Erdos, Facebook, et les réseaux (ou pourquoi il faut aimer ses profs)

Ambitieux programme, je sais. Et autant le dire tout de suite, ça risque fort de partir dans tous les sens…

Dans un précédant billet je parlais du nombre d’Erdős, qui est l’équivalent de la théorie des 6 poignées de main (qui semble être de 4.74 pour les personnes sur Facebook, ou peut-être encore moins sur Linkedin où j’ai constamment l’impression que j’ai des connaissances communes avec tout le monde !) pour des mathématiciens. Dans un cas, on nous dit que toute personne sur terre peut être reliée à n’importe quelle autre, au travers d’une chaîne de relations individuelles comprenant au plus cinq autres maillons. Dans le second cas, on nous dit que les chercheurs en maths peuvent se relier entre eux, via leurs coauteurs (en passant par Paul Erdős au pire). On peut d’ailleurs faire un calcul explicite, en ligne (je me suis rendu compte que j’étais plus proche de plusieurs médailles Fields que je ne le pensais…). Cela dit, coauteur de papiers, et amis sur Facebook, ce n’est pas la même chose (si j’en crois la manière dont certains collègues peuvent parler de leurs (anciens le plus souvent) coauteurs). Tout ça pour dire que le réseau d’un chercheur va bien au delà coauteurs. J’en parle d’autant plus volontiers qu’il y a beaucoup de collègues avec qui je m’entends très bien, avec qui j’ai pu passer des semaines de vacances quand on était au doctorat par exemple ou que l’on continue à croiser, avec ou sans enfants, qui passent faire un BBQ a la maison quand ils sont de passage à Montréal (quand ils ne squattent pas une semaine à la maison), etc. Bref, comme le disait une personne de mon jury de thèse, ‘le monde académique est petit‘ (‘tout petit‘ aurait dit David Lodge).

Pourquoi je raconte tout ça ? Ce matin, Luziadell me faisait découvrir (via Twitter) une ‘étude’ qui disait que “recruiters spend only 6 seconds reviewing an individual resume“. Ce qui m’a fait pensé à plusieurs discussions suite a mon billet du milieu de la semaine, où je disais (dans un commentaire) que je n’avais plus le temps de lire les CV que je recevais, comme beaucoup de collègues (faute de temps, mais aussi parce qu’on n’y comprends vite plus rien). Pour être plus précis (et plus honnête), si je ne lis plus les candidatures spontanées pour les stages, en revanche, je lis en détails les CV pour l’admission à la maîtrise et au doctorat (et pareil pour le recrutement, où on a moins de dossiers qu’en maths pures). Mais comme je le disais, souvent, je lis un CV et je ne sais pas trop quoi en penser… Et le secret, c’est le réseau ! C’est à dire qu’au lieu de me fier au CV, je vais essayer de voir si je connais un prof dans une formation qui aurait pu connaître l’étudiant, et j’essaye de le contacter. Je peux raconter une expérience qui commence à dater (il y a maintenant prescription) : lorsque j’étais enseignant à l’ENSAE, j’ai été sur un comité qui gérait les admissions sur titre (hors concours). Le but était, à partir de 50 dossiers, faire un classement. Classer les gens, à partir d’information différentes est difficile, et je me suis rendu compte que les notes comptaient, mais ce n’est pas ce qui était regardé en premier. Je me souviens que les personnes les plus seniors regardaient beaucoup les lettres de recommandation. J’ai été choqué sur le moment, trouvant que ce n’était pas juste. Mais avec le recul, je me rends compte que c’est au contraire le meilleur système (en combinant cette information avec les autres, cela va de soi). En contrepartie, il faut, bien entendu, ne recommander que si les étudiants le méritent (sinon notre recommandation perd tout crédit). Depuis, je recommande, toujours avec parcimonie, pour que mes étudiants trouvent des stages, ou soient admis sur dossier dans des formations. Et je pense que ça marche1… Maintenant je suis aussi lucide sur le fait que ma recommandation ne fait pas tout, loin de la. Mais il y a une forte corrélation entre les deux… heureusement.

Quand j’étais encore jeune, mon père m’avait expliqué que ce n’est pas le nom de la formation qui fait sa valeur, ce sont ses élèves. Avec l’expérience, je dirais que ce sont aussi ses enseignants2. Par exemple, là où j’enseigne, tous les cours sont données deux voire trois fois par an. Et pas par le même prof. Je suis exigeant. Très exigent. Et je sais qu’un étudiant qui a eu 80 avec moi aurait pu avoir 90 avec un autre. C’est injuste si l’on se dit que les employeurs ne se fient qu’aux relevés de notes. Mais je ne changerais pas mes standards pour autant3. Les profs assurent le prestige de la formation auprès des autres formations (compte tenu des échanges qui existent entre les institutions), mais aussi des employeurs. Ceux qui ne sont pas convaincu pourront relire l’article dans l’agefi.fr sur Nicole el Karoui, à “qui les les marchés lui disent merci !” pour avoir su “créer une formation unique en analyse quantitative, très prisée des salles de marché“. Et je pourrais en trouver d’autres ! Dans ce jeu triangulaire employeurs-enseignants-élèves, les enseignants jouent un rôle non négligeable !

L’an passé, il y avait eu des (grosses) manifestations au Québec contre la hausse des frais d’inscriptions (au moins au départ), et je n’ai jamais caché mon point de vue. Je n’aime pas l’idée de voir les étudiants venir des consommateurs à l’épicerie des diplômes, car j’ai l’impression que beaucoup (trop) d’étudiants cherchent un diplôme plus qu’une formation. Je suis toujours navré quand après plusieurs cours, les seules questions qui me sont posées sont “ça sera à l’examen ?”. Il faut arrêter de croire que le diplôme a un sens. Comme je le disais, on ne lit plus les CV, on ne regarde plus quel cours vous avez fait, on ne sait même plus comment juger les notes ! Par contre, si vous êtes soutenu par un enseignant, j’ai l’impression que cela ouvre des portes, que ce soit pour poursuivre des études ailleurs, ou pour trouver un travail intéressant… Moralité ? Aimez-vos profs ! (ou à défaut, respectez les un minimum)4.

1.Cela dit, un danger avec ce système est que parfois, les personnes qui ne lisent pas les CV ne prennent pas le temps de lire les recommandations. J’ai eu cette mésaventure une fois, car je dois avouer que j’ai du mal à dire non. Bref, un étudiant voulait absolument que je le recommande. J’ai accepté (en précisant – comme toujours – que j’enverrais directement la recommandation à l’employeur, afin de donner plus de cachet). Ma ‘recommandation‘ était de ne pas embaucher l’étudiant (la lettre était longue et argumentée).. et l’étudiant a été embauché..

2. Si j’osais un parallèle, je mentionnerais une phrase mentionnée dans how Google sold its engineers to managenent, qui disait “people don’t quit companies—they quit managers“, que je traduirait en disant que ce n’est pas la marque de la compagnie pour laquelle on travaille qui fait l’emploi, ce sont les collègues, et avant tout le manager. Transcrit en termes d’études, je disais que ce n’est pas le nom de la formation qui fait sa qualité, ce sont ces enseignants (qui en sont- quelque part – les managers).

3. Ce n’est pas rationnel car dans ce jeu, les professeurs sont évalués par les étudiants, et les évaluations fournies sont utiles pour la promotion des professeurs. Mais j’ai arrêté de lire les évaluations. Je veux dire que juger si un prof est dynamique, s’il est souvent en retard, etc, c’est une information intéressante, mais si on traîne un peu sur des sites comme http://ratemyprofessors.com/, par exemple, on voit que ça va beaucoup plus loin ! Je suis assez mal a l’aise quand un jeune de 22 ans dit que son professeur de probabilité ne connaît pas la matière alors que c’est une star sur le domaine, et que ses livres font références. Oui oui, c’est un exemple réel que j’ai pu voir… C’est amusant de traîner un peu sur ce site, on comprend mieux ce que cherchent les étudiants qui prennent le temps de remplir des évaluations (un prof sympa a l’examen qui place des jokes régulièrement). Par contre, pour revenir au point de mon paragraphe, être ‘juste’ sur les notes est important dans la mesure où je pars du fait que quand je mets une note, je donne une forme de recommandation…

4. et non, ce billet n’était pas (uniquement) destiné à l’étudiant qui m’a envoyé un courriel laconique hier “salut, c’est possible d’avoir les données pour le devoir ?


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *