Maudits Français…

S’il y a une tâche que je déteste par dessus tout dans ma vie d’enseignant-chercheur, à Montréal, c’est celle de traducteur de CV de Français. Assez (pour ne pas dire trop) régulièrement, on me demande de donner un coup de main pour décoder le CV d’un étudiant Français, à la recherche d’un “stage“. Sous prétexte que les Québécois parlent le français, beaucoup d’étudiants nous envoient des CV en français, malheureusement dans une langue qui ne parle qu’aux français (de France). On y entend parler de “CPGE” (souvent sans expliquer ce que cela signifie), de “Master” ou pire, de “Stage de Master 2”. Je me souviens de dialogues savoureux avec des collègues,

ça veut dire quoi ça M2 ?
– ça correspond à la deuxième année de maîtrise, en gros… [ndlr oui, LMD c’est un système qui n’existe pas en dehors de l’Europe, le reste du monde raisonne davantage en undergraduate et graduate studies je pense]
donc ils écrivent leur mémoire ?
euh, non, ils ont encore plein de cours, tu vois ça sur le relevé de notes…
ils suivent tant de cours que ça ?
en fait, un cours, je ne sais pas trop combien ça fait d’heures, mais c’est souvent une vingtaine… il n’y a pas marqué le nombre d’heures dans le relevé de notes ? [ndlr à Montréal, un cours c’est 45 heures, et quand on suit des études graduées, c’est rare d’en suivre beaucoup]
non… d’ailleurs, pourquoi il a suivi autant de cours de physiques ? il veut être ingénieur ou faire de la finance ? s’il veut faire de la finance, pourquoi il n’a pas fait une formation en finance, avec quelques cours d’économie plutôt ?
euh… c’est compliqué  c’est le principe des école d’ingénieurs en France… souvent les élèves regardent le “classement” des écoles et pas ce qui y est enseigné… donc tu peux rentrer dans une école d’électronique avant de te rendre compte que tu aimes la finance computationnelle [ndlr suit souvent une longue discussion sur les écoles, ou la variétés d’écoles, ce qui embrouille tout le monde, car toutes les écoles ont des noms proches, et qui fait que personne n’y comprend rien]
ah ? [ndlr je vais simplifier le message d’incompréhension qui suit mon long monologue]  et 14.23 c’est bien comme moyenne ?
ça dépend,  ne veut pas dire grand chose… tiens, regarde le classement
il n’y a pas de classement…
pfffff qu’est-ce que j’en sais moi….
s’il est bon, pourquoi il ne reste pas faire son mémoire en France ? si j’ai un bon étudiant en maîtrise, je le garde au moins jusqu’à la fin de son mémoire [ndlr oui, quand tout se passe bien, à Montréal, quand un étudiant est inscrit en maîtrise, il suit son directeur pendant les deux ans, ce dernier en contrepartie le finance]
– non, c’est pas un mémoire qu’il cherche, il veut un “stage”, c’est obligatoire… normalement tu le fais en entreprise, mais tu peux aussi le faire dans un labo universitaire
en entreprise? mais il a fini ses cours?
– ben oui, je pense
– pourquoi il travaille pas alors? il pourrait chercher un emploi, ça serait mieux payé
– en fait je crois qu’un stage, c’est une période d’essai pas cher, avant une embauche…. c’est un peu une arnaque, mais ça marche comme ça en France.
– c’est louche ton histoire. S’il veut travailler en entreprise ensuite, autant qu’il cherche un stage en entreprise, et s’il veut le faire dans un labo, c’est qu’il veut faire un doctorat par la suite ?
euh… effectivement, je sais pas trop….
bon, tu nous embrouilles avec tes français, on comprend rien, on va relire les CV reçus d’étudiants de Téhéran, au moins ils sont plus clairs !

Je pense que tous mes collègues qui sont passé par le système français, et qui sont maintenant à l’étranger (disons en dehors de l’Europe) ont tous vécu des histoires similaires. Les étudiants français sont souvent bons, mais ils sont incroyablement mauvais pour se vendre ! Je ne peux que conseiller aux étudiants de tenter de postuler pour faire des césures, des stages, des semestres à l’étranger ! Mais il fait comprendre que personne ne comprend rien à vos CV ! On reçoit des applications de toutes les régions du monde, et les CV de Français sont les plus durs à comprendre, car aucun effort n’est fait pour qu’un étranger le comprenne. Je ne dis pas que c’est simple. Sur http://fr.wikipedia.org/, il y a un schéma censé comparer le système d’éducation supérieur au Québec et en France (ou disons une version simplifiée de la France), qui éclaire un peu, mais il faudrait aller un peu plus loin. Peut-être faudrait-il traîner un peu en ligne pour voir des CV d’étudiants de maîtrise, voir des formats que l’on a l’habitude de recevoir. Les commentaires sont ouverts si quelqu’un a des suggestions… mais personnellement, j’en ai marre de faire le boulot et de ré-expliquer le fonctionnement d’un système que j’ai de plus en plus de mal à comprendre…

[ndlr to be continued….]

 

[mardi 26 novembre] Grâce à Emmanuel Davidenkoff, il est possible d’entendre ce billet ! on n’arrête pas le progrès ! (merci à Mathieu et @FrenchRedFrog qui me l’ont appris ce matin)


15 thoughts on “Maudits Français…”

  1. Bonjour,

    en tant que modeste étudiant-ingénieur en France, je vais tenter de répondre à toutes vos interrogations.

    Le système éducatif français nous fait passer par le lycée (vos CEGEP). A la fin de ce lycée nous passons un examen national (que j’habite à Paris ou à Lyon, c’est le même examen) : le Baccalauréat.
    Les mentions du baccalauréat sont : passable (entre 50 et 60%), assez bien(60 à 70%), bien (70 à 80%) et très bien (au dela de 80%). En termes de statistiques, veuillez noter qu’environ 5 à 7% des étudiants français recevant le baccalauréat obtiennent la mention “très bien” (soit environ 4 à 6% du nombre total d’étudiants passant l’examen).
    Vous pouvez d’ores et déjà voir que, comparé au système nord-américain (j’étudie en université québécoise pour cette session), dans lequel une masse de travail raisonnable permet facilement d’atteindre 90%, il est, en France, nettement moins aisé d’atteindre ces pourcentages (cela répond deja en partie à votre question :”mais, 14.53 c’est bien ?”).

    Suite à l’examen du baccalauréat, les étudiants qui l’ont obtenu possèdent plusieurs choix très variés pour leurs études supérieures :
    – Aller dans une université/faculté (exemple : fac. de maths, fac. de lettres, fac. de droit etc.)
    – Aller en DUT (Diplôme universitaire technologique : 2 ans) : une formation principalement technique dans un domaine particulier (DUT éléctronique, DUT informatique, DUT gestion des entreprises et des admnistrations etc.)
    – Aller en BTS (Brevet de Technicien Supérieur : 2 ans) : plus ou moins équivalent au DUT, quoiqu’un peu moins technique en général.
    – Entrer en école (école d’ingénieur, école d’infirmière, école de commerce etc.)
    – Entrer en “prépa”, ou les fameuses “CPGE” (pour Classe Préparatoire aux Grandes Ecoles : 2 ans) : ce sont des classes reservées aux étudiants “d’excellence”, dans lesquels la formation est extrêmement éprouvante (pour plus d’informations, vous pouvez toujours regarder ce reportage : http://www.youtube.com/watch?v=PyqiXMPz_Z8), avec des étudiants poussés à leurs limites extrêmes (journées de travail de 15-18h !). A la fin de ces deux années de “prépa”, les étudiants passent des concours pour les “grandes écoles”, avec, parmi les plus connues, Polytechnique Palaiseau, Centrale Paris, ou Arts et Métiers, par exemple, pour les écoles d’ingénieur (comme vous pouvez le voir sur le classement des écoles post-prépa : http://www.letudiant.fr/palmares/classement-ecole-ingenieur-apres-prepa.html) . Il existe des prépa scientifiques (PC : Physique-Chimie, MP : Maths-Physique, SI : Sciences de l’ingénieur, PT : Physique-Technologique, BCPST : Biologie-Chimie), des prépa commerce, et des prépa littéraires. Néanmoins, beaucoup de très bonnes écoles (notamment en ingénierie) sont joignables dès la passage du bac, et recrutent sur dossier (les INSA étant les plus réputés en France, comme vous pouvez le voir sur ce classement des écoles post-bac : http://www.letudiant.fr/palmares/classement-ecole-ingenieur-apres-bac.html). Notez d’ailleurs qu’à ce niveau là, la prépa n’est pas forcément gage de réussite car même en arrivant au bout des deux années de prépa, il est fortement probable que l’étudiant obtienne une école moins réputée que les meilleures écoles en post-bac… A méditer pour nos jeunes lycéens, et pour leurs parents qui les poussent en prépa, quand, aujourd’hui, plus de la moitié des étudiants en école d’ingénieurs ne provient plus de prépa.

    Nous arrivons donc sur votre interrogation : “- euh… c’est compliqué c’est le principe des école d’ingénieurs en France… souvent les élèves regardent le “classement” des écoles et pas ce qui y est enseigné… donc tu peux rentrer dans une école d’électronique avant de te rendre compte que tu aimes la finance computationnelle”.

    A la fin de la prépa, l’étudiant passe ses concours et choisit le plus souvent l’école qui est la plus haute classée dans les classement fournis plus haut. Certaines écoles (les INSA, mais aussi les ICAM, les UT, les ENSAM, les Centrale, ou encore Polytechnique) proposent des formations variées, mais d’autres sont très spécialisées : Supaéro : aéronautique, ENSIACET : Chimie, AgroParisTech : Agronomie etc.
    C’est pour ça qu’il est possible pour un étudiant de se retrouver dans une école très spécialisée sur un sujet qu’il n’affectionne pas particulièrement. C’est aussi quelquechose à réfléchir quand on entre en prépa…

    Concernant les notes, comme je l’ai dit auparavant, et, me basant sur mon école en France, et sur les écoles de mes amis, il est, en général, difficile d’obtenir plus de 15/20 (75%) à un examen. Qui plus est en école d’ingénieur. Par exemple, le major de ma promotion est à 15.20 de moyenne générale (75.2%), et le deuxieme est à 14.83 (74.15%). En élève de milieu de promotion tourne environ à 12.5-13 (63-65%). Ce que dit Christian est d’ailleurs faux concernant la validation des enseignements. Dans mon école, il faut avoir la moyenne (10/20) dans chaque unité d’enseignement pour valider l’année. Il est donc, dans l’absolu, possible d’avoir 17/20 de moyenne générale et de redoubler son année si on loupe 2 matières avec 9.90 de moyenne.

    Ensuite, la notion de stage semble différente ici, au Canada, et en France. Dans les écoles d’ingénieur, les stages sont obligatoires (imposés par la CTI : Commission des Titres Ingénieurs, qui délivre le diplôme ingénieur). Un stage de 6 mois est obligatoire en fin de cursus, c’est à dire au 10eme semestre post-bac (ou 2eme semestre de 5eme année), ainsi qu’un autre stage de 3 mois plus tôt. Ces stages peuvent être faits en labo, ou en entreprise. Néanmoins, il est assez difficile, en France, d’obtenir un stage en entreprise pour 3 mois car celles-ci sont souvent peu intéressées par (je cite un recruteur de CapGemini) : “un investissement à long terme. On préfère prendre des stagiaires de 5eme année qui auront la possibilité d’être recrutés immédiatement à la fin du stage”.

    Il est aussi à noter que pour nous, étudiants ingénieurs, le système LMD ne signifie rien puisque dès l’entrée en école d’ingénieurs, nous n’avons rien jusqu’au diplôme. Mais c’est vrai qu’il est à peu près équivalent de dire que Licence (ou années 1-2-3 d’école ingé) = undergraduate et Mastère (années 4-5) = graduate.

    Si vous avez d’autres questions,n’hésitez pas à réagir.

    1. merci pour ce long commentaire,

      comme l’explique mon CV, j’ai fait 3 ans de prépa en France il y a maintenant plusieurs années, avant d’intégrer une école, j’ai été prof ensuite dans plusieurs écoles (ENSAE, ENSAI, X, ENSTA, y compris des sup’de co) et dans plusieurs université (Paris IX, Paris I entres autres) avant d’avoir un poste de Maître de Conférence a Rennes 1. Tout ça pour dire que je connais le système. Et ce qui explique que mes collègues me demandent des explications régulièrement. Mon point n’était pas de me faire expliquer le système français, mais plus de rappeler que si les élèves d’école se sentent les rois du monde en France, quitté le sol français, ils sont souvent mal jugés (car comme je le dis, personne ne sait trop comment lire leur CV). La aussi, j’ai eu l’opportunité de travailler en Chine après mes études, et on m’a rapidement fait descendre de mon Piédestal. Vu de l’étranger, il est plus simple de lire le CV d’une étudiant universitaire français que celui d’un élève d’école.

      Quant aux notes, j’avais aussi étudié dans plusieurs billets de ce blog la distribution des notes, en France, et au Canada. Mais comme je le disais, le fait que les cours n’aient pas la même durée pose un soucis. Un cours de “Probabilité 2” de 20 heures, c’est quoi ? Quand on compare des cours de 40 heures, aux Etats-Unis ou au Canada, on sait de quoi on parle. Au pire, on va voir le textbook du prof, mais sait ce qu’a vu l’étudiant. Pour un étudiant français, c’est plus difficile.

      Je confirme ce que dit Christian pour les formations universités standards.

    2. Je réagis à mon tour au post de Marcounet.
      Celui-ci me semble un peu trop dirigé par sa propre expérience.

      Le système français est caricaturalement centré sur ces Grandes Ecoles. Il s’agit en effet historiquement des “meilleures” formations et si l’on vise un haut salaire, c’est le bon chemin comme expliqué par Marcounet.

      Précisions toutefois :
      Les DUT ne sont plus des études courtes.
      Les écoles d’ingénieurs ne se limitent pas au top 10 des “grandes écoles”.
      Un ingénieur sortant de ses écoles est extra-généraliste. Un diplômé d’école privé est appelé expert (à l’exact opposé). La majorité des écoles d’ingénieur “classique” se situent donc au milieu.
      On y entre pas juste après le BAC. Une école d’ingénieur s’intègre après un BAC +2, à proportion égales entre : des DUT, des prépas “intégrées” et des L2 (fac).

      Les prépas dites intégrées sont incomparables avec les prépas destinées aux Grandes Ecoles. Elles ne sont pas (plus?) de meilleur niveau que les DUT. L’enseignement y est simplement généraliste là où un IUT procure une spécialisation.

      1. cela dit, pour prendre un peu la défense de Marcounet, on reçoit des CVs d’étudiants du ‘top 10’, et elles finissent a la poubelle… un étudiant des Ponts par exemple est peut être “généraliste” vu de France, mais il peut avoir suivi des cours qui vont déstabiliser n’importe qui ! Pareil quand un étudiant de Supélec ou de Télécom envoie un CV pour faire des maths financières !

    3. Marcounet, je ne parlais des écoles d’ingénieur, mais des universités. C’est le cas dans mon université et je pense qu’il en est de même dans les autres universités. Après, pour les écoles d’ingénieur, je ne sais pas. Quand j’étais enseignant dans certains, c’était de toutes les façons avant la réforme LMD (car ce que je raconte pour l’université et la compensation est une conséquence de la réforme LMD).

  2. Arthur, tu as écrit : “Les étudiants français sont souvent bons”. Est-ce que cela sous-entend que tu penses que le niveau est globalement meilleur en France qu’au Canada ?

    La réforme LMD a été bien destructeur à certains égards. En particulier, sur les volumes horaires comme tu le mentionnes. A Pau, une unité d’enseignement de base c’est 20 heures devant les étudiants. Au mieux, pour un gros cours, on arrive à 30 heures. A force de mutualisation des cours, on a morcelé les cours. Je trouve cela plutôt regrettable.

    Un autre aspect négatif est celui de la compensation. Avec LMD, un étudiant valide un semestre dès qu’il a la moyenne au semestre, peu importe s’il a eu un 05/20 dans une UE voire 00/20 ou qu’il ne vienne pas du tout à une épreuve. Après, rebelote pour l’année : un étudiant a l’année s’il valide si sa moyenne pour les deux semestres est supérieure à 10/20. C’est comme cela à Pau, et je pense que c’est pareil dans toutes les universités de France (peut-être pas en écoles d’ingénieurs). C’est comment au Canada/Québec ?

    1. … question difficile… et il faudrait un billet entier pour répondre aux dernières questions.

      Sur la première question, je pense que le prestige des maths est un truc très francais, qui fait que des bons étudiants vont aller faire des maths, et que ce n’est pas une voie de garage. Ce qui monte globalement le niveau, en maths. Ensuite, le pouvoir des étudiants est plus faible : tu peux mettre un cours pénible dans une formation, en disant “ils vont souffir, mais ca leur donnera des bases pour aller plus loin”. Ici c’est un peu moins le cas, je trouve, ou les formations essayent d’attirer les étudiants en vendant des trucs ‘pratiques’ (je devrais insister sur le fait que je connais surtout quelques institutions, et que mon regard est biaisé). Par exemple dans ma formation, en ce moment, il y a des cours d’analyse, mais pas d’analyse fonctionnelle. On pourrait dire que ca sert a rien dans la vraie vie. Moralité, quand l’autre jour j’ai expliqué les splines pour faire du lissage… j’ai senti que c’était dur ! Je suis contraint de faire les choses avec les mains, et sans filets. Pareil pour des collègues en maths financières. Il y a a la fois la difficulté de comprendre des choses subtiles de finance (arbitrage, complétude, valorisation risque neutre) et en même temps, comprendre les maths, qui la aussi sont dures (Itô, Girsanov). Je suis biaisé, mais quand j’ai fait l’ensae, j’avais un cours de topologie en 1ere année, on voyait Riesz, la séparation des convexes, etc. Sur le coup tu te dis ‘mais a quoi ca sert?’ et c’est pénible. Sauf que quand en 3eme annéé, on te dit que les prix d’états, ca vient de Riesz, les maths sont acquises, et tu peux focaliser sur la finance. Tu fais faire en France des vraies formations avec des maths appliquées : tu peux commencer par la théorie, et ensuite tu as quelques choses sur quoi te baser pour parler d’applications; ici tu dois faire des appliactions, mais sans avoir les outils conceptuels pour avoir quelque chose a appliquer. Certes, c’est pratique, mais pas ‘appliqué’. Tu sais que tu vas souffir 3 ans avec des trucs inutiles en France, avant de t’amuser, alors qu’ici, beaucoup de monde s’arrête apres 3 ans…

      Mais je fais des généralités, alors que je ne devrais pas! Anyway, la suite de mon billet ce week-end! Promis…

  3. « le reste du monde raisonne davantage…»

    « l’étranger (disons en dehors de l’Europe) »

    « Mais il faut comprendre que personne ne comprend rien à vos CV ! »

    Etc…

    Oh la la ! Qu’est-ce que c’est que ce discours ? Ça ressemble franchement à un « vous », l’Europe, contre « nous », le reste du monde…

    D’abord, il faudrait souligner que l’Europe, c’est une entité géo-politico-historico-socio-etcetero-ique extrêmement complexe, ce qui fait à la fois sa richesse et le grand désarroi des non-Européens.

    Ensuite il faudrait aussi comprendre que parler au nom des Québécois, à la limite des Canadiens, ça fait déjà pas mal de monde. Quant au « reste du monde » à proprement parlé, je serais curieux de voir la couleur de son étendard : serait-ce celui de la mondialisation inéluctable à la sauce étatsunienne ?

    Enfin, et c’est le point capital à mon sens : ce n’est pas parce qu’on est bilingue (voire tri, quadri, etc.) que l’on peut traduire. C’est là que réside votre véritable problème. Bien traduire requiert de bien comprendre le but de l’acte de traduction, pas de porter un jugement sur la culture cible ou la culture source.

    En cela, je suis d’accord avec Nonaninu, « la culture du pays visée implique un code dans la façon de se présenter, autant en direct que via un CV ».

    C’est un savoir-faire qu’il vaut mieux laisser aux spécialistes : consulter par exemple l’Ordre des traducteurs et interprètes agréés du Québec, je suis sûr qu’ils pourraient vous recommander des gens compétents.

    Au lieu de « faire le boulot et de ré-expliquer le fonctionnement d’un système » que vous ne comprenez visiblement pas, laissez faire les pros.

    Vous verrez que ça ira tout de suite mieux 😉

    Belle journée à vous.

    1. merci pour ce commentaire.. Effectivement, la prochainement fois qu’on me consulte pour aider a lire un CV, je suggèrerais d’aller voir un spécialiste (et d’éviter de me retrouver dans une position que je n’ai pas franchement choisi)… Et effectivement, après près de 10 ans en tant qu’enseignant en France, et bientôt 4 au Québec, je ne comprends pas tout. Et je comprends le désarroi des étudiants. Le but de mon billet était juste de voir si on pouvait trouver une solution, pour éviter que tous les CV envoyés restent sans réponse, car non-lus. En envoyant des CV a l’étranger, les étudiants rentrent dans un jeu avec des règles différentes. Et les ignorer n’arrangera pas les choses ! Mais je vais laisser les spécialistes réfléchir a ce problème, j’ai effectivement mieux a faire 🙂

  4. Il y a plusieurs mois, sur mon ancien blog, j’avais fait un billet pour comparer les systèmes (à cause de soucis de mise en forme, il ne passe par le transfert http://freakonometrics.blog.free.fr/index.php?post/2012/11/10/France-versus-Canada%2C-part-1#comments ). J’apporterais juste deux compléments d’information, en reprenant deux commentaires de Christian, éclairant sur la “réforme LMD”, postés le 11 novembre 2012

    “LMD, une harmonisation européenne ? On nous l’a vendu comme cela… mais la France est passé très tot et d’un bloc à ce système contrairement à nos voisins d’Allemagne et d’Espagne, par exemple. En Espagne, ils viennent juste de passer à LMD… et encore il y a une différence d’une année entre nos deux systèmes… Harmonisation du supérieur pourquoi pas… mais sans tenir des années qui précèdent (comme tu le fais si bien) à quoi bon ? Je trouve que ce machin est juste une décision politique qui a fait plus de mal que de bien…”

    Christian est enseignant-chercheur dans une université du sud de la France, et on discutait du M justement….

    “Regardons le cas de l’Espagne, plus précisément de Saragosse, mes voisins. http://titulaciones.unizar.es/#ciencias Le “grado” donne 240 ECTS (crédits européens). Comme chaque semestre validé donne exactement 30 ECTS, le “grado” est un diplome en 4 ans ! Et le master = 60 ETCS = 1 an. On est dans un schéma 4+1 contre 3+2 en France…”

  5. Un C.V. a destination du Québec doit être différent de celui que l’on destine aux employeurs Français, lui-même différent de la Suisse ou l’Angleterre…
    Bref, la culture du pays visée implique un code dans la façon de se présenter, autant en direct que via un CV.

    Cependant, regarder des exemples de CV “anglophones”, si tant est qu’il existe un pattern commun, n’aiderait pas forcément. Il reste impossible, même en traduisant brutalement notre “Master” en Graduated, d’expliquer la raison des stages de 3 mois imposés par les écoles d’ingénieurs (merci la CTI).

    En fin de compte, est-ce réellement à l’étudiant de modifier la réalité, de camoufler son école d’ingénieur en diplôme d’université parce qu’aux USA “ça fait mieux” ?
    Ou bien le recrutement n’est-il pas un métier, et cette connaissance des différentes coutumes n’est-elle pas de la responsabilité des DRH ?

    1. peut être, mais dans le cas qui m’intéresse, le CV de beaucoup de français vont finir à la poubelle. Mon expérience m’a montré que les étudiants ont souvent 2 CV: celui en français, et un en anglais, plus ‘international’ que réellement ‘anglais’. Mon point était plus de dire qu’au Québec, un CV dans un format ‘en anglais’ serait plus proche des CV que l’ont reçoit par ailleurs.

      Maintenant, la seule solution que je verrais (que je vois ?) est la ‘recommandation’. Personnellement, quand j’encadre un étudiant, j’ai rarement vu son CV, et je me fis surtout à des recommandations venant d’anciens enseignants.

      1. Je comprends bien le problème que vous exposez, ainsi que ce sont véritablement les étudiants qui sont à plaindre dans la situation actuelle.

        Toutefois, on enseigne à nos étudiants à écrire un CV français et très fréquemment un enseignant de langue passe quelques heures sur les particularités d’un CV dans sa LV (particulièrement vrai en anglais).

        C’est donc presque la responsabilité de l’étudiant de sélectionner le CV le “plus approprié” pour l’offre en cours.

        Cependant, cela ne résoudra effectivement pas le problème de l’absence d’un mapping simple entre les systèmes d’éducation, comme développé par Pierre.

        Pour avoir moi-même corrigé des CV de mes élèves ingénieurs, je sais même que certain ont même plus tendance à s’inspirer de CV “internationaux” pour en dériver une version française, ce qui mène à la catastrophe ici.

        De part le nombre de pages attendues, l’importance des classements d’école / d’université, les informations à mettre ou éviter dans l’état civil, le CV me semble un document qu’il vaut mieux simplement ne pas traduire pour préférer une ré-écriture complète dédiée à la culture visée.

        Signé : un enseignant-chercheur du Sud de la France 😉

        1. je suis entièrement d’accord avec le point “le CV me semble un document qu’il vaut mieux simplement ne pas traduire pour préférer une ré-écriture complète dédiée à la culture visée

          En fait (j’essayerais de développer un autre jour) je pense qu’il faudrait expliquer aux étudiants que ce qui est le plus important, ce n’est pas le nom de la formation (on se perd, il y en a trop !) mais plus les enseignants ! Même si je suis un ours qui bougonne dans sa cabane au Canada, je connais beaucoup d’enseignants, en France, soit personnellement parce qu’on s’est croisé ici ou la, soit via leurs publications. Et quand un enseignant me recommande a l’étudiant, j’ai un signal que je sais déchiffrer ! J’ai presque envie de dire “si vous voulez partir a l’étranger, faites-vous bien voir par un enseignant reconnu, et demandez lui de vous recommander“. C’est probablement idéaliste, mais ces réseaux sont fondamentaux. C’est comme ça que j’ai osé encadré des étudiants en stage (car ils étaient recommandés par des personnes que j’estime), et j’ai utilisé ces réseaux pour aider des étudiants a avoir des stages, ou a intégrer des formations sur dossier. C’est du travail qui se fait dans le dos des étudiants, et je suis mal a l’aise d’en parler, mais la vérité est la. Et avec la multiplication des formations, on se fie de plus en plus a nos réseaux. Maintenant, le mien est clair : il suffit d’aller voir mes contacts sur http://ca.linkedin.com/in/arthurcharpentier/ ou mes collaborateurs sur http://scholar.google.ca/citations?user=MOiB_W4AAAAJ&hl=en.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.