Paul et le Québec

En mai 2004, j’étais à Québec pour une grosse conférence. Je me souviens avoir flâné dans les librairies, à la recherche de productions locales, en musique, et en bande dessinées. Le premier EP d’Arcade Fire était sorti, et (l’incroyable) Funeral allait sortir quelques mois plus tard, mais il allait falloir attendre la naissance de ma fille pour que j’achète les deux albums (étrangement, j’ai beaucoup écouté Arcade Fire à la naissance de ma fille, et je ne peux m’empêcher d’associer les deux). J’avais en revanche ramené dans mes valises Yanqui U.X.O. de Godspeed You! Black Emperor (je ne pouvais me douter que ça serait un tel choc, et aussi un sujet de discussion presque sans fin avec celui qui a été plusieurs années mon voisin, à Montréal). Mais je m’égare…. En 2004, j’avais ramené pas mal de titres des 400 coups et de La Pastèque, dont Paul en appartement qui venait de sortir. J’ai dévoré le titre pendant la conférence (pas pendant les exposés, c’était une de ces conférences incroyables où j’étais absorbé du premier au dernier exposé, où j’en rencontré beaucoup de monde, dont plusieurs futurs collaborateurs), et j’ai acheté dans la foulée les deux premiers, Paul à la campagne (sorti en 1998) et Paul a un travail d’été (en 2002). Il m’aura fallu plusieurs séjours au Québec pour comprendre certaines subtilités (dont un certain nombre d’expressions), mais j’ai fini par devenir un inconditionnel. Et justement, pour les fêtes, et pour célébrer les 15 ans du titre, une version format géant, et colorié de Paul à la campagne est sorti (il semble qu’en France, seul l’édition en noir et blanc soit disponible). Et ma femme l’a eut pour Noël… Une fois qu’elle l’avais lu, je me suis permis de lui emprunter. Pour faire simple et rapide, j’adore cette version couleur. On a l’impression de livre une BD de style BD belge telle que je l’adore, genre Yves Challand. Mais du Challand très québécois ! Avec beaucoup de nostalgie en plus… Ce n’est pas du même ordre qu’Approximativement, qui reste un gros choc de lecture (pseudo) autobiographique. J’étais peut-être aussi content de trouver une forme de relève à Monsieur Jean, que j’avais beaucoup aimé. En y repensant, la lecture de Paul est indissociable (dans ma mémoire) de la lecture du pavé Blankets de Craig Thompson (que j’ai du découvrir à la même époque, en français tout d’abord, avant de le lire enfin en version originale quelques années plus tard). Ce n’est pas comme relire les vieux Astérix ou écouter Patchanka (où je repense immanquablement aux lectures de mon enfance, chez mes grands-parents pour les premiers, ou sur mon walkman dans la voiture pour aller chez mes grands-parents, justement, pour le dernier). Je revois ici des situations pour lesquelles je ne peux m’empêcher de faire des parallèles avec d’autres que j’ai vécues. Et c’est une forme de nostalgie très agréable… Bref, cette version en couleur m’a enchanté ! et les enfants ont aussi beaucoup aimé, pour mon plus grand plaisir… Et comme le titre ne semble pouvoir se trouver qu’au Canada, je ne peux qu’encourager tous les français (de France) à venir faire un tour au Québec pour l’acheter…


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *