Martingale et journalisme scientifique

Être journaliste scientifique ne doit pas être facile. J’imagine qu’il faut être à l’écoute des nouvelles scientifiques, et d’informer, aussi justement que possible. C’est ce que fait avec brio Pierre Barthélémy (aka @PasseurSciences sur Twitter) dans sa chronique hebdomadaire sélection scientifique de la semaine. Il essaye ainsi de parler de sciences dans un journal qui a (trop) souvent confondu science et technologie (technologie étant aussi souvent un mot savant utilisé pour masquer de la publicité pour des appareils technologiques avancés). Et comme l’espace qui lui est imparti est restreint (c’est le moins qu’on puisse dire), la plupart des informations passent par son blog http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/, qui est riche ! Sylvestre Huet fait aussi ce travail pour Libération, avec son blog http://sciences.blogs.liberation.fr/ (là encore, on peut lire bien plus de choses en ligne que que dans la version papier, ce qui est d’autant plus intéressant pour les lecteurs de l’autre coté de l’océan atlantique). Sylvestre Huet arrive à parler géologie, puis démographie, avant d’évoquer dans un article truffé de références les réformes des instances qui régentent la recherche en France. Oui, les deux blogs sont malgré tout très français. Pour une vision plus internationale, on pourra citer l’admirable travail de Pascal Lapointe, par exemple (aka @paslap) sur http://sciencepresse.qc.ca/.

Mais si je commence à mettre les pieds dans le plat, je poserais la question de la légitimité d’un journaliste scientifique, à l’heure où la blogosphère scientifique explose. Par exemple, si je veux apprendre des choses en physique, ou en biologie, je sais que le blog de Tom Roud (que l’on peut suivre sur Twitter @tomroud) http://tomroud.cafe-sciences.org est une source infinie d’information (ok, peut-être pas “infinie” car comme nous tous, il a une vie en dehors de son blog, mais disons qu’il y a de quoi lire). En sciences humaines, il existe des centaines de blogs hébergés sur http://hypotheses.org/ tenus par des universitaires, ou http://www.cafe-sciences.org/ pour des blogs de sciences, en français. Les bloggers scientifiques s’expriment – le plus souvent – en restant dans leur champ d’expertise. Et c’est tant mieux. Le journaliste scientifique, lui, se doit de parler de tous les sujets scientifiques. Et c’est là que l’exercice devient délicat, car le journaliste se doit d’être critique. Compte tenu de la concurrence féroce qui existe dans le monde académique, on nous pousse à faire croire qu’on vient d’écrire l’article qui va révolutionner la science, sinon le monde. Que notre approche est novatrice, et qu’en plus, on vient de montrer ce qui pourrait ce qui pourrait être le sain Graal dans notre communauté. C’est le travail du journaliste de se demander si c’est vrai….

J’en arrive au point de mon billet. Le dernier article  le hasard, martingale boursière ? (en ligne sur http://lemonde.fr/sciences/…) de Pierre Barthélémy m’a un peu agacé. Pas sur le thème abordé, mais l’impression générale qui m’est restée après avoir lu l’article (samedi matin). Pour l’histoire complète, c’est ma femme qui est tombée la première sur l’article, et qui a été étonnée de lire un article pareil dans Le Monde, en tant que mathématicienne (et probabiliste). Et quand je l’ai lu, c’est en tant qu’économiste que je suis resté sans voix. En résumé (trop succinct, j’en convient), on nous résume l’article de physiciens italiens qui “expliquent qu’au grand dam des traders et autres analystes financiers, en quête perpétuelle de justifications rationnelles aux fluctuations des cours boursiers, les marchés demeurent obstinément imprévisibles“. Pour parcourir l’article mentionné, mais non cité – probablement car il s’agit de la version papier ? – l’article est en ligne sur http://arxiv.org/1303.4351  (trouvé via http://improbable.com/…). On retrouve cette idée dans le texte sous la forme suivante “our main result, which is independent of the market considered, is that standard trading strategies and their algorithms, based on the past history of the time series, although have occasionally the chance to be successful inside small temporal windows, on a large temporal scale, perform on average not better than the purely random strategy, which, on the other hand, is also much less volatile. In this respect, for the individual trader, a purely random strategy represents a costless alternative to expensive professional financial consulting, being at the same time also much less risky, if compared to the other trading strategies.” On apprend dans l’article paru dans Le Monde que “pour Pluchino et compagnie, le CAC 40 est une loterie, ce que les spécialistes ne veulent pas admettre“. Damned, rien que ça ? Pour les amateurs de lyrisme (il doit y en avoir dans les lecteurs du monde, moins parmi les lecteurs plus scientifiques qui aiment les phrases moins alambiquées), je passe les moments où Pierre Barthélémy est clairement plus journaliste que scientifique, comme lorsqu’il nous explique que ces quatre chercheurs “viennent d ‘attaquer à l’acide de l’aléatoire” les modèles financiers. Cela dit, cela a le mérite de mettre les points sur les i: ce sont des physiciens. Pas des économistes.

Je pense qu’il y a des milliers de raisons d’attaquer les traders (si ce sont bien les “spécialistes” visés). Mais qu’on ne les prenne pas pour plus bêtes qu’ils ne le sont (je le dis d’autant plus volontiers que j’en ai formé un paquet, à l’ENSAE ou à Polytechnique, au cours des 10 dernières années).

Avant de revenir sur la petite histoire de martingale financière (tel que le résume le titre de l’article) faisons un court détour par celle brillamment racontée dans Mansuy (en ligne sur http://math.harvard.edu/~ctm/… et traduit en anglais dans http://jehps.net/Mansuy.pdf) sur l’origine de la notion de martingale. D’un point de vue mathématique (disons comme propriété des processus stochastiques), il faut remonter aux travaux de Joseph Bernstein, Paul Lévy, Émile Borel, et surtout Joseph Leo Doob, au milieu au XXième siècle. Cela dit, le mot est plus ancien: il entre dans le dictionnaire de l’Académie Française en 1762. Jouer à la martingale, c’est jouer toujours tout ce que l’on a perdu.  Mais quelques années plus tot, on pouvait déjà trouver le mot sous la plume de l’Abbé Prévost (le jeu qu’il décrit en 1750 comme variante du jeu du pharaon est aussi appelé martingale d’Alembert) Cela dit, l’origine que je préfère est de relier le mot martingale à l’expression provençale “jouga a la martegalo” qui signifierait jouer de manière incompréhensible, absurde, comme l’évoque Frédéric Mistral dans Lou Tresor dòu Felibrige ou dictionnaire provençal-français. On retrouve une origine proche dans le dictionarie of the French and English tongues de Randle Cotgrave, datant de 1611, qui mentionne l’expression “à la martingale” avec le sens absurdly, foolishly, untowardly, grossely, rudely, in the homeliest manner. Il cite même l’usage de l’expression philosopher à la martingale (sans citer Bernard Henri Levy, mais il semble que ce soit l’idée). Cela dit, même dans Lapinot on parle de martingale,

Bref, à partir de ce comportement incompréhensible, voire absurde, des économistes vont définir une notion importante en finance, que l’on appellera efficience (qui est un mot dangereux car il évoque aux oreilles de tous les économiste une notion d’optimalité au sens de Pareto, on pourra relire Malkiel (2003) The Efficient Market Hypothesis and Its Critics sur ce point). L’idée d’utiliser une marche aléatoire pour modéliser le cours d’un actif est ancienne. Par exemple (je ne remontrais pas au XVIème siècle, mais http://e-m-h.org/history.html le suggère) on pourra relire les travaux de Bachelier datant du début du XXième siècle, mais comme le dit la légende, Bachelier a été peu lu, à l’époque (en tous les cas par des économistes). Publié quelques années plus tard, on pourra relire Cowles & Jones (1937), Some A Posteriori Probabilities in Stock Market ou surtout Samuelson (1965) Proof That Properly Anticipated Prices Fluctuate Randomly. Cet article est passionnant, si on prend le temps de le lire “There is no way of making an expected profit by extrapolating past changes in the future price, by chart or any other esoteric devices of magic or mathematics.” Paul Samuelson est d’une modestie remarquable pour un chercheur, “I have not here discussed what the basic probability distributions are supposed to come from. In whose mind are they ex ante? Is there any ex post validation of them? Are they supposed to belong to the market as a whole? And what does that mean? Are they supposed to belong to the “representative individual”, and who is he? Are there some defensible or necessitous compromises of divergent anticipations patterns? Do price quotations somehow produce a Pareto-optimal configuration of ex ante subjective probabilities? This paper has not attempted to pronounce on these interesting questions“. Il peut y avoir des bulles, des processus non Gaussien, un peu tout ce qu’on peut imaginer, le point important étant qu’il est impossible d’utiliser le passé pour prédire le futur, en finance.

Oui, depuis 50 ans, les économistes savent que la marche aléatoire peut être un bon modèle pour décrire le prix des actifs. Ou pour être plus précis (et rendre à Paul Samuelson ce que Paul Samuelson a dit le premier) les martingales. Mais il faudra surtout attendre les travaux d’Eugène Fama, en particulier Fama (1965) The Behavior of Stock Market Prices et Fama (1970) Efficient Capital Markets: A Review of Theory and Empirical Work, qui vont de manière définitive marquer le début de l’utilisation des martingales en finance. Eugène Fama y retient trois notions d’efficience (pour aller plus loin que le fameux “A market in which prices at any time “fully reflect” available information is called “efficient”“)

  1. Expected Returns or “Fair Game” Models
  2. Submartingale Models
  3. Random Walk Model

(en 1965, l’efficience devait être reliée, pour Eugène Fama, à la notion de marche aléatoire, alors que Paul Samuelson utilisait déjà la notion de martingale). Ces modèles disent tous (on est en 1970) qu’il est inutile d’utiliser l’information passée ou présente “to predict the future in a way which makes expected profits greater than they would be under a naive buy-and-hold model“. N’en déplaise à Pierre Barthélémy , depuis presque 50 ans ce principe est énoncé dans les cours d’asset pricing. Bachelier disait la meme chose en 1900, “l’espérance mathématique du spéculateur est nulle” dans Théorie de la spéculation. Et cela sera confirmé quelques années plus tard par les résultats empiriques de Cowles et Jones. Un an plus tard sera publié Black (1971) Implications of the random walk hypothesis for portfolio management, et trois ans plus tard, Hagerman & Richmond (1973) Random Walks, Martingales and the OTC. La littérature économique va se multiplier pendant les années 70, à tel point qu’en 1978, Michael Jensen, alors professeur à Harvard écrivait “I believe there is no other proposition in economics which has more solid empirical evidence supporting it than the Efficient Market Hypothesis” (cité dans http://economist.com/14030296). Plus récemment, à la fin des années 80 était publié le remarquable LeRoy (1989) Efficient Capital Markets and Martingales, qui étoffait la critique initiée dans LeRoy (1976). Efficient capital markets: Comment. LeRoy et Samuelson ont été les premiers à parler de martingale pour modéliser les prix des actifs. On continue (avec les articles qui font référence, et que tous les étudiants qui ont suivi un cours d’asset pricing ont lu) ? L’année suivante était publié Lehman (1990) Fads, Martingales, and Market Efficiency. Les martingales sont des outils incroyablement riches. Ils ne sont pas équivalent à une marche aléatoire: on peut avoir une martingale, sans avoir de marche aléatoire (par exemple avec un processus ARCH, on pourra relire sur le sujet les notes de cours Predictability of Asset Returns, en particulier le premier paragraphe, ou en français, avec des cours de licence, par Francis Diener,  http://math.unice.fr/~diener/…). Pour ceux qui veulent moins de formalisme, une martingale (en simplifant outrageusement) c’est, comme l’explique Nicolas Poupon,

Mais ces articles posent essentiellement les bases de la théorie financière. Qu’en est-il des aspects empiriques ? Andrew Lo et Craig MacKinlay ont publié un livre, en 2001, qui recense plusieurs articles sur le sujet, A Non-Random Walk Down Wall Street. Qui remet en cause l’idée de marche aléatoire, moins celle de marginale. On pourra aussi penser à Beechey Gruen & Vickrey (2000) et leur étude The Efficient Markets Hypothesis: A Survey, en ligne sur la Reserve Bank of Australia. Enfin, Pour une méthodologie plus proche de celle évoquée dans l’article en ligne sur arxiv, on pourra lire Martingales, the Efficient Market Hypothesis, and Spurious Stylized Facts de Joseph McCauley, Kevin Bassler et Gemunu Gunaratne (si on souhaite aussi utiliser des propriétés de mémoire longue). Moralité ? Non, ce n’est pas nouveau que l’on teste l’hypothèse d’efficience et de martingale. Et si je cite des articles académiques, il faut  ajouter que les journalistes économiques connaissent également cette littérature. Il y a 10 ans, Justin Fox posait la même question que nos chercheurs dans un article dans Fortune intitulé Is The Market Rational ? No, say the experts. But neither are you–so don’t go thinking you can outsmart it. On pourra aussi relire Efficiency and beyond (mentionné auparavant) qui revient sur la notion d’efficience des marchés. On y retrouve que les spécialistes savent tout ca: “on such ideas, and on the complex mathematics that described them [i.e martingales], was founded the Wall Street profession of financial engineering“. Enfin, en 2009, Richard Thaler faisait quelques rappels sur la difficulté d’interpréter correctement l’hypothèse d’efficience des marchés dans Markets can be wrong and the price is not always right. Pour conclure sur l’histoire des martingales en finance, en 2010, Fama répondait d’ailleurs de manière très claire à la question dans une interview – interview with Eugene Fama – lorsque John Cassidy lui demandait “the fundamental insight of the efficient market hypothesis [is] that you can’t beat the market ?“, et qu’il répondait “Right—that’s the practical insight. No matter what research gets done, that one always looks good“.

Pour revenir sur l’article de Pierre Barthélémy, je trouve qu’écrire “le CAC 40 est une loterie, ce que les spécialistes ne veulent pas admettre” est incroyablement méprisant envers des centaines, pour ne pas dire des milliers de chercheurs en mathématiques financières, et en économétrie de la finance. Mais rassure toi Pierre, je vais continuer à lire tes chroniques. C’est juste que ma grand mère est encore abonnée au Monde, et j’aimerais bien qu’elle continue de croire que je peux sauver l’humanité (et non pas que je refuse d’admettre ce que des chercheurs italiens viennent d’établir, même si cela confirmerait – à ses yeux – que je peux etre têtu comme une mule quand je veux).

Maintenant, pour conclure sur l’article mentionné, et sur l’analyse faite, on ne peut pas dire que les conclusions soient révolutionnaires. Disons, pour quiconque ayant lu un peu de littérature économique dans les 50 dernières années. En fait, pour être honnête, je pense qu’on peut dire que Alessandro Pluchino et Andrea Rapisarda se sont amusé (on inclura Biondo et Helbing). Sans plus de prétention. Pour ceux qui ne se souviennent pas, ils avaient eu un IGNobel en 2011, pour leur étude sur organizations would become more efficient if they promoted people at random. J’avais aussi beaucoup aimé leur article sur les aspects computationnels du principe de Peter, en ligne sur http://arxiv.org/0907.0455. Quand je lis leurs études, j’ai l’impression qu’ils s’amusent. Et le terme n’est absolument pas péjoratif dans ma bouche, loin de là. C’est un peu ce que disait Lucile Quillet la semaine passée dans http://etudiant.lefigaro.fr/…  lorsqu’en mentionnant une étude de Baptiste Coulmont, elle écrivait “c’est le jeu auquel c’est amusé Baptiste Coulmont sur son blog“. Je ne sais pas si le terme était voulu, si c’était basé sur le fait qu’un blog, c’est fait pour jouer… mais j’ai toujours revendiqué que je faisais de la recherche pour mon plaisir, pour m’amuser. Et comme me le rappelait Baptiste, le mot schola signifie école, en latin, et son étymologie grecque est le mot σχολή, signifiant loisir.


7 thoughts on “Martingale et journalisme scientifique”

  1. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

  2. Merci pour votre réponse.
    Ce n’est pas moi qui vous ferai le reproche d’être brouillon, je considère moi aussi que c’est mon droit le plus strict sur mon blog – pas dans mes papiers de journalistes, évidemment. Et c’est là que le cas de P Barthélemy est intéressant parce que ses chroniques d’improbablologie ne sont précisément pas des articles. Il déniche une étude et fait un exercice de style, je ne crois pas qu’il faille le prendre au premier degré, quelle que soit la qualité de son écriture. Je ne crois pas, sans me mettre à sa place, qu’il ait fait lire la chronique à des économistes, justement parce que ce n’est pas un article, pas une enquête, et qu’il ne fait que relayer une étude, peut-être agrémentée de quelques assertions hasardeuses. S’il avait fait un article sur le sujet, il en aurait été tout autrement et vous n’auriez pas lu la même phrase qui vous a fait réagir. Je trouve que son travail de chroniqueur s’apparente plus à celui d’un blogueur, pour reboucler avec votre question, qu’à celui d’un journaliste, et les deux activités sont vraiment vraiment différentes.
    Enfin moi-même, j’ai réagi à votre billet parce que ‘journaliste’ est sans doute, après sélectionneur national de foot, le métier que tout le monde est persuadé de savoir faire mieux que les intéressés, ce qui est parfois lassant. Merci pour cet échange, en tout cas.

    1. 🙂 j’aime beaucoup la dernière image. Je n’avais jamais vu les choses sous cet angle, et je suppose que c’est le cas. Encore plus pour le journalisme scientifique je pense. Au plaisir. Comme je l’ai déjà dit sur mon blog, je ne fais pas des tribunes, je suis là pour m’amuser et partager des choses que je peux apprendre, ou découvrir, en tapant mes billets. J’ai découvert l’origine provençale du mot “martingale”, pour ma part, et tant que les lecteurs du blog apprennent des choses, je suis content !

  3. J’avoue ne pas bien voir où vous voulez en venir avec ces considérations globalisantes blogueurs VS journalistes tirées d’une phrase tirée d’une chronique (pas d’un article, notez). En tant que blogueur, je trouve que ça gâche un peu votre propos. En tant que journaliste scientifique, que ça sent le chercheur qui préfère s’énerver contre les approximations de ces foutus vulgarisateurs plutôt que de se réjouir qu’on parle de sa discipline… Mais je me méprend peut-être sur votre intention.

    1. Je n’avais pas d’intension très profonde, à part peut être refaire une mise au point, et éclairer sur certains points que je pourrais connaître. Après, c’est vrai que le point de départ était de l’énervement suite une phrase qui balaye de la main des années de recherche. En fait, pour être juste, il n’y a pas que cette phrase, il y a l’impression générale que j’ai eu (et je ne suis pas le seul) en lisant l’article. J’ai donc essayé de faire une petit mise au point, en expliquant que cette idée n’est pas nouvelle, et qu’il existe des dizaines d’articles qui éclairent sur ce point. Donc à partir de là, j’ai tenté de faire un billet, qui n’était pas juste une “revue de la littérature sur les martingales en finance”, j’essaye de remettre dans le contexte. Maintenant, j’imagine que le tout peut être un peu confus… Un co-auteur m’avait dit un jour “un article, une idée” (que je traduirais en tant que blogger sous la forme “un billet, une idée”). Mais l’idée d’un carnet de recherche est aussi d’expliquer pourquoi on travaille sur ces choses, pourquoi on se penche sur certaines problématiques, et pas d’autres. Mais je vais essayer d’en tenir compte. Je souhaiterais avoir le droit d’avoir un carnet de recherche un peu brouillon.

      Sur le fait que j’extraie une phrase, c’est mesquin sur le principe, mais la phrase reflète l’impression générale que j’avais à la fin de la lecture. Je me suis permis cette technique… Mille excuses. J’essayerai de ne plus le refaire.

      Quant au fait que je devrais me réjouir qu’on parle de ma discipline, j’avoue que je ne comprends pas… Personnellement je m’en fous qu’on parle de ma discipline. Je préfère mille fois qu’on n’en parle pas que de voir qu’on en parle mal (“mal” est probablement excessif). On m’a appris pendant mes études jusqu’à la fin de mon doctorat que la rigueur était importante. Et j’attends souvent la même chose dans ce que je peux lire. Ma discipline, cela dit, c’est l’actuariat. Et je suis très content que ce soit une discipline aussi obscure, en France.

      Après, sur les coups de gueules témoignant d’un antijournalisme primaire, c’est vrai que je suis récidiviste, avec l’article sur les OGM http://freakonometrics.hypotheses.org/2448 ou sur les prédicateurs http://freakonometrics.hypotheses.org/117. Mais avec le recul je trouve que je m’assagit, non ? Mon point serait plutôt, “oh oh, on est là ! on est plusieurs personnes sur la toile, prêt à investir du temps pour partager un savoir… la prochaine fois que tu parles d’un sujet, questionne autour de toi”. Si j’étais mesquin (une nouvelle fois), je demanderais à Pierre Barthélémy (je n’ai rien contre lui personnellement encore une fois, et je prends beaucoup de plaisir habituellement à le lire) “à combien d’économistes as-tu fais lire ton papier avant de l’envoyer à la rédaction ?” (car sur le fond, on parle d’économie, là, non ?). Mais j’ai l’impression que je voulais dire la même chose quand je critiquais l’article sur les OGM http://freakonometrics.hypotheses.org/2448 qui prétendait qu’un papier un peu bâclé pourrait révolutionner le monde.

      Pour raconter une histoire personnelle, depuis 2 ans, je travaille avec un co-auteur sur le risque de tremblement de terre, d’un point de vue statistique (avec un point de vue de gestion des risques). On a beaucoup lu, certes, mais on a aussi présenté nos travaux à des géologues, à des sismologues, on discute avec des gens, depuis 2 ans. On avance avec des pincettes car on ne prétend pas révolutionner le monde ! on dit juste qu’on a peut être une manière de lire les données différemment. On essaye de discuter avec les gens, et c’est ce que font les chercheurs quand ils sortent de leur discipline. Je me demandais comment fonctionnaient les journalistes scientifiques… et je reste ouvert à toute discussion ! Je ne souhaite pas faire une opposition bloggers versus journalistes scientifiques, juste rappeler qu’on peut se compléter. Mais peut-être (probablement) est-ce déjà le cas et que je vois tout en noir.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *