Category Archives: Blogosphere

Retour sur 20 ans de numérique et d’Internet

Ce mois-ci, je vais être éditeur d’une série d’articles sur le thème des données, qui seront publiés sur variances.eu, le blog d’ENSAE Alumni. Pour le premier article, Philippe Tassi propose un retour sur 20 ans de numérique et d’Internet.

Depuis le bouleversement apporté, à la fin du XIXème siècle et varile début du XXème, par l’accès du grand public à l’électricité, aucune autre révolution de même nature n’a eu lieu jusqu’à la mise à disposition commerciale d’Internet, au milieu des années 90, et donc l’entrée de nos civilisations dans le monde numérique.

D’abord, des faits : même si certaines données chiffrées actuelles seront rapidement caduques, elles décrivent aisément la vitesse de diffusion d’internet à la fois en termes d’accession et d’usage. A l’automne 1997, moins de 1 % des foyers vivant sur le territoire français sont connectés à Internet. Cette proportion passe à 4,7 % en 1999, 27,4 % en 2003, 35,5 % en 2005. Dix ans plus tard, en septembre-octobre 2015, 85 % des ménages y ont accès. Et au-delà de l’accès au réseau, sa pratique est devenue massive : 45 millions de français se connectent à Internet au moins une fois par mois, tout écran.

Internet ne s’est pas construit en un jour

La conception d’Internet n’est pas récente. Il a fallu du temps entre l’apparition du socle technologique – Ray Tomlinson, décédé en mars 2016, a inventé l’e-mail en 1971 – et la mise en œuvre de services adaptés au public. Par comparaison, on a su transporter du son via les ondes hertziennes dès les années 1890, alors que la radio, en tant que média, n’existera qu’à partir de 1922-1923. Le transfert d’une image mobile par ces mêmes ondes date des années 30, le média télévision étant officiellement créé en France en 1949.

Internet n’échappe pas à cette règle. Son point de départ est la crise des missiles de Cuba, en octobre 1962, en pleine guerre froide entre Etats-Unis et URSS. Elle révèle au président Kennedy la faiblesse d’un système centralisé. En 1964 apparaît l’idée de réseau décentralisé, moins vulnérable. Une première ébauche est conçue en 1969, dénommé Arpanet (Advanced Research Projects Agency) ; elle relie les universités de Stanford, UCLA, Santa Barbara et Utah. Le courrier électronique existe dès 1971. Les bases techniques des protocoles TCP et TCP/IP datent des années 70. Dans cette même décennie naissent Microsoft (1975) et Apple (1976). En 1983, Arpanet est scindé en Milnet, intégré au réseau militaire américain, et un nouvel Arpanet universitaire, renommé Internet en 1986. 1990 voit l’émergence du protocole http et du langage html, du concept de www. Les créations des futurs acteurs majeurs se multiplient : Yahoo! et Amazon en 1994, Google en 1998, FaceBook en 2004, Twitter en 2006. Fin des années 2000, les voies menant au monde digital se sont diversifiées : à l’historique micro-ordinateur se sont ajoutés les nouveaux écrans : smartphone depuis 2007, tablette depuis 2010, favorisant la mobilité. L’individu devient ATAWAD : Any Time, Any Where, Any Device. En 2015, le ménage français moyen dispose de 6,4 écrans.

[à suivre..]

Histoire et analyse de la blogosphère économique francophone

Ce billet est cosigné avec Thomas Renault, aka @captaineco_fr

Les blogs économiques prennent aujourd’hui une place centrale dans le débat et l’analyse économique, comme le notait Alex Tabarrok. Mais si la blogosphère économique francophone est encore relativement modeste, elle n’en est pas moins active, et pourrait connaître le même succès que les blogs anglophones dans les années à venir.

La genèse de la blogosphère économie

Au début de l’année 2005, Bernard Salanié – alors professeur à l’Université de Columbia (New York) – publiait le premier billet de son blog « L’économie sans tabou », dans la continuité d’un ouvrage éponyme publié l’année précédente. A la même époque, Alexandre Delaigue et Stéphane Ménia – tous deux anciens étudiants de l’Ecole Normale Supérieure de Cachan et respectivement enseignants en école militaire et au secondaire – lançaient un blog “éconoclaste“, avec une vocation de vulgarisation assez proche de celle de Stephen Dubner et Steven Levitt, les auteurs du best-seller Freakonomics.

Ce mouvement en France faisait écho à celui qui se développait aux Etats-Unis, où des économistes de renom comme Bradford DeLong, (« Grasping Reality »), Tyler Cowen (« Marginal Revolution ») ou encore Gary Becker et Richard Posner (« The Becker-Posner blog ») commençaient à bloguer. Pour reprendre les propos de Gary Becker, prix Nobel d’économie, la blogosphère avait alors le pouvoir de remplacer le marché dans l’optimisation du processus de partage de connaissance entre les individus.

Blogging is a major new social, political, and economic phenomenon. It is a fresh and striking exemplification of Friedrich Hayek’s thesis that knowledge is widely distributed among people and that the challenge to society is to create mechanisms for pooling that knowledge. The powerful mechanism that was the focus of Hayek’s work, as as of economists generally, is the price system (the market). The newest mechanism is the « blogosphere »

Continue reading Histoire et analyse de la blogosphère économique francophone

Et si je tweetais en anglais pour une mauvaise raison

Sur Twitter, assez naturellement, j’ai tendance à tweeter en anglais. J’ai toujours eu l’impression qu’en anglais, la limite des 140 caractères était moins contraignante. Qu’en anglais, la même chose pouvait être dite de manière plus concise.

Histoire de vérifier cette vague intuition, je suis allé chercher des livres sur Gutenberg. Le plus simple est de récupérer un livre en français, au format texte (txt), de compter le nombre de symboles, et de trouver le même livre en anglais. La fonction, à partir d’un code de livre, ressemble à ça

> cpte=function(no){
+     url0=paste(
+         "http://www.gutenberg.org/cache/epub/",
+         no,"/pg",no,".txt",sep="")
+     download.file(url0,destfile="u.txt")
+     s=scan("u.txt",what="character")
+     sum(nchar(s))
+ }

Par exemple, pour David Copperfield, de Dickens, le  code pour la version originale, en anglais, est

> gb=766

et en français, il faut récupérer 2 fichiers

> fr_a=17868
> fr_b=17869

Aussi,

> g=cpte(gb)
essai de l'URL 'http://www.gutenberg.org/cache/epub/766/pg766.txt'
Content type 'text/plain; charset=utf-8' length 1992535 bytes (1.9 MB)
=================================================
downloaded 1.9 MB

Read 288181 items
> f=cpte(fr_a)+cpte(fr_b)
essai de l'URL 'http://www.gutenberg.org/cache/epub/17868/pg17868.txt'
Content type 'text/plain; charset=utf-8' length 1161492 bytes (1.1 MB)
=================================================
downloaded 1.1 MB

Read 191311 items
essai de l'URL 'http://www.gutenberg.org/cache/epub/17869/pg17869.txt'
Content type 'text/plain; charset=utf-8' length 1135661 bytes (1.1 MB)
=================================================
downloaded 1.1 MB

Read 186515 items

le ratio du nombre de caractère en anglais, et en français, est de l’ordre de 90%. Autrement dit, la version anglaise contient 10% de caractères en moins que la version française,

> g/f
[1] 0.9090498

Si on regarde une pièce de théâtre, comme Othello, la version anglaise est 25% plus courte que la version française.

> fr=18179
> gb=1793
> g=cpte(gb)
essai de l'URL 'http://www.gutenberg.org/cache/epub/1793/pg1793.txt'
Content type 'text/plain; charset=utf-8' length 188634 bytes (184 KB)
=================================================
downloaded 184 KB

Read 24951 items
> f=cpte(fr)
essai de l'URL 'http://www.gutenberg.org/cache/epub/18179/pg18179.txt'
Content type 'text/plain; charset=utf-8' length 239158 bytes (233 KB)
=================================================
downloaded 233 KB

Read 36157 items
> g/f
[1] 0.746805

Plus généralement pour les pièces de théâtre de Shakespeare, on valide mon intuition : les versions en anglais sont toujours plus courtes que les versions en français,

Pour faire ce graphique, on peut utiliser la trentaine de livres que j’ai regardé, à l’aide du fichier

> download.file(
+ "http://freakonometrics.free.fr/livre.RData",
+ "livre.RData")
essai de l'URL 'http://freakonometrics.free.fr/livre.RData'
Content type 'text/plain' length 1095 bytes
=================================================
downloaded 1095 bytes

> load("livre.RData")

La base ressemble à ça

> base
           nom        FR      UK language   ratio
1  3 Mousquet.    1110255 1156011       FR 104.12
2  Dorian Grey     398653  404799       UK 101.54
3  Pierre-Jean     248299  228838       FR  92.16
4      Odyssée     691648  651044       GR 118.17
5       Iliade     550924  514953       GR  74.45
6  Jules César     157726  105685       UK  67.00
7      Macbeth     160571   96276       UK  59.95
8      Othello     189984  141881       UK  74.68
9       Hamlet     275629  145380       UK  52.74
10   Com. Mép.     115583   97704       UK  84.53
11  Ant.-Cléo.     185806  130857       UK  70.42
12   Rom.-Jul.     195273  126323       UK  64.69
13    Roi Lear     196185  124483       UK  63.45
14  Sganarelle      50408   63387       FR 125.74
15 OliverTwist     778914  770784       UK  98.95
16  D.Copperf.    1808770 1644262       UK  90.90
17    Assomoir     585237  565444       FR  96.61
18   T. Raquin     351525  353837       FR 100.65
19    20000 L.     745559  518932       FR  69.60
20    80 Jours     367388  329073       FR  89.57
21  5 Semaines     491510  483289       FR  98.32
22 CentreTerre     362617  370584       FR 102.19
23          93     585073  637499       FR 108.96
24  Notre Dame     885048  928256       FR 104.88
25   Jane Eyre     922233  919521       UK  99.70
26    Possédés    1241293 1293319       RU 104.19
27 Guerre-Paix    2409360 2739725       RU 113.71
28     Corbeau      27884   21886       UK  78.48
29  Mme Bovary     585237  565444       FR  96.61

Si on visualise tous les titres, et pas seulement les pièces de Shakespeare, on obtient

Autrement dit, la différence n’est pas aussi significative qu’elle y paraissait. Plus troublant, si on regarde les livres écrit en anglais (en rouge ci-dessous) on observe effectivement que la version française est plus longue. Par contre, pour les livres écrits en français (en bleu), la version anglaise est sensiblement de la même taille…

A suivre donc…

Somewhere else, part 203

Some posts and articles worth reading

Continue reading Somewhere else, part 203

Somewhere else, part 202

Some posts and article worth reading,

Continue reading Somewhere else, part 202

Somewhere else, part 201

Some posts and articles worth reading (now obtained almost automatically from my tweets)

Continue reading Somewhere else, part 201

Quand les chercheurs cherchent leur voie (voix) sur Twitter

Il y a plusieurs semaines (mois?), avec @3wen et @pareto35, on nous avait demandé d’écrire un petit article sur Twitter, et sur l’usage de Twitter dans le monde de la recherche, pour la Newsletter du CREM (Centre de Recherche en Économie et Management, de l’Université de Rennes 1, et de l’Université de Caen). On avait envoyé l’article, et je n’y avais plus pensé. Or cet après-midi, @alisag1728 publiait “25 Interesting Observations About How Academics Use Twitter” qui éclairait le débat, et qui m’a refait pensé à cet article. Comme les discussions semblent à nouveau d’actualité, j’en profite donc pour mettre en ligne la note qu’on avait écrite… Tous les commentaires sont les bienvenus (en gardant en mémoire que l’article était écrit à destination de chercheurs qui entendent peut être parler de Twitter, à l’occasion, mais qui ne voient pas – a priori – pourquoi y être présent).
Continue reading Quand les chercheurs cherchent leur voie (voix) sur Twitter

Somewhere else (or maybe not) part 200

Usually, blogging is a rush. There are a lot of posts I have to finish, and if I do not post frequently, I have the feeling that – somehow – I do not belong to the blogosphere any more. There is so much to be done, so many posts to finalize, so many draft that I started, or material used to generate only on graph in some slides (that might deserve a long and detailed post). If instead of looking forward, I take a short beak, and look backward, and I am always surprised to see what I have done. I am always puzzled when googling something that I would like to know more about, one of my own posts appears, or reappears.

Usually, in those somewhere else, I mention posts and articles here and there, outside my own blog. For the 100th post, I mentioned 100 blogs and websites worth following. For this 200th post, I will mention 200 posts worth reading, on my own blog !

Continue reading Somewhere else (or maybe not) part 200

Somewhere else, part 199

As usual, some posts and articles worth reading

Continue reading Somewhere else, part 199

Somewhere else, part 198

Was 2014 the worst year, ever?

I guess we need to wait a bit longer, just to be sure….

Some posts and articles worth reading,

Continue reading Somewhere else, part 198

Somewhere else, part 197

Some posts and articles worth reading

Continue reading Somewhere else, part 197

Somewhere else, part 196

Some posts and articles worth reading,

Continue reading Somewhere else, part 196

Somewhere else, part 195

Some posts and articles worth reading

Continue reading Somewhere else, part 195

Somewhere else, part 194

Some posts and articles worth reading

Continue reading Somewhere else, part 194