Variation de Température

Hier, je suis tombé (via limportant.fr/) sur un documentaire intéressant, en ligne sur francetvinfo.fr/monde/environnement/. Mais le passage du début (retranscrit sur le site) m’a laissé une impression très étrange,

Au Groenland, la glace fond à vue d’œil. Cette année, le thermomètre est passé à 25 degrés au-dessus de 0. Il y a huit ans, pour la même période, le blizzard soufflait et les scientifiques devaient affronter des températures de – 35 degrés. Une amplitude de 65 degrés inquiétante pour les chercheurs qui observent la banquise depuis plus de 25 ans.

Ça veut dire quoi “inquiétant” ? Est-ce un phénomène nouveau ? Il y presque 5 ans, quand je suis arrivé à Montréal, j’avais mis en ligne un rapide billet comparant les températures à Rennes et à Montréal. En particulier, il y avait ces deux figures, avec les températures annuelles à Rennes,

avec en rouge un quantile supérieur observé, et un bleu un quantile inférieur (je ne prends pas les maximum et minimum pour lisser un peu). Disons que des écarts de 20 degrés, quelle que soit la période de l’année, ne sont pas impossible, loin de là. On peut parfaitement avoir 30 degrés un été, et 10 l’été suivant (ou disons, pour être plus précis, un 14 juillet il peut faire 30 degré, et le 14 juillet suivant 10). A Montréal, on avait

L’écart est ici un peu plus important. Contrairement à Rennes, il est plus important l’hiver que l’été. Et encore, à cette époque, le printemps érable n’avait pas eu lieu, avec presque 25 degrés en mars, alors qu’il est possible d’atteindre encore les -20 (ce qui fait un écart de 45 degrés). Je peux d’ailleurs remettre en ligne un billet que j’avais écrit, en demandant si la courbe des températures n’était pas une marche aléatoire. Des écarts de température de plus de 40 degrés ne sont pas rares. Entre un maximum pour une journée, et le minimum une autre années. Le plus troublant (ce n’est que mon expérience) c’était plutôt de gagner 40 degrés en une semaine, passer de -30 à +10 (puis replonger deux jours plus tard à -20)

 

Qu’en est-il du Groenland ? Sur eca.knmi.nl/dailydata, on peut récupérer les données journalières de température, de vent, etc, pour plus de 60 stations météo au Groenland. En faisant un petit code, on peut visualiser toutes les séries (en rouge et en bleu, on a les années les plus chaude et plus froide, en moyenne, moyennant que l’on ne tienne pas compte des valeurs manquantes). Le code est assez simple

setwd('/home/Documents/temperature-greenland/')
fichiers=list.files()
for(i in 1:length(fichiers)){
sc=scan(fichiers[i],what="char")[50:150]
i1=which(sc=="[DENMARK],")-1
i2=which(sc=="(STAID:")-1
station=paste(sc[i1:i2],collapse=" ")
temp=read.table(fichiers[i],skip=20,sep=',',
header=TRUE)
date=as.Date(as.character(temp$DATE),format=
"%Y%m%d")
m=format(date, "%m") 
d=format(date, "%d")
y=format(date, "%Y")
date2=as.Date(paste("2000",m,d),format="%Y%m%d")
temperature=temp$TG/10
temperature[temperature<(-200)]=NA
B=aggregate(temperature,by=list(y),FUN=
function(x) length(x[!is.na(x)]))
if(length(yr)>2){
yr=B[which(B[,2]>250),1]
A=aggregate(temperature[y%in%yr],by=list(
y[y%in%yr]),FUN=function(x) mean(x,na.rm=TRUE))
A=A[!is.nan(A$x),]
ymin=A[which.min(A[,2]),1]
ymax=A[which.max(A[,2]),1]
plot(date2,temperature,ylim=c(-60,20))
title(paste(fichiers[i],", ",station,sep=""))
lines(date2[y==ymin],temperature[y==ymin],
col="blue",lwd=3)
lines(date2[y==ymax],temperature[y==ymax],
col="red",lwd=3)
legend(date2[5],20,c(ymax,ymin),
col=c("red","blue"),lwd=3)
}}

Par exemple, si je prends quelques sorties au hasard (toutes celles avec assez d’observations sont du même ordre)

Maintenant, j’ai mis en ligne suffisamment de billets sur mon blog pour croire que personne ne pensera que je suis sceptique quand au réchauffement climatique, et la diminution du réservoir de glace m’inquiète vraiment (on avait travaillé un temps sur les données des régions arctiques, dans un vieux billet we are winter)

Mais les écarts de températures mentionnés dans l’introduction m’étonnent. Même si je n’ai pas 2015 dans mes données, je n’observe pas de tels écarts mentionnés (même si des écarts importants seraient normaux, comme les 30 ou 40 degrés d’écart qu’on peut observer à Montréal, mais plutôt l’hiver). Et j’étais d’autant plus surpris que justement, pour l’instant, l’atlantique nord était justement la région qui ne subissait pas de vague de chaleur

pour mai, et pour juin

(j’attends sur ncdc.noaa.gov/ ou nsstc.uah.edu/climate/ la carte pour juillet 2015).