Quel trajet minimal pour récupérer le maximum de bonbons à l’Halloween ? (partie 2)

October 31, 2012
By

Continuons la discussion de ce matin, avec l’exemple des capitales américaines. On peut trouver une telle liste liste en ligne sur wikipedia,

> capital=read.table(
+ "http://freakonometrics.free.fr/US-capital.csv",
+ header=TRUE,sep=";")
> capital=capital[-c(2,11),]

On va enlever Hawaï et l’Alaska, qui forcent à faire de trop grands détours. Dans TSP, sous R, il y a des listes de villes américaines, avec les coordonnées. En bricolant un peu, on va récupérer les coordonnées de la plupart des capitales,

> library(maps)
> library(maptools)
> library(sp)
> library(TSP)
> Lcap=paste(as.character(capital[,1]),
+ as.character(capital[,2]),sep=", ")
> M=as.matrix(USCA312)
> L=labels(M)[[1]]
> Lcap=Lcap[which(Lcap%in%L)]
> k=which(L%in%Lcap)
> M=M[k,]
> M=M[,k]
> listeUSA=TSP(M,L[k])

Et cette fois on est prêt,

> tour=solve_TSP(listeUSA, method = "nn")

on a lancé l’algorithme, et on peut faire un dessin,

> COORD=data.frame(USCA312_coords[k,])
> COORD=COORD[as.numeric(tour),] 
> map('state',fill=TRUE,col="yellow")
> lines(COORD$coords.x1,COORD$coords.x2,
+ lwd=3,col="blue")
> points(COORD$coords.x1,COORD$coords.x2,
+ pch = 19, cex = 1.2, col = "red")

pas mal, n’est pas ? Bon, mais comme d’habitude, rien ne garantie que l’on ait trouvé le trajet optimal… En fait, le soucis est que si on relance l’algorithme, on retombe sur un autre trajet,

voire encore un autre si on lancer une nouvelle fois l’algorithme,

C’est pénible, n’est ce pas ? En fait, si on lance 1,000 fois l’algorithme on obtient la distribution (des distances optimales) suivante

autrement dit, on a encore beaucoup de variabilité, avec une distance optimale qui peut varier d’environ 10% entre deux boucles d’algorithmes. Cela dit, cela reste faible par rapport à un trajet au hasard,

Et d’ailleurs, si on compare la distance obtenue en tirant les villes au hasard, on arrive à un taux de l’ordre de 27% (qui peut être comparé à ce que nous avions obtenu en tirant au hasard dans le carré unité)

>  HAZARD=OPTIMAL=RATIO=rep(NA,500)
>  for(s in 1:500){
+   HAZARD[s]=tsp.longueur(M,sample(1:nrow(M)))
+   tour=solve_TSP(listeUSA, method = "nn")
+   OPTIMAL[s]=tsp.longueur(M,as.numeric(tour))
+   RATIO[s]=HAZARD[s]/
+            OPTIMAL[s]
+ }

Bref, compte tenu de la (grande) dispersion des résultats optimaux obtenu, on pourrait dire que cet algorithme est assez mauvais. Même s’il est très rapide. Un autre avantage est que l’on peut spécifier la ville de départ, par exemple. Ici, si on souhaite partir de Floride, on peut obtenir le trajet suivant

> tour=solve_TSP(listeUSA, method = "nn",
+ control=list(start=41))

Passionnant n’est-ce pas ? Et encore, ça ne va pas m’aider à trouver le parcours optimal pour les enfants, car pour les enfants, il faut spécifier le point de départ (voire le point d’arrivée), il faut en plus rester sur la route (voire traverser aux passages pour piétons). On peut aussi vouloir faire une pause pipi au milieu de la promenade…. Bref, on a pas mal de contraintes ! Mais tout est expliqué dans le livre fabuleux de William Cook, In Pursuit of the Traveling Salesman, qui reprend toute l’histoire des algorithmes les plus fins pour résoudre ce joli problème de maths…


Print This Post Print This Post

Tags: , ,

Posted in: Computer, Computer, Maps, Maths, Internet, Miscellaneous

Leave a Reply

Categories

Students

Keep calm…

Keep calm…

Research blogs