Somewhere else, part 154

Some writings worth reading, discovered here and there,

If someone asks, “How are you?,” I sigh, shrug, and say, “Busy, like everyone else.” If pressed, I will admit that I spent some time with my family—the way a Mormon might confess to having tried a beer, once. For more than 20 years, I have worn what Ian Bogost has called “the turtlenecked hairshirt.” I can’t help it; self-abnegation is the deepest reflex of my profession, and it’s getting stronger all the time…

Surely, the Catholic tradition of monastics and mendicants lies behind this tendency that I share with my profession, but there are other traditions at work here. As H. L. Mencken said, Puritanism is “the haunting fear that someone, somewhere, may be happy.” Happiness is worldliness, and idleness is sin: Work is an end in itself, as Max Weber observed in The Protestant Ethic and the Spirit of Capitalism. Likewise, there’s an old, unspoken commandment, “A professor shall not be seen mowing the lawn on weekdays.”

Many people have a misconception about genocide, which is not banned by international law, but is strictly regulated so that it can be conducted safely and sustainably. This is as it should be. The role of government is not to dictate to the market what forms of ethnic cleansing are to be traded, though the government still plays an important role: regulating genocide so that it can be safe for consumers. The market has spoken, and people want genocide! But we must all work together to keep this cherished international institution solid for the 21st century. The children are the future.

Is your nation licensed to conduct genocide? Contact a governing body to find out the rules and regulations that apply in your area. There may be a governing agency that can help you determine what steps you should take.

Remember, while genocide is not right for all circumstances and situations, and must be used responsibly, it can be highly effective in nation-building, establishing a political power-base, and incorporating the military industrial complex into every aspect of a secure economic total future. If you are unsure whether genocide is right for you, check with an adult first. If you are not authorized to conduct a genocide yourself, don’t despair: it may be possible to commit genocide under supervision, or to contract an authorized agent to conduct genocide for you.

Be careful: despite the common misperception that “ethnic cleansing” is distinct from genocide, the difference is less substantive than legalistic: all genocides are ethnic cleansing, but some ethnic cleansings are not genocides. In either case, you will need authorization for any sort of politically-motivated mass violence directed at the destruction and non-existence of a particular people or nation. Since there is no such thing as “minor genocide,” it is better to be safe than sorry.

If you find you have conducted a genocide without proper licensing, don’t panic: you have 90 days to file the appropriate paperwork without penalty. Even if the 90 day period has passed, you may still be able to participate in genocide amnesty programs, depending on your structural position within global patriarchal whiteness.

Contact the UN if you suspect an unauthorized genocide is being waged in your area. Without proper supervision, genocide can be dangerous.

see also http://redink.cc/… “Let Me Fix That For You, Neil Hall” via http://redink.cc/2014/08/03/… ht @snet_jklump

Goering: “Naturally the common people don’t want war; neither in Russia nor in England nor in America, nor for that matter in Germany – this is understood. But, after all, it is up to the leaders of the country who determine the policy and it’s always a simple matter to drag the people along, whether its a democracy or a fascist dictatorship or a Parliament or a Communist dictatorship.”

Gilbert: “There is a difference, in a democracy the people have some say in the matter through their elected representatives, and in the US, only Congress can declare wars.”

Goering: “Oh, thats is well and good, but, voice or no voice, the people will always be brought to the bidding of their leaders, that is easy. All we have to do is to tell them that they are being attacked and denounce the pacifists for lack of patriotism and exposing the country to danger. It works the same way in any country.”

et un peu de lecture en français

D’un bout à l’autre, il s’agira de faire comme si le peuple palestinien, non seulement ne devait plus être, mais n’avait jamais été. Les conquérants étaient de ceux qui avaient subi eux-mêmes le plus grand génocide de l’histoire. De ce génocide, les sionistes avaient fait un mal absolu. Mais transformer le plus grand génocide de l’histoire en mal absolu, c’est une vision religieuse et mystique, ce n’est pas une vision historique. Elle n’arrête pas le mal ; au contraire, elle le propage, elle le fait retomber sur d’autres innocents, elle exige une réparation qui fait subir à ces autres une partie de ce que les juifs ont subi (l’expulsion, la mise en ghetto, la disparition comme peuple). Avec des moyens plus « froids » que le génocide, on veut aboutir au même résultat.
Les USA et l’Europe devaient réparation aux juifs. Et cette réparation, ils la firent payer par un peuple dont le moins qu’on puisse dire est qu’il n’y était pour rien, singulièrement innocent de tout holocauste et n’en ayant même pas entendu parler. C’est là que le grotesque commence, aussi bien que la violence. Le sionisme, puis l’Etat d’Israël exigeront que les Palestiniens les reconnaissent en droit. Mais lui, l’Etat d’Israël, il ne cessera de nier le fait même d’un peuple palestinien. On ne parlera jamais de Palestiniens, mais d’Arabes de Palestine, comme s’ils s’étaient trouvés là par hasard ou par erreur. Et plus tard, on fera comme si les Palestiniens expulsés venaient du dehors, on ne parlera pas de la première guerre de résistance qu’ils ont menée tout seuls. On en fera les descendants d’Hitler, puisqu’ils ne reconnaissaient pas le droit d’Israël. Mais Israël se réserve le droit de nier leur existence de fait. C’est là que commence une fiction qui devait s’étendre de plus en plus, et peser sur tous ceux qui défendaient la cause palestinienne. Cette fiction, ce pari d’Israël, c’était de faire passer pour antisémites tous ceux qui contesteraient les conditions de fait et les actions de l’Etat sioniste. Cette opération trouve sa source dans la froide politique d’Israël à l’égard des Palestiniens.
Israël n’a jamais caché son but, dès le début : faire le vide dans le territoire palestinien. Et bien mieux, faire comme si le territoire palestinien était vide, destiné depuis toujours aux sionistes. Il s’agissait bien de colonisation, mais pas au sens européen du XIX° siècle : on n’exploiterait pas les habitants du pays, on les ferait partir. Ceux qui resteraient, on n’en ferait pas une main-d’oeuvre dépendant du territoire, mais plutôt une main-d’oeuvre volante et détachée, comme si c’étaient des immigrés mis en ghetto. Dès le début, c’est l’achat des terres sous la condition qu’elles soient vides d’occupants, ou vidables. C’est un génocide, mais où l’extermination physique reste subordonnée à l’évacuation géographique : n’étant que des Arabes en général, les Palestiniens survivants doivent aller se fondre avec les autres Arabes. L’extermination physique, qu’elle soit ou non confiée à des mercenaires, est parfaitement présente. Mais ce n’est pas un génocide, dit-on, puisqu’elle n’est pas le « but final » : en effet, c’est un moyen parmi d’autres.
La complicité des Etats-Unis avec Israël ne vient pas seulement de la puissance d’un lobby sioniste. Elias Sanbar a bien montré comment les Etats-Unis retrouvaient dans Israël un aspect de leur histoire : l’extermination des Indiens, qui, là aussi, ne fut qu’en partie directement physique. il s’agissait de faire le vide, et comme s’il n’y avait jamais eu d’Indiens, sauf dans des ghettos qui en feraient autant d’immigrés du dedans. A beaucoup d’égards, les Palestiniens sont les nouveaux Indiens, les Indiens d’Israël. L’analyse marxiste indique les deux mouvements complémentaires du capitalisme : s’imposer constamment des limites, à l’intérieur desquelles il aménage et exploite son propre système ; repousser toujours plus loin ces limites, les dépasser pour recommencer en plus grand ou en plus intense sa propre fondation. Repousser les limites, c’était l’acte du capitalisme américain, du rêve américain, repris par Israël et le rêve du Grand Israël sur territoire arabe, sur le dos des Arabes.

Did I miss something interesting?


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *