Nombre de morts sur la route en baisse… et ? (partie 1)

Tout le monde semble se réjouir de la baisse du nombre de morts sur la route depuis quelques années (longtemps attribué à la présence de radars automatiques, mais qu’on pourrait aussi associer à l’instauration du permis à point). Et c’est tant mieux. Mais sans vouloir jouer les cyniques, et en tous les cas c’est une statistique qui intéresse probablement davantage les assureurs, il peut sembler intéressant de s’intéresser aussi aux accidents corporels graves….

image volée chez Andy Warhol

Le principal soucis méthodologique est qu’au 1er janvier 2005, la définition d’accidents graves ou encore de décès a changé. Avant 2005, un tué, était une victime décédée sur le coup ou dans les six jours qui suivent l’accident. A partir de 2005, les 6 jours passent à 30 jours. De même, un blessé grave était un blessé dont l’état nécessitait plus de six jours d’hospitalisation. Après 2005, cette classe disparait, et seuls restent les blessés qui ont passé plus de 24 heures à l’hôpital…. Bref, on est un peu bloqué pour vraiment analyser les tendances sur une longue période…

  • Nombre de morts sur la route

Le graphique suivant montre le nombre quotidien de morts sur les routes, passant d’une vingtaine en 2002 à une douzaine (en 2008).

On notera qu’il n’y a pas eu de réelle rupture en 2005, malgré la nouvelle définition de décès.

  • Nombre de blessés graves

En revanche, les statistiques sur les blessés (graves) ont connu une réelle rupture en 2005.

On peut essayer de corriger afin de rendre les séries comparables (au moins en terme d’ordre de grandeur),

Au delà de la tendance (et de la rupture de la forte baisse observée en 2002-2004), on notera que le cycle annuel est plus faible. De la même manière que les cycles dans les naissances semblent avoir diminué (comme je l’évoquais ici), on notera que le cycle dans les accidents graves (mais aussi dans une moindre mesure les décès) a fortement diminué…


4 thoughts on “Nombre de morts sur la route en baisse… et ? (partie 1)”

  1. Pour répondre à la question d’Eric (ici), qui notait qu’il avait lu que le changement de méthode de comptage des décès (6 jours vs 30) revenait à multiplier le nombre de morts par un facteur de l’ordre de 1.06-1.07, je voulais zoomer un peu,

    voire beaucoup

    En fait, sur mes données, si on compare les tendances linéaires, je passe de 13,26 à 14,21 ce qui équivaut à une hausse de 7%…. On reste donc comparable avec ce que tu as lu…. Ouf.

  2. NB #2 : je me souviens avoir lu que le changement de méthode de comptage des décès (6 jours vs 30) revenait à multiplier le nombre de morts par un facteur de l’ordre de 1.06-1.07
    C’est loin de sauter aux yeux sur le premier graphe que tu proposes …

    REPONSE: oui, sans régulariser, l’ordre de grandeur semble le même… maintenant une hausse de 5% c’est faible, compte tenu de ma résolution…. je peux essayer de refaire le graph…

  3. NB : le permis à points date de 1992, les radars auto de 2003. Si effet de l’un ou de l’autre il y a eu, les dix ans d’écart doivent permettre de s’en rendre compte en analysant les courbes d’accidentologie

    REPONSE: je n’ai pas les données pour remonter aussi loin.. et je ne suis pas sûr que les effets des points se soient fait ressentir aussi tôt… il faut en avoir perdu un paquet avant de s’en préoccuper… Georges Dionne à Montréal a fait un joli papier économétrique sur le sujet

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *