Un bémol est qu’il s’agit de l’histoire américaine de l’informatique. Certes, cela englobe une grande partie de l’histoire, mais quitte à lire sur les logiciels libres, et sur la philosophie des hackers (ce qui Levy appelle éthique), j’aurais bien aimé voir apparaître des gens comme Linus Torvalds voire Eric Raymond. Cela dit, on a déjà 500 pages, et je dois avouer que j’ai appris plein de choses. Mon père m’a fait découvrir l’informatique dans les années 80, je me souviens avoir tapé du BASIC pour faire des jeux, et j’ai découvert l’informatique avant l’époque des logiciels propriétaires. Et je suis content d’avoir appris beaucoup de choses sur cette époque où les propos tenus par Bill Gates étaient les propos que peu de gens tenaient… J’ai aussi aimé lire un livre où le mot hacker n’était pas connoté négativement (je m’étais déjà énervé dans un précédant billet).

Bref, j’ai dévoré cette Ethique des Hackers (il faut dire qu’il fait froid en ce moment à Montréal, et que j’ai tendance à préférer le métro à mon vélo… ce qui me laisse plus de temps pour lire), et je vais probablement continuer, avec Where Wizards Stay Up Late sur l’histoire de l’internet… à suivre donc.

Pour la petite histoire, j’ai pris un coup de vieux le week-end dernier, quand j’ai voulu revoir (avec mon fils) War Games de John Badham (qui date de 1983). Le film m’avait beaucoup impressionné lorsque je l’avais vu, par son caractère science fiction (je pense que la réflexion sur l’utilisation de l’ordinateur m’avait alors échappé). En le revoyant, 30 ans après sa sortie, j’ai eu du mal à expliquer à mon fils ce qu’était une disquette (la 8 pouces, dans le film… même moi je n’ai pas connu ça), ou le bruit que faisait quand on se connectait sur internet… tiens, d’ailleurs, je ne vais pas bouder mon plaisir,

Surtout, dans le film, on y voit qu’un hacker est avant tout un hacker de matériel… tout comme le livre de Levy,

Bref, plusieurs expériences qui m’ont donné envie de me replonger dans l’histoire de l’informatique, pour en savoir plus ! A suivre donc !



Cite this blog post
Arthur Charpentier (2013, December 12). Hackers (par Steven Levy). Freakonometrics. Retrieved May 25, 2024, from https://doi.org/10.58079/out0

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.